Top Five Séries Addict #450 – Les plus belles découvertes séries 2020

Le Top Five Séries Addict ou TFSA est organisé par Smells Like Chick Spirit. Je ne participe qu’épisodiquement (ici par exemple) et je suis en retard pour cette session n° 450 puisqu’il fallait publier le 8 et que nous sommes le 10 mais le thème Les plus belles découvertes séries 2020 m’a plu. Je m’attarderai donc sur les nouvelles séries que j’ai vues en 2020 (pas sur les nouvelles saisons de séries) et je vais en choisir 5 (choix cornélien !).

1. Chernobyl, vue en DVD en décembre. Mini-série historique anglaise et américaine en 5 épisodes (environ 1 heure chacun) sur la catastrophe nucléaire de la centrale Lénine en avril 1986, très bien documentée et réalisée.

2. I am the night, vue sur 13e rue en juin. Série américaine historique et dramatique en 6 épisodes (environ 1 heure chacun). Une belle reconstitution de l’Amérique des années 60 avec en toile de fond les crimes liés à l’affaire du Dahlia noir.

3. Géométrie de la mort, vue sur Arte en novembre. Très bonne série policière polonaise – tchèque – ukrainienne (ce qui n’est pas banal) en 10 épisodes (environ 1 heure chacun), avec une belle équipe d’enquêteurs.

4. Dr Harrow, vue sur M6, saison 1 en mars-avril et saison 2 en avril-mai. Une bonne série australienne, policière avec médecin légiste, en 10 épisodes pour chaque saison (1 heure chacun).

5. L’amie prodigieuse, vue sur France 2 en juillet. Très belle série italienne, en 8 épisodes (environ 1 heure chacun) qui se déroule dans les années 50 dans la banlieue pauvre de Naples. Mais quelle violence ! (et je ne suis pas attirée par les romans…). Je n’ai pas encore vu la saison 2.

Avez-vous vu certaines de ces séries ?

Mes coups de… 1-2021

Bonjour, s’il y a une rubrique délaissée sur le blog, c’est bien Mes coups de… ! J’avais pris l’habitude (en fait occasionnellement) depuis mai 2015 de la publier le dimanche avec principalement des coups de cœur et des coups de blues mais parfois aussi des coups de chapeau, des coups de théâtre, des coups de pompe ou des coups de gueule (d’où le nom de la rubrique).

Mais en 2019 et en 2020, ce fut le coup du vide, le grand vide ! Pourtant il y en a eu des coups de cœur, heureusement ! (voir ci-dessous) mais aussi pas mal de coups de blues : Tomi Ungerer, Agnès Varda, Dick Rivers, Jean-Pierre Marielle, Anémone, Johnny Clegg, Toni Morrison, Peter Fonda, Marie Laforêt, Raymond Poulidor, Nicole de Buron, Anna Karina, entre autres en 2019 et Mary Higgins Clark, Kirk Douglas, Claire Bretécher, Clive Cussler, Édouard Limonov, Manu Dibango, Albert Uderzo, Luis Sepúlveda, Christophe, Michel Piccoli, Mory Kanté, Jean Raspail, Ennio Morricone, Gisèle Halimi, Alan Parker, Kiraz, Annie Cordy, Diana Rigg, Juliette Gréco, Alain Rey, Sean Connery, Anne Sylvestre, John Le Carré, Claude Brasseur, Robert Hossein, entre autres en 2020. Toutes ces pertes, ces chanteurs, acteurs, réalisateurs, artistes, écrivains, qu’on a aimés (un peu ou beaucoup), lorsqu’ils disparaissent, c’est comme une partie de nous qui disparaît avec eux, une partie de notre enfance, de notre adolescence, de notre propre histoire culturelle.

Peut-être que j’ai publié ces infos ailleurs comme dans En coup de vent… ou Je me livre, un peu, beaucoup… ou sur FB parfois simplement en cliquant sur le smiley triste. Je ne vais pas vous dire que je serai régulière en 2021 mais j’ai envie de reprendre cette rubrique, qu’en pensez-vous ?

