Civilizations de Laurent Binet

Civilizations de Laurent Binet.

Grasset, août 2019, 384 pages, 22 €, ISBN 978-2-24681-309-5.

Genres : littérature française, science-fiction, uchronie.

Laurent Binet naît le 19 juillet 1972 à Paris. Agrégé de Lettres modernes, il fut professeur pendant dix ans avant de se lancer dans l’écriture au début des années 2000. Il a aussi été le chanteur du groupe rock Stalingrad. C’est la première fois que je lis cet auteur et j’ai très envie de lire son premier roman, HHhH paru en 2010 chez Grasset.

Freydis Eriksdottir, la fille d’Érik le Rouge, quitte la Norvège pour l’Islande puis continue à l’Ouest avec quelques hommes et du bétail à bord d’un knörr qui arrive au Groenland puis qui fait cap toujours plus au sud. « Freydis était enceinte et avait un mauvais caractère. » (p. 13). Les Vikings accostent au Pays de l’Aurore puis à Cuba : ils ne savent pas qu’ils vont changer le monde ! À chaque fois, ils rencontrent les peuples qu’ils appellent les Skraelings, il échangent (le maïs pour les uns, le fer pour les autres, entre autres) mais les populations locales tombent malades et le knörr repart encore plus au sud. Jusqu’à Chichen Itza où Freydis perd son mari, Thorvard. Puis jusqu’au Panama. « Puis il arriva qu’un Skraeling frappé de fièvre survécut et se rétablit. Il fut suivi d’un autre et peu à peu le mal apporté par les étrangers perdit de sa force. Alors les Groenlandais surent qu’ils étaient arrivés au terme de leur voyage. » (p. 31).

Suivent des fragments du journal de Christophe Colomb qui, à cause du passé modifié des Skraelings, ne vit pas ce qu’il aurait dû vivre ! « De retour à la nef, je fus reçu par un Indien que les autres appelaient cacique et que je tiens pour le gouverneur de cette province […]. Le cacique m’invita à prendre place sous le château de poupe pour dîner. […] On me servit des mets de leur confection, comme si j’étais leur invité sur mon propre vaisseau. » (p. 49-50).

Une guerre éclate entre les deux fils de Huayna Capac : Huascar (roi de Cuzco) et son demi-frère Atahualpa (roi de Quito). « D’autres, se remémorant les vieilles histoires concernant la Reine rouge, fille du Tonnerre, envoyée du Soleil, levèrent les bras respectueusement. » (p. 85). Atahualpa décide de fuir… à l’est ! Que trouvera-t-il ? Il ne le sait pas mais c’est le début d’un périple dangereux à Cuba, Haïti, la Jamaïque jusqu’à Lisbonne ! Higuénamota qui a connu Christophe Colomb lorsqu’elle était enfant embarque sur un des trois bateaux et devient la maîtresse d’Atahualpa. Ils arrivent dans ce qui est pour eux le Nouveau Monde ! « Ils débarquèrent » (p. 98). Mais Lisbonne vient d’être détruite par un tremblement de terre puis un raz-de-marée et la peste fait rage…

Je réduis ma note de lecture sinon il y aura une page supplémentaire ! Je note simplement quelques infos : la religion du « dieu cloué », le « breuvage noir teinté de rouge » (p. 119). « Ce fut […] l’un des premiers échanges culturels entre Quiténiens et habitants du Nouveau Monde. Au reste, le breuvage noir de Tolède n’était pas moins savoureux que celui de Lisbonne. » (p. 119).

Civilazations est une remarquable fresque dans laquelle le destin de l’Amérique du Sud et de l’Europe est totalement changé, voire inversé. En effet, l’éditeur nous dit que « Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux Conquistadors. Donnez-leur le cheval, le fer, les anticorps, et toute l’histoire du monde est à refaire » ! Freydis Eriksdottir et ses hommes aux cheveux rouges ont apporté ces trois choses et toute l’histoire du monde est modifiée ! Du Portugal à l’Empire germanique en passant par l’Espagne, l’Italie, la France, l’Europe sera tout autre pour le plus grand plaisir des lecteurs ! « Atahualpa découvrait, fasciné, l’histoire enchevêtrée des rois locaux. » (p. 136). L’Europe va-t-elle abandonner le culte du « dieu cloué » pour l’adoration du Soleil et devenir le Cinquième Quartier ? (il y a quatre Quartiers dans le monde d’Atahualpa et Huascar). C’est que les hommes (et femmes) qui accompagnent Atahualpa ne sont que 200 mais ils vont trouver de l’aide parmi les rejetés et les persécutés, les Juifs, les Morisques (mahométans), les Luthériens… « Votre monde ne sera plus jamais le même. » (p. 176).

