La 25e heure de Feldrik Rivat

La 25e heure (première enquête) de Feldrik Rivat.

L’homme sans nom, octobre 2015, 448 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-918541-20-2.

Genres : policier, historique, science-fiction, steampunk, fantastique, épouvante.

Feldrik Rivat naît le 27 juin 1978 à Thonon les Bains (Haute Savoie). Il étudie le théâtre (Cholet) puis le dessin à l’École Émile Cohl (Lyon) puis l’archéologie (Nantes et Toulouse) : un homme éclectique qui est de plus peintre (naturaliste) et écrivain ! Du même auteur : la trilogie de fantasy Les Kerns de l’oubli [site officiel], les deux autres tomes des Enquêtes de la 25e heure, également aux éditions de L’homme sans nom, et des nouvelles dont Le Contrat Antonov-201 (Solaris n° 205, hiver 2018) qui reçoit le Prix Joël-Champetier.

« Moi, Émile Clotaire, avocat de l’étude Clotaire & Malti de Montreux, atteste en ce mardi 27 mars 1956, 14 h 34 heure de Leysin, que le dénommé « Biographe » a extrait de sa sacoche le fruit de six ans de collaboration avec son commanditaire, monsieur Louis Bertillon, au domaine dit des Chamois. Vous pouvez continuer, monsieur le Biographe. » (p. 11).

4 décembre 1888. Louis Bertillon, sorti major de la première promotion de l’école de police, a décidé de parfaire sa formation à la Sûreté de Paris auprès de l’inspecteur principal Eudes (Anatole-Faust) Lacassagne – connu aussi comme le Moineau ou le Khan ou la Castagne – mais qui, insomniaque, souffre d’une maladie étrange tenue secrète. « C’est le seul qui puisse apprendre de vous ici. Mes agents sont volontaires, ils assurent un travail de fond, dans le froid et pour un salaire de misère, mais aucun d’eux n’a le cerveau fait comme ce jeune Bertillon, foi de Goron. » (p. 72). Les policiers vont être confrontés à une dangereuse organisation secrète appelée Chrysanthème noir : meurtres, trafics, rituels, ésotérisme (leur symbole est un ophiuchus, un caducée avec deux serpents, un noir et un blanc) et… morts qui reviennent à la vie ! « Non mais soyez sérieux ! Imaginez l’ampleur d’une telle opération ! En plein Paris ! Et sans témoins ! s’agace le magistrat. Ça devient rocambolesque ! » (p. 220).

En plus des deux personnages principaux, Lacassagne et Bertillon, il y a une belle galerie de personnages : par exemple Marie-François Goron est le chef de la Sûreté de Paris, le jeune Louis Bertillon est fiancé à Clémence Prud’hon qui étudie la médecine, Allan Pinkerton est un détective privé américain (qui a réellement existé mais qui était déjà mort depuis 4 ans et demi à l’époque où se déroule cette histoire).

Rien n’est épargné au lecteur : prison, morgue, abattoirs, nuits froides, rues dangereuses dans les bas-fonds de la capitale, cimetière, pompes funèbres… On croise la première machine distributrice de journaux, Henry Désiré Landru, le célèbre photographe Nadar, le docteur de La Tourette, Georges Méliès… D’ailleurs avez-vous votre invitation pour le spectacle de la 25e heure au Café mécanique de Méliès ? « La mort côtoie la vie, l’inerte s’anime, et l’illusion se fait la reine du bal. Ici, tout est spectacle et féerie. Tout est conçu pour abolir les lois de raison. » (p. 135). Au niveau historique, apparaissent bien sûr la Tour Eiffel, des dirigeables, les cabarets de Paris et leur fameuse ambiance, la savate (boxe française), les premières tentatives de cryptage moderne, les débuts de la médecine scientifique moderne, etc. ; un clin d’œil à Sherlock Holmes avec un certain docteur Thomas Holmes qui pratique la thanatopraxie moderne, la nuit connue comme la plus longue du siècle (du vendredi 21 décembre au samedi 22 décembre 1888) et les préparatifs pour l’Exposition universelle de Paris pour les 100 ans de la Révolution française. « Paris, la France, le monde est à l’aube d’une révolution, mais tous l’ignorent. » (p. 371).

