Phèdre de Racine

Phèdre de Racine.

Théâtre classique, 2015, 78 pages.

Genre : théâtre classique.

Jean Racine naît le 22 décembre 1639 à la Ferté-Milon dans l’Aisne dans une famille de petits notables mais il devient orphelin jeune. Ses professeurs sont les Solitaires de Port-Royal. Comme une carrière ecclésiastique ne lui convient pas, il se dirige vers les Lettres : la poésie et le théâtre. Ses pièces sont des tragédies (Alexandre le Grand, Andromaque, Britannicus, Bérénice, Bajazet, Mithridate, Iphigénie, Phèdre…) ; il n’écrit qu’une seule comédie (Les Plaideurs en 1668). Il y a beaucoup à dire sur Racine (Académie française, anoblissement, etc.) mais je vous laisse consulter tout ça sur une encyclopédie ou sur Internet ! Il meurt le 21 avril 1699 à Paris et il est enterré à l’église Saint-Étienne-du-Mont à Paris.

Phèdre et Hippolyte est une tragédie en 5 actes, en vers, jouée en 1677 ; son titre devient Phèdre tout simplement en 1687 et elle est réadaptée avec quelques variantes en 1697.

Phèdre est une pièce inspirée de celle d’Euripide : Phèdre est une reine engagée – par la force des dieux – dans « une passion illégitime » qu’elle essaie de surmonter de toutes ses forces, elle n’est donc « ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocente » puisque sa destinée la dépasse ! (préface p. 4). Racine s’est « très scrupuleusement attaché à suivre la fable » et s’est tenu « de conserver la vraisemblance de l’histoire » (préface p. 5) mais il l’a adaptée pour plaire à son temps et à son public.

L’histoire se situe à Trézène, une ville du Péloponnèse. Il y a 8 personnages et quelques gardes.

« Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent ! / Quelle importune main, en formant tous ces nœuds, / A pris soin sur mon front d’assembler mes cheveux ? / Tout m’afflige et me nuit, et conspire à me nuire. » (Phèdre, p. 11). « Thésée est mort, Madame, et vous seule en doutez. / Athènes en gémit, Trézène en est instruite, / Et déjà pour son roi reconnaît Hippolyte. / Phèdre dans ce palais tremblante pour son fils, / De ses amis troublés demande les avis. » (Ismène, p. 19). Phèdre pense que son époux, Thésée, disparu depuis six mois, est mort, et elle avoue à Hippolyte son amour pour lui, alors qu’il est le fils que Thésée a eu avec une autre femme, Antiope, la reine des Amazones. Puisque Thésée n’est plus, un nouveau roi va être nommé et le nom d’Hyppolyte est sur toutes les lèvres mais celui-ci souhaite quitter Trézène… « Je sais, sans vouloir me flatter, / Qu’une superbe loi semble me rejeter. / La Grèce me reproche une mère étrangère. » (Hyppolite, p. 21). Et Thésée est-il vraiment mort ? « Cependant un bruit sourd veut que le roi respire. / On prétend que Thésée a paru dans l’Épire. » (Théramène, p. 28). Et effectivement, Phèdre apprend le retour de Thésée ! « Mon époux est vivant,Œnone, c’est assez. / J’ai fait l’indigne aveu d’un amour qui l’outrage. / Il vit. Je ne veux pas en savoir davantage. » (Phèdre, p. 31). Que peut-elle faire après avoir avoué son amour à Hippolyte, comment peut-elle se justifier auprès de Thésée ? « Ah ! je vois Hippolyte. / Dans ses yeux insolents je vois ma perte écrite. / Fais ce que tu voudras, je m’abandonne à toi. / Dans le trouble où je suis, je ne peux rien pour moi. » (Phèdre, p. 33). Thésée est prêt à punir cette trahison, cet adultère, presque un inceste mais heureusement Hippolyte est amoureux d’une autre femme, Aricie. « Non, mon père, ce cœur (c’est trop vous le celer) / N’a point d’un chaste amour dédaigné de brûler. / Je confesse à vos pieds ma véritable offense. / J’aime, j’aime, il est vrai, malgré votre défense. / Aricie à ses lois tient mes vœux asservis. / La fille de Pallante a vaincu votre fils. / Je l’adore, et mon âme à vos ordres rebelle, / Ne peut ni soupirer, ni brûler que pour elle. » (Hippolyte, p. 40). Encore faut-il que Thésée, en colère, croit son fils… « Il soutient qu’Aricie a son cœur, a sa foi, / Qu’il l’aime. » (Thésée, p. 42). Et comment va réagir Phèdre à cet amour d’Hippolyte pour Aricie ? « Quoi, Seigneur ! » (Phèdre, p. 42).

