La douce main du temps de Kim Kwang-kyu

La douce main du temps de Kim Kwang-kyu.

L’Amandier, collection Accents graves Accents aigus, novembre 2013, 262 pages, 25 €, ISBN 978-2-35516-222-0. 시간의 부드러운 손 (Sigan-ûi budûlônum son, 1979-2007) est traduit du coréen par Cathy Rapin et Im Hye-gyông, édition bilingue.

Genres : littérature coréenne, poésie.

Kim Kwang-kyu 김광규 naît le 7 janvier 1941 à Séoul (Corée du Sud). Il étudie l’allemand et la littérature allemande à l’Université de Séoul. De 1972 à 1974, il étudie ensuite à Munich en Bavière (Allemagne) et délivre une thèse de doctorat sur Günter Eich. Dans les années 80, il enseigne l’allemand à l’université Hanyang à Séoul et traduit des poèmes allemands en particulier ceux de Bertolt Brecht, Heinrich Heine et Günter Eich. Depuis son retour d’Allemagne, en 1979, il est poète (à 38 ans, il est considéré comme poète tardif), il reçoit de nombreux prix littéraires et ses poèmes sont traduits en allemand, en anglais, en japonais et en espagnol.

Quatrième de couverture. « Ce recueil préfacé par les traductrices Cathy Rapin et Im Hye-gyong, est né de leur rencontre avec le poète Kim Kwang-kyu, figure reconnue de la littérature coréenne contemporaine et traduit en plusieurs langues. « Captivées » selon leurs propres termes par cette poésie « humaniste », par sa « musique comme un ruisseau pétillant », son « humour). aigre-doux et amer », « sa simplicité et sa force », elles nous ont donné le désir de faire partager aux lecteurs la découverte de ce poète, dont le texte est présenté en version bilingue. Il y a dans cette poésie, notent-elles encore, « une étrange alchimie » réunissant l’Orient et l’Occident autour de thèmes contemporains en prise avec la vie citadine et les réalités sociales et politiques. C’est dans une simplicité, qui n’hésite pas à puiser dans le langage quotidien, et une attention émouvante aux hommes, à la nature, aux détails de la vie, dans un fragile équilibre entre satire et émotion, lyrisme et retenue que ces poèmes nous donnent à entendre cette voix sensible et attachante. »

Bon, eh bien je me lance mais, d’abord, je précise que les poèmes de ce recueil proviennent de plusieurs recueils coréens parus entre 1979 et 2007 (j’ai dû chercher les infos pour les 4 recueils non traduits en français) :
우리를 적시는 마지막 꿈 Le dernier rêve qui nous arrose (1979)
아니다 그렇지 않다 Non ce n’est pas ça (1983)
크낙산의 마음 L’âme du mont Keunak (1986)
좀팽이처럼 Comme un mesquin (1988)
아니리 Aniri (1990)
누군가를 위하여 Nugunlalûl <uihayô (1993)
물길 Le chemin de l’eau (1994)
희미한 옛사랑의 그림자 Hûimihan yetsalangûi hûrimja (1995)
가진 것 하나도 없지만 Bien que je n’ai rien en ma possession (1998)
처음 만나던 때 Quand nous nous sommes rencontrés la première fois (2003)
시간의 부드러운 손 Sigan-ûi budûlônum son (2007) dont est issu le poème La douce main du temps

Dans la préface, Cathy Rapin et Im Hye-gyông, les deux traductrices, expliquent la place de la poésie en Corée, l’histoire de la poésie coréenne et leur(s) rencontre(s) avec Kim Kwang-kyu qui n’utilise pratiquement jamais de ponctuation. Les extraits du paragraphe de la quatrième de couverture, ci-dessus, sont d’ailleurs tirés de cette préface.

De bien jolis poèmes en vers libre ou en prose, dans un style considéré comme simple (dans le bon sens du terme) et descriptif, des poèmes parfois faussement naïfs, parfois drôles voire satiriques, résolument ancrés dans la Nature et dans la vie quotidienne ce qui inclut l’enfance, la famille, la mort, le monde du travail, la ville et son architecture (quasi carcérale), mais aussi la politique (la dictature) et l’évolution de la société avec un petit côté humaniste « contre l’aliénation sous toutes ses formes » (p. 17) et aussi écologique : « C’est le premier poète à écrire sur ces thèmes dits « écologiques » et sans avoir recours à la religion, dénonçant essentiellement un mode de vie qui aliène l’individu. » (p. 21). Et quelque chose que j’ai remarqué mais que ne disent pas les traductrices : l’importance des saisons et des éléments.