Civilizations est un roman abouti, vraiment complet : il y a de l’aventure avec un grand A, un journal (celui de Christophe Colomb), de l’épistolaire (entre Thomas More à Chelsea et Érasme de Rotterdam à Fribourg) ; plus surprenant, il y a même des listes ! Comme celle avec les 95 thèses du Soleil (p. 263-272) dont la 89 : « L’Inca incarne la Loi nouvelle et l’Esprit nouveau. » (p. 272). De plus, le vin y a une grande importance, peut-être parce qu’il symbolise le sang et donc la vie, ou tout simplement parce que Atahualpa a aimé ce breuvage qui le changeait du cacao !

Bien que publié en littérature générale (ou « littérature blanche »), Civilizations est pourtant bien un roman de science-fiction, une incroyable uchronie, intelligente et inventive, qui a reçu le Grand Prix de l’Académie française et c’est mérité ! Je vous le conseille vivement, même si vous n’aimez pas la science-fiction, lisez-le comme un roman historique différent car les détails sont réels et les personnages aussi (Pizzaro, Michelangelo, Machiavel, le roi Charles d’Espagne, Charles Quint, etc.). Laurent Binet apporte une analyse différente de l’Histoire européenne, de la religion, du pouvoir de l’Église et des rois. Et c’est réjouissant. À noter que le titre du roman est inspiré du jeu vidéo de stratégie Civilization créé au début des années 90.

Une excellente lecture que je mets dans les challenges 1 % Rentrée littéraire 2019 et Littérature de l’imaginaire #7.

Les liens de Domenico Starnone

Les liens de Domenico Starnone.

Fayard, collection Littérature étrangère, août 2019, 180 pages, 18 €, ISBN 978-2-21370-567-5. Lacci (2014-2016) est traduit de l’italien par Dominique Vittoz.

Genre : littérature italienne.

Domenico Starnone naît le 15 février 1943 près de Naples (Italie). Il vit à Rome où il est journaliste, écrivain et scénariste. Il écrit depuis 1988 mais je ne connaissais pas cet auteur, c’est la première fois que je le lisais. D’après des études littéraires et critiques, des spécialistes disent que Domenico Starnone pourrait être Elena Ferrante !

Vanda et Aldo sont mariés depuis 12 ans, depuis octobre 1962. Ils habitent à Naples et ils ont deux enfants : Sandro, 9 ans, et Anna, 5 ans. Vanda est femme au foyer et Aldo est assistant dans une université à Rome. Il vient de quitter le foyer conjugal car il a rencontré une jeune femme, Lidia, 19 ans.

Ce qu’il y a de subtil dans ce roman, dont l’histoire est somme toute classique, la séparation d’un couple, c’est les trois parties racontées, à leur façon, par les protagonistes.

La première partie est consacrée aux lettres que Vanda écrit à Aldo pour qu’il revienne. « Au cas où tu l’aurais oublié, mon cher, je te le rappelle : je suis ta femme. » (première phrase du roman, p. 9). « Tu n’as tout simplement pas pris la mesure de ce que tu m’as infligé. » (p. 10). « Tu t’es envolé en évitant par tous les moyens d’être clair avec moi. […] J’ai reçu les factures de gaz et d’électricité. J’ai le loyer à payer. Et les deux enfants. Reviens tout de suite. » (p. 15). Est-il question d’amour ou Vanda est-elle simplement dépendante d’Aldo ?

Des années plus tard, Aldo est revenu mais leur couple est comme un objet cassé et recollé qui ne sert plus voire qui menace de se casser à nouveau… C’est la deuxième partie consacrée à Aldo, aux états d’âmes d’Aldo. Car, à leur retour de vacances, leur appartement est sens dessus dessous et leur chat, Labès, a disparu ! Aldo va-t-il prendre la mesure de ce que Vanda et leurs enfants ont subi ?

Et justement, la troisième partie est consacrée aux enfants, Sandro et Anna, devenus adultes et pas contents du tout, surtout Anna. Leur père a commis « Un crime, oui, un crime. » (p. 101).

