Challenge Polar et thriller 2020-2021 avec Sharon

Sixième édition pour moi avec ce blog ! Hier a démarré le challenge Polar et thriller 2020-2021. Donc du 11 juillet 2020 au 10 juillet 2021.

L’objectif est toujours de lire des romans policiers. Sharon nous dit qu’elle souhaite  que : « tous les genres, toutes les destinations soient possibles, sans aucune restriction : des romans, des romans noirs, des recueils de nouvelles, des thrillers, des romans policiers fantastiques, des romans historiques, des mangas, des bandes dessinées, des romans de littérature jeunesse, des essais, des biographies, des mémoires. Le genre policier est vaste, ne nous privons pas d’une de ses catégories ! ».

Infos, inscription et logos (nouveaux logos de Cannibal Lecteur) chez Sharon.

Les catégories (facultatives)
– jusqu’à 5 livres lus : Imogène
– de 6 à 15 livres lus : Montalbano
– de 16 à 25 livres lus : Miss Marple
– de 26 à 50 livres lus : Erlendur Sveinsson
– de 51 à 75 livres lus : commissaire Jules Maigret
– de 76 à 100 livres lus : Walt Longmire
– plus de 100 livres lus : Sherlock Holmes
– plus de 200 livres lus : Lucky Sherlock

Options (nouveau !)
Séries télévisées et cinéma : super idée !

Mes billets pour ce challenge

Avalanche Hôtel de Niko Tackian

Avalanche Hôtel de Niko Tackian.

Calmann Lévy, collection Noir, janvier 2019, 270 pages, 18,50 €, ISBN 978-2-70216-329-0.

Genres : littérature française, roman policier.

Niko Tackian naît le 5 avril 1973 à Paris. Il étudie le Droit et l’histoire de l’art. Avant d’être romancier en polars/thrillers, il est journaliste, scénariste, réalisateur et auteur de bandes dessinées. Du même auteur chez Calmann Lévy : Toxique (2017), Fantazmë (2018) et Celle qui pleurait sous l’eau (2020). Avalanche Hôtel a reçu le Prix de la Ligue Imaginaire Cultura et le Prix Thrillers à Gujans-Mestras

6 janvier 1980. Joshua Auberson se réveille après avoir fait une chute. Il est nu dans une salle de bain de l’Avalanche Hôtel où il est agent de sécurité. Mais il ne se rappelle plus réellement ni de sa vie ni de Catherine Alexander qui a disparu le lendemain de ses 18 ans alors qu’une voix lui parle dans sa tête lui disant qu’elle est là depuis toujours. En tout cas, l’inspecteur Sylvain Lieber le soupçonne. « Sa blessure au front lui avait permis de quitter la salle et de gagner du temps. Mais elle l’avait aussi rendu suspect aux yeux de ce flic et ça commençait à l’inquiéter. Il fallait absolument qu’il réussisse à retrouver la mémoire pour se disculper de tout soupçon et recoller les morceaux de son identité. » (p. 21). Lorsqu’il rencontre Clovis, celui-ci lui dit que c’est lui qui travaille ici depuis 15 ans et il l’emmène à l’extérieur, sur une piste de bobsleigh, car « Il y a des choses qui doivent être faites à des moments précis. Tu comprends ? À DES MOMENTS PRÉCIS. » (p. 30).

3 janvier 2018. Joshua se réveille frigorifié dans une chambre d’hôpital. « Joshua Auberson, lieutenant de police à la brigade cantonale vaudoise » (p. 46). À son chevet, Sybille, sa collègue et amie. Chute sur plus d’un demi kilomètre, coups sur la tête, hypothermie, quelques légères lésions dans la zone de l’hippocampe… Tous pensent que Joshua a rêvé durant son coma car l’Avalanche Hôtel (ou plutôt le Bellevue Grand Palace) est fermé depuis des années et… il est en ruines !

L’enquête en cours concerne une jeune femme brune trouvée par des randonneurs et surnommée l’inconnue de Naye mais elle avait une photo en noir et blanc de Catherine Alexander, disparue 38 ans auparavant. Joshua est perdu… « ‘Le réel est parfois trompeur…’ Les mots de Clovis résonnaient à ses oreilles comme un avertissement sinistre. » (p. 90).

Avalanche Hôtel (belle couverture) est un polar noir aux allures de thriller, angoissant, à la limite du fantastique (l’auteur reconnaît le clin d’œil à Stephen King et à l’adaptation cinématographique de Shining). Les personnages sont bien pensés, le style est vif, la montagne est belle mais attention elle peut être dangereuse surtout en hiver. Ça ne m’a pas dérangée que le roman oscille entre polar et thriller, et je lirai certainement les autres titres de Niko Tackian (que je découvrais ici) avec les enquêtes de Tomar Khan. Le fait que ce roman traite du cerveau, de la mémoire, des souvenirs, de la généalogie cellulaire m’a beaucoup accrochée. L’auteur n’amène pas ses lecteurs à l’autre bout du monde (comme dans les thrillers en général) mais dans les montagnes enneigées des Alpes suisses et… dans les tréfonds de la mémoire !

