À crier dans les ruines d’Alexandra Koszelyk

À crier dans les ruines d’Alexandra Koszelyk.

Aux Forges de Vulcain, août 2019, 254 pages, 19 €, ISBN 978-2-373-05066-0.

Genres : littérature française, premier roman.

Alexandra Koszelyk naît en 1976 en Normandie. Elle est professeure de français, de latin et de grec ancien en région parisienne. À crier dans les ruines est son premier roman (une nouvelle romancière à suivre !).

Après des années Léna, 33 ans, retourne à Kiev. « Quand Léna arrive à Kiev, elle ne s’attend à rien ou plutôt à tout. Des odeurs de son enfance, la musique de sa langue natale, les dernières images avant son exil. » (p. 9, premières phrases du roman). C’est que Léna vit en France, près de Cherbourg. « Pour vous rendre dans la ville fantôme de Pripiat, vous prendrez notre bus. Il y a un seul aller-retour par jour. Quand vous serez dans la zone contaminée, vous ne resterez jamais seule. Vous suivrez la guide et resterez avec le groupe. » (p. 10). Tarif : 500 $, c’est cher pour du tourisme qui va la contaminer ! Arrivée sur place, « Un hoquet sort de la bouche de Léna. Sa terre est devenue une simple attraction touristique. Sa ville natale est un cimetière dont le sol subit chaque jour les semelles des touristes. Ils écrasent une terre irradiée, calcinée par le feu. » (p. 15). Mais Léna n’est pas là pour faire du tourisme, elle veut revoir son ami d’enfance. « Et Ivan, qu’est-il devenu ? » (p. 20).

Léna naît en 1973, ses parents, Dimitri et Natalia, sont des scientifiques qui travaillent à la Centrale Lénine. Ses grands-parents s’occupent d’elle et elle a 3 ans lorsqu’elle rencontre un garçon du même âge qu’elle au parc, Ivan. Ivan aime la nature, les plantes, les animaux, le dessin. Ils sont heureux et insouciants.

Nuit du 25 au 26 avril 1996. « L’alarme s’enclenche […]. Le réacteur perd pied, […], il ne tient plus et explose la dalle de béton qui l’entoure. Un feu d’artifice de 1200 tonnes. Le fracas est assourdissant. Les lumières clignotent. La catastrophe a eu lieu. On court, on tourne, on hurle. […] » (p. 42). Ce qui s’est passé cette nuit est très bien expliqué mais pas avec des termes techniques incompréhensibles, de façon à ce que les lecteurs comprennent facilement. Le lendemain, la famille part pour Kiev, Zenka la grand-mère, les parents et Léna, 13 ans. Ivan pédale comme un fou à côté du bus. « Léna riait aux éclats. Bientôt, dans un mois au plus, elle rentrerait de France et partagerait avec lui ce souvenir : là-bas, à Pripiat, dans leur cabane du parc. » (p. 55). Mais l’exil dure depuis plus de vingt ans et Léna n’a aucune nouvelle d’Ivan. Le père ne veut plus entendre parler de l’Ukraine, du passé, il n’explique rien à Léna qui doit subir l’exil, la solitude, la souffrance.

Léna est au collège à Vauville, en Normandie mais elle ne se fait pas d’amis à part la bibliothécaire, madame Petitpas. « Les guerres éloignent les peuples, les légendes les rassemblent. Il existait aussi une mademoiselle de Gruchy dans les steppes ukrainiennes, même si elle ne portait pas le même nom. Deux régions du globe bien distinctes, mais une seule âme de conteur. » (Zenka, p. 103). « Le pays de Caux, avec ses marécages, regorgeait de légendes cruelles. Ses légendes permirent à Léna de s’approprier son nouveau pays. » (p. 103-104). À la rentrée suivante, au lycée à Cherbourg, Léna découvre les légendes celtes et gauloises avec Armelle, une exilée franco-écossaise. « […] elle entendait enfin, grâce à Armelle, des chœurs ancestraux. Ils la portaient vers de nouvelles rives inconnues qu’elle semblait connaître par cœur. Cette amitié l’ouvrit au monde. » (p. 115). « Le passé était un pays étranger qui ne la quittait jamais. » (p. 133).