Les liens est un roman, à la fois court et dense (je l’ai lu d’une traite un dimanche après-midi), sur le naufrage d’un couple, d’une famille… « Laisse tomber les lacets, tout ce que nos parents ont su nouer, c’est un lien avec lequel ils se sont torturés l’un l’autre toute leur vie. » (p. 158). Et c’est vrai qu’il y a quelque chose de pathétique dans les liens qui « unissent » ce couple, cette famille, ou plutôt l’absence de liens… Quand on regarde la couverture, on a l’impression que les lacets sont un lien à la patte et que l’homme ne pense qu’à s’enfuir ! Et on se rend compte que la rancœur a remplacé l’amour aussi bien dans le couple qu’entre les parents et les enfants, ainsi y a-t-il eu un réel pardon ? Je n’en suis pas sûre du tout et c’est triste… Mais super bien écrit ! Tout en finesse, parfois drôle, plutôt cynique, tout en amertume et non-dits, en tout cas ce qu’ont sûrement vécu des milliers de couples qui se sont séparés dans les années 70.

Domenico Starnone est à découvrir ! Du même auteur : Rage de dents (Actes Sud, 1996) et Via Gemito (Fayard, 2000) pour les romans traduits en français, plus les autres titres en italien pour ceux qui lisent en italien ! Avez-vous déjà lu cet auteur ? Me conseilleriez-vous Rage de dents ou Via Gemito ?

Une lecture pour les challenges 1 % Rentrée littéraire 2019 et Voisins Voisines 2019 (Italie).

Journal de L. de Christophe Tison

Journal de L. (1947-1952) de Christophe Tison.

Goutte d’Or, août 2019, 280 pages, ISBN 979-1-09690-616-1.

Genres : littérature française, journal.

Christophe Tison naît en 1961 à Amiens. Il étudie la philosophie à la Sorbonne puis devient journaliste et écrivain (depuis 2004).

Ce roman est inspiré de Lolita de Vladimir Nabokov (publié en 1955) qui est la confession de Humbert Humbert, un Anglais, en prison, mais Journal de L. donne la parole à l’adolescente : Dolores Haze, plus connue sous le surnom de Lolita. En août 1947, elle a 12 ans et son beau-père, Humbert Humbert, lui annonce que sa mère est morte fauchée en pleine rue et la kidnappe. Ils vont rouler dans la voiture de la défunte et traverser une partie des États-Unis. « Oh ! Maman. C’est un rêve, non ? Un de ces rêves qui tournent au cauchemar. » (p. 20). L’horrible bonhomme va abuser d’elle dès la première nuit. « Il est le diable et m’emmène avec lui. » (p. 21). Lorsque Humbert décide de s’arrêter à Beardsley en septembre 1948, il la fait entrer au collège mais Lolita, brisée, cassée, peine à se faire des amis. « Oh, je voudrais tellement qu’ils m’aiment ! » (p. 102). Elle tombe amoureuse de Stan mais… « Premier amour, premier chagrin. Comme ça a été vite ! » (p. 142). Elle va réussir à s’enfuir : descente aux enfers, alcool, drogue, films pornographiques… « Mais le plus important pour moi est de rester en vie. » (p. 227). Elle restera en vie jusqu’en 1952…

Pauvre gamine ! Dans cette Amérique puritaine d’après-guerre, il y a un homme qui voyage seule avec une gamine de 12 ans. Son père ? Son beau-père ? Un oncle ? Personne ne voit rien, personne ne remarque rien, personne ne se pose de questions… Pourtant partout où ils s’arrêtent, l’homme ne prend qu’une seule chambre. Humbert Humbert en a fait une adolescente sulfureuse, c’était son idée à lui, son idée de prédateur, de pédophile et de violeur. Cette histoire est sordide et je n’avais déjà pas pu lire Lolita de Nabokov. J’ai lu ce « journal » sans déplaisir mais aussi sans plaisir bien que le style soit agréable (et fluide comme on dit). Bien sûr Christophe Tison a mis de lui, de son expérience, dans ce Journal de L mais je n’ai pas réussi à apprécier parce que c’est cru, c’est glaçant, c’est dérangeant et traumatisant… Ces hommes-là, il faut simplement leur couper les c…….

Je découvre quand même les éditions Goutte d’Or et je regarderai si d’autres titres m’intéressent chez cet éditeur qui existe apparemment depuis 3 ans.

Un roman pour le 1 % Rentrée littéraire 2019.

Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan

Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan.