« Je crois beaucoup à la mémoire des lieux, vous savez, avait-il dit pour ponctuer le récit de Joshua. Moi qui habite ici depuis des années, je peux vous dire qu’il s’en passe des choses… – Quel genre de choses ? – Des bruits de pas, des portes qui claquent… des lumières, même, et parfois de la musique. C’est comme si… comme si la mémoire du palace refusait de se vider totalement. » (conversation avec Robert, le gardien, p. 172).

« La vérité avait un prix. » (p. 215). « Oui, la vérité avait un prix mais Joshua était prêt à le payer. » (p. 2016).

Idéal pour Lire en thème (en février, un auteur français) et pour le Mois du polar inclus dans le challenge Polar et thriller 2019-2020 mais aussi pour Littérature de l’imaginaire #8 pour le côté fantastique.

De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic

De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic.

Albin Michel, mai 2019, 496 pages, 21,90 €, ISBN 978-2-226-44142-3.

Genres : littérature française, polar / thriller.

Morgan Audic naît en 1980 à Saint Malo (Bretagne). Il est professeur d’histoire et de géographie en lycée à Rennes. Son premier roman, Trop de morts au pays des merveilles, est paru aux éditions du Rouergue en 2016. De bonnes raisons de mourir a reçu l’Étoile 2019 du meilleur polar.

Le capitaine Joseph Melnyk et l’officier Galina Novak « tout juste sortie de l’école de police » (p. 11) enquêtent sur un mort « à Pripiat, une ville fantôme abandonnée depuis 1986 à cause de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl » (p. 12). « Coupe ton engin de malheur, ordonna Melnyk. […] Travailler dans un endroit infesté de radiations était une chose, entendre une machine vous le rappeler sans cesse en était une autre. » (p. 13). Le cadavre d’un Russe, Léonid Vektorovitch Sokolov est suspendu à une fenêtre d’un immeuble de la rue Kurchatova. Il a été torturé… « Melnyk se dit qu’il fallait une sacrée dose de haine pour démolir un type comme ça et exposer son corps. » (p. 21).

Un mois après, Alexandre Rybalko, un policier moscovite ivre et tabassé par des ultras (skinheads) sort de l’hôpital. Il est embauché par Vektor Sokolov pour enquêter sur la mort de son fils car ce policier russe parle la « langue des rossignols », c’est-à-dire l’ukrainien. Sokolov avait été ministre de l’Énergie sous Eltsine et fondateur de PetroRus. Rybalko n’a rien à perdre… Il est divorcé de Marina depuis deux ans et vois peu sa fille, Anastasia. De plus « J’étais à Pripiat quand la centrale de Tchernobyl a explosé. J’avais huit ans. Est-ce que c’est ça qui… Il laisse la phrase en suspens. Le médecin hoche la tête avec gravité. » (p. 52). Il découvre une région ravagée par le chômage et en guerre, le Donbass. « La guerre ici, c’est le frère qui tire sur le frère, ou au mieux sur le cousin, argumenta Ossip. Et même quand on vise un Russe, on n’est pas à l’abri de toucher un parent éloigné. Foutue guerre de merde… » (p. 115).

Le passage qui tue ! « Là-bas, ce sera du blé d’hiver, dit machinalement le fermier en désignant ses terres d’un large geste de la main. Tout en bio. Zéro pesticide. – Du bio de Tchernobyl, soupira Novak, désabusée. Et les gens achètent ça ? – Bien sûr. C’est meilleur et plus sain que la plupart des choses que vous trouverez sur les marchés de la capitale. On en exporte aussi à l’étranger. » (p. 148-149).

Trois infos que je veux garder. 1- J’ai remarqué l’importance des oiseaux : le rossignol, l’hirondelle bleue, le faucon (sokol qui ressemble au nom Sokolov), le pic-vert russe. 2- Les samosely sont des personnes âgées revenues vivre à Poliske, Loubianke ou Ilintsakh. « La plupart sont des vieillards inoffensifs qui sont retournés vivre dans leur maison natale. Au départ, les flics les chassaient, mais comme ils revenaient toujours, ils ont fini par fermer les yeux. » (p. 196). Ça m’a fait penser à Le dernier amour de Baba Dounia d’Alina Bronsky ! 3- Il y a des classiques du rock soviétique dans ce roman : Kino, DDT, Aukhyon, Nautilus Pompilius, Zoopark, des artistes que j’essaierai d’écouter sur Internet (Kino, je connais déjà grâce au très beau film Leto de Kirill Serebrennikov).

