Image

Projet 52-2018 #32 et Défi 52 semaines 2018 #32

Pour cette trente-deuxième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est s’amuser. Alors voici tout simplement une photo de jeux de société (à peu près rangés). Je vous souhaite un bon weekend ensoleillé (mais pas caniculaire) et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est portrait. J’ai publié la note de lecture de Rupture de Maryline Desbiolles, un beau portrait de deux hommes, d’une femme, d’une région, d’une époque ; mais je veux vous faire une surprise alors voici mon portrait ! Pour l’instant, les seules photos de moi publiées sur le blog sont ici (mes pieds), ici (mes bras), ici (mes cheveux), ici (celle où on me voit « le mieux » mais le matin, je suis floue !) et ici (mes jambes), de quoi faire un puzzle ! Et ne râlez pas, hein !, une photo dans un médaillon, c’est tout petit 😛

Publicités

Rupture de Maryline Desbiolles

Rupture de Maryline Desbiolles.

Flammarion, Hors collection, janvier 2018, 120 pages, 15 €, ISBN 978-2-0814-1420-4.

Genre : roman.

Marilyne Desbiolles naît le 21 mai 1959 à Ugine en Savoie. Elle est poète, romancière et vit dans l’arrière-pays niçois.

Une « nuit de désastre », l’eau a tout recouvert puis il y a eu une panne d’électricité et des centaines de morts. « Alors il fit vraiment noir et la nuit ressembla à la nuit. » (première phrase, p. 7).

François, une petite vingtaine d’années, avait quitté la vallée de la Maurienne, en Savoie, pour la vallée du Reyran, dans le sud, et il avait aimé les pêchers. Sa ville, Ugine, était noire et froide, et il n’aimait pas l’usine dans laquelle il travaillait, alors il avait trouvé une chaleur dans ces arbres déjà en fleurs. François et René étaient venus pour la construction du barrage de Malpasset près de Fréjus. « Pas loin de deux cent ouvriers en tout. Il est prévu que le chantier dure trente mois. » (p. 28). Avec ses premiers revenus, François s’achète un appareil photos, un Kodak Retina qu’il a vu dans la vitrine d’un magasin de Fréjus. « François se sent […] si confus, tout lui paraît indéchiffrable. C’est peut-être pour cela, le désir d’un appareil photo. Tenter d’extraire d’un monde flou des images bien nettes, les assembler comme un puzzle. » (p. 36). La première photo est un cliché de René, mais François veut photographier les paysages, les arbres, la mer. Un soir, en rentrant, le jeune homme rencontre Louise Cassagne, la fille du plus gros producteur de pêchers de la région. Ils ne sont pas du même milieu mais ils se revoient. « On nous a pas demandé notre avis. Construire un barrage à Malpasset, au Mau Passer, mauvais passage, mauvais pas, tu entends ? Faut vraiment être bouché. Pas seulement un lieu mal choisi, mais un méchant lieu. Le Mauvais, tu connais ? Je veux pas te faire peur, j’ai bien plus peur que toi. Le barrage, il est construit à l’endroit du diable. » (le père de Louise, p. 54).

Marilyne Desbiolles donne une réelle dimension historique à ce roman – à la fois intimiste et tragique – avec des « excursions » sur la guerre d’Indochine et sur la guerre d’Algérie. Et bien sûr avec la construction de ce barrage et le drame en décembre 1959. François et René auront deux destins différents mais le récit est bien ancré dans les années 50 et début 60 ; j’y ai trouvé de la tendresse pour les personnages, en particulier pour François, et une douce et délicieuse nostalgie. François ne connaissait pas grand-chose à la vie et Rupture est aussi un roman d’apprentissage et de toutes ces ruptures qui font une vie, de celles qui font souffrir, de celles qui laissent sur le carreau, mais dont on se relève finalement plus fort et prêt à vivre heureux.

Je découvre Marilyne Desbiolles avec ce roman qui m’a beaucoup plu (et qui a une belle couverture, juteuse, voluptueuse) et je veux lire des titres précédents : on m’a conseillé La seiche (Seuil, 1998) et Le bleu du ciel n’est pas toujours rose (Des Cendres, 2016).

Une très belle lecture que je mets dans le Challenge de l’été 2018, Défi 52 semaines 2018 (le thème de la semaine 32 est « portrait » et ce roman est un beau portrait de deux hommes, d’une femme, d’une région, d’une époque), Petit Bac 2018 (catégorie Titre mot unique) et Rentrée littéraire janvier 2018.

