La librairie de tous les possibles de Shinsuke Yoshitake

La librairie de tous les possibles de Shinsuke Yoshitake.

Milan, septembre 2018, 104 pages, 13,90 €, ISBN 978-2-4080-0625-9. Arukashira Shoten (2017) est traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako.

Genres : littérature japonaise, bande dessinée, album illustré.

Shinsuke Yoshitake ヨシタケシンスケ naît en 1973 à Chigasaki (préfecture de Kanagawa) au Japon. Il étudie les arts plastiques à l’Université de Tsukuba. Il est auteur et illustrateur mais aussi graphiste et sculpteur. Plus d’infos sur son site officiel (pour l’instant en pause).

La librairie de tous les possibles a dans ses rayons tous les livres que les clients demandent. Des livres rares, des livres sur les livres, des livres multiples, etc. J’aimerais fréquenter une telle librairie !

Découvrez l’arbre des écrivains, les albums surprises ! Et puis vous apprendrez des choses intéressantes sur les métiers liés aux livres : libraires, bibliothécaires, éleveurs de chiens bouquinistes ou simplement sur les livres et les lecteurs.

Mon passage préféré. « Les livres rangés sur les étagères d’une maison ont un seul propriétaire, mais ceux des bibliothèques débordent d’espoir. ‘Je pourrais être utile à quelqu’un.’ ‘Je vais peut-être amuser un lecteur, ou l’encourager, le consoler.’ ‘Je pourrais faire découvrir des choses aux gens, les rapprocher.’ »

Shinsuke Yoshitake aime les livres et les librairies et offre aux jeunes lecteurs (et aux plus grands) des petites histoires drôles, sensibles et originales avec de très beaux dessins tendres et poétiques.

Pour certains ce livre est un album illustré, pour d’autres une bande dessinée mais la bibliothèque où je l’ai emprunté l’a classé en roman, et en fait, il est un peu tout ça en même temps, un OLNI (Objet littéraire non identifié), et il correspond bien finalement à cette librairie de tous les possibles. En lisant ce livre, le jeune lecteur comprend qu’il lui est possible de tout lire, de tout découvrir et ça c’est merveilleux.

Je mets cette ravissante lecture dans BD, Challenge lecture 2021 (catégorie 2, un livre dont l’action se passe dans une bibliothèque ou une librairie, 2e billet) et Jeunesse young adult #10.

La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald

BibCoeursCabossesLa bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald.

Denoël, Hors collection, janvier 2015, 496 pages, 21,90 €, ISBN 978-2-207-11775-0. Läsarna i Broken Wheel rekommenderar (2013) est traduit du suédois par Carine Bruy.

Genre : littérature suédoise .

Katarina Bivald habite à Älta en Suède. La bibliothèque des cœurs cabossés est son premier roman et son deuxième roman, Uneasy Rider, est sorti en Suède en août 2015. Plus d’infos sur son site officiel, http://katarinabivald.se/en/.

Sara Lindquist, 28 ans, vendeuse dans une librairie de banlieue depuis dix ans, vit à Haninge en Suède. Elle correspond depuis plus de deux ans avec Amy Harris, une Américaine de 65 ans, qui vit à Broken Wheel en Iowa et qui partage sa passion de la lecture. Lorsqu’elle perd son travail, Sara se rend aux États-Unis mais elle ne comprend pas pourquoi Amy ne vient pas la chercher à la gare de Hope comme prévu. « Qu’allez-vous faire là-bas ? – Lire. Il secoua la tête. – Des vacances en quelque sorte, ajouta-t-elle. » (p. 12). Broken Wheel est une ville de 637 habitants, entourée de maïs, poussiéreuse, délabrée et « déprimante » (p. 50). En fait Amy est morte, enterrée le jour de l’arrivée de Sara et ses amis l’installent dans la maison vide parce que c’est ce qu’Amy aurait voulu. Sara n’a pas de vie en dehors de la lecture et elle n’a pas d’amis alors pourquoi ne pas rester un peu ? « Les livres lui avaient servi de remparts, oui, mais pas seulement. Ils l’avaient protégée du monde extérieur en le réduisant à une espèce de vague toile de fond bien moins tangible que les aventures fictives dont elle se délectait. » (p. 30). Pour les habitants, au demeurant charmants, Sara est une distraction mais ils souhaitent aussi la divertir. Comment ? Les seules distractions sont les champs de maïs ou de soja, la forêt de chênes et… Tom le célibataire de la ville !