Un polar (un thriller ?) réussi qui transporte le lecteur dans un endroit pas paradisiaque et qui traite de vengeance avec de bonnes raisons de mourir. Quand deux crimes commis la nuit du 26 avril 1986 (l’épouse de Sokolov et une de ses amies) reviennent hanter le tueur qui n’a jamais été arrêté… Le parallèle entre l’enquête de police officielle avec Melnyk et Novak (le vieux briscard, la nouvelle recrue) et l’enquête parallèle par Rybalko (affaibli par son cancer généralisé) est idéal pour tout découvrir même si les ordres avaient été donnés en haut lieu, même s’il ne fallait pas lier ces meurtres à l’accident nucléaire, etc. Les descriptions des lieux et de certains personnages sont glaçantes et le lecteur se rend compte qu’il lit plus qu’un roman policier car l’auteur s’est bien documenté (ou alors il a été sur place ?). Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir les lieux, les personnages et les deux enquêtes de ce pavé qui se lit d’une traite (si vous avez une journée pluvieuse à occuper). Un nouvel auteur à suivre !

Pour les challenges Lire en thème (en février, un livre d’un auteur français), Polar et thriller 2019-2020 qui inclut le Mois du polar 2020 (en ce mois de février) et Petit Bac 2020 (pour la catégorie Mot au pluriel avec raisons).

Mois du polar – février 2020

Oui, le Mois du polar est de retour en février 2020 : 29 jours (soit un de plus que d’habitude !) pour lire des romans policiers, des thrillers et des polars. C’est toujours organisé par Sharon et il y a de nouveaux logos, beaux et marrants avec des chatons et les deux avec Bip Bip et Coyote sont de Cannibal Lecteur.

Mes lectures pour ce challenge

1. De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic (Albin Michel, 2019, France)

2. Avalanche Hôtel de Niko Tackian (Calmann Lévy, 2019, France)

3. Le chien tchétchène de Michel Maisonneuve (Gaïa, 2005, France)

4. Watertown de Jean-Claude Götting (Casterman, 2016, France)

Le patient de Timothé Le Boucher

Le patient de Timothé Le Boucher.

Glénat, collection 1000 feuilles, avril 2019, 296 pages, 25 €, ISBN 978-2-34402-807-0.

Genres : bande dessinée française, thriller.

J’avais beaucoup aimé Ces jours qui disparaissent (l’histoire, le thème, le dessin, l’ambiance) et j’avais noté cet auteur illustrateur pour lire sa bande dessinée suivante. Je remets ce que j’avais écrit sur Timothé Le Boucher : né le 25 octobre 1988, il est scénariste, dessinateur et coloriste de bande dessinée. Il étudie à l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Il vit actuellement à Strasbourg. Du même auteur : Skins party (Manolosanctis, février 2011), Vivre dessous (Manolosanctis, août 2011), Les vestiaires (La Boîte à bulles, mai 2014) et Ces jours qui disparaissent (Glénat, septembre 2017). Plus d’infos sur son blog.

Une petite ville. La nuit. Une jeune femme ensanglantée erre, un couteau à la main. Elle est arrêtée par la police. « C’est la petite Grimaud. – Celle qui est débile ? » (p. 7). Chez Laura Grimaud, rue des Corneilles, tout le monde est mort, poignardé, les parents, les petits frères et sœur, le cousin… Oh, le frère, Pierre, 15 ans, est encore en vie ! Il est le seul survivant du « massacre de la rue des Corneilles ». Six ans après, à l’hôpital, il sort du coma ! Il est très fatigué, souffre d’une « tétraparésie de réanimation » (p. 20), « ses progrès en rééducation sont faibles » (p. 20), il se réveille la nuit en hurlant car il a « quelques souvenirs de la nuit du drame » (p. 20) et voit un être d’ombre sur lui. Il est suivi par la doctoresse Babette Cotteau (qui est épuisée à cause de ses longues journées et du nombre de patients qu’elle doit traiter) et il va être suivi par une psychologue, Anna Kieffer. Pierre communique de plus en plus. « Heureusement je lisais beaucoup… C’était en quelque sorte ma délivrance. Ça m’a éveillé. » (p. 77). Pierre pense que sa sœur aînée était innocente, qu’il y avait un homme en noir ce soir-là, le même homme qui le hante mais, sous hypnose, la mémoire peut jouer des tours…