Ça m’énerve donc je râle… #2

Il paraît – enfin des études scientifiques (sérieuses) montrent – que râler c’est bon pour la santé. Bon, eh bien, je suis mal barrée parce que je ne suis pas râleuse – je ne dirais pas que je ne râle jamais mais ça m’arrive vraiment rarement – donc je veux remédier à ça, hi hi, vous connaissez « mieux vaut prévenir que guérir ». Donc de temps en temps, vous m’entendrez râler !

Non seulement, les températures caniculaires sont indécentes et ce depuis des semaines, je n’en peux plus !!! Mais en plus, il y a des saloperies de bestioles !!! Ce que vous voyez, c’est le dessus de mon pied droit et c’est pareil sur les deux jambes et les bras… D’habitude je ne suis pas « bouffée » comme ça… Pitié, les bestioles, pitié !!!

Image

Projet 52-2018 #31 et Défi 52 semaines 2018 #31

Pour cette trente-et-unième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est eau. Voici la fontaine monumentale de Valence, tout en eau, car je vous l’avais déjà montrée couverte de givre en février 2017 [lien]. Il faut bien ça pour se rafraîchir ! Je vous souhaite un bon weekend ensoleillé et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est rue. Je rajoute donc deux photos de rue, toutes deux prises en centre-ville de Valence mais à deux endroits différents : la première au « Pôle bus » (lieu central pour les correspondances de bus) et la deuxième de la Ruche aux livres récemment installée à la Place Aristide Briand pour donner – échanger des livres.

En coup de vent…/ 63

Bonsoir, une petite revue de la semaine avant de vous souhaiter un bon weekend 😉

Lundi, j’ai récupéré mes quatre rideaux thermiques : c’est comme des rideaux occultants mais thermiques donc ils protègent de la chaleur en été et du froid en hiver (ça semble fonctionner mais il continue de faire très chaud quand même !).

Mardi j’ai reçu mes nouvelles bibliothèques (heureusement que j’ai pu m’absenter du travail !) : j’étais à la fois contente (de les avoir enfin car ça faisait 40 jours que je les avais commandées) et déçue car il en manque quatre… Trois hautes en 80 cm de large (une pour le salon à côté de celle que vous voyez sur la photo et deux pour la deuxième chambre) et une basse en 40 cm de large (pour mettre au salon entre les deux de 80 cm de large que vous voyez sur la photo).

Mardi soir, une rencontre inattendue : une énorme sauterelle ! Au moins 10 cm de long (plus les antennes) ! C’est plus agréable que l’araignée de hier soir qui tournait comme une folle devant mon frigo et que j’ai dû écraser…

Et, ce soir, je rentre du travail… 33° dans ma cuisine… Pas évident de faire baisser la température avec les nuits caniculaires et le manque d’air frais la nuit…

Mais, bon weekend et bonnes vacances et, si vous n’êtes pas encore en congés ou si vous en revenez : bon courage 🙂

Ah, et j’ai failli oublier : mon fond d’écran d’août, toujours chez paon paon (dommage qu’il manque l’accent circonflexe sur le u…).

En coup de vent…/ 62

Bonjour, une petite revue de la semaine.

Lundi, comme d’habitude, plus dernière séance de kiné et visite à un couple d’amis et leur premier bébé, deux semaines, très mignon et marrant (souriant).

Mardi matin, j’ai sauvé un bébé lézard en le faisant sortir. Il a une vie tellement courte que je n’allais pas le laisser se dessécher à l’intérieur…

Mardi soir, un spectacle avec une copine. Luigi Rignanese, conteur, et Cyril Ciancolo, musicien et chanteur, ont proposé un conte d’une heure et demie, un conte italien raconté, chanté et musicalisé, c’était très bien, un super moment en plein air.

Jeudi, en fin d’après-midi, les soldes (j’avais fait un tour à la braderie début juillet mais je n’avais rien trouvé qui m’intéressait : robes trop courtes, jupes trop longues…). Moisson : une robe bleu marine, une jupe bleue, un chemisier jaune, un autre vert, et pour les saisons suivantes : une robe noire avec des liserés blancs et un chemisier vert.

Une semaine tranquille mais très très chaude !

Deux petites déceptions. La première : la super éclipse dont on entendait parler depuis des semaines… Tous les jours, le ciel était beau et dégagé mais le jour J… Une petite pluie en soirée et des nuages donc rien vu… La deuxième : pas de nouvelles de mes bibliothèques et je ne sais pas quand elles seront livrées…

Le lendemain de l’éclipse… Lune à gauche, Mars à droite (en bas)

Mais bonne soirée et bonne nouvelle semaine 🙂 Bonnes vacances aussi et, si vous n’êtes pas en congés ou si vous en revenez : bon courage 🙂