Janvier 1993, à Slavoutytch (ville moderne construite à une cinquantaine de km de Pripiat). « Voilà, j’ai vingt ans, et je ne sais toujours pas pourquoi je continue de faire semblant ni pourquoi je t’écris cette lettre que tu ne liras jamais. » (lettre d’Ivan, p. 142).

Bien sûr, à la télévision, Léna entend les informations et voit des documentaires sur Tchernobyl mais « Elle ne reconnaissait plus rien, les alentours de Tchernobyl étaient en ruine […]. Il est des silences remplis d’autres silences. » (p. 149).

« Léna, l’Ukraine t’appelle inlassablement. Tu y es attachée. Ne lutte pas contre toi-même. Souvent nous sommes notre meilleur ennemi ; crois-moi, je suis bien placée pour le savoir. Il serait temps de t’écouter. […] Il est temps d’écrire à Ivan de remettre en cause les paroles de ton père. Personne ne sait s’il est mort ou en vie. » (Armelle, p. 176).

Ce beau roman, vraiment bien maîtrisé pour un premier roman, parle d’écologie, de démesure de l’humain qui veut dompter la nature, de la science et de la technique qui sont « la réponse à tout » (p. 137) pour les soviétiques (mais s’il n’y avait que pour eux… !). Il traite aussi de la famille, des relations parfois compliquées entre les êtres, de l’exil, des souvenirs et des non-dits, de la nostalgie, de l’espoir et de l’amour d’une très belle façon.

À crier dans les ruines est le premier roman de la Rentrée littéraire d’automne 2019 que je lis et c’est un coup de cœur. Il est déjà finaliste dans le Prix Stanislas et sélectionné pour le prix Jeunes Talents 2019 des librairies Cultura : j’espère qu’il recevra un ou plusieurs prix littéraires car il le mérite !

Une très belle lecture pour 1 % Rentrée littéraire 2019 que je mets dans Lire sous la contrainte (session 45 avec le mot ruines).

Publicités

Oublier Klara d’Isabelle Autissier

Oublier Klara d’Isabelle Autissier.

Stock, collection La Bleue, mai 2019, 320 pages, 20 €, ISBN 978-2-23408-313-4.

Genres : littérature française, plutôt roman historique, mais pas que.

Isabelle Autissier naît le 18 octobre 1956 à Paris. Dans les années 70, elle étudie l’agronomie et devient ingénieur agronome spécialisée en exploitation des ressources vivantes aquatiques (halieutique). Mais elle découvre la voile et se lance dans les courses en solitaire. Célèbre navigatrice, elle est la première femme à avoir fait le tour du monde à la voile en solitaire (en 1991). Elle est autrice (essais, contes, romans). Elle est aussi présidente du WWF France depuis 2009.

États-Unis d’Amérique, automne 2017. Iouri, 46 ans, n’a pas mis les pieds en Russie depuis 23 ans ; il vit à Ithaca dans l’État de New York où il est ornithologue et professeur universitaire. Mais il reçoit un mail et apprend que Rubin Bondarev, son père qui a 72 ans, est hospitalisé et au bord de la mort : « cancer du foie, visiblement en phase terminale » (p. 10-11). Iouri s’envole donc pour Mourmansk (nord-ouest de la Russie, cercle polaire). « Il avait laissé l’URSS en noir et blanc, la Russie était passée à la couleur. » (p. 16). Il rend visite à son père à l’hôpital et celui-ci commence à raconter ce qu’il sait.

