Le jeudi, c’est musée #16

Lors des Journées du Patrimoine, le Centre du Patrimoine Arménien (CPA) – qui avait fermé pour travaux – a rouvert ses portes. Extension de 450 m² à 1100 m² (c’est énorme !), nouvel accueil, habillage de la façade façon arménienne (khatchkars, « stèles en pierre sculptées emblématiques de l’art arménien », comme de la « dentelle de pierre »), auditorium, nouvelle boutique, terrasse et nouveau site bien plus beau que celui d’avant [lien vers le site].

Je vous ai déjà parlé du CPA ici, ici, ici et dans une certaine mesure ici.

Je n’y suis pas allée le samedi 15 septembre puisque j’étais à Mangalaxy (un autre univers !) mais le dimanche 16 avec une copine et nous avons passé un très bel après-midi, fatigant mais enrichissant.

Pour mieux lire, cliquez sur l’image.

Au Centre du Patrimoine Arménien, il y a toujours le parcours permanent concernant la « petite et grande histoire autour du génocide et de l’exil des Arméniens » car de nombreux Arméniens sont arrivés à Valence dans les années 1920. Je reverrai ça une prochaine fois !

Et il y a, comme avant, une exposition temporaire sur les thèmes de l’exil, les migrations, les diasporas et par extension les conflits ou les conditions climatiques qui poussent les populations à partir. Pour la réouverture, l’exposition est Nous et les Autres, des préjugés au racisme (en provenance du Musée de l’Homme) du 15 septembre 2018 au 24 mars 2019 [lien vers le programme en pdf].

Statuettes en bois, Nigéria, fin XIXe-début XXe siècles : militaires et fonctionnaires coloniaux « avec des traits de populations indigènes »

À 16 heures, un beau concert, avec l’Ensemble Geghard Vocal, une chorale venue d’Arménie [lien vers le site de cette chorale] avec un répertoire sacré et profane (vidéo à venir si j’arrive à accéder à ma chaîne YT que je n’ai pas alimentée depuis deux ans…).

Ensemble Geghard Vocal (Arménie)

Et enfin, après l’effort, le réconfort avec une poire Belle-Hélène 🙂

Publicités
Image

Projet 52-2018 #38 et Défi 52 semaines 2018 #38

Pour cette trente-huitième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est bonbon. Je ne mange pas de bonbons (à part des liquorice – réglisse, bonbons anglais – de temps en temps) mais voici des bonbons de chocolat ! Je vous souhaite un bon weekend et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Bonbons de Façon Chocolat (Drôme)

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est métal. Voici deux œuvres d’art de l’exposition « De l’autre côté du miroir : reflets de collection » dont j’ai déjà parlé ici. La première est Mi-clos, une œuvre de 1960 en métal de Philolaos Tloupas, un artiste grec (1923-2010). La deuxième est Les nobles fardeaux, une œuvre de 1910 en bronze (alliage de différents métaux : cuivre, étain, plomb, zinc) d’Antoine Bourdelle, un artiste français (1861-1929). J’espère que ça vous plaît !

Mi-clos de Philolaos Tloupas (1960)

Les nobles fardeaux d’Antoine Bourdelle (1910)

Bon weekend de Pâques !

Virée à Grenoble hier pour voir Lee Rony – du blog Lire au nid – et visiter l’expo Fantin Latour : à fleur de peau au Musée de Grenoble (du 18 mars au 18 juin 2017) : des portraits, dont des autoportraits, des natures mortes en particulier de fleurs, des œuvres dites d’imagination (et des photographies de nus que collectionnait le peintre). Je vous montrerai quelques photos dans les prochains jours. Une belle expo même si j’ai préféré celle sur Kandinsky !

Aujourd’hui (et demain pareil) je me la coule douce pour ce weekend de Pâques… ensoleillé et venté. J’en profite pour bouquiner : j’ai adoré Code 93 d’Olivier Norek, acheté et dédicacé aux Quais du polar. Et je déguste les nouveaux chocolats du grand chocolatier drômois-ardéchois Pierre Chauvet, la délicieuse collection Galaxies.

Je vous souhaite un bon weekend de Pâques 🙂

Image

Le jeudi, c’est musée #11 (Kandinsky – 1)

kandinsky1935Comme je vous le disais il y a deux semaines, j’ai visité l’expo Kandinsky, les années parisiennes (1933-1944) au Musée de Grenoble (mon billet). L’expo dure du 29 octobre 2016 au 29 janvier 2017. Avec Lee Rony, nous avons décidé de publier tous les deux un billet aujourd’hui sur cette expo… extraordinaire : je ne sais par contre ni de quoi va parler exactement Lee Rony ni quelles œuvres il va montrer (allez voir son billet !). Et de mon côté, je ne sais trop quoi vous dire car je ne suis pas du tout une spécialiste mais je me suis extasiée sur chaque œuvre tellement tout m’a ravie !