Plon, septembre 2019, 224 pages, 19 €, ISBN 978-2-25927-879-9.

Genre : littérature française.

Françoise Sagan (son vrai nom est Quoirez) naît le 21 juin 1935 à Cajarc dans le Lot. Lorsque paraît son premier roman, Bonjour Tristesse, en 1954, elle n’a pas 19 ans : le succès est immédiat. Suivent des romans (Aimez-vous Brahms, Des bleus à l’âme, entre autres), des nouvelles, des pièces de théâtre (Château en Suède, Un piano dans l’herbe, entre autres). Elle est également connue pour ses frasques et les adaptations de ses titres au cinéma. Elle meurt le 24 septembre 2004 à Honfleur dans le Calvados. Les quatre coins du cœur est son vingtième roman et il paraît quinze ans après sa mort.

Lors d’un accident de voiture provoqué par Marie-Laure, son mari Ludovic Cresson était en très mauvais état, dans le coma. « Pendant deux ans, Ludovic, sans un mot et sans une protestation, alla de clinique en clinique, d’hôpital psychiatrique en hôpital psychiatrique, fut même envoyé en Amérique, littéralement ligoté dans un jet. » (p. 18). Mais il s’en est sorti et il s’avère même qu’il va très bien ! Ce qui n’arrange pas Marie-Laure – qui l’a épousé pour son argent, du moins pour l’argent de son père – car elle veut vivre sa vie, faire le tour du monde et surtout elle ne supporte plus de vivre avec lui. « Son retour fut une catastrophe pour celle-ci. Elle avait été admirable en tant que veuve mais se retrouver « femme d’un débile » comme elle le formulait volontiers devant ses intimes (ceux qui partageaient une vie sociale fort ouverte), était autre chose. » (p. 21). Or Ludovic est loin d’être débile ; le modeste médecin local a « proclamé que son patient était cassé, fatigué, brisé, mais qu’il n’avait rien d’un fou. » (p. 21). Lorsque le père de Ludovic comprend ce qu’il se passe sous son toit, il va prendre les choses en main… à sa façon !

Oui ce roman de Françoise Sagan était inachevé ; oui, son fils unique, Denis Westhoff, et l’éditeur ont effectué un travail pour réécrire certaines parties et parachever le travail ; ce n’est pas un secret, Denis Westhoff l’explique dans sa préface. Aurait-il fallu ne pas publier ce roman et qu’il reste dans l’oubli ? Je pense que non parce que j’ai retrouvé le ton, l’humour et l’audace que j’avais apprécié lors de mes premières lectures de Françoise Sagan durant mon adolescence ; c’est comme si un peu d’elle était encore là.

Alors, bien sûr, ce n’est pas son meilleur roman, mais il y a une belle galerie de personnages : Henri le père de Ludovic, teigneux mais attachant ; Sandra la belle-mère de Ludovic (sa mère étant morte en couches), quelque peu fragile ; Fanny Crowley, la mère de Marie-Laure, romantique et veuve éplorée du seul homme qu’elle ait aimé, Quentin Crowley, un Anglais ; Philippe Lebaille, le frère de Marie-Laure, un charmeur parasite. C’est l’automne, tout ce petit monde vit au domaine familial, La Cressonnade, en Touraine. Et bien sûr, il y a Marie-Laure, infecte tant elle montre du dégoût et du mépris pour Ludovic qui ne lui reproche même pas d’avoir encastré la voiture dans un arbre et d’avoir failli le tuer. « On avait pris l’habitude chez les Cresson, depuis l’accident, de ne pas appeler Ludovic par son prénom, le vrai Ludovic étant mort dans leur esprit. Aussi on l’appelait « il » et on disait à son sujet n’importe quoi devant lui, comme s’il n’eut pas été là. » (p. 44). Et, dans ce huis-clos bourgeois, il y a des passages plus théâtraux qui m’ont fait penser aux pièces de l’autrice.

Les quatre coins du cœur est finalement une histoire d’amour mais le couple n’est pas celui auquel on pense. J’ai bien aimé le chien, Ganache : il manquait un animal dans cette maison, eh bien il s’invite à la fête !

Ma phrase préférée : « Ici, il n’y avait rien. Justes des myopes qui avaient du mal à avouer les monstres qu’ils prétendaient ne pas être. » (p. 109).