URSS, 1950. Klara et Anton, tous deux géologues, furent transférés de Leningrad (redevenue Saint-Pétersbourg) à Mourmansk alors que leur fils unique, Rubin, était encore bébé. Klara était directrice de département et Anton chercheur ; ils étaient donc privilégiés mais, une nuit de juin, quand Anton a entre 4 et 5 ans, des hommes en noir ont embarqué Klara. « J’ai su immédiatement qu’il ne fallait pas parler de ce qui était arrivé, ne plus jamais en parler, grommela Rubin en ouvrant enfin les yeux. Ta grand-mère avait fait quelque chose. Mon père avait raison, elle nous avait mis en danger. Je l’ai haïe, elle nous avait trahis. J’étais bien trop petit pour comprendre ce qui s’était tramé dans les mois précédents. Mais, j’ai tout de suite senti qu’il ne fallait pas chercher à le savoir. » (p. 34-35). Iouri pensait que Klara, sa grand-mère était morte de tuberculose ! « Qu’avait-elle fait ? Qu’était-elle devenue ? Il savait ces questions inutiles, mais ne pouvait s’empêcher de les poser. Était-il le petit-fils d’une résistante visionnaire, d’une simple victime d’une jalousie professionnelle ou d’une idiote qui avait fait une mauvaise plaisanterie ? Devait-il s’honorer d’avoir pour aïeule cette femme qui avait fait basculer le roman familial ? Au nom de quoi cette trace indélébile avait-elle été infligée, bouleversant la vie de son père et la sienne ? » (p. 38). Iouri s’adresse en premier lieu au Mémorial mais beaucoup de dossiers ont été transférés à Leningrad et beaucoup de familles n’ont jamais rien réussi à savoir… Mais Iouri est intrigué, il veut maintenant découvrir ce qu’il est advenu de Klara, pas seulement pour son père mourant, pour lui.

Ce roman est saisissant tant il raconte de choses ! La politique et l’histoire de l’URSS (parmi les points cruciaux, la mort de Staline et l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev après la chute du mur de Berlin), la fatalité, les interrogations qui détruisent les familles, la solitude et la souffrance, le froid et la pauvreté, la violence « ordinaire », le goulag, il parle même aussi d’homosexualité, d’écologie et de pêche intensive sur chalutiers. Iouri a ouvert les yeux, en 1986, après avoir lu Docteur Jivago de Boris Pasternak, roman que « les grands du lycée » (p. 103) considéraient comme une bombe. Il y a un passage dans lequel Iouri est, pendant les deux mois d’été, sur le chalutier de pêche commandé par son père : pêche intensive en mer de Barents jusqu’au Spitzberg (territoire norvégien !) pour respecter les quotas, mauvais temps, maltraitance du personnel… Ce passage, réaliste et violent, m’a fait penser au roman japonais, Le bateau-usine (Kanikôsen) de KOBAYASHI Takiji qui a été adapté en manga, Le bateau-usine de Gô Fujio et Takiji Kobayashi. Le roman s’attarde sur la chute du mur de Berlin, l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, la déception, les études de biologie à Saint-Pétersbourg (Iouri est ravi de quitter Mourmansk et ses parents) et la bourse pour sa thèse aux États-Unis. « Là-bas s’ouvrit une page blanche : nouvelles habitudes, nouvelle langue, nouvelles relations, nouveau travail. Il s’y plongea à corps perdu. » (p. 150). Oublier Klara, c’est aussi la course au nucléaire soviétique, les peuples autochtones brimés, ici les Nenets sur l’île de Sipaeïevna (surnommée l’île aux rennes) et la Russie moderne dont certains aspects sont incompréhensibles pour Iouri.

Mais ne pensez pas que ce roman est un foutoir ! Tout vient à point, tout est fluide, ordonné, mais pas franchement réjouissant. « La peur, la sale peur, celle qui transforme les braves types en bourreaux déferlait dans les têtes et les cœurs. » (p. 294). Et Isabelle Autissier a réussi son coup (un coup de maître) car elle connaît la mer, la pêche, les oiseaux, et apparemment elle connaît bien aussi l’URSS, les années communistes et la mélancolie russe !