Vassily Kandinsky (Василий Васильевич Кандинский soit Vassili Vassilievitch Kandinski) naît le 4 décembre 1866 (100 ans avant moi) à Moscou dans une famille aisée. Dès l’enfance, il est fasciné par les couleurs mais il étudie le Droit et ce n’est qu’en 1896, à l’âge de 30 ans, qu’il commence à étudier la peinture. Il ne reste que très peu de peintures datant de ses débuts en Russie. Ses œuvres connues sont celles de sa période allemande puis de sa période française. Et ce sont les œuvres réalisées à Paris, entre 1933 et 1944, que présente cette expo.

Abstrait, baroque, géométrique (voir Trente ici), biomorphique… Ce qui caractérise la majorité des œuvres exposées (hors les dessins à l’encre noire), ce sont les couleurs, j’adore ! Voici déjà 7 photos (prise avec mon Smartphone donc la qualité n’est pas idéale…) et la suite dans un prochain numéro 😉

kandinsky-survert

Sur vert (avril 1934) : aquarelle et encre de Chine sur papier (Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, France)

kandinsky-brunsupplemente

Brun supplémenté (1935) : huile sur toile (Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam, Pays-Bas)

kandinsky-compositionix

Composition IX (1936) : huile sur toile (Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, France)

kandinsky-groupement

Groupement (1937) : huile sur toile (Moderna Museet, Stockholm, Suède)

kandinsky-complexitesimple

Complexité simple – Ambiguïté (1939) : huile sur toile (Musée de Grenoble)

kandinsky6-actionsvariees

Actions variées (1941) : technique mixte sur toile (Solomon R. Guggenheim Museum, New York, États-Unis)

kandinsky7-conglomerat

Un conglomérat (1943) : huile et gouache sur carton (Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, France)

Un « détail » sur cette toile de 1943 : « En manque de toiles, je fais de petites choses sur du carton ancien » (Kandinsky, lettre à Pierre Bruguière, 16 octobre 1942). Eh oui, c’est la guerre et Kandinsky peint sur des cartons, du contreplaqué ou du bois, ce qu’il trouve durant cette période de pénurie.

Si vous passez par Grenoble cet automne ou cet hiver, allez-y absolument, c’est grandiose !

Image

De retour de Grenoble (Le jeudi, c’est musée #10)

Une grosse virée à Grenoble aujourd’hui 🙂 Pluie mais excellente journée avec Lee Rony du blog Lire au nid. Un agréable resto vietnamien, deux expos de peintures : Kandinsky (billets ici et ici) et Mengpei Liu (billet ici), et une virée en centre ville 🙂 Je vous souhaite un bon long weekend (durant lequel je vais avancer dans mes cours).

retourgrenoble

Image

Projet 52-2016 #33

Pour la trente-troisième semaine du Projet 52-2016 de Ma, le thème choisi par Ma est architecture.

J’ai choisi une photo de la cour intérieure et d’un bâtiment du musée de Valence dans lequel sont installées les expositions temporaires. Je vous ai déjà parlé de l’expo Anne Dangar mais – bien que je l’aie visitée en juillet et en août – je n’ai pas encore eu le temps de m’occuper des photos pour faire des billets sur le blog…

[Billet publié avec un peu de retard, désolée].

Je vous souhaite un bon weekend et, si vous voulez participer aussi à ce projet photographique sur l’année, allez vite voir Ma !

Projet52-2016-33

Le jeudi, c’est musée #9

AnneDangarCeramisteJe n’ai pas honoré cette rubrique depuis fin avril… Ce n’est pas sérieux… Mais comme je vous le disais, je n’ai pas vraiment vu passer ni le mois de mai [lien] ni les deux premières semaines de juin [lien]…

Aujourd’hui, je voulais simplement vous dire que, cet été, j’irai voir cette exposition qui se tiendra du 26 juin 2016 au 26 février 2017 au Musée de Valence : Anne Dangar, céramiste. Le cubisme au quotidien. Et que, bien sûr, je vous en parlerai !

Anne Dangar (1885-1951) était Australienne. Lors d’un voyage en Europe en 1928, elle a découvert le cubisme avec les œuvres d’Albert Gleizes (à Paris). Alors qu’elle était professeur à la Sydney Art School et peintre, elle s’est installée en France (en Isère) et s’est investie dans la poterie traditionnelle.

C’est la première fois qu’un tel hommage lui est rendu dans un musée français avec exposition de ses céramiques – aux « motifs géométriques et animaliers d’inspiration traditionnelle et celtique ».

Des conférences, lectures, concerts, ateliers et visites commentées sont programmés et un catalogue de l’exposition sera édité.

Je vous en reparle et vous montre des photos prochainement !