Image

Projet 52-2017 #11

Voici ma onzième participation pour le Projet 52-2017 de Ma et cette semaine, le thème choisi par Ma est poésie.

Pas le temps et le matériel pour rédiger moi-même une poésie et je ne pourrais pas l’illustrer car je ne sais pas dessiner… Il me faut donc trouver une autre idée, et le thème est bien poésie et pas poétique alors ça me limite… Voici donc une photo de quelques livres de poésie que j’ai trouvés dans mes livres toujours pas rangés… Je les ai posés sur un set rond pour modifier l’image rectangulaire en image ronde, qu’en pensez-vous ?

Je vous souhaite un bon weekend et, si vous voulez aussi participer à ce projet photographique sur l’année, allez vite voir Ma !

Citation

Jeudi poésie – Haïku

Mi-février, Asphodèle a pensé à un Jeudi poésie spécial haïku et a lancé un sondage (ici). Je me suis enthousiasmée, quelle belle idée ! Et puis, j’ai oublié… Entre temps, Asphodèle a créé un joli logo, bien zen, et a donné les résultats du sondage (ici). Et le jeudi 9 mars, hier, c’était le jour J, mais comme j’ai zappé l’événement… Pour l’instant, je n’ai participé qu’une fois au Jeudi Poésie : « peut mieux faire » ! Voici mon haïku de printemps avec un jour de retard, c’est gentillet, je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir plus que ça…

Pousse les nuages

Oh terrible vent fougueux

Oui c’est le printemps !

Le Jeudi Poésie avec Asphodèle #1

jeudipoesie-presentationAbandonné depuis le mois de mai, le Jeudi Poésie revient depuis octobre chez Asphodèle et je me rends compte que je n’ai pas participé à des ateliers d’écriture depuis… longtemps ! Et que ça me manque d’écrire ! Alors, le jeudi sur mon blog, c’est plutôt musée – avec Le jeudi, c’est musée – mais je n’arrive pas à m’y tenir toutes les semaines… Pourtant j’ai la matière ! Donc je me dis pourquoi pas poésie de temps en temps ?

Il existe deux jolis logos. Le premier est un oiseau couronné (d’Ana Rosa) à utiliser pour les participants qui veulent présenter un poème ou un(e) poète. Le deuxième, explicite, représente des crayons en bois pour ceux qui participent en écrivant un poème. Je pense que je participerai tantôt à l’un tantôt à l’autre, et pourquoi pas aux deux avec un poème ou un poète qui m’aurait inspirée mon propre poème. En tout cas, je suis plus dans le poème court (genre haïku), j’espère que ça ne vous dérange pas.

jeudipoesie-participationPour ma première participation au Jeudi Poésie, je présente un poème d’Oscar Wilde car je suis un mooc Oscar Wilde, écrivain et penseur du langage. Et je choisis Le jardin des Tuileries car le professeur du mooc a bien insisté sur la francophilie et l’amour de la France de l’auteur irlandais. J’espère que vous l’apprécierez car je trouve ce poème rafraîchissant, joyeux, et à l’approche de l’hiver, beaucoup d’entre vous rêvent peut-être de fleurs printanières !

Le jardin des Tuileries (poème extrait de La maison de la courtisane, 1919)

Cet air d’hiver est vif et froid, et vif et froid est ce soleil d’hiver, mais autour de ma chaise, les enfants courent : on dirait de menues choses en or qui dansent.

Parfois aux abords du kiosque bariolé, des soldats en miniature se promènent fièrement, allongent le pas. Parfois ce sont des brigands aux yeux bleus qui se cachent dans les fourrés dépouillés des massifs.

Et d’autres fois, pendant que la vieille bonne s’absorbe dans son volume, ils se risquent à traverser le square, et lancent leurs flottilles de papier parmi les gros tritons de bronze verdi qui se contorsionnent.

Puis ils font semblant de fuir en un vol rapide, et puis ils se lancent, bande turbulente, et s’aidant de leurs petites mains tour à tour, ils grimpent à l’arbre noir, effeuillé.

Ah ! cruel arbre, si j’étais vous, et si des enfants grimpaient sur moi, rien que pour eux, je ferais jaillir de tout mon corps, en dépit de l’hiver, des fleurs printanières, des blanches, des bleues.

Source : Paris Info (cliquez sur la photo)

Le diamant fou de Federico García Lorca

DiamantFouLe diamant fou de Federico García Lorca – Traduit de l’espagnol par André Belamich, Claude Couffon et Bernard Sesé – Illustré par Séverine Assous.

Éditions Michalon [lien], collection Album Tatou, octobre 2006, 43 pages, 15 €, ISBN 978-2-84186-329-7.