Un de mes passages préférés. « Il se jura à nouveau qu’il n’aurait plus jamais peur. Mais oublier Klara ! C’était totalement impossible. » (p. 176).

J’ai aimé la passion de Iouri pour les oiseaux. « Les oiseaux étaient ce qu’il ne serait jamais : des êtres puissants et libres. » (p. 71).

Je mets ce roman dans Lire en thème 2019 : il faut un livre dont le titre comporte un prénom.

Célestopol d’Emmanuel Chastellière

Célestopol d’Emmanuel Chastellière.

Les éditions de l’instant (euh… un lien ?). Libretto, mai 2019, 352 pages, 10,70 €, ISBN 978-2-36914-496-0.

Genres : littérature française, science-fiction, steampunk.

Emmanuel Chastellière naît en 1981 (je ne peux vous dire où) et s’intéresse très jeune aux littératures de l’imaginaire. Il étudie l’Histoire et se lance dans l’aventure Fantasy en 2000 avec Elbakin.net : j’ai l’impression de suivre ce site depuis ses débuts sans connaître les noms de ses créateurs. D’ailleurs je pense avoir découvert Emmanuel Chastellière en tant que traducteur (La chute de la Maison aux Flèches d’Argent d’Aliette de Bodard) avant de le découvrir en tant qu’auteur car c’est cette traduction qui m’a donné envie de le lire. Plus d’infos sur son site et son blog Un mot après l’autre ainsi que sur sa page FB et la page FB de Célestopol.

Anton, jeune journaliste ukrainien se rend à Célestopol pour couvrir la Régate de la Coupe de l’Empereur. Célestopol est une ville-dôme sur la Lune ! Eh oui, en 1913, l’empire russe a une cité lunaire, dirigée par le duc Nikolaï Alekseïevitch Romanov depuis des années, et qui vit grâce à l’exploitation du sélénium (un gaz très puissant pour l’énergie aussi bien de la Lune que de la Terre mais dangereux). Il rencontre la jolie Tuppence Abberline, une Anglaise avec des origines indiennes, qui n’est autre que la maîtresse du duc Nikolaï. À Célestopol, une cité cosmopolite, il y a quelques ouvriers humains (relégués dans les sous-sols, on ne les voit jamais) mais pratiquement tout est géré par des automates. Pour en revenir à la Régate, le Neptune, vaisseau russe, est tenant du titre depuis cinq éditions mais, bizarrement, il vient de perdre trois manches (sur sept)… « Le reporter était sensé couvrir l’événement mais surtout célébrer la victoire de son vaisseau, celle de tout un peuple. » (p. 22).

D’autres personnages apparaissent, comme Clémence Lafleur, étudiante en histoire, Québécoise de la Nouvelle France (oui, beaucoup de noms sont changés) ; Anastasia, cousine du duc, envoyée par la tsarine pour rétablir l’ordre car un bandit masqué surnommé l’Oiseau de Feu sévit ; Arnrún, chasseuse de prime islandaise et son ami, Wojtek, un homme qui vit dans le corps d’un ours ; ou encore Kokorin, un voleur amoureux, ou Octave Bellême, un entrepreneur français qui souhaite ouvrir un grand magasin à Célestopol, etc.

Et justement, il y a vraiment beaucoup de personnages ! Attention, ce n’est pas une critique mais ce n’est pas évident à suivre ! Cependant j’ai bien aimé ce livre ; je n’ose dire roman car est-ce vraiment un roman ? Puisque l’auteur a voulu créer plein d’histoires avec des personnages différents, le récit est plutôt orienté avec des chapitres qui ressemblent à des nouvelles indépendantes les unes des autres même s’il y a bien sûr une certaine continuité. Les personnages et les chapitres ne sont donc pas tous liés les uns aux autres à part que l’action se déroule à Célestopol (et plusieurs personnages disparaissent même rapidement !). Tout ça m’a un peu déroutée au début mais je respecte le choix de l’auteur qui en avait plein la tête et a voulu raconter toutes ces histoires pour ne pas les perdre, d’autant plus que les récits sont réellement bons (voire surprenants) et que plusieurs habitants de Célestopol sont attachants (je pense que mes préférés sont Arnrún et Wojtek).