Commencé pour un marathon SF en mai 2017 puis lâchement abandonné par manque de temps… Je profite des vacances pour me replonger dans cet étrange roman policier historique mystérieux gothique mi-fantastique (horreur) mi science-fiction (steampunk). Par rapport à ma note de lecture, j’ai lu d’autres livres avant, en particulier le weekend dernier pour un marathon de lecture, mais il y a le Challenge Chaud Cacao avec sa session 2 consacrée aux auteurs francophones (jusqu’au 22 août) donc je modifie l’ordre des notes de lectures.

Un roman qui a tout pour plaire, une belle couverture et même un bandeau d’illustration en têtes de chapitres, un thème attirant, sombre à souhait, une histoire racontée comme les feuilletons du XIXe siècle, de beaux personnages attachants, des rebondissements et des mystères intrigants, l’écriture est dense (il y a beaucoup de détails) mais ce roman est très agréable à lire et lire la suite, Le Chrysanthème noir, me fait très envie !

Une très chouette lecture pour le Challenge de l’épouvante, le Challenge de l’été, Littérature de l’imaginaire, Polar et thrillerLire sous la contrainte (trilogies et séries de l’été) et Vapeur et feuilles de thé (pour le côté steampunk) : comme vous le voyez un roman vraiment très riche, à la fois policier, historique, fantastique et science-fiction.

Le Club Vesuvius de Mark Gatiss

Le Club Vesuvius (Une aventure de Lucifer Box, 1) de Mark Gatiss.

Bragelonne, collection Le mois du cuivre, février 2015, 264 pages, 25 €, ISBN 978-2-35294-824-7. Je l’ai lu en Bragelonne poche, février 2018, 300 pages, 9,90 €, ISBN 979-1-02810-439-9. The Vesuvius Club (2004) est traduit de l’anglais par Laurence Boishot.

Genres : littérature anglaise, science-fiction, steampunk, espionnage.

Mark Gatiss naît le 17 octobre 1966 à Sedgefield dans le comté de Durham (au nord-est de l’Angleterre). Ses parents travaillaient tous les deux à l’hôpital psychiatrique Edwardian situé en face de chez eux et (je suis sûre que c’est lié !), il s’est intéressé dès l’enfance aux aventures de Sherlock Holmes, du Doctor Who, aux films d’épouvante. Résultat ? Il est acteur (cinéma, télévision, humour, policier, espionnage), scénariste (en particulier pour la série Doctor Who), producteur (il est cocréateur et coproducteur de la série Sherlock dans laquelle il joue le rôle de Mycroft Holmes) et auteur ! Du même auteur, dans les aventures de Lucifer Box : L’ambre du diable (Bragelonne, 2016, traduit de The Devil in Amber, 2006) et Black Butterfly (2008, pas encore paru en français).

Lucifer Box, peintre diplômé de la Royal Academy of Arts, est aussi agent secret. « Vous savez comment ça fonctionne, ici : on aime les mystères et les secrets, les passages dérobés et la poudre aux yeux. C’est ce qui nous motive, ha ha ! (p. 22). Il est sous les ordres de Joshua Reynolds, un avocat de toute petite taille mais « un haut personnage dans le gouvernement de Sa Majesté – dans les ombres et le plus grand secret, évidemment. » (p. 23). Deux géologues sont morts et l’agent Crott a disparu à Naples, il va falloir enquêter : direction le sud de l’Italie avec Naples et le Vésuve.

Lucifer Box est un personnage incroyable, artiste impertinent, dandy, aussi sûr de lui que Sherlock Holmes ! Et, s’il habite au 9 Downing Street, une adresse mythique, c’est parce qu’il a hérité la maison de ses ancêtres (qui possédaient tout le quartier auparavant). « Vous allez sans doute me traiter de crâneur, mais après tout, il faut bien que quelqu’un y habite. » (p. 26). Il est loyal envers son pays et « ne recule devant nul sacrifice quand il s’agit de rendre service au roi et à la Couronne. » (p. 163) [C’est peut-être le roi Édouard VII (règne de 1901-1910) ou le roi George V (règne de 1910-1936) : je pense que l’histoire se situe au début des années 1900, sûrement avant la Première guerre mondiale, puisqu’il est dit dans le roman « Après tout, on n’était plus au XIXe siècle. » (p. 91)] et il est très coquin : « Ne vous méprenez pas, chers lecteurs, je sais apprécier une petite pipe de temps en temps, mais comme l’a dit Gengis Khan, c’est un plaisir à consommer avec modération. » (p. 225). Non mais, de quoi pensiez-vous qu’il parlait ? D’une pipe d’opium ! J’aime beaucoup lorsqu’il s’adresse aux lecteurs, j’ai bien ri.