Le patient est tout aussi beau au niveau du graphisme (beaux dessins épurés, beaucoup de choses dans les regards, les apparences, les non-dits) et bien mené que Ces jours qui disparaissent mais il traite un thème différent : Pierre Grimaud est-il le patient que l’on pense ? A-t-il vraiment envie de se souvenir de cette soirée d’enfer ? En plus le lecteur découvre le monde hospitalier de façon réaliste, un monde à part avec ses patients et ses membres du personnel qui ont pourtant leur propre vie. Cette excellente bande dessinée est un thriller psychologique captivant : tout y est troublant, les personnages (en particulier Pierre, bien sûr, mais pas que), l’ambiance, et jusqu’à la fin bien flippante : ce jeune auteur se révèle machiavélique !

Pour La BD de la semaine, le challenge BD 2019-2020 et Polar et thriller 2019-2020. Plus de BD de la semaine chez Noukette (lien à venir).

L’île du Diable de Nicolas Beuglet

L’île du Diable de Nicolas Beuglet.

XO, collection Thriller, septembre 2019, 320 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-37448-134-0.

Genres : littérature française, roman policier.

Nicolas Beuglet… Je remets ce que j’ai écrit pour Le cri et Complot. Il vit dans la région parisienne. Il a travaillé pour la télévision. Il est maintenant écrivain. Son premier roman, Le premier crâne, est paru en avril 2011 chez Michel Lafon mais sous le pseudonyme de Nicolas Sker et j’ai très envie de le lire mais il n’est pas facile à trouver et il n’existe pas en poche… Peu d’infos sur cet auteur apparemment discret mais il a une page FB pour ses livres.

Environ un an après les événements tragiques du Complot, Sarah Geringën sort de prison et apprend que son père, André Vassili, est mort dans la nuit. « Elle avait grandi à côté de ce père, sans jamais vraiment le connaître. Quand il travaillait encore et que sa sœur et elle étaient des petites filles, ses reportages de guerre le menaient au bout du monde. Lorsqu’il rentrait, il ne parlait que très peu et ne participait pas à la vie de famille. Depuis sa retraite, il était une présence calme et toujours distante. Un être déjà absent de son vivant. » (p. 15). Mais Sarah est sous le choc lorsqu’elle apprend qu’il a été assassiné et même torturé. Sarah n’a pas le droit d’enquêter sur cette affaire mais son supérieur, le commissaire Stefen Karlstrom, a « mis en place une configuration spéciale » (p. 20) : un jeune diplômé de 32 ans, prometteur, Adrian Koll, officiellement en charge de l’enquête ; le légiste Thobias Lovsturd (avec qui Sarah a déjà travaillé dans Le cri) ; et une petite jeune qui débute, Erika Lerstad, pour le côté scientifique. « Fais en sorte d’être discrète, et sois prudente, c’est tout ce que je te demande. Ce qu’on a fait à ton père, c’est de la haine à l’état brut. » (p. 21). Mais Sarah découvre des choses étranges… Et si « son père n’était pas celui qu’il prétendait être » ? (p. 29).

De son côté, Christopher, rejeté il y a un an par Sarah qui ne voulait pas l’obliger à l’attendre, enquête, en bon journaliste d’investigation, sur l’absence de Sarah du centre de réadaptation de Hemsedal et sur la mort du petit Matts. « Christopher, qui avait cru pouvoir démentir haut la main les insinuations du journaliste Tomas Holm et sauver Sarah de la diffamation, était aujourd’hui rongé par la peur de découvrir une indicible vérité. Mais il ne pouvait plus faire marche arrière. » (p. 84). Quant au chef de police Stefen Karlstrom, il enquête, avec une autre équipe, sur des ravisseurs qui ont enlevé une jeune femme.

Sarah Geringën et Adrian Koll doivent se rendre en Russie. « Oui, je pourrais retourner à Oslo, couvrir mes arrières, argumenta Adrian. Mais je ne veux pas être un petit inspecteur de quartier. Je veux qu’un jour on me confie les plus grosses affaires. Et on ne les donne qu’à ceux qui ont fait preuve d’audace, de ténacité et de courage. » (p. 184-185). Ils doivent retrouver l’île du Diable, sur l’Ob, ou l’île de Nazino. Qu’est-ce que le père de Sarah a à voir avec cette île inconnue ?