En tout cas, je n’oublie pas les coups de cœur parce qu’il en faut pour continuer à vivre sereinement ! N’est-ce pas ? Alors d’abord un premier coup de cœur pour tous ceux qui ont été surnommés les héros du quotidien (vous savez tous de qui je parle, les employés dans les magasins et dans les services publics avec un merci spécial au personnel médical, aux éboueurs, aux pompiers). Ensuite un deuxième coup de cœur pour tous les écrivains et les artistes qui ont continué à être là pour leurs lecteurs et leurs publics en étant plus inventifs encore et aussi pour les éditeurs qui ont proposé des titres librement en ligne (je pense à Zulma, Akata, Glénat, Pika entre autres). Et enfin un troisième coup de cœur aux copinautes de la blogosphère (littéraire mais pas que !), j’ai découvert de nouveaux blogs, de nouveaux challenges ou projets, merci à vous car vous élargissez ma curiosité et ma culture, et parfois des liens se tissent malgré la distance. Alors, je tire un beau coup de chapeau en votre honneur !

Voilà, la rubrique est relancée, j’espère que l’année 2021 sera meilleure, sereine et riche en découvertes et partages.

Journal de bord 2020 – Bilan

Grâce à mes journaux de bord mensuels, je vais pouvoir calculer combien de livres j’ai lus en 2020 et même combien de films et de séries j’ai vus exactement ! En espérant ne rien avoir oublié dans l’année (ça peut arriver mais si c’est le cas, tant pis). C’est la première fois que je comptabilise le nombre de livres et de pages lus, de films et de séries vus. J’en ai profité pour rajouter le nombre de challenges, de marathons et d’activités culturelles (bon, en 2020, celles-ci n’étaient pas énormes).

Les lectures – Janvier = 12 dont 2 BD et 2638 pages. Février = 14 dont 4 BD et 4184 pages. Mars = 16 dont 2 BD et 4273 pages. Avril = 41 livres dont 21 BD et 7191 pages. Mai = 22 livres dont 8 BD et 5197 pages. Juin = 20 livres dont 9 BD et 3965 pages. Juillet = 17 livres (dont 0 BD) et 5221 pages. Août = 20 livres dont 5 BD et 5878 pages. Septembre = 16 livres dont 5 BD et 1932 pages. Octobre = 16 livres dont 4 BD et 3632 pages. Novembre = 22 livres dont 5 BD et 4008 pages. Décembre = 21 livres dont 7 BD et 4089 pages. Soit au total 237 livres dont 72 BD et 52208 pages. Je ne sais pas si c’est beaucoup mais je pense que 2020 fut exceptionnelle pour la lecture et je ne pense pas faire mieux cette année ou les années suivantes (parce qu’en plus, en vieillissant, on lit moins vite…).

Les challenges – Janvier = 12. Février = 4. Mars = 4. Avril = 2. Mai = 4. Juin = 3. Juillet = 1. Août = 1. Septembre = 2. Octobre = 2. Novembre = 3. Décembre = 1. Soit au total 39.

Les marathons de lectures – Janvier = 2. Février = 2. Mars = 3. Avril = 6. Mai = 3. Juin = 2. Juillet = 6. Août = 6. Septembre = 1. Octobre = 1. Novembre = 2. Décembre = 2. Soit au total 36. Je suis surprise qu’il y en ait autant mais, en fait, certains marathons se chevauchent.

Les activités culturelles (les plus importantes) Janvier = 1 expo. Février = 2 expos. Mai = 1 expo (en ligne). Octobre = 1 spectacle + 1 expo. Novembre = 1 expo + 1 musée (en ligne) + 1 festival (en ligne). Décembre = 1 mooc. Soit au total 6 expos + 1 musée virtuel + 1 spectacle + 1 mooc. C’est peu, j’espère me rattraper cette année.

Les films – Les films documentaires sont inclus. Janvier = 5. Février = 1. Mars = 8. Avril = 5. Mai = 11. Juin = 5. Juillet = 4. Août = 10. Septembre = 2. Octobre = 5. Novembre = 4. Décembre = 14. Soit au total 74.