Malheureusement, je me dois de dire une chose : la préface est truffée de fautes d’orthographe et de grammaire… Exemples. Parfois il est écrit Kim Kwang-Kyu et parfois Kim Kwang-kyu, parfois avec tiret et parfois sans, « aux chutes inattendues et acide » (p. 9), « très bien accueilli par les critiques, certains de ses poèmes » (p. 11), « Cette relation privilégiée avec la littérature allemande et ce pays qui ne le quitte pas, l’incite » (p. 12, depuis quand met-on une virgule entre le sujet et le verbe ? Et puis je n’ai pas rêvé, il y a bien deux sujets ?), « quelques textes ont été publié » (p. 13, il y a vraiment un problème avec les pluriels !), « où sont rassemblés des expériences exemplaires » (p. 20, tiens, ici, ce n’est pas le pluriel mais le féminin), « exode rurale » (p. 21), « êtres humain » (p. 23) soit une dizaine de fautes dans une préface de 18,5 pages…

Heureusement, c’est plus soigné dans les poèmes. C’est que je ne voudrais pas vous éloigner de leur lecture ! Parce que c’est quand même rare la poésie coréenne en français donc il ne faudrait pas s’en priver. N’est-ce pas ? Et ces poèmes sont tous comme autant de petites histoires, réalistes ou amusantes. D’ailleurs, pour vous donner une idée, voici – parmi les 91 poèmes de ce recueil – 5 extraits.

« Des poissons bossus / vivent dans le Han / pondent des alevins bossus / qui halètent à bout de souffle / qui ne sortent pas des égouts de Séoul / qui ne rejoignent pas la mer / Un coin impossible à quitter / un coin impossible à rejoindre / est-ce là le pays natal ? » (Pays natal, p. 35).

« Les matins d’automne / les faisans criaillent / des poules faisanes / à la tête de leurs faisandeaux / descendent de la colline / vers la décharge / picorent / germes de soja et miettes d’anchois » (extrait de Faisans de Séoul, p. 85).

« Qui ne l’a su / ce que chacun éprouvait / ce que chacun vivait / qui ne l’a su / à l’époque tous / le savaient / faisaient comme si / et ce que / pas un ne pouvait dire / pas un ne pouvait écrire / a été transmis avec / notre propre langue / notre propre vocabulaire / qui ne l’a su / alors aujourd’hui / n’en parlez pas à la légère / pensez-y / à l’époque / que faisiez-vous ? » (À l’époque, p. 109).

« Pouf ! pouf ! le lapin qui bondissait / agonise dans un sous-marin / les panthères plus rapides que les chevreuils / sont en voix de disparition / hier et aujourd’hui / comme d’habitude / la tortue / cric croc ! va encore crapahuter dix mille ans / et qui lui reprochera sa lenteur ? » (La tortue, p. 191).

« Chemin parsemé de feuilles de chêne / devant le portail du temple / un jeune bonze / sous une bâche de plastique / mange une brochette de pâte de poisson / avale gloutonnement toute la soupe / tel un soldat de retour à la caserne / la froidure arrive tôt dans la montagne / l’hiver ne fait pas peur mais / force et vigueur sont nécessaires / pour pratiquer la méditation » (Devant le portail du temple, p. 209).

Alors, ça vous plaît ?

J’ai choisi ce recueil pour la case Poésie du Challenge du confinement (qui se termine dans quelques jours) et j’en profite pour mettre cette lecture dans le Challenge coréen.

L’ombre du vide de Park Ynhui

OmbreVide-ParkYnhuiL’ombre du vide de Park Ynhui.

L’atelier des cahiers [lien], collection Littératures, décembre 2012, 174 pages, 10 €, ISBN 979-10-91555-06-7. Poèmes traduits du coréen par Benjamin Joineau et traduction revue par l’auteur.

Genres : littérature coréenne, poésie.

Park Ynhui 박인희 (de son nom de plume Park Yeemun 박이문) naît le 26 février 1930 en Corée (au sud). Il étudie la littérature française à l’Université de Séoul et, après un voyage de dix mois en France (1957-1958) qui le ravit, il décide d’étudier la littérature à la Sorbonne (1961-1965). Puis il étudie à la Southern California University (États-Unis) et devient – à l’âge de 23 ans – professeur à Boston d’abord puis au Japon et en Allemagne ensuite. En 1993, il retourne en Corée où il est professeur, philosophe, essayiste et poète.

