Novela Negra, le polar latino (film documentaire)

Mercredi soir, j’ai regardé en deuxième partie de soirée sur Arte Novela Negro, le polar latino, un documentaire de 56 minutes réalisé par Andreas Apostolides (Grèce) en 2020.

Comme vous le devinez, ce documentaire parle du roman noir, du roman policier dans les pays d’Amérique du Sud des années 70 à nos jours. Et je me suis dit que j’allais le regarder et prendre quelques notes pour en parler dans le cadre du Mois espagnol et sud américain.

« Dans les années 70, un nouveau genre de roman policier a été créé en Amérique latine. » Des images d’archives en noir et blanc puis en couleurs, des extraits de romans lus par des auteurs, des extraits de films noirs… Plusieurs auteurs racontent leur vision du roman noir et leur écriture de romans policiers différents des romans européens et états-uniens même si le roman noir et les films noirs français (qui arrivent en Amérique latine dans les années 70) sont pris en exemple.

Paco Ignacio Taibo II (Mexique) parle de la « réinvention du genre » dans les années 70 avec les dictatures militaires puis Luis Sepúlveda (Chili) continue en expliquant que dans le genre noir classique, les auteurs ont rajouté de l’Histoire, beaucoup d’histoire (« l’une des dernières interviews avant sa disparition en avril 2020 »). Interviennent ensuite Claudia Piñeiro (Argentine), Leonardo Padura (Cuba), Juan Sasturain (Argentine), Santiago Roncagliolo (Pérou) ainsi que deux spécialistes (un journaliste et un professeur universitaire dont je n’ai pas noté les noms).

Des romans noirs urbains qui dénoncent la violence, les crimes, les crimes d’État et le pouvoir corrompu. C’est que, dans toutes les grandes villes d’Amérique latine, la promiscuité entre les riches et les pauvres (qui arrivent de la campagne et qui se sentent comme sur une autre planète) engendre des inégalités croissantes et un basculement vers des dictatures en particulier en Argentine et au Chili (avec tortures, exécutions, crimes non élucidés, enfants disparus…).

Ce documentaire – et les romans noirs (romans politiques et sociaux) écrits par les auteurs cités ci-dessus – révèlent la face cachée des grandes villes : Mexico, Buenos Aires, La Havane, Santiago du Chili, Lima.

Une seule autrice dans ce documentaire, Claudia Piñeiro, une « écrivaine à part », différente dans le monde du roman policier, peut-être parce que ses romans sont plus récents (années 2000-2010).

Vous pouvez (re)voir cet instructif film documentaire sur Arte jusqu’au 10 juillet 2021, profitez-en !

Le chat qui ne mangeait pas de souris de Carmen Agra Deedy et Randall Wright

[Article archivé]

Le chat qui ne mangeait pas de souris de Carmen Agra Deedy et Randall Wright.

Flammarion, octobre 2014, 320 pages, 14,50 €, ISBN 978-2-0812-8895-9. The Cheshire Cheese Cat (2011) est traduit de l’américain par Marie Hermet et illustré par Barry Moser.

Genres : littérature américaine / cubaine, littérature jeunesse.

Carmen Agra Deedy naît à La Havane à Cuba ; sa famille fuit aux États-Unis en 1963 et elle grandit en Géorgie. Elle publie pour la jeunesse depuis 1993 et a reçu de nombreux prix. Plus d’infos sur http://carmenagradeedy.com/.

Randall Wright est également auteur jeunesse ; il vit dans l’Utah avec sa famille.

Barry Moser naît en 1940 à Chattanooga dans le Tennessee. Il est illustrateur, graveur, auteur, éditeur, etc. Il a illustré de nombreux livres dont les plus connus sont Alice au Pays des merveilles, Moby Dick, la Bible

Skilley est un Chartreux, « un chat parmi tant d’autres », mais il cache « un lourd secret […] depuis sa plus tendre enfance » (p. 7). Le pub Ye Olde Cheshire Cheese est célèbre pour son excellent fromage donc il est envahi par les souris… « Ouais, des souris. L’auberge du Cheese en est pleine. Ils ne savent plus quoi en faire. […] Des souris bien grasses et juteuses. Rondes et dodues, jeunes… et tendres… » (Pinch à Skilley, p. 10). Skilley attrape Pip, la petite souris recueillie par Nell, la fille de Henry, l’aubergiste, et celui-ci, très content, accueille le matou dans l’auberge mais… Plus tard, Skilley relâche Pip ! « Nous savons tous les deux que tu ne manges pas les souris. Tu manges du fromage. » (p. 36). Skilley et Pip vont faire un marché qui arrange bien tout le monde, d’autant plus qu’une créature cachée dans le grenier veut absolument aller à la Tour de Londres.

L’histoire se déroule dans Fleet Street où se situe le pub Ye Olde Cheshire Cheese, « la cantine préférée des écrivains de Londres » (p. 9). Et effectivement, le lecteur a le plaisir et l’honneur d’y croiser Wilkie Collins et Charles Dickens ! Ce pub existe vraiment, il est même un des plus anciens d’Angleterre puisqu’il a été reconstruit en 1667 après le Grand incendie de Londres (septembre 1666). Vous pouvez cliquer sur l’image ci-contre.

Quel excellent roman ! Jeunesse ? Je dirais tout public, ou plutôt tous lecteurs ! Car il a plusieurs niveaux de lecture : l’histoire en elle-même entre les chats, les souris et les humains, l’Histoire avec des remarques sur les Anglais, les Français et des illusions à la guerre, la littérature avec Collins, Dickens mais aussi Pip (voir ci-dessous « Écrire selon Charles Dickens et selon Pip la souris »). Ce roman est donc bien écrit (bien traduit), bien rythmé, bien illustré (à l’ancienne !) ; il est intéressant, drôle, passionnant, un vrai régal ! L’ambiance (des mots sont écrits par exemple en forme d’escaliers), les mystères et les rebondissements y sont pour le plus grand bonheur de tous les lecteurs ! Même de ceux qui n’aiment pas particulièrement les romans animaliers !

À noter que le titre original, The Cheshire Cheese Cat, est plus mystérieux que le titre français… qui vend malheureusement la mèche !

Écrire selon Charles Dickens et selon Pip la souris :

Dickens : « Ah, disons-le, un écrivain ne doit jamais reculer devant un bon meurtre littéraire bien construit. Il doit être sans pitié. Si l’histoire le réclame, il doit faire pendre l’adversaire, laisser se noyer l’héroïne, envoyer à l’asile psychiatrique l’épouse du pasteur qui souffre depuis trop longtemps… Et tant pis pour les critiques, qu’ils aillent au diable ! » (p. 151).

La souris : « Écrire, ce n’est pas jeter des mots au hasard sur une page, expliqua Pip. Les mots doivent exister dans leur contexte… » (p. 212).

Un roman pour les challenges 1 mois, 1 plume, 1 % de la rentrée littéraire 2014, ABC critiques 2014-2015 (lettre W), Animaux du monde (s’il continue), Arche de Noé, Charles Dickens, Des contes à rendre (l’édition originale est sous-titrée A Dickens of a tale), Jeunesse & young adult # 4, Romancières américaines, Totem (chats et souris), Victorien et XIXe siècle (roman lu à l’automne 2014).