Dans ce troisième volume des enquêtes de Sarah Geringën, Nicolas Beuglet fait fort… et encore violent (mais en moins de pages, environ 180 pages de moins que dans Le cri et Complot, ce qui donne un récit plus condensé et dense). En découvrant la mythologie russe avec Rod, le dieu primordial, créateur de l’univers, et son épouse Rojanice : « sous le visage masculin se cache une femme… » (p. 193), le lecteur retrouve la religion et le féminisme des deux précédents tomes. Mais l’auteur parle surtout d’épigénétique, un terme que je découvre grâce à ce roman, ainsi que ses implications dans les vies de chaque être humain et, comme je sais que l’auteur s’inspire toujours de fait historiques et scientifiques réels, j’ai fait quelques recherches, même si c’est un peu compliqué pour moi (et peut-être pour vous aussi !). « L’épigénétique (du grec ancien ἐπί, épí, « au-dessus de », et de génétique) est la discipline de la biologie qui étudie la nature des mécanismes modifiant de manière réversible, transmissible (lors des divisions cellulaires) et adaptative l’expression des gènes sans en changer la séquence nucléotidique (ADN). ‘Alors que la génétique correspond à l’étude des gènes, l’épigénétique s’intéresse à une « couche » d’informations complémentaires qui définit comment ces gènes vont être utilisés par une cellule ou… ne pas l’être.’ » (source : Wikipédia).

Encore un très bon thriller mais, attention, « les fantômes hantent l’île du Diable pour l’éternité » (p. 206) pour les challenges 1 % Rentrée littéraire 2019 et Polar et thriller 2019-2020. J’ai lu ce thriller d’épouvante pendant le Rat-a-week de l’épouvante – du 13 au 20 octobre 2019 mais je n’ai pas pu publier cette note de lecture avant le 20 octobre.

Complot de Nicolas Beuglet

Complot de Nicolas Beuglet.

XO, collection Thriller, mai 2018, 496 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-84563-981-2.

Genres : littérature française, roman policier.

Nicolas Beuglet… Je remets ce que j’ai écrit pour Le cri. Il vit dans la région parisienne. Il a travaillé pour la télévision. Il est maintenant écrivain. Son premier roman, Le premier crâne, est paru en avril 2011 chez Michel Lafon mais sous le pseudonyme de Nicolas Sker et j’ai très envie de le lire mais il n’est pas facile à trouver et il n’existe pas en poche… Peu d’infos sur cet auteur apparemment discret mais il a une page FB pour ses livres.

Environ un an après l’affaire 488 (dans Le cri), Christopher et son fils adoptif, Simon, ont rejoint Sarah en Norvège et ils se sont installés sur la petite île de Grimsøya qui « se traversait en moins de dix minutes à pied et n’abritait pas plus de quarante-cinq maisons disséminées à l’abri des indiscrets parmi l’abondante végétation d’épicéas et de bosquets au feuillage persistant. » (p. 10). Décembre 2018. Un hélicoptère militaire atterrit dans leur jardin, au grand désarroi de Simon, et emmène Sarah Geringën dans la ville de Vardø dans la mer de Barents. « Vardø […] La dernière ville de Norvège avant la Russie à l’est de l’Arctique au nord. Jamais elle n’aurait cru se rendre un jour dans ce port de glace perdu sur des terres abandonnées par la vie. » (p. 25). Elle est ensuite conduite sur l’île de Hornøya qui abrite une réserve ornithologique. « Tout devint clair : les Forces spéciales, l’urgence et le sceau du secret […]. Aux pieds de Sarah, assassinée, gisait Katrina Hagebak, la Première ministre norvégienne. » (p. 44). Ses trois gardes du corps ont été égorgés pour l’un, poignardés pour les deux autres ; il n’y a « aucune trace d’effraction nulle part » (p. 47) et tout a été retourné dans la maison : cambriolage ? « Il était évident que Katrina Hagebak n’était pas la femme publique que l’on croyait connaître. » (p. 79).

Mais Sarah met le Ministre de l’Intérieur en colère en refusant de croire à la piste de nationalistes russes (trop facile, trop évident) et le ministre envoie l’inspecteur Peter Gen pour la remplacer ! « […] pour la première fois, ce n’était pas le comportement du coupable qui la questionnait le plus mais celui de la victime : qu’est-ce qui avait poussé Katrina Hagebak à vouloir effacer les indices laissés par son meurtrier ? » (p. 148).

Une deuxième enquête à haut risque pour l’inspectrice Sarah Geringën qui pensait avoir un peu de calme dans sa vie, dans son couple, en s’installant à Grimsøya ! Christopher sera mêlé malgré lui à l’enquête et, encore une fois, l’auteur s’est inspiré de faits réels, ce qui donne vraiment de la consistance à ses personnages et à son histoire. Le thème du féminisme (avec une pointe de mysticisme comme dans Le cri) est abordé de façon incroyable ! « Etta la cité réveillera, Ada la science embrasera et Ludmilla tous les réunira. » (p. 341).

