Le piano oriental de Zeina Abirached

PianoOrientalLe piano oriental de Zeina Abirached.

Casterman, septembre 2015, 212 pages, 22 €, ISBN 978-2-20309-208-2. Vous pouvez voir 5 pages sur le site de l’éditeur dont une ci-dessous.

Genres : bande dessinée, roman graphique.

Zeina Abirached naît à Beyrouth en 1981. Elle étudie les Beaux-Arts à Beyrouth puis à Paris. Elle vit et travaille entre Beyrouth (Liban), Paris (France) et Berlin (Allemagne).

Beyrouth, 1959. Abdallah Kamanja a reçu une lettre de Monsieur Hofman : il doit aller à Vienne lui présenter son piano oriental. Son meilleur ami, Victor Challita, l’accompagne.

Beyrouth, années 80-90. Enfance et adolescence de Zeina Abirached. « Les mots en français étaient devenus un refuge. (p. 72). Elle quitte Beyrouth en 2004, pour Paris, elle a 23 ans. « J’avais droit à un seul bagage de 23 kilos. » (p. 27).

PianoOrientalExtraitLe piano oriental est une magnifique bande dessinée dans un noir et blanc riche et lumineux ! Sélectionnée au Festival d’Angoulême 2016 et pour le Prix Artémisia 2016, cette œuvre a reçu le Prix Phénix de littérature 2015. J’ai beaucoup aimé comprendre pourquoi Zeina Abirached associe la langue française au noir et blanc. Pour elle, la langue est très importante. « Je tricote depuis l’enfance une langue faite de deux fils fragiles et précieux. » (p. 97). Il en est de même pour la musique avec ce piano éphémère : « Un piano oriental… Cette étrange juxtaposition de deux visions du monde que rien ne semble pouvoir lier, sa musique double, le son léger du déhanchement inattendu d’une note au milieu d’une phrase, je les porte en moi. » (p. 148). Abdallah s’est mariée à Odette ; ils ont eu un fils, Julien ; il est le père de l’auteur. Ainsi, c’est l’histoire de son grand-père que Zeina Abirached raconte avec humour et tendresse dans ce rapprochement entre deux mondes, deux cultures, et c’est vraiment émouvant.

Je vous conseille les autres titres de Zeina Abirached : [Beyrouth] Catharsis et 38 rue Youssef Semaani (2006), Mourir, partir, revenir – Le jeu des hirondelles (2007), Je me souviens – Beyrouth (2008), Mouton (2012) et Agatha de Beyrouth avec Jacques Jouet (2011), tous parus aux éditions Cambourakis. Et pour que vous découvriez encore plus son univers, voici le court métrage d’animation réalisé en 2006, Mouton.

Mes coups de… /12

J’aimerais bien chaque semaine publier un billet sur mes coups de… Ce sera coup de cœur, coup de gueule, coup de blues, coup de chapeau, coup de pompe, coup de théâtre ou simplement coup d’œil, histoire de marquer le coup – ou d’être dans le coup – un peu en coup de vent !

AYIE-Aspho1Deux « Coups de… » sur trois sont anglais donc… A year in England.

Coup de blues

C’est avec tristesse que j’apprends la mort du pianiste anglais John Taylor le 18 juillet. Il était sur la scène du Saveurs Jazz Festival à Segré (dans le Maine et Loire). Il est né le 25 septembre 1942 et a grandi avec la musique jazz. Musicien, compositeur et professeur de piano jazz, il a participé à des duos, quartets, sextets… Plus d’infos sur son site officiel [lien].

Coup de chapeau – 1

Au Docteur Paulo Stanga et à son équipe au Manchester Royal Eye Hospital ! Ray Flynn, 80 ans, atteint d’une DLMA avancée (Dégénérescence maculaire liée à l’âge) a recouvré la vue grâce à l’implantation du premier œil bionique : eh oui, comme dans les romans (et films et séries) de science-fiction !

Coup de chapeau – 2

Le groupe de rock alternatif américain 3 Doors Down, vous connaissez ? Lors d’un concert dans le Colorado, le 14 juillet, le chanteur, Brad Arnold, a stoppé Citizen soldier pour réprimander un spectateur violent qui avait frappé une femme. Bravo à Brad Arnold pour faire régner la politesse et le respect ! Et profitez-en pour écouter les titres du groupe sur leur chaîne [lien].