N’hésitez pas à lire Les quatre coins du cœur (même si ce n’est pas un chef-d’œuvre), vous y retrouverez indéniablement Françoise Sagan et c’était sûrement l’objectif de son fils (je pense tout de même que les parties modifiées, rajoutées auraient dû être signalées). Et, s’il ne vous fait pas du tout envie, (re)lisez ses autres titres !

Pour le challenge 1 % Rentrée littéraire 2019.

Week-end à 1 000 – novembre 2019

Après le Week-end à 1 000 d’août (petit marathon, je travaillais, je n’ai lu que 3 romans correspondant à 830 pages), je suis ravie de participer au Week-end à 1 000 de novembre. Il est toujours organisé par Lili bouquine (+ groupe FB) et il dure les 15-16-17 novembre. Le coup de bol : je devais travailler vendredi mais, à mon arrivée, j’apprends qu’il n’y a ni informatique ni chauffage (c’est que nous avons eu, en Drôme, de grosses chutes de neige toute la journée de jeudi et toute la nuit et qu’il y a beaucoup de dégâts) donc pas d’ouverture au public et tout le monde repart à midi. C’est ainsi que j’ai pu lire vendredi après-midi, samedi et dimanche !

Mes lectures pour ce marathon

Vendredi : Cadavre exquis d’Agustina Bazterrica (Flammarion, août 2019, 304 pages), un premier roman glaçant ❤

Samedi : le matin (c’est rare que je lise le matin !), j’ai terminé L’incivilité des fantômes de Rivers Solomon (Aux Forges de Vulcain, septembre 2019, 400 pages mais j’avais déjà lu la première partie qui fait 106 pages, donc pour le marathon : 294 pages), un premier roman de science-fiction anglo-américain, pas mal mais sans plus. L’après midi, j’ai lu De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic (Albin Michel, mai 2019, 496 pages), un bon polar qui m’a entraînée en Russie et en Ukraine 🙂

Dimanche : j’ai lu deux romans de la rentrée littéraire. Sale gosse de Mathieu Palain (L’Iconoclaste, août 2019, 352 pages), encore un premier roman. Et Journal de L. (1947-1952) de Christophe Tison (Goutte d’Or, août 2019, 280 pages), le journal intime d’un personnage de roman, Lolita. J’ai lu ces deux romans sans déplaisir mais je ne les ai pas appréciés plus que ça (j’expliquerai pourquoi dans mes notes de lecture qui arriveront plus tard car j’ai encore pas mal de retard…).

Total des pages lues : 304 + 294 + 469 + 352 + 280 = 1 726 pages (enfin, je dépasse les 1 000 pages, mais il faut dire que j’ai eu largement le temps de lire ces 5 romans durant 3 jours !).

Je ne pourrai certainement pas participer à la semaine à lire du 20 au 27 décembre car je travaillerai une partie de ces jours, à moins que je ne lise que le week-end, je verrai, je vous tiendrai au courant, mais, en attendant, passez un bel automne et ayez de bonnes lectures et de belles découvertes !

La dame au petit chien arabe de Dana Grigorcea

La dame au petit chien arabe de Dana Grigorcea.

Albin Michel, août 2019, 140 pages, 15 €, ISBN 978-2-226-44101-0. Die Dame mit dem Maghrebinischen Hündchen (2019) est traduit de l’allemand par Dominique Autrand.

Genres : littérature suisse, littérature de langue allemande.

Dana Grigorcea naît le 11 novembre 1979 à Bucarest (Roumanie). Elle vit maintenant en Suisse, à Zurich. Elle est philologue (spécialiste des philologies allemande et néerlandaise) et autrice  (deux précédents livres ne sont pas traduits en français). Plus d’infos (en allemand) sur son site officiel, https://www.grigorcea.ch/.

Printemps, bords du lac, Zurich. Anna, célèbre danseuse, mariée à un médecin, promène le petit chien qu’elle a ramené d’Algérie. Elle rencontre Gürkan, un jardinier Kurde de Turquie, marié et père de trois enfants. « […] c’est une belle journée, avec un soleil radieux et des cygnes blancs sur le lac, dans une des plus belles villes du monde, peuplée de gens affables et apparemment insouciants. » (p. 15). Ils vont devenir amants et se voir tous les jours mais Gürkan n’est pas habitué aux relations extraconjugales. « Il ne fallait pas se sentir coupable de tout, s’empoisonner la vie. Qu’avaient-ils fait de mal ? C’était la nature. L’être humain est rempli d’envies et de désirs. Pourquoi aller contre ? Serait-il plus honnête de se renier soi-même. » (p. 30-31).