En bon thriller qui se respecte, le lecteur est convié au voyage, ici dans la cité antique de Byblos (devenue Dbeil) au Liban. Mais je vous laisse découvrir tout le reste en lisant ce roman, à la hauteur de Le cri, un excellent thriller sur la plus grande imposture historique et religieuse au monde ! D’ailleurs, j’ai souri lorsque l’auteur parle de Lise Meitner car j’ai récemment lu Le Prix de Cyril Gely, très bon roman sur la place de la femme dans la science.

Encore un thriller parfait pour le challenge Polar et thriller 2019-2020.

Destruction d’Ezechiel Boone

Destruction d’Ezechiel Boone.

Actes Sud, collection Exofictions, mars 2019, 368 pages, 22,80 €, ISBN 978-2-330-11871-6. Zero Day (2018) est traduit de l’américain par Jérôme Orsoni.

Genres : littérature américaine, thriller, science-fiction, horreur.

Ezekiel Boone – de son vrai nom Alexi Zentner – naît en 1950 à Kitchener (Ontario, Canada). Il étudie à l’Université Cornell à Ithaca dans l’État de New York (États-Unis). Ithaca où il vit avec son épouse et leurs deux filles. Il est romancier et nouvelliste. Voir mes notes de lectures d’Éclosion (tome 1) et d’Infestation (tome 2). Plus d’infos sur son site officiel, http://www.alexizentner.com/.

Le commandant Brian Reynard et son équipe viennent de passer près de trois ans dans l’espace pour la mission Mars Conquest mais leur navette ne peut pas atterrir à cause de la deuxième vague d’araignées et ils sont en orbite, « faisant le tour de la Terre en deux heures environ » (p. 14) lorsqu’ils voient « de grands éclats de lumière » : les explosions nucléaires pour détruire les araignées et tenter de sauver quelques humains. Lorsque leur navette atterrit au Kennedy Space Center, en Floride, « […] tout était si calme. Personne pour les accueillir. Pas de défilé. » (p. 15). Mais, une chance : « pour l’instant, la Floride semblait avoir été épargnée par les araignées. » (p. 19).

C’est avec plaisir que le lecteur retrouve les survivants des tomes 1 et 2, la vice-caporale Kim Bock, la première classe Sue Chirp et les Marines, les civils Gordo, Shotgun, Teddie la journaliste de CNN Washington. Ils décident d’aller en Virginie pour être plus proches d’une évacuation en hélicoptère direction le porte-avions USS Elsie Down où sont déjà la présidente, Stéphanie Pilgrim, et son mari, George Hitches, son assistant Manny Walchuck (chef de cabinet de la Maison Blanche), Melanie Guyer la scientifique et sa petite équipe.

Comme c’est un thriller, le lecteur fait des excursions dans d’autres États des States (par exemple avec Mike Rich et Leshaun DeMilo, les deux agents fédéraux, dans le Minnesota) et à l’étranger : au Japon, en Norvège, en Allemagne, en Pologne, en Nouvelle-Zélande, en Inde, au Pérou, aux Hébrides… où il (le lecteur) retrouve soit des scientifiques soit des gens « normaux » qui ont échappé jusque-là aux araignées. Celles-ci sont plus grosses, plus nombreuses, plus dangereuses, c’est sûrement la fin du monde, du moins la fin des humains, la destruction soit par les araignées tueuses (surnommées les Araignées de l’Enfer) soit par les armes nucléaires… Mais il y a un Prophète, Bobby Higgs et ses cinq mille survivants qui avancent dans le désert !

« Ils avaient tous peur – Melanie, Julie, Laura, Will et Mike Haaf –, mais ils étaient aussi concentrés pour résoudre l’énigme. Parfois, Melanie oubliait pourquoi elle menait ces recherches et elle se sentait grisée par la pure curiosité intellectuelle. Comment les araignées se reproduisaient-elles si vite ? Comment s’y prenaient-elles pour coordonner apparemment leurs cycles d’éclosion ? Pourquoi certaines personnes étaient-elles rongées jusqu’à l’os par les nuées d’araignées tandis que d’autres étaient indemnes ? Comment se faisait-il qu’une araignée puisse se frayer un chemin dans le corps d’une personne pour y pondre des œufs et que la blessure se referme presque instantanément derrière elle ? Et, par-dessus tout le reste, comment les humains étaient-ils censés riposter ? » (p. 64).

Après Éclosion et Infestation, j’ai dévoré le troisième et dernier tome de cette trilogie, Destruction, avec cette question en tête : qui est détruit à la fin, les araignées ou les humains ? Donc, malgré mon aversion (pour les araignées), je n’ai pas lâché ce roman en espérant que cette histoire n’arriverait jamais en vrai ! La série d’Ezechiel Boone est une fiction (ouf !) qui tient bien la route et Destruction conclut parfaitement cette trilogie horrifique, mi thriller mi science-fiction. Je verrais bien cette histoire en série ou film.