Les séries – Je ne reprends pas le mois suivant les séries commencées le mois précédent (sinon, elles compteraient deux fois dans le total). Janvier = 8. Février = 6. Mars = 6. Avril = 5. Mai = 3. Juin = 4. Juillet = 4. Août = 5. Septembre = 8. Octobre = 5. Novembre = 6. Décembre = 5. Soit au total 65.

Voilà, qu’en pensez-vous ? C’est normal ? C’est beaucoup ? Je ne me rends pas bien compte puisque c’est la première fois de ma vie que je compte tout ça ! En tout cas, bon premier week-end 2021 🙂

Journal de bord 12-2020

Bonjour à vous,

Après le Journal de bord 1-2020 publié le 31 janvier, le Journal de bord 2-2020 publié le 29 février, le Journal de bord 3-2020 publié le 31 mars, le Journal de bord 4-2020 publié le 30 avril, le Journal de bord 5-2020 publié le 31 mai, le Journal de bord 6-2020 publié le 30 juin, le Journal de bord 7-2020 publié le 31 juillet, le Journal de bord 8-2020 publié le 31 août, le Journal de bord de 9-2020 publié exceptionnellement le 1er octobre, le Journal de bord 10-2020 publié le 30 octobre, le Journal de bord 11-2020 publié exceptionnellement le 1er décembre, voici le Journal de bord de décembre 2020.

Début décembre. J’ai suivi le Mooc BD organisé par la Fondation Orange et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (Angoulême), très bon Mooc, je vous le conseille (il est valide jusqu’au 31 janvier 2021).

Du 1er au 24 décembre. Mon avent littéraire 2020, c’est la première fois que je participe à ce « bilan » littéraire et ça m’a beaucoup plu.

24-25 décembre. Noël tout simple mais gâtée quand même !

28 décembre. Enfin, un passage en librairie, après le kiné (voir ‘Les livres que j’ai achetés’ ci-dessous). Le soir, je décide de m’inscrire au Défi Lundi Soleil 2021 et je demande à rejoindre le groupe FB.

29 décembre. Grâce à Mrs Turner, je découvre le Mooc XVIIIe siècle, le combat des Lumières. C’est bizarre parce que je reçois des mails de FUN Mooc et je n’ai pas vu passer ce Mooc… Hop, inscrite ! Je vous en reparlerai car les cours commencent le 25 janvier 2021.

Le nouveau challenge auquel je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite) : Décembre nordique. C’est tout mais plusieurs challenges (et deux défis photos) arrivent en janvier 2021 !

Les livres que j’ai lus : De parcourir le monde et d’y rôder de Grégory Le Floch (Christian Bourgois, 226 pages). La guérilla des animaux de Camille Brunel (Alma, 280 pages). La Source au bout du monde (tome 1) de William Morris (Libretto, 400 pages). Harpo de Fabio Viscogliosi (Actes Sud, 176 pages). Le bonhomme de neige de Jo Nesbø (Gallimard, 528 pages). Ainsi parlait ma mère de Rachid Benzine (Seuil, 96 pages). La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins (Folio SF, 576 pages). La fuite en Égypte de Selma Lagerlöf (La Revue Bleue, 3 pages). Monsieur Vert de Yokoland (Les Grandes Personnes, 48 pages). Nils, Barbie et le problème du pistolet de Kari Tinnen et Mari Kanstad Johnsen (Albin Michel Jeunesse, 32 pages). Pourquoi les chiens ont la truffe humide de Kenneth Steven et Øyvind Torseter (Cambourakis, 32 pages). La douce main du temps de Kim Kwang-kyu (L’Amandier, 262 pages). C’est l’Inuit qui gardera le souvenir du Blanc de Lilian Bathelot (Le Navire en pleine ville, 256 pages). L’empire de sable de Kayla Olson (Robert Laffont, 486 pages (que j’ai commencé le 30 et que j’aurai fini le 31 au soir). Vous avez vu, j’ai fait le forcing pour rédiger mes notes de lecture rapidement (parfois directement en lisant, ce qui implique que l’ordi reste allumé…) pour pouvoir les publier rapidement mais, il ne faut pas rêver, il m’en reste encore en retard des mois précédents…

Les BD et mangas : Documents pdf du mooc BD (132 pages A4). Dodoma de Jun Shiraishi (Komikku, tome 1 = 192 pages, tome 2 = 190 pages, tome 3 = 187 pages soit 569 pages). Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Way, Bá et Stewart (Delcourt, 224 pages). Le guide SF à l’usage des lecteurs 4 : le post-apocalyptique (Delcourt, 10 pages). Le guide SF à l’usage des lecteurs, 5 : l’uchronie (Delcourt, 9 pages).