Un humour tout britannique donc, rien qu’avec les noms des personnages : bon Lucifer Box ce n’est déjà pas banal, mais il y a Jocelyn Crott, Everard Supple, Eli Verdegris, Frederick Scallop, Christopher Miracle, Bizarre Beagle, Charles Jackpot, Bella Bok, Crétacé Nonhomme… qui permettent des jeux de mots amusants.

La première partie du roman se déroule à Londres, elle est plutôt mystery, historique et espionnage, la deuxième partie se déroule à Naples et là, on est plus dans le côté science-fiction, steampunk. « Ce procédé, M. Box, c’est l’avenir ! Un monde nouveau, fait de machines et d’automates ! Nous contrôlerons les flots de magma de toute la planète. Une fois que le monde aura assisté à la destruction de Naples, les chefs d’État se bousculeront pour nous donner tout ce que nous voulons ! » (p. 255). Vaste et dangereux programme ! Et une très chouette lecture, je me suis laissée emporter, j’ai voyagé (Naples, Pompéi), j’ai eu chaud (Vésuve), j’ai frissonné, je n’ai pas pu lâcher le livre alors je l’ai lu en une journée (bon, j’ai pris un petit goûter quand même !) et j’ai hâte de lire la suite !

Un mot que je ne connaissais pas : sidérodromophobie (p. 99), c’est un terme médical pour la peur irraisonnée de prendre le train. Je ne suis pas touchée, j’aime beaucoup prendre le train, par contre je n’aime pas les retards qui font rater une correspondance mais ça ce n’est pas une phobie…

Une lecture que je mets dans les challenges British Mysteries, Littérature de l’imaginaire, Mois anglais, Polar et thriller, Rentrée littéraire janvier 2018 (pour l’édition en poche que j’ai lue), S4F3 #4, Vapeur et feuilles de thé et Voisins Voisines 2018. Je la mets aussi dans le Défi 52 semaines 2018 pour le thème « chaleur » (#26) : à la lecture de ce roman, faites attention de ne pas revivre ce qu’ont vécu les habitants de Pompéi !

Je ne recopie jamais la 4e de couverture sauf s’il y a une très belle phrase ou une citation. Là, ce sont deux belles phrases / citations qui donnent vraiment envie de lire le roman : « Imaginez Oscar Wilde installé dans une chaise longue avec, dans une main, une cigarette hors de prix, et dans l’autre, Le Club Vesuvius, plié de rire à la lecture de ce petit chef-d’œuvre. Tout est dit. » The Times Literary Supplement. « Impossible d’imaginer un début littéraire plus délicieux, plus décadent, plus macabre, plus inventif et plus hilarant que celui-ci. J’en redemande ! » Stephen Fry.

Scents of Orient de Marianne Stern

Scents of Orient de Marianne Stern.

Récits du Monde Mécanique 2/3

Chat noir, collection Black Steam, février 2017, 392 pages, 19,90 €, ISBN 9978-2-37568-027-8.

Genres : science-fiction, steampunk.

Marianne Stern était physicienne mais, mais passionnée par les machines volantes (un peu comme Hayao Miyazaki), elle se consacre maintenant à l’écriture (science-fiction, fantastique) et un peu à la musique. Voir le tome 1, Smog of Germania.

1916. Inde, région de Golkonda. L’empire allemand, avec à sa tête le Kaiser Joachim, a écrasé les Belges et les Français. Mais nous quittons l’Europe puisque le zeppelin Jungfrau est parti vers l’est avec à son bord Maxwell, L’Orfèvre, et Jeremiah, L’Exécuteur. Mais les deux frères sont tout aussi mystérieux en Inde qu’en Europe ! « Les informations, au sein de la haute société, se révélaient aussi précieuses, voire plus, que les richesses – surtout lorsque comme la duchesse, l’on était le meilleur agent de la Couronne britannique infiltré au cœur du Raj. » (p. 10). Les soldats anglais ont arraisonné le Jungfrau et pris possession de la caverne où Maxwell cachait ses trésors mais lui a disparu.