Le duc Nikolaï croit absolument en sa cité. « La Terre est finie, mademoiselle. Elle a laissé passer sa chance. Célestopol est l’avenir. Je suis l’avenir. Mais j’ai bien l’intention de préserver le passé. » (p. 61-62). Par exemple, il y a des dodos sur Célestopol alors qu’ils ont disparu sur Terre. Mais, malheureusement, l’avenir montrera au duc qu’il avait tort… Il est d’ailleurs étonnant qu’un auteur pense à détruire le monde et les personnages (humains et automates) qu’il a (j’imagine amoureusement) créés.

Ma phrase préférée : « Le travail […] se faisait rare. Alors les habitants préféraient oublier les soucis du quotidien dans l’alcool et la débauche. » (p. 289) : comme sur Terre, en fait !

J’avais très envie de lire Célestopol depuis sa parution alors j’ai sauté sur l’occasion avec la sortie en Libretto (poche) et je suis ravie car c’est un bon livre pour se faire plaisir dans un début de XXe siècle totalement différent de la réalité historique, plutôt steampunk mais ici le sélénium remplace la vapeur ! (il est beaucoup plus polluant et dangereux). Je recommande Célestopol aux fans de la Lune (c’était récemment le 50e anniversaire de la mission lunaire Apollo 11), de science-fiction, d’uchronie et de mystère (il y a en particulier des clins d’œil à des contes russes et à la mythologie scandinave).

J’ai maintenant très envie de lire Le village, le premier roman d’Emmanuel Chastellière, sombre et fantastique, paru aux éditions de l’instant en 2016 (pas évident à trouver… Une parution en poche serait la bienvenue). Par contre, le thème de son troisième roman, L’empire du léopard, paru aux éditions Critic en 2018, m’intéresse moins (historique et fantasy) mais pourquoi pas.

En attendant, Célestopol est une chouette lecture pour Littérature de l’imaginaire et Vapeurs et feuilles de thé (décidément je n’honore pas ce challenge avec des romans typiques car Célestopol – comme d’autres avant lui – ne se déroule(nt) pas en Angleterre comme la majorité des romans steampunk).

Ciel mon moujik ! de Sylvain Tesson

Ciel mon moujik ! de Sylvain Tesson.

Sous-titré : Et si vous parliez russe sans le savoir ?

Chiflet & Cie, juin 2011 mais je n’en ai pas trouvé de trace sur le site Hugo & Cie… De toute façon, je l’ai lu en poche : Points, collection Le goût des mots, février 2014 (réédition en janvier 2018), 140 pages, 6,20 €, ISBN 978-2-7578-3842-6.

Genres : littérature française, essai, linguistique.

Sylvain Tesson naît le 26 avril 1972 à Paris. Écrivain et grand voyageur, il est très connu et apprécié des lecteurs mais, rendez-vous compte : c’est la première fois que je lis cet auteur !

Sylvain Tesson voyage depuis l’été 1991 en Russie et « Dès mon premier séjour, mon oreille avait reconnu des pans entiers de phrases russes, comme si son pavillon avait été modelé par un mystère génétique pour recevoir spécialement la musique de cette langue » (prologue, p. 13). Bon, je veux bien le croire mais j’ai demandé à des gens qui parlent russe et qui ont voyagé en Russie et ils m’ont dit qu’il exagérait !