Mais ils ne sont pas du même monde (Anna et son mari ont des amis aisés, amateurs d’art) et Anna va se lasser. « Quand un mois se serait écoulé, se disait Anna, le souvenir de Gürkan serait aussi lointain qu’une hirondelle envolée. » (p. 55). Pourtant, un jour d’été, en Italie, elle se rend compte qu’elle pense toujours à Gürkan. « Penser à Gürkan était une évidence. » (p. 68). Et finalement, elle ne supporte plus sa vie artistique et futile. « Cette nuit-là, Anna n’arrivait pas à dormir. De temps en temps elle réveillait son mari et se plaignait d’avoir du mal à respirer. Ce n’était pas tant la chaleur qui étouffait, c’était le silence. » (p. 83).

L’éditeur dit que ce roman est un hommage à Anton Tchekhov, effectivement il est tout en finesse et délicatesse. Et ce roman, très agréable à lire, sur deux saisons, printemps et été, est une jolie histoire d’amour moderne. Le petit chien, tout mignon, a sa place dans le roman, il est l’élément déclencheur. Une chouette découverte et sûrement une romancière à suivre. Un détail : je pense que La dame au petit chien maghrébin plus proche du titre original aurait été préférable.

Une agréable lecture donc pour le challenge 1 % Rentrée littéraire 2019 que je mets dans Voisins Voisines 2019 (Roumanie/Suisse).

Court vêtue de Marie Gauthier

Court vêtue de Marie Gauthier.

Gallimard, collection Blanche, janvier 2019, 112 pages, 12,50 €, ISBN 978-2-07-277797-4.

Genres : littérature française, premier roman.

Marie Gauthier naît en 1977 à Annecy ; elle étudie le théâtre. Court vêtue est son premier roman.

C’est l’été. Félix, 14 ans, est entré en apprentissage : sa mère l’a déposé chez le patron qui l’héberge et elle est partie sans lui dire au revoir… Le patron vit avec Gilberte (Gil), sa fille, 16 ans et un chien, Dodo. « Félix sentait qu’il pourrait vivre sous ce nouveau toit, se plaire dans cette maison étrangère, oublier la sienne, oublier les parents. Il serait un visiteur sans identité, venant du nulle part avec seulement un sac et un bout de papier dans la poche. Il allait profiter de ne plus avoir de passé. Sa vie commencerait maintenant. » (p. 10). L’homme, toujours en train de fumer, doit apprendre un métier à Félix mais… lequel ? Félix est chargé « d’enlever les fleurs fanées du monument aux morts, de balayer les marches de la mairie, de porter des bidons graisseux graisseux qui sentaient l’essence » (p. 12) pendant que l’homme dort sur un banc ! En fait, l’homme est cantonnier et assez libre de son temps. Le matin et le soir, ils vont boire des canons au bistrot. Mais « Ce n’était pas le vin blanc au café, ni les bouts de terre accrochés aux godasses, ni le monument aux morts à nettoyer qui plaisaient à Félix. C’était autre chose. » (p. 15). On devine bien que Félix est attiré par Gil : elle est belle avec ses yeux bleus, ses cheveux blonds, ses longues jambes, elle est une espèce d’ouragan, qui sort, qui rentre, qui virevolte et elle travaille déjà, elle est employée à la supérette. Mais Gil, qui n’est pas farouche et qui a déjà de l’expérience, préfère les hommes plus âgés. « Gil était comme un aimant. On la trouvait facilement. Elle était le centre du bourg, le centre de tout. » (p. 32). Et elle n’est pas très regardante, son patron, le gros receveur des postes, le buraliste, des inconnus… « Elle n’éprouvait aucune gêne. » (p. 49). Alors, bien sûr, « Félix aimait réellement Gil mais ça voulait dire quoi. Il ne connaissait pas bien ce mot. Ou plutôt, il le renvoyait à des états d’enfance, quand il était vraiment petit. » (p. 75).

Que dire de ce premier roman de la rentrée littéraire de janvier 2019 ? Pas grand-chose… Il n’est pas désagréable à lire et, contrairement à ce que je craignais, il n’y a pas de vulgarité : tant mieux ! Mais, aussi vite lu, aussi vite oublié. Car ce n’est qu’un long chapitre de 100 pages dans lesquelles il ne se passe pas grand-chose voire rien… Dire qu’il a reçu le Prix Goncourt du premier roman en mai !