Avec des titres de chapitres comme « Orage et tasse de thé » ou « Le show excentrique de Lord Archibald Nelson », les lecteurs comprennent vite qu’il ont quitté l’empire germanique de Smog of Germania pour l’empire britannique de l’Inde. Évidemment de nouveaux personnages apparaissent comme Lord Archibald Nelson, gouverneur à Surat (centre de l’Inde) depuis 5 ans, le capitaine Oliver Clive, la duchesse Elzebeth de Wigton, riche veuve de 32 ans qui travaille pour le British Intelligence Service depuis 10 ans, Charles de Bellecourt, un Français au service de la duchesse et des services secrets anglais, et Anshu Kapoor, maître marchand ami de Lord Nelson et de Maxwell, pour les principaux. « Maxwell n’avait pas changé d’une once, il était toujours le même que dans ses souvenirs. Ces traits fins, cette longue chevelure ébène, ce regard noir et luisant, ce minuscule sourire rivé au coin des lèvres… Et le corbeau, perché sur son épaule, ses yeux de diamants rouges luisant dans la pénombre. » (p. 58). Vous l’avez compris le corbeau est un des mécanismes créés par Maxwell. Et la couverture qui les représente est vraiment belle, plus lumineuse que celle du tome 1. En quittant l’empire germanique, les lecteurs n’ont par contre pas quitté les complots, les espions et le danger ! « Nelson avait toujours détesté la politique et ses jeux vicieux ; chacun voulait le pouvoir pour lui seul, en finalité, et par conséquent, tous les coups étaient permis ! Ce soir encore, les divers acteurs impliqués dans l’histoire s’inclinaient devant le roi George en public, pour mieux le poignarder entre les omoplates un peu plus tard ! Ce pouvait-il que lui, Lord Archibald Nelson, soit l’unique loyal fidèle serviteur de la Couronne à Surat ? » (p. 101-102). En qui est-il possible d’avoir confiance, qui est sincère, qui trahit ? « En moins d’une heure, l’Allemand avait changé de statut à ses yeux, et il lui vouait désormais respect et admiration. Le personnage était charismatique, gentleman et salopard à la fois, pourvu du grain de folie à même de le différencier de n’importe quel individu lambda. » (p. 303). Tout comme pour le premier tome, je redis ce que j’avais écrit : Marianne Stern plonge ses lecteurs dans un récit steampunk époustouflant et haletant (les lecteurs sont réellement en immersion, en Inde cette fois et dans le monde britannique). Les explications scientifiques et mécaniques sont les bienvenues et participent au bon déroulement de la lecture et de la compréhension des événements. Les mécanismes de Maxwell sont des « babioles » extraordinaires ! Parfois dangereuses… Tout comme le premier tome avec l’Allemagne de 1900, ce deuxième tome montre une Inde mi-réelle mi-fictive, avec de belles descriptions, une Inde plus exotique que Germania sous son brouillard pollué et j’ai pris grand plaisir à suivre Maxwell (mon personnage préféré ici) parmi les nouvelles personnes qui l’entourent, chacune ayant sa personnalité, son rôle et ses manquements (soif de pouvoir, de richesse, traîtrise…). Après l’Allemagne, l’auteur a emmené ses lecteurs 16 ans après en Inde, et j’ai hâte d’avoir le tome 3 pour savoir où il se déroulera (il a été question de la Russie deux ou trois fois dans ce tome mais bon, rien n’est sûr !).

Encore une excellente lecture pour les challenges Littérature de l’imaginaire, Un genre par mois (le dernier genre de l’année est science-fiction) et Vapeur et feuilles de thé.

Smog of Germania de Marianne Stern

Smog of Germania de Marianne Stern.

Récits du Monde Mécanique 1/3

Chat noir, collection Black Steam, juin 2015, 344 pages, 19,90 €, ISBN 979-1-09062-774-1.

Je l’ai lu en poche : Mnémos, collection Hélios, avril 2017, 448 pages, 10,90 €, ISBN 978-2-35408-548-3.

Genres : science-fiction, steampunk.

Marianne Stern était physicienne mais, mais passionnée par les machines volantes (un peu comme Hayao Miyazaki), elle se consacre maintenant à l’écriture (science-fiction, fantastique) et un peu à la musique.