Genre : Poésie

C’est pour le Mois espagnol de Sharon que j’ai lu ces poèmes de Federico García Lorca. Cet auteur espagnol, né le 5 juin 1898, a été exécuté le 17 août 1936. Il jouait du piano, il chantait, il peignait, il écrivait, il avait voyagé à New York et à Cuba, il était engagé. Il était ami avec Salvador Dalí qui disait de lui qu’il était un diamant fou. Très belle biographie de García Lorca écrite par Héliane Bernard (p. 40 à 42) et un hommage (p. 2).

Les 18 poèmes présentés dans cet album illustré par Séverine Assous ont été écrits entre 1920 et 1936. Ils racontent la vie, les femmes, l’amour, la musique, New York et Cuba. Ce recueil est bien plus agréable à lire qu’un recueil habituel, académique. Les illustrations en double page sont intenses et colorées, elles entourent bien les poèmes. J’ai en fait découvert Federico García Lorca que je n’avais jamais lu et c’est une belle surprise !

MoisEspagnolMai2015-3Mon poème préféré est Suite (1923).

« Toute chanson

est une eau dormante

de l’amour.

Tout astre brillant

une eau dormante

du temps.

Un nœud

du temps.

Et tout soupir

Une eau dormante

du cri. »

Le philtre des nuages de Radu Bata

[Article archivé]

Le philtre des nuages est un recueil de poésies de Radu Bata paru aux éditions Galimatias dans la collection Gris en mai 2014 (111 pages, 15 €, ISBN 978-2-9539077-1-1).

Je remercie Babelio et les éditions Galimatias car j’ai reçu ce livre dans le cadre d’une opération Masse critique.

Radu Bata est journaliste, auteur et il a été professeur de français en Roumanie (jusqu’en 1990). Du même auteur : Mine de petits riens sur un lit à baldaquin également paru aux éditions Galimatias. Ainsi que Fausse couche d’ozone et Le rêve d’étain, sous pseudonymes (Ion Aretia B. pour le premier livre et Batu Batuturesco pour le deuxième) aux éditions ProMots. Sa page Facebook : https://www.facebook.com/thomas.man.9.

La couverture est de Gwen Keraval : c’est superbe, non ? J’aime beaucoup l’univers de cet illustrateur (né à Paris en 1976 et Lyonnais d’adoption). Son site : http://www.gwenkeraval.com/.

Le philtre des nuages et autres ivresses est un recueil de 104 « poésettes », la poésette étant « un poème sans prise de tête ». L’auteur y parle avec dérision du monde, de la vie, de l’amour, de Dieu, des saisons, des réseaux sociaux, des relations entre les gens… Il aime les métaphores, les nuages et les astres. Ses poésettes originales et décalées sont courtes (quatre vers) ou plus longues (deux pages) mais, dans tous les cas, on sent que l’auteur s’amuse ; son humour est parfois absurde, et pas seulement lorsqu’il cite des personnalités roumaines (littéraires, sportives).

« derrière les mots il y a un mystère / prêt à aveugler la lumière / parfois il suffit de se pencher / pour en saisir l’abyssal secret » (extrait de Le silence des mots, p. 40).

Radu Bata est inspiré, inventif, il joue avec les mots et il aime le silence alors chut… Lisons simplement ses poésettes !

« pour avoir longtemps appris / à parler avec les gens / j’enseigne / aujourd’hui / le silence » (Devoir de reconnaissance, p. 36).

J’ai passé un bon moment de lecture mais j’avoue que parfois, le poète étant dans son monde, je n’ai pas tout compris… Une relecture s’imposera donc mais en attendant, voici trois extraits qui m’ont particulièrement plu.

Premier extrait (Je d’ombres, p. 76) : « je est un refuge / un subterfuge / un transfuge / mais surtout / je est une fuite en avant / un alter ego / parti prendre le pouls / de la nature / un usurpateur d’existence »

Deuxième extrait (Exercice pour exorciser le dimanche, p. 91) : « j’ai photographié la pluie / et la journée / est passée / entre les gouttes »

Troisième extrait (Dans un monde où les paroles sont dans la fosse aux ours je voudrais faire professeur, p. 108-109) : « dans cette existence / j’ai été volontaire / pour faire soigneur de mots / […] / il est sans fin / ce travail de soigneur / il me prend le jour la nuit / de toutes les saisons / car les mots / sont souvent blessés / par les gens / qui n’aiment pas / le dictionnaire / ils sont souvent jetés / dans le fossé / par les gens / qui ne parlent / que le langage des chiffres / […] / alors le monde / s’il est bon élève / pourrait s’envoler / vers une galaxie / moins égocentrique »

Alors, que pensez-vous de ces extraits ? D’autres extraits dans la revue Levure littéraire.

Une lecture pour les challenges Littérature francophone (comme Cioran et Ionesco en leur temps, Radu Bata écrit en français), Le mélange des genres (recueil de poésie), Tour du monde en 8 ans, L’Union européenne en 28 livres et Voisins voisines (Roumanie).