OmbreVide1L’ombre du vide 공백의 그림자 (Gongbaek-eui geurimja) est une anthologie de poèmes parus à Séoul dans quatre recueils entre 1979 et 1989. Ces poèmes sont illustrés avec finesse par Alain Bert. Pour Park Ynhui, tout est prétexte à écrire de la poésie : les saisons, un souvenir, un voyage, quelque chose d’aperçu, un chien, la nature… L’auteur développe ainsi de nombreux thèmes parmi lesquels la neige, l’ombre, le vide qui reviennent régulièrement mais aussi la guerre et la paix, la liberté, la pensée, la langue et le sens des mots, l’ordre et le désordre, la spiritualité, l’amour, les êtres vivants, l’animalité (la bestialité) des humains, la mort… Et derrière tous ces thèmes, dans tous ces poèmes, on devine à la fois le poète et le philosophe.

Pour chaque recueil, j’ai choisi un poème. Pour les trois premiers recueils, le choix s’est porté tout naturellement sur un des poèmes. Recueil 1 : La rivière Charles sous la neige (1979) = poème 7. Entre les langues (p. 22). Recueil 2 : Le rêve du papillon (1981) = poème 16. Boîte aux lettres vide (p. 39). Recueil 3 : L’ombre des choses invisibles (1987) = poème 40. Stèle (p. 81).

OmbreVide-ParkYnhui-1

Vous pouvez voir cette image en taille réelle en l’ouvrant dans un autre onglet.

Pour le recueil 4 : Échos du vide (1989), j’ai hésité entre trois ! Poème 64. L’oiseau de la montagne et la stèle (p. 116), poème 65. Là-bas (p. 117) et poème 69. Les étoiles du langage (p. 121).

OmbreVide-ParkYnhui-2

Vous pouvez voir cette image en taille réelle en l’ouvrant dans un autre onglet.

Certains poèmes sont très émouvants, comme ceux pages 90-91-96-97-103-104-106, dans lesquels l’auteur décrit des cimetières, des stèles : que reste-t-il de l’Histoire ? Des grands hommes, des poètes ? De ceux qu’on a aimé (il parle de sa mère) ? Des ruines… Mais aussi des textes, des pensées, des idées !

OmbreVide2Dans la postface, N’écoutez pas la voix d’un cochon, un texte en trois parties (L’interrogation, Un cochon, L’homme) écrit peu avant son départ de Paris pour les États-Unis et publié dans la Nouvelle revue française en 1967, l’auteur se livre encore plus et partage ses interrogations sur la civilisation, sur l’existence. « Je crie dans le silence : quoi faire, que faire, et pourquoi faire ? » (p. 140). L’auteur, tout juste diplômé et jeune philosophe déraciné, se questionne sur l’avilissement de l’espèce humaine, sur sa recherche avide de savoir et de connaissance : « la lumière de l’esprit, la puissance de la pensée et du savoir, cette joie d’illumination de voir clair en tout. » (p. 144). Cette extraordinaire volonté de connaître et de comprendre l’esprit occidental, la raison occidentale, est touchante : un jeune Coréen curieux de tout, assoiffé d’apprendre, en admiration devant « la puissance concrétisée de Paris » (p. 148) qui, pour lui, symbolise l’histoire, l’architecture, la littérature, la pensée et la philosophie venues des « Anciens » (les philosophes grecs et romains). Mais, finalement, la pensée occidentale qu’il a apprise : « elle est une expérience vécue » (p. 152) et la pensée coréenne qui vit en lui : « un grain de raison qui s’allume, s’éclaire dans la tête, dans mon âme » (p. 169) se complètent dans un esprit de composition et d’analyse totalement novateur et enrichissant qui emplit le lecteur qu’il soit Coréen ou Occidental.

« […] je ne suis qu’un imbécile, qu’un sale cochon ! Et justement puisqu’il faut mourir, il faut coûte que coûte vivre jusqu’au bout. » (p. 159). Alors vivons, étudions, lisons, pensons… !CoreeLogo7

Une note de lecture pour le Challenge coréen. Et merci à Benjamin et à L’atelier des cahiers. Ce livre – qui est arrivé de Séoul – est destiné à voyager chez les autres participants du challenge. J’en parle en fin de semaine.