ChallengeLitteraturePaysFroidsDeux extraits

« Es-tu certaine de vouloir ouvrir une librairie ? demanda Andy. – Je pense que tu devrais plutôt nous laisser organiser un pique-nique sympa, suggéra Jen. Ou pourquoi pas une excursion en forêt. » (p. 117).

« Les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? » (p. 189).

DefiPremierRoman2016Pas de doute, La bibliothèque des cœurs cabossés est un roman aussi charmant que les habitants de Broken Wheel ! Un peu long certes (près de 500 pages) mais finalement, je ne me suis pas ennuyée et je l’ai lu en trois fois. Bien que Sara soit le personnage central de ce roman, la ville, ses habitants et le marasme économique sont extrêmement bien imaginés et décrits. L’auteur aurait-elle séjourné dans une petite ville paumée des États-Unis ? La part belle est bien sûr faite aux livres et à la lecture, comme un acte qui transforme les gens et leur vie banale voire triste. C’est beau et jubilatoire. L’histoire d’amour est VoisinsVoisines2016somme toute classique mais elle fait plaisir et réjouit réellement. En plus, la couverture est vraiment mignonne (même s’il n’y a pas de chat dans le roman). Pas trop de bons sentiments comme je le craignais au vu de certaines critiques négatives. Pas un coup de cœur mais des personnages attachants, une lecture plaisante et parfois amusante.

FeelGood2J’ai vu qu’il existe un challenge Littérature des pays du froid chez Bouquinette, en cours jusqu’au 1er mai 2016. Je ne m’y suis pas inscrite (tant de challenges !) mais je vais signaler ce chouette roman suédois. 😉

De plus, je mets cette agréable lecture dans le Défi premier roman, dans le challenge Voisins Voisines (Suède) et évidemment dans le challenge Feel good !

Mes coups de… /17

J’aimerais bien chaque semaine publier un billet sur mes coups de… Ce sera coup de cœur, coup de gueule, coup de blues, coup de chapeau, coup de pompe, coup de théâtre ou simplement coup d’œil, histoire de marquer le coup – ou d’être dans le coup – un peu en coup de vent !

Coup de folie ? Coup de blues ? La vie continue…

Funeste anniversaire…

Mardi 11 septembre 2001. J’étais dans une librairie à Grenoble, la Fnac plus précisément et c’est pourquoi j’ai pu voir, avec les dizaines de clients et les vendeurs, les horribles images – que tout le monde a vues et revues – sur tous les écrans du magasin. Par contre, je ne me rappelle plus ni ce que je voulais acheter ni si je l’ai acheté !

Vendredi 11 septembre 2015. Quatorze ans après, la vie continue et les livres ont toujours une place importante dans ma vie, les images aussi. En sortant du travail, à 19 heures, je fonce à la librairie Notre Temps [lien] qui a fermé cet été pour travaux, pour un relooking en fait, et qui invite les fidèles clients, les collègues libraires et bibliothécaires à venir prendre un apéritif pour découvrir le nouveau look de la boutique. C’est beau, des tons beiges et rouges, qui correspondent bien à Cécile et Véronique ; c’est clair, c’est lumineux mais pas trop ; ça paraît plus grand et les livres sont vachement bien rangés. Il y a du monde, plus de 50 personnes, je ne peux pas prendre de photos, alors j’y retourne le samedi, pareil en sortant du travail, et je me prends la pluie qui n’avait été annoncée que pour dimanche… Voici donc les livres pour lesquels j’ai craqué vendredi soir (challenge coréen oblige !) et des photos de l’intérieur de la librairie (à cause de la pluie, j’ai raté l’extérieur, je l’ai déjà dit, le Smartphone n’est pas l’idéal pour les photos).

MonVieuxChat

NotreTemps1 NotreTemps2 NotreTemps3