1900. Empire allemand. Capitale : Germania. Une ville industrielle florissante mais polluée… « […] le smog planait dans les rues, brouillard noir et salissant. » (p. 25). C’est pourquoi les riches vivent en haut et le peuple dans les bas-fonds. Depuis la disparition de son frère, Viktoria, fille unique du Kaiser Wilhelm II, aime sortir seule et de nuit malgré le danger. « […] le pamphlet reçu lui intimait l’urgence d’une entrevue ; n’ayant aucune idée des auteurs ni de la tenue du problème, Viktoria avait opté pour une brève sortie. » (p. 11). Et elle apprend que les Neuengut fomentent un complot. Mais Joachim von Preußen, fils du Kaiser, héritier du trône, disparu depuis trois ans (beaucoup le croit mort), est de retour en secret. « Joachim ne remua pas d’un pouce, atterré. Il avait quitté la cour à l’époque, dégoûté par ce qu’elle menaçait de devenir ; les choses avaient empiré au-delà de tout entendement. Germania et le Reich étaient à présent dirigés par une poignée de dépravés, pour lesquels le monde extérieur se résumait à un jeu de stratégie et une nuée de pions sur une carte de l’Europe… » (p. 39). Grâce à Jeremiah, surnommé L’Exécuteur, Viktoria échappe deux fois à la mort mais elle n’est plus en sécurité au palais. « Ainsi était le véritable visage de Germania : des apparences trompeuses, des illusions. » (p. 207).

Marianne Stern plonge ses lecteurs dans un récit steampunk époustouflant (les lecteurs sont réellement en immersion, à Germania) et n’hésite pas à donner des explications scientifiques et mécaniques qui ne gênent pas du tout la lecture, au contraire : mieux vaut comprendre ce monde de zeppelins, d’automates, d’espions, d’assassins, de complots, avec du trafic d’opium provenant d’Orient, des guildes pourtant interdites et des activités clandestines, le Métropolitain, Herr Flamel… « Flamel, un drôle de bonhomme, mystérieux et peu fréquentable, à l’art nébuleux… » (p. 315). Mais mon personnage préféré est Jeremiah, mi-homme mi-automate, il est aux ordres du Kaiser pour les basses œuvres mais aussi pour protéger Viktoria lors de ses petites escapades. « Cet individu lui inspirait dégoût, respect, compassion, mélange de sentiments aussi forts que contradictoires ; il l’attirait autant qu’il la repoussait, la rassurait autant qu’elle le craignait. » (p. 88). Ce qui m’a ravie, c’est que ce roman se déroule en Allemagne, ce qui change de l’Angleterre victorienne ou de la France pour ce genre d’histoires. Une Allemagne du tout début du XXe siècle, mi-réelle (l’industrialisation, la richesse, la cour et ses complots, une guerre prévisible contre les Français) mi-fictive (la mécanique : le titre de la trilogie est Récits du Monde Mécanique). Comme sur la couverture, vraiment réussie, c’est tout un engrenage qui se met en place et les personnages sont au centre : ils sont trois, à gauche Jeremiah, au milieu Viktoria, et à droite… ? Joachim le frère de Viktoria ou Maxwell le frère de Jeremiah, conducteur du zeppelin le Jungfrau, mon deuxième personnage préféré. Mais chaque individu a sa place et sa personnalité, les descriptions sont incroyables (que ce soit la ville, le brouillard, les mécanismes inventés par Maxwell…), l’histoire se déroule parfaitement et c’est un pur bonheur d’apprendre des choses du passé ! Les mots allemands ne m’ont pas dérangée du tout (j’ai étudié l’allemand, même si c’est loin et que j’ai oublié à force de ne pas pratiquer…) cependant je conçois que certains aient un peu de mal, au début hein, seulement, accrochez-vous, car ce roman profond, brillant et passionnant vaut le coup !

Une excellente lecture pour les challenges Littérature de l’imaginaire, Un genre par mois (le dernier genre de l’année est science-fiction) et Vapeur et feuilles de thé.

L’alchimie de la pierre d’Ekaterina Sedia

L’alchimie de la pierre d’Ekaterina Sedia.

Le Belial, février 2017, 272 pages, 20 €, ISBN 978-2-84344-913-0. The Alchemy of Stone (2008) est traduit de l’américain par Pierre-Paul Durastanti.

Genres : littérature russo-américaine, science-fiction.