J’ai lu ce roman de la Rentrée littéraire janvier 2019 pour le Mois américain mais parfois (souvent !) les notes de lectures arrivent plus tard…

Cependant cette lecture entre dans les challenges Littérature de l’imaginaire #7 et Polar et thriller 2019-2020.

Le cri de Nicolas Beuglet

Le cri de Nicolas Beuglet.

XO, collection Thriller, septembre 2016, 496 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-84563-820-4.

Genres : littérature française, roman policier.

Nicolas Beuglet vit dans la région parisienne. Il a travaillé pour la télévision. Il est maintenant écrivain. Son premier roman, Le premier crâne, est paru en avril 2011 chez Michel Lafon mais sous le pseudonyme de Nicolas Sker et j’ai très envie de le lire mais il n’est pas facile à trouver et il n’existe pas en poche… Peu d’infos sur cet auteur apparemment discret mais il a une page FB pour ses livres.

Après une dispute avec son mari, Sarah se retrouve dans sa voiture en pleine nuit sous la neige lorsqu’un appel d’un collègue l’envoie à l’hôpital psychiatrique de Gaustad près d’Oslo. Sarah Geringën est inspectrice de police et se rend sur place avec Thobias Lovsturd, légiste, mais ils n’ont pas très envie d’enquêter dans cet établissement : Gaustad détient « le sinistre record d’Europe de lobotomies » (p. 24). « L’hôpital semblait figé dans le passé. Tant et si bien que, sans l’écran d’ordinateur qui dépassait du meuble de l’accueil, on aurait pu se croire à la fin du XIXe siècle. » (p. 26). Un patient amnésique et inconnu de 76 ans interné pour « de récurrents troubles de la personnalité » (p. 33) se serait étranglé lui-même et serait mort d’une crise cardiaque mais il a une inscription bizarre sur le front : 488. Et, durant l’enquête, Sarah et Thobias découvrent bien d’autres choses… « – 488 était-il là hier soir – Oui, il a crié, comme tous les soirs… Son cri à lui. Un truc moche… Vraiment moche… » (p. 63). Vous comprenez le titre du roman, Le cri.

Le cri (Skrik) d’Edvard Munch (Norvège, 1893)

« La vie nous tuerait tous si nous n’avions pas l’oubli, madame Geringën. Cet oubli qui fait que nous ne pensons pas chaque seconde à l’absurdité de notre existence. Nous vivons sans savoir d’où nous venons et nous mourons sans savoir où nous allons. Comment vivre entre les deux ? Comment ne pas être paralysé par cette absence de sens ? » (p. 126).

Avec les résultats de leurs recherches, toujours secrètes, les scientifiques veulent (en temps voulu) « briser une fois pour toutes les résistances athéistes » (p. 441).

Dans cet excellent thriller scientifique et mystique, le lecteur voyage avec Sarah, de la Norvège aux îles de l’Ascension, en passant par la France où elle rencontre Christopher, un journaliste d’investigation français dont le frère a été assassiné. Le cri, c’est la peur, la folie, la folie des hommes et la folie des débuts de la psychiatrie, un roman inspiré de faits réels et ça fait froid dans le dos, c’est même plus qu’effrayant ! Mais je ne veux pas en dire plus, j’ai dévoré ce roman, et j’espère que vous aussi vous le dévorerez. Ont suivi Complot en mai 2018 (que j’ai dévoré aussi récemment) et L’île du Diable qui vient de paraître, en septembre 2019 (et que je veux absolument lire).

Ce très bon roman a reçu plusieurs prix : Prix du Polar des Petits Mots des Libraires 2017, Prix du Roman Populaire 2017, Prix des nouvelles voix du polar 2018 (catégorie roman français, Pocket), Prix Polar en Nivernais 2018 et c’est largement mérité !

Une lecture parfaite pour Polar et thriller 2019-2020.

Challenge Polar et thriller 2019-2020 avec Sharon

Petit retard pour mon inscription au challenge Polar et thriller 2019-2020 mais ce n’est pas grave car je n’ai pas publié de notes de lectures de romans policiers depuis fin juin donc rien de raté. Cinquième édition pour moi avec ce blog et j’espère honorer ce challenge qui dure du 10 juillet 2019 au 10 juillet 2020. Infos, logos et inscription chez Sharon.