Soit 21 livres dont 7 BD et 4 089 pages.

Les livres que j’ai achetés: Histoire d’une baleine blanche de Luis Sepúlveda et Chronique d’une mort annoncée de Gabriel García Márquez (pour le Mois Amérique latine qui aura lieu en février 2021, je vous en parlerai en temps voulu) et Le bureau du mariage idéal – Une enquête de Sparks & Bainbridge d’Allison Montclair (pour le plaisir). Un nouveau Bullet Agenda pour 2021 (je vous en parlerai en début d’année). Et ceux que j’ai reçus : j’ai gagné à deux concours. Le premier m’a fait gagner Amelia Earhart, l’aviatrice qui voulait faire le tour du monde de Pascale Perrier et Isabelle Delorme grâce à Entre les pages et le deuxième m’a fait gagner le n° 205 de la revue littéraire Page des libraires grâce à Lectures de Sam et je les remercie tous les deux (je montrais tout ça ici).

Les films que j’ai vus : Pitch Black réalisé par David Twohy en 2000, un film américano-australien dans lequel un vaisseau spatial s’écrase sur une planète inconnue où vivent de vilaines bestioles affamées, science-fiction et horreur donc. Et sa suite, Les chroniques de Riddick réalisé par David Twohy en 2004, un film américain science-fiction et action. Ce n’est pas du grand cinéma mais je ne les avais jamais vus et franchement j’ai passé une bonne soirée. J’ai revu The Constant Gardener réalisé par Fernando Meirelles en 2005 (le sujet date un peu mais il est finalement toujours d’actualité), film d’espionnage anglais en hommage à John Le Carré. Santa & Cie réalisé par Alain Chabat en 2017, une comédie française que je n’avais jamais vue (il est bon, Chabat, j’ai bien ri) et j’ai revu Problemos réalisé par Éric Judor en 2017, une comédie satirique (j’ai ri mais moins qu’au premier visionnage). Zootopie réalisé par Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush en 2016, un film d’animation américain amusant avec des animaux attachants, Judy Hoops la première lapine policière et son acolyte Nick Wilde un renard rusé. Niko le petit renne réalisé par Michael Hegner et Kari Juusonen en 2008, un film d’animation danois et finlandais avec un mignon petit renne qui veut voler pour faire partie de la brigade des rennes du Père Noël et des méchants loups, heureusement qu’il a des amis, un écureuil et une bellette. Niko le petit renne 2 réalisé par Jørgen Lerdam et Kari Juusonen en 2012, un film d’animation danois et finlandais avec le même petit renne et ses mêmes amis plus un petit frère, Jonni, un nouvel ami, Tobias et de nouveaux ennemis, les aigles. Yéti & compagnie réalisé par Karey Kirkpatrick et Jason Reisig en 2018, un film d’animation américain avec Migo le yéti et un « petits-pieds » qui n’est pas sensé exister, vraiment amusant et qui fait réfléchir. Big Five réalisé par Gilles de Maistre en 2020, un film fantastique français diffusé sur France2 et que j’ai regardé par curiosité : les images de la savane africaine et des animaux sont belles mais film ou série ? Paddington 2 réalisé par Paul King en 2017, un film franco-anglais amusant, suite de Paddington sorti en 2014. Le secret de la pyramide (Young Sherlock Holmes) réalisé par Barry Levinson en 1985, un film d’aventure américain qui imagine la rencontre de Sherlock Holmes et de John Watson à la Brompton Academy à Londres en 1870 et il y a Lestrade qui débute sa carrière (le film est ancien mais je ne l’avais jamais vu et j’ai passé un très bon moment).