La tension dramatique augmente de scène en scène jusqu’à la tragique fin. On est bien dans une tragédie ! Amour interdit, culpabilité, amertume, colère, chagrin…

Il y a plusieurs versions de Phèdre : celles d’Euripide (version grèque) et de Sénèque (version latine) sont plus violentes, plus scandaleuses (inceste), celles de Robert Garnier (1573), de La Pinelière (1635), de Gabriel Gilbert (1647) sont des adaptations plus « gentilles » avec Hippolyte.

Je me suis rendu compte que j’avais beaucoup de retard pour le challenge Cette année je (re)lis des classiques #2 alors voici un troisième billet ! Peut-être aurais-je le temps, avant la fin de l’année, de (re)lire un quatrième classique pour honorer le niveau 2 ?…

Le Cid de Pierre Corneille

Le Cid de Pierre Corneille.

Théâtre Classique, mars 2015, 74 pages.

Genres : théâtre classique, tragédie.

Pierre Corneille, surnommé le « Grand Corneille » et « Corneille l’aîné », naît le 6 juin 1606 à Rouen dans une famille bourgeoise. Il étudie le Droit et exerce comme avocat en même temps qu’il écrit des pièces, des comédies d’abord puis des tragi-comédies. Il reçoit un grand succès. Il meurt le 1er octobre 1684 à Paris. Les œuvres complètes de Corneille sont parues, revues et annotées, chez Pierre Jannet en 1857. D’autres infos sur ma note de lecture de Cinna.

Le Cid est une tragédie représentée pour la première fois le 4 janvier 1637 au Théâtre du Marais et publiée en 1682.

La scène se déroule à Séville. Il y a douze comédiens.

Don Rodrigue et Don Sanche sont tous deux épris de Chimène. Le père de la jeune femme lui laisse le choix. « Elle est dans le devoir ; tous deux sont dignes d’elle, / Tous deux formés d’un sang noble, vaillant, fidèle, / Jeunes, mais qui font lire aisément dans leurs yeux / L’éclatante vertu de leurs braves aïeux. » (p. 11). Mais l’Infante (la fille du roi de Castille) est également amoureuse de Don Rodrigue ; eh oui, rien n’est simple ! « Espérez tout du ciel : il a trop de justice / Pour laisser la vertu dans un si long supplice. » (Léonor, la gouvernante de l’Infante, p. 14).

Elles sont connues, ces citations : « Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! » (Don Diègue, père de Don Rodrigue, nommé gouverneur par le roi et jalousé par Don Gomès, comte de Gormas et père de Chimène, p. 18) et « Rodrigue, as-tu du cœur ? » (Don Diègue à son fils, p. 18). Vous l’aurez compris, Don Diègue exhorte son fils à tuer Don Gomès pour le punir de son orgueil et de l’outrage qu’il a fait non seulement à lui (Don Diègue) mais aussi au roi ! J’aime beaucoup le monologue de Rodrigue qui suit (Acte 1, scène 6, p. 20-21), que peut-il faire ? Peut-il choisir entre son père (l’honneur de la famille) et Chimène (l’amour) ? De son côté, Don Gomès s’est rendu compte de son emportement, de son « sang trop chaud », de son « mot trop haut » et il s’en ouvre à Don Arias, un gentilhomme, mais c’est dit, « c’en est fait, le coup est sans remède. » (p. 22) et « Le sort en est jeté, Monsieur, n’en parlons plus. » (p. 23). Même le roi, Don Fernand, ne comprend pas cette témérité de son valeureux Don Gomès, ce mépris pour sa décision, cette « humeur si hautaine » : « Quoi qu’ait pu mériter une telle insolence, / Je l’ai voulu d’abord traiter sans violence ; / Mais puisqu’il en abuse, allez dès aujourd’hui, / Soit qu’il résiste ou non, vous assurer de lui. » (p. 30) et la réponse de Don Sanche au roi : « […] Il voit bien qu’il a tort, mais une âme si haute / N’est pas sitôt réduite à confesser sa faute. » (p. 30). Mais la raison du roi n’est pas la raison de tout un chacun ! « Ainsi votre raison n’est pas raison pour moi : / Vous parlez en soldat ; je dois agir en roi […]. » (p. 31) et effectivement le sort en est jeté…

