Les aurores montréales de Monique Proulx

[Article archivé]

Les aurores montréales de Monique Proulx.

Boréal, avril 1996, 244 pages, 15,50 €, ISBN 978-2-89052752-2.

Genres : littérature québécoise, nouvelles.

Monique Proulx est née le 17 janvier 1952 à Québec mais elle vit à Montréal depuis 1984. Elle est romancière, nouvelliste, scénariste et elle a reçu de nombreux prix littéraires.

Les nouvelles de ce recueil datent un peu (elles ont apparemment été écrites entre 1989 et 1994) mais elles me semblent toujours d’actualité (même si je ne peux pas l’affirmer à 100 % car je ne connais pas du tout la ville de Montréal). Elles parlent en tout cas toutes de Montréal et de la vie à Montréal. « Montréal a changé, c’est la faute de Montréal. » (p. 231).

De l’exil et des difficultés d’adaptation : Gris et blanc (enfant du Costa Rica), Jaune et blanc (jeune femme de Chine), Rose et blanc (fille d’immigrés italiens), Noir et blanc et La classe laborieuse (couple de Haïtiens), Rouge et blanc (Indien, il n’est pas en exil donc mais il ne reconnaît pas sa propre terre), Sans domicile fixe. Le blanc revient souvent !

Des relations entre enfants et parents : Le passage (une jeune fille « même pas majeure » quitte ses parents pour aller vivre à Montréal avec son copain étudiant), Le futile et l’essentiel (une femme très bavarde rend visite à sa fille à Montréal), Noir et blanc (racisme et violence).

Des relations entre hommes et femmes : Léa et Paul, par exemple (intéressant avec plusieurs flashback non chronologiques), Les femmes sont plus fines, Madame Bovary, Dépaysement, Oui or no.

De la relation entre l’humain et l’animal : Gris et blanc (Manu, le chien qui manque à l’enfant), Jouer avec un chat (Pierrot et sa chatte, Grosse Chose).

Des différences dans le comportement ou l’attitude : Allô, Les transports en commun, Tenue de ville, Rue Sainte-Catherine, Baby, L’enfance de l’art (courte et percutante), Les aurores montréales, Fucking bourgeois.

C’est bizarre, en listant ces nouvelles, je me rends compte que ce sont celles-ci que j’ai le moins aimées :

Clin d’œil à la culture et à la littérature québécoises : Leçon d’histoire (au théâtre), Français, Françaises (auteurs québécois).

Une nouvelle inclassable : Ça ; elle ne fait qu’une page et je ne l’ai pas comprise…

Mes nouvelles préférées

Gris et blanc : un enfant écrit à son chien, Manu, resté à Puerto Quepos (Costa Rica) pour lui raconter sa nouvelle vie dans cette ville grise et parfois blanche, et lui dire combien il lui manque.

Le futile et l’essentiel : Fabienne rend visite à sa fille Martine qui pressent que « cette semaine sera infernale » car sa mère est volubile et cancanière. « Et tout ce temps, tandis qu’elle parcourait et dévorait insatiable la ville, les mots s’étaient éjectés de sa bouche à une vitesse sidérale, elle parlait et la réalité se rapetissait comme aspirée de l’intérieur, elle parlait et la vie devenait une anecdote désespérante de laquelle tout sublime était à jamais évacué, à jamais. » (page 47).

Jaune et blanc : une jeune Chinoise écrit à sa grand-mère restée en Chine et lui décrit le foisonnement de cette ville dans laquelle elle était perdue à son arrivée.

Madame Bovary : Diane, mariée et mère de famille, écrit à un journaliste dont elle aime les chroniques afin de le rencontrer (et plus si affinités) mais il la mouche dans une chronique suivante.

Noir et blanc : après avoir vu en famille le film Malcolm X, un chauffeur de taxi haïtien écrit à Malcolm X pour lui dire son mécontentement sur la violence et le racisme qui n’est pas à sens unique. « Les faits parlent d’eux-mêmes, et l’homme est un loup pour l’homme, qu’il soit noir, jaune, ou vert martien… » (page 141).

Français, Françaises : un directeur littéraire français vient à Montréal pour rencontrer des auteurs québécois « uniquement distribués au Québec » (page 181) et ceux-ci espèrent beaucoup des éditeurs français mais l’homme préfère s’installer à Montréal réduisant leurs espoirs à néant.

Drôles ou tristes, tendres ou cruelles, réelles ou imaginaires, émouvantes ou déroutantes, ces 27 histoires ont toutes un intérêt, une manière bien à elles de raconter Montréal, ses habitants et ses différentes couleurs. Ce fut pour moi une belle découverte car je n’avais jamais lu Monique Proulx. Plusieurs de ces nouvelles sont écrites sous forme de lettres : Gris et blanc, Jaune et blanc, Rose et blanc, Noir et blanc, Rouge et blanc, Blanc, et la lettre au journaliste dans Madame Bovary.

Le mot de la fin pour l’Amérindien qui ne reconnaît plus son pays, dans Rouge et blanc. « Cette terre bruyante peuplée de créatures bavardes et ces forêts sans arbres sont tout ce qui nous reste : il faut apprendre à y enfouir de nouvelles racines ou accepter de disparaître. » (p. 195-196).

Une lecture pour Québec en septembre que je mets aussi dans les challenges 1 mois, 1 plume, En toutes lettres, Littérature francophone, Le mélange des genres (nouvelles), Petit Bac 2014 (catégorie Lieu) et Tour du monde en 8 ans.

Publicités