Sharon nous dit : « Le principe du challenge ne change pas : lire des romans policiers, tous les romans policiers possibles et imaginables, que ce soit des romans, des romans noirs, des recueils de nouvelles, des thrillers, des romans policiers fantastiques, des romans historiques, des mangas, des bandes dessinées, des romans de littérature jeunesse, voire, pourquoi pas, des essais. Bref, vous l’aurez compris, tous les genres, toutes les destinations sont permis, de l’Europe à l’Australie en passant par l’Amérique du Sud. Vous pouvez aussi lire l’œuvre intégrale d’un auteur, vous concentrer sur un seul enquêteur, ne pas quitter votre pays de prédilection, peu importe, l’important est de prendre plaisir à lire. »

Voici les catégories (elles sont facultatives) :
– jusqu’à 5 livres lus : Imogène.
– de 5 à 15 livres lus : Montalbano.
– de 15 à 25 livres lus : Miss Marple.
– de 25 à 50 livres lus : Erlendur Sveinsson.
– de 50 à 75 livres lus : commissaire Jules Maigret.
– de 75 à 100 livres lus : Walt Longmire.
– plus de 100 livres lus : Sherlock Holmes.
– plus de 200 livres lus : Lucky Sherlock, pour les personnes qui lisent plus vite que leur ombre.

Mes lectures pour ce challenge

1. Qaanaaq : meurtres au Groënland de Mo Malø (Points Policiers, 2019, France)

2. Le testament d’Erich Zann, suivi de La fille de Valdemar de Brian Stableford (Les Moutons électriques, 2019, Angleterre)

3. Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen (tome 1) (Robert Laffont, 2019, Angleterre)

4. Destruction d’Ezechiel Boone (Actes Sud, 2019, États-Unis)

5. Le blues du chat de Sophie Chabanel (Seuil, 2019, France)

Catégorie Imogène honorée 🙂 Et bonnes pioches, que des nouveautés et ils m’ont bien plu les cinq 😉

6. Le cri de Nicolas Beuglet (XO, 2016, France)

7. Complot de Nicolas Beuglet (XO, 2018, France)

8. L’île du Diable de Nicolas Beuglet (XO, 2019, France)

9. Terminus de Tom Sweterlitsch (Albin Michel Imaginaire, 2019, États-Unis)

10. La griffe du chat de Sophie Chabanel (Seuil, 2018, France)

11. Dans la tête de Sherlock Holmes, 1 – L’affaire du ticket scandaleux de Cyril Lieron et Benoit Dahan (Ankama, 2019, France)

12. Tout ce qui est sur Terre doit périr (La dernière licorne) de Michel Bussi (Presses de la Cité, 2019, France)

13. Jefferson de Jean-Claude Mourlevat (Gallimard, 2018, France)

14. Le Detection Club de Jean Harambat (Dargaud, 2019, France)

Catégorie Montalbano honorée 🙂 Et encore de bonnes pioches !

15. De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic (Albin Michel, 2019, France)

16. Avalanche Hôtel de Niko Tackian (Calmann Lévy, 2019, France)

17. Le chien tchétchène de Michel Maisonneuve (Gaïa, 2005, France)

18. Watertown de Jean-Claude Götting (Casterman, 2016, France)

19. Tamanoir de Jean-Luc André d’Asciano (Aux Forges de Vulcain, 2020, France)

20. Diskø de Mo Malø (La Martinière, 2019, France)

21. Son espionne royale et le mystère bavarois de Rhys Bowen (tome 2) (Robert Laffont, 2019, Angleterre)

22. Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell : les Dossiers Cthulhu, 1 de James Lovegrove (Bragelonne, 2018, Angleterre)

23. Rue du Dragon-couché de CHI Wei-jan (Calmann-Lévy Noir, 2019, Taïwan)

24. Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman (Robert Laffont, 2018, Angleterre)

Catégorie Miss Marple honorée 🙂

25. Mamie Polar – Ramdam au musée de Régis Delpeuch (Scrineo, 2017, France)

26. La geisha de Yokohama de Charles Haquet (Le Masque, 2005, France-Japon)

27. Sherlock, Lupin & moi, 1 – Le mystère de la dame en noir d’Irene Adler (Albin Michel, 2017, Italie)

28. Sherlock, Lupin & moi, 2 – Dernier acte à l’opéra d’Irene Adler (Albin Michel, 2017, Italie)

29. Sherlock, Lupin & moi, 3 – L’énigme de la rose écarlate d’Irene Adler (Albin Michel, 2017, Italie)

30. La clairvoyance du Père Brown de Gilbert Keith Chesterton (Omnibus, 2008, Angleterre)

31. Son espionne royale et la partie de chasse de Rhys Bowen (Robert Laffont, 2020, Angleterre)

32. L’affaire est close de Patricia Wentworth (10/18, 1937, Angleterre)

33. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Le livre de poche, 2016, Allemagne)