Ekaterina Sedia naît Ekaterina Holland le 9 juillet 1970 à Moscou en Russie. Elle est non seulement écrivain (romans, nouvelles) mais aussi professeur de botanique et d’écologie dans le New Jersey car elle vit aux États-Unis depuis le début des années 90. Plus d’infos sur http://www.ekaterinasedia.com/ (site et blog).

Mattie est une Automate émancipée, devenue une Alchimiste, créée par Loharri, un Mécanicien. Elle vit à Ayona, « une ville immense, sombre et secrète ». Les Gargouilles, un peuple minéral très secret, lui demandent de l’aide. « Elles trouvent leur espérance de vie trop brève et leur destin trop cruel. » (p. 16). Mattie est également embauchée par Iolanda pour des potions mais hésite à trahir son créateur. Elle va rencontrer le Fûmeur d’âmes que tout le monde craint et Sébastien, un révolutionnaire activement recherché.

Sous couvert de science-fiction, mi steampunk mi urban fantasy, ce roman aborde de nombreux thèmes importants : mécanisation, technologie et progrès, immigration, condition des femmes, rôle de chacun dans la société, mémoire du passé, mouvement révolutionnaire, terrorisme… ! Voici quelques extraits qui en témoignent :

« Tu es devenu mécanicien parce qu’élevé par une mère alchimiste. Je suis devenue alchimiste parce que créée par un mécanicien. » (p. 89).

« Ça me déplaît autant qu’à toi, Mattie, mais c’est une affaire de politique. Les gens ont peur. Ils ont besoin de victimes expiatoires. » (p. 153).

« Les femmes ressemblaient aux gargouilles : respectées en théorie, mais dissimulées à ceux qui dirigeaient la ville, elles vivaient dans l’obscurité, dans les interstices de l’existence. » (p. 158).

« Nous avons tous notre rôle à jouer. Sinon, la société ne pourrait pas fonctionner. » (p. 184).

« […] parfois, mieux valait ne rien voir, ne rien savoir. » (p. 222).

L’alchimie de la pierre est le premier roman d’Ekaterina Sedia traduit en français (merci aux éditions Le Bélial !) mais en fait le troisième roman de l’auteur. À noter, qu’en plus de la très belle illustration couleur de couverture, il y a quelques illustrations noir et blanc de Nicolas Fructus. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire L’alchimie de la pierre (qui a reçu le Prix James Tiptree Jr. en 2009). Ce roman – à la fois poétique et apocalyptique avec de très belles descriptions – montre bien tous les rouages d’une société et se révèle être d’une grande intelligence et maîtrise. Car, dans cette ville de pierre et de métal, il faut se battre pour vivre. Je veux lire d’autres titres d’Ekaterina Sedia (en plus, elle aime les chats !).

Une excellente lecture que je mets dans les challenges Littérature de l’imaginaire et Rentrée littéraire janvier 2017.

Les trois pierres du Fâark de Stéphane Tamaillon

Ultramonde1Les trois pierres du Fâark de Stéphane Tamaillon.

Tome 1 de la série L’Ultramonde.

Seuil, mai 2015, 190 pages, 12,90 €, ISBN 979-10-235-0484-2.

Genres : littérature jeunesse, aventure, steampunk.

Stéphane Tamaillon est né en 1970 à Montpellier mais il vit dans le Poitou où il est professeur et écrivain. Il a étudié les Beaux-Arts et l’Histoire. Son premier roman est paru en 2009 ; ont suivi une dizaine d’autres romans, destinés à la jeunesse, dont les séries Les enquêtes de Hector Krine et L’Ultramonde. Son genre de prédilection est la littérature de l’imaginaire : aventure, historique, policier, fantastique, science-fiction. Plus d’infos sur son blog, http://tamaillon.canalblog.com/, le site officiel étant inaccessible.