Cependant, à la fin du XVIIe siècle, Pierre le Grand visite l’Europe, modernise la Russie (sciences, techniques, arts…) et ces nouvelles pratiques apportent évidemment de nouveaux mots : « La langue russe adopta des centaines de locutions venues du français, de l’italien, de l’anglais et du latin… » (p. 16). L’auteur compare l’âme russe à l’esprit français. Ici, je veux bien le croire : deux pays à l’opposé de l’Europe, deux pays différents mais deux révolutions tragiques et deux pays régicides… Les Lumières, la philosophie, les arts, la gastronomie, la révolution, la campagne de Napoléon… : « Pour toutes ces raisons, des mots se sont échappés à l’Est. Et n’en sont pas revenus. Ce sont eux que nous [*] avons recensés ici, par centaines. » (p. 19). Nous [*] parce que des amis l’ont aidé dans sa collecte.

« Les mots sont d’intrépides aventuriers s’affranchissant des distances en voyageant au long des siècles avec audace. » (p. 21).

Ce livre est drôle et stupéfiant ! Je me sens moins cancre (en ce qui concerne la langue russe). J’ai pensé relevé tous les mots russes cités mais ça faisait trop ; autant acheter le livre en poche et surligner les mots russes au stabilo ! Et à la fin du livre, il y a un lexique avec les mots en cyrillique et leur signification (par exemple библиотека, c’est bibliothèque).

Je vous l’ai dit [ici], la Russie et la langue russe me poursuivent depuis le début de l’année (et même depuis plus longtemps en fait !) et j’ai encore plus envie d’apprendre le russe mais, depuis que j’ai lu ce livre (au printemps, eh oui, je rattrape peu à peu le retard dans la publication de mes notes de lectures !), je me rends bien compte que je n’ai pas le temps… Ce qui est préconisé pour un bon apprentissage : au moins une demie-heure par jour, voire une heure par jour, mais la semaine avec le travail c’est niet, et le week-end, ce n’est pas mieux au niveau du temps à consacrer… Vous l’avez bien vu avec mon absence sur le blog et FB ces derniers mois… Peut-être que j’aurai du temps à la retraite mais c’est encore loin… Cependant j’ai très envie de faire un effort et de m’y (re)mettre sérieusement ! Et, pour l’instant, j’ai envie de relire Le testament français d’Andreï Makine (né en 1957 à Krasnoïarsk en Sibérie, exilé à Paris en 1987, naturalisé français et membre de l’Académie française depuis 2016) et je lirai sûrement (enfin !) Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson (au moment où je publie ce billet, je viens de finir Sibir de Danièle Sallenave et j’ai le cerveau plein de Russie, de russe et d’Histoire russe !).

Et vous, aimez-vous la Russie, la langue russe, l’Histoire russe, la littérature russe ?

En passant

En coup de vent… 85

Bonsoir, je suis très peu présente sur les blogs et sur FB depuis des semaines, j’ai profité de mes deux semaines de vacances (de mi-juillet à fin-juillet) – qui passent super vite – pour… ne pas allumer l’ordinateur ! Trop chaud… Pas envie… D’autres choses à faire… Balades, expos, spectacles, etc. J’ai lu mais encore faut-il que je rédige les notes de lectures « au propre ».

Je désespère de pouvoir publier les billets séries et cinéma (qui sont très longs à écrire) pour ce que j’ai vu depuis janvier…

Mais, depuis le début de l’année (je vous avais parlé du film documentaire C’est bon d’être un peu fou réalisé par Antoine Page ici), j’ai l’impression d’être poursuivie par la Russie ! J’ai lu des livres qui se déroulent en Russie (comme Le dernier amour de Baba Dounia d’Alina Bronsky, gros coup de cœur) ou qui ont un lien avec la Russie (comme Célestopol d’Emmanuel Chastellière, je vous en parle dès que possible), j’ai commencé Sibir de Danièle Sallenave, un beau voyage à bord du Transsibérien, enrichissant) et j’ai vu quelques films russes (le dernier étant Leto de Kirill Serebrennikov, énorme coup de cœur, je veux la BO !). Tout ça pour vous dire que j’ai très envie de me « remettre » au russe (depuis un an environ) mais, à vrai dire, je ne suis pas très douée et ce n’est pas évident d’apprendre seule… (Il y a des cours de russe le samedi après-midi mais je travaille le samedi !).