En 1660, faisant l’examen de cette œuvre, d’abord baptisée tragi-comédie, puis rebaptisé tragédie, Corneille dit que le public a été tellement ravi qu’il n’en a pas vu les défauts (par rapport aux règles établies, les règles des vingt-quatre heures, de l’unité de lieu, de la vraisemblance…) et considère même cette pièce comme la plus belle de Corneille. En effet, Rodrigue a tué le père de Chimène : les visites qu’il fait à la jeune femme et l’amour que Chimène lui porte sont donc contraires à la bienséance.

J’aime moi aussi beaucoup cette pièce en vers, très lyrique, décidément remplie de répliques connues : « Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées / La valeur n’attend point le nombre des années. » (Don Rodrigue, p. 24-25) et « Trop peu d’honneur pour moi suivrait cette victoire : / À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. » (Don Gomès, p. 25). Et, bien que ce soit une tragédie, je trouve amusante la longue confrontation entre Chimène et Rodrigue (Acte 3, scène 4) ! Mais peut-être devrais-je plutôt dire réjouissante… « Va, je ne te hais point. » (Chimène à Don Rodrigue, p. 43), elle réclame vengeance mais elle l’aime toujours !

Le salut viendra-t-il de l’ennemi ? Rodrigue combat les Mores (Maures) dont les bateaux approchent (trente quand même) et revient victorieux avec deux rois prisonniers, et ce sont eux qui le surnomment Cid : « Mais deux rois tes captifs feront ta récompense. / Ils t’ont nommé tous deux leur Cid en ma présence : / Puisque Cid en leur langue est autant que seigneur, / Je ne t’envierai pas ce beau titre d’honneur. / Sois désormais le Cid : qu’à ce grand nom tout cède ; / Qu’il comble d’épouvante et Grenade et Tolède, / Et qu’il marque à tous ceux qui vivent sous mes lois / Et ce que tu me vaux, et ce que je te dois. » (Don Fernand, le roi, à Don Rodrigue, p. 51).

Une lecture effectuée dans le cadre du Mooc À la découverte du théâtre classique français (que malheureusement je n’ai pas pu terminer…) que je mets dans le challenge Cette année, je (re)lis des classiques.

Cinna de Pierre Corneille

Cinna, ou la clémence d’Auguste de Pierre Corneille.

Théâtre classique, avril 2015, 62 pages.

Genre : théâtre classique.

Pierre Corneille, surnommé le Grand Corneille ou Corneille l’aîné, naît le 6 juin 1606 à Rouen dans une famille bourgeoise. Il étudie le Droit mais se tourne vers la littérature et devient dramaturge et poète. Il commence par des comédies (Mélite, La place royale, L’illusion comique) puis des tragi-comédies (Clitandre, Le Cid) et enfin des tragédies : Médée (une tragédie mythologique), Horace, Cinna, Polyeucte, Rodogune, Héraclius, Nicomède, Pertharite (des tragédies historiques), et plus tard, une réécriture d’Œdipe et Suréna (qui connaissent moins de succès à cause des tragédies amoureuses de Thomas Corneille, le frère de Pierre, et de Jean Racine). Il meurt le 1er octobre 1684 à Paris et reste un des plus grands dramaturges au monde : il est l’auteur de 32 pièces et laisse cette expression du « dilemme cornélien » ou « choix cornélien ».