Octobre 1863, Paris. Mathilde et Louis Monet sont jumeaux ; ils ont 13 ans. Ils visitent le cabinet d’anatomie comparée du Jardin des plantes avec Bartholamé de Saint-Dié, un assistant de laboratoire qui courtise leur mère. « Le monde est cruel pour les rêveurs, elle ne le savait que trop bien. La soif d’aventures avait coûté la vie à son époux. » (p. 13). Effectivement, le père des jumeaux, un militaire, a disparu en Atlantique il y a cinq ans mais son corps n’a jamais été retrouvé. « Comment expliquer l’inexplicable ? Comment en convaincre les autres quand on peine à y croire soi-même ? De toute manière, Madame Monet n’aimait pas beaucoup les personnes à l’imaginaire trop fertile. Elle voyait cela comme une tare. Pourtant, cela n’avait pas toujours été le cas. Elle avait même follement aimé le plus grand des rêveurs. » (p. 30). Mais revenons à ce mois d’octobre 1863 car aujourd’hui à Meaux, Gaspard-Félix Tournachon, alias Nadar, va faire voler sa montgolfière, Géant, pour la Chine.

Ultramonde2Le lecteur découvre le Paris de la deuxième moitié du XIXe siècle, la vie parisienne, l’architecture métallique, et n’en déplaise à Madame Monet : le rêve et l’aventure ! Car Mathilde et Louis vont être embarqués à bord de L’Albatros, « le plus lourd que l’air » (p. 57) et découvrir sur une île de l’Atlantique « un monde inconnu et inhospitalier » (p. 147), l’Ultramonde. « Imaginez deux univers. Deux mondes proches mais totalement invisible l’un à l’autre. Comme des lignes parallèles qui jamais ne se croisent. » (p. 50). Dans ce monde, Nadar – en tant que possesseur de l’une des trois pierres du Fâark (un cristal représentant un esprit) – est un Archiviste. « Ils sont les gardiens de l’équilibre de notre univers. » (p. 117). Un univers parallèle donc, où vivent des hommes-singes, des dinosaures, des Dérailleurs, et même des personnalités de notre monde… normalement mortes comme Alexandre le Grand et son cheval Bucéphale ou Napoléon ! Ce premier tome est bien agréable à lire, dans un genre proche des histoires fantastiques et de science-fiction voire steampunk de Jules Verne ou d’Arthur Conan Doyle et la série L’Ultramonde semble vraiment prometteuse : vivement la suite ! Mais que vois-je ? Le tome 2, Les Dérailleurs, est paru le 3 mars ! Mathilde, Louis et Nadar seront à bord du Poséidon, en route pour l’Atlantide ! Parfait 🙂

Une excellente lecture pour les challenges Jeunesse young adult, Littérature de l’imaginaire et Vapeur et feuilles de thé.

Challenges

Challenge Vapeur et feuilles de thé avec Sia

Je m’inscris au Challenge Vapeur et feuilles de thé (très beau le nom du challenge, et le logo aussi !) organisé par Sia du blog Encres et calames. Le challenge Vapeur et feuilles de thé est né à l’automne 2014 : lien vers le billet de la première édition (septembre 2014 – septembre 2015) + bilan de la première édition et apparemment il est devenu illimité puisque, pour cette deuxième édition (qui a commencé en octobre 2015), Sia dit « sans date de fin à l’horizon ».

VapeurFeuillesThe

L’objectif de ce challenge est de mettre à l’honneur le steampunk. Eh oui, « vapeur » pour ce genre littéraire rétro-futuriste de la science-fiction et « feuilles de thé » car beaucoup d’œuvres se déroulent dans l’Angleterre victorienne.

Sia donne plusieurs pistes pour découvrir le steampunk et si vous voulez vous aussi participer, allez vite chez Sia vous inscrire !

Mes billets steampunk

1. Les trois pierres du Fâark de Stéphane Tamaillon (France, 2015)

2. L’alchimie de la pierre d’Ekaterina Sedia (Russie/États-Unis, 2017)

3. La brigade chimérique de Serge Lehman et Fabrice Colin (France, 2009-2010)

4. Smog of Germania de Marianne Stern (Récits du Monde Mécanique 1/3) (France, 2015-2017)

5. Scents of Orient de Marianne Stern (Récits du Monde Mécanique 2/3) (France, 2017)

6. Le Club Vesuvius (Une aventure de Lucifer Box, 1) de Mark Gatiss (Angleterre, 2015-2018)

7. La 25e heure (première enquête) de Feldrik Rivat (France, 2015)

8. Le Chrysanthème noir : seconde enquête de la 25e heure de Feldrik Rivat (France, 2016)

9. Boneshaker (Le siècle mécanique, 1) de Cherie Priest (États-Unis, 2013)

10. Clementine (Le siècle mécanique, 2) de Cherie Priest (États-Unis, 2013)

11. Dreadnought (Le siècle mécanique, 3) de Cherie Priest (États-Unis, 2013)

12. Célestopol d’Emmanuel Chastellière (France, 2019)

13. Le guide SF à l’usage des lecteurs, 3 : le steampunk (France, BD, 2020)

14. L’ambre du Diable (Une aventure de Lucifer Box, 2) de Mark Gatiss (Angleterre, 2016)

Le château des étoiles – 1 : 1869 la conquête de l’espace d’Alex Alice

[Article archivé]