Voici pour mes nouvelles ; j’espère que vous allez bien, que vous passez un bel été, que vous supportez au mieux les périodes caniculaires et je termine en vous montrant mon fond d’écran d’août, créé par Morgane du blog Milk with Mint.

Image

Projet 52-2019 #18 et #19

Dix-huitième semaine (samedi dernier) pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème écrire. Un rêve… Écrire le russe et bien sûr aussi le parler et le comprendre… Simplement un rêve… (Ces carnets m’ont été prêtés mais je n’avance pas du tout…).

Et dix-neuvième semaine (aujourd’hui) avec le thème balance.

Je vous souhaite un bon week-end et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma !

Pays provisoire de Fanny Tonnelier

Pays provisoire de Fanny Tonnelier.

Alma, octobre 2017, 252 pages, 18 €, ISBN 978-2-36279-245-8.

Genre : roman français.

Fanny Tonnelier, née en 1948, publie ici son premier roman.

« Cette nuit-là, Amélie ne se coucha pas. […] Elle était triste, cafardeuse, et n’arrivait pas à dormir. […] Et puis la ville qu’elle avait découverte sept ans plus tôt n’était plus la même. […] Manifestations, meetings politiques, défilés étaient le lot quotidien des habitants qui se terraient chez eux. Les denrées de base manquaient cruellement et le peuple avait faim. Les journaux ne paraissaient plus et les rumeurs allaient bon train, amplifiant l’inquiétude et la peur. » (p. 9). Amélie Servoz ne s’intéresse pas à la politique mais, anéantie par le saccage de sa boutique, elle comprend qu’elle doit quitter Saint-Pétersbourg, qu’elle doit fuir ce pays dans lequel elle vit depuis sept ans. « […] elle n’arrivait pas à accepter la destruction de son outil de travail, cela la mettait en colère et elle en voulait à tous ces révolutionnaires qui cassaient et brûlaient pour supprimer les privilèges des classes supérieures et soi-disant créer l’égalité. En tout cas, elle reconnaissait que sa vraie richesse résidait dans son sens créatif, son imagination et ses mains. » (p. 59). Femme libre et indépendante, Amélie est venue seule en Russie pour reprendre l’atelier et la boutique de chapeaux de Clémence Tairraz qui partait à la retraite. Durant le voyage de retour en France, qu’elle fait avec son amie Joséphine, une Jurassienne, Amélie raconte ses parents, Jeanne et Émile, Savoyards, jeunes mariés, montés à Paris et embauchés chez un plumassier dans le quartier de Saint-Antoine, elle se rappelle son enfance, ses débuts chez le plumassier puis chez une grande modiste, Adrienne Blanc, son apprentissage, etc. Le voyage est long et inconfortable mais riche en rencontres !

J’ai remarqué un gros travail de documentation, des références littéraires russes et françaises, dans ce beau roman dans lequel les langues et les littératures (françaises et russes) occupent une grande place. Par exemple, le cocher, Dimitri, est important dans la vie et le travail d’Amélie : il m’a fait penser aux nombreux cochers présents chez Anton Tchekhov en particulier Iona de la nouvelle Tristesse (1886) ; et le quartier Saint-Antoine à Paris m’a fait penser aux petits artisans et commerçants du Faubourg Saint-Antoine d’Honoré de Balzac.

Je ne savais pas que les gardes rouges étaient positionnés jusqu’en Finlande et à la frontière suédoise ! J’ai donc appris deux ou trois choses au niveau historique. J’ai aussi découvert les métiers de plumassier et de modiste de l’intérieur et ce fut passionnant.

Le passage qui m’a le plus marquée : « […] Saint-Pétersbourg n’échappait pas à la règle. On avait l’impression que la capitale perdait petit à petit son sang et son énergie. De ville vivante et gaie, elle se transformait en ville triste et morte. La vie mondaine et culturelle n’était plus réservée qu’à un petit cercle de gens indifférents à ce qui se passait sur le front. » (p. 171).