L’action se déroule à Rome. Cinna, originaire de Pompée, recueilli par l’empereur Octave-César Auguste, a le plan de le tuer et, malgré cette ingratitude, Auguste, qui avait quarante ans à ce moment, lui pardonna mais il « eut besoin d’une extraordinaire effort de clémence pour lui pardonner » (p. 4). C’est pour venger la mort de son père, Toranius, qu’Émilie, l’amante de Cinna, souffle à celui-ci de tuer Auguste. « Je l’ai juré, Fulvie, et je le jure encore, Quoique j’aime Cinna, quoique mon cœur l’adore, S’il me veut posséder, Auguste doit périr : Sa tête est le seul prix dont il peut m’acquérir. Je lui prescris la loi que mon devoir m’impose. » (p. 12). Mais l’empereur, ayant fait quérir Cinna et son ami Maxime, leur demande conseil et leur propose un avenir. Gouverneur de Sicile pour Maxime et « Pour épouse, Cinna, je vous donne Émilie ; Vous savez qu’elle tient la place de Julie, Et que si nos malheurs et la nécessité M’ont fait traiter son père avec sévérité, Mon épargne depuis en sa faveur ouverte Doit avoir adouci l’aigreur de cette perte. Voyez-la de ma part, tâchez de la gagner : Vous n’êtes point pour elle un homme à dédaigner ; De l’offre de vos vœux elle sera ravie. Adieu : j’en veux porter la nouvelle à Livie. » (p. 25-26). Mais Maxime est amoureux en secret d’Émilie et se demande si Cinna veut servir Rome ou ses propres intérêts… En dénonçant Cinna, obtiendra-t-il l’amour d’Émilie ? Bien sûr, Auguste est effondré lorsqu’il apprend la trahison. « Quoi ! Mes plus chers amis ! Quoi ! Cinna ! Quoi ! Maxime ! Les deux que j’honorais d’une si haute estime, À qui j’ouvrais mon cœur, et dont j’avais fait choix Pour les plus importants et plus nobles emplois ! Après qu’entre leurs mains j’ai remis mon empire, Pour m’arracher le jour l’un et l’autre conspire ! Maxime a vu sa faute, il m’en fait avertir, Et montre un cœur touché d’un juste repentir ; Mais Cinna ! » (p. 40).

Cinna est une tragédie en 5 actes de Pierre Corneille représentée pour la première fois en 1639 à l’Hôtel de Bourgogne et publiée en 1643 chez Toussaint Quinet. En ancien français (ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un texte en ancien français !) ; c’est du théâtre classique en vers alexandrins, c’est rythmé et très agréable à lire. Le lecteur retrouve dans cette tragédie des préoccupations humaines (ou peut-être divines ?) intangibles : l’amour, la haine, la vertu, l’ambition, la jalousie, la vengeance, la trahison, le pardon. Et voit bien qu’Émilie se monte le bourrichon elle-même et embarque Cinna et Maxime dans son idée folle. Heureusement, Auguste en parle à son épouse, Livie, qui le conseille judicieusement : il y a donc deux femmes importantes, une qui crée le problème (le complot, la trahison) et une qui trouve la solution (la clémence, le pardon) pour une meilleure gouvernance d’Auguste. Corneille veut montrer que le pouvoir est d’autant plus fort s’il est juste et magnanime et qu’il faut enrayer la spirale de la violence.

C’est avec grand plaisir que j’ai lu Cinna pour le MOOC À la découverte du théâtre classique français dont je vous parlais il y a deux semaines (comme je suis très occupée, j’espère pouvoir mener au bout ce MOOC mais j’ai déjà pris du retard…).

J’en profite pour le mettre dans le challenge Cette année je (re)lis des classiques et Petit Bac 2018 (pour la catégorie Prénom).