1869 la conquête de l’espace est une bande dessinée d’Alex Alice. C’est le premier tome de la trilogie Le château des étoiles. Rue de Sèvres, septembre 2014, 64 pages, 13,50 €, ISBN 979-2-36981-013-1.

Je remercie très fort Gilles Paris qui m’a envoyé cette magnifique bande dessinée fin août (juste pour mon anniversaire !).

Alex Alice est né le 2 novembre 1974. En 1997, il sort diplômé de l’École supérieure de commerce de Paris et il se lance dans la bande dessinée avec des thèmes plutôt historiques, fantastiques et science-fiction. Et c’est dingue parce que je ne connaissais pas cet auteur ! Plus d’infos sur http://alexaliceblog.blogspot.fr/.

Rue de Sèvres, éditeur créé en 2013, est le projet bande dessinée de l’éditeur jeunesse L’école des loisirs. Sont prévues des bandes dessinées ados-adultes, tout public et jeunesse. Le site et la page Facebook.

En 1868, la mère de Séraphin disparaît à bord de son ballon. Elle était à la recherche de l’Éther. Un an plus tard, son journal de bord, retombé sur terre, est retrouvé par le Roi Ludwig. Séraphin et son père se rendent donc en Bavière mais ils sont pourchassés par des espions. Car la conquête de l’espace changerait la face du monde ! « Le temps de l’Empire était proche, le train de l’histoire en marche. » (p. 18). Au château du Roi Ludwig, pendant que son père travaille sur un engin spatial, Séraphin se fait deux amis : Hans qui a construit un ballon et Sophie, la bonne. Les trois jeunes gens vont devenir des chevaliers secrets, les chevaliers de l’Éther.

1869 la conquête de l’espace est d’abord paru en trois gazettes : 1. Le secret de l’Éther, 2. Les chevaliers de l’Éther, 3. Les conquérants de l’Éther et ce sont ces trois journaux qui forment les trois chapitres de ce premier tome grand format (avec un cahier graphique supplémentaire pour l’édition collector).

Pour la suite, trois autres gazettes sont annoncées : 4. Les naufragés de la Lune, 5. Les secrets de la face cachée, 6. Le Roi-Lune avant que celles-ci ne paraissent également en un deuxième tome de bande dessinée.

Magnifique ! Grandiose ! Sublime ! Les dessins sont vraiment très beaux, en aquarelle, de la pure poésie. L’histoire est passionnante, il y a de l’action, du mystère, des rebondissements. Mi-historique (le contexte, les personnages historiques et les théories scientifiques sont bien réels) mi-science fiction tendance steampunk (rétro-futuriste), cette bande dessinée qui fait rêver est tout simplement géniale ! Et c’est un très bel objet à avoir dans sa bibliothèque ou à offrir.

Alex Alice s’est laissé influencé par les pionniers de la science-fiction (Albert Robida, Jules Verne…), les films de space opéra et, selon ses dires, les œuvres de Hayao Miyazaki : tant mieux, j’en redemande ! Car je l’ai dévorée, cette bande dessinée, je l’ai même relue tellement j’ai adoré ! D’ailleurs, je ne mets pas de coup de cœur habituellement pour les bandes dessinées mais là, je vais un mettre un.

Toutes les infos sur le site officiel Le château des étoiles.

À noter la soirée de lancement avec l’auteur ce mercredi 24 septembre à Le dernier bar avant la fin du monde (avenue Victoria à Paris) : si vous y allez, vous nous raconterez !

Une lecture pour les challenges 1 % de la rentrée littéraire (c’est une BD mais elle mérite d’être dans la rentrée littéraire !), BD, Geek, Petit Bac 2014 (catégorie Bâtiment), Royal (pour le Roi Ludwig de Bavière) et XIXe siècle.