Télévision : comme d’habitude, le journal télévisé du soir d’Arte puis le 28’. Quelques morceaux d’émissions musicales comme Basique ou Taratata (France2) et des documentaires (Arte) comme les deux documentaires sur la littérature scandinave.

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé Bodyguard (France2), Manifest saison 2 (TF1) et No man’s land (Arte). Les nouvelles séries : Le cheval pâle, série policière anglaise en 2 épisodes adaptée d’Agatha Christie sur C8 (une chaîne que je ne regarde jamais !) et j’en ai profité pour revoir Témoin indésirable, autre série anglaise, dramatique, en 4 épisodes, également adaptée d’Agatha Christie (je me rappelais de l’histoire mais pas de la fin). Habituée aux séries policières scandinaves diffusées le jeudi soir sur Arte, j’ai été agréablement surprise par Une si belle famille, série dramatique suédoise en 4 épisodes. Mais ma préférée ce mois-ci est Chernobyl, mini-série historique anglaise et américaine en 5 épisodes (environ 1 heure chacun) sur la catastrophe nucléaire de la centrale Lénine en avril 1986, très bien documentée et réalisée (vue en DVD). Je n’ai pas regardé Doom Patrol saison 2 (Syfy) parce que j’avais moyennement apprécié la saison 1… J’ai regardé quelques replays de Docteur Who saison 11 (NRJ12) mais je n’ai pas accroché… car l’actrice et les histoires me paraissent fades par rapport à la grande époque de David Tennant.

J’espère que ce douzième Journal de bord vous a intéressés ; je vous souhaite (autant que possible) de belles fêtes de fin d’année et surtout une belle année 2021. Voulez-vous que je continue ce Journal de bord en 2021 ?

< – Journal de bord 1-2020. < – Journal de bord 2-2020. <- Journal de bord 3-2020.< – Journal de bord 4-2020. < – Journal de bord 5-2020. < – Journal de bord 6-2020. < – Journal de bord 7-2020. < – Journal de bord 8-2020. < – Journal de bord 9-2020. < – Journal de bord 10-2020. < – Journal de bord 11-2020.

La BD de la semaine – bilan et coups de cœur 2020

Pour la dernière session de La BD de la semaine 2020, l’objectif est de publier un genre de bilan avec nos coups de cœur de l’année.

Alors, d’abord un petit bilan. J’ai lu – pour l’instant – cette année soixante-dix bandes dessinées et j’en ai présenté 46 dans La BD de la semaine 2020, ce qui est beaucoup plus que durant les années précédentes (et même que durant les trois années précédentes réunies !). Comme je sais que vous êtes plusieurs à ne pas apprécier les mangas, j’ai parfois publié mes notes de lectures de ces mangas d’autres jours que le mercredi et uniquement dans les challenges BD 2019-2020 (je n’ai compté que 2020 bien sûr) et BD 2020-2021. Et aussi, il y a encore une dizaine de notes de lectures non publiées.

Maintenant mes coups de cœur.

Mes 5 BD préférées. 1. Gentlemind 1 de Díaz Canales, Valero et Lapone. 2. Un travail comme un autre d’Alex W. Inker. 3. Journaux troublés de Sébastien Perez et Marco Mazzoni. 4. Le Detection Club de Jean Harambat. 5. Le chat qui n’aimait pas les croquettes – Nuits blanches d’Odrade.

Mes 5 mangas préférés. 1. Le vieil homme et son chat n’ont plus peur des chiens (1) de Nekomaki. 2. L’atelier des sorciers 1 de Kamome Shirahama. 3. To your Eternity 1 de Yoshitoki Ôima. 4. Shadows House 1 de Sômatô. 5. Éclat(s) d’âme 1 de Yûki Kamatani.

Quant au manhua (bande dessinée chinoise), je n’en ai lu qu’un mais vraiment très beau alors je le cite : Rêverie de Golo Zhao. Et quant au manwha (bande dessinée coréenne), je n’en ai lu aucun alors que j’avais prévu d’en lire pour le Challenge coréen… mais il dure encore un peu en 2021 alors ce n’est que partie remise.

En ce qui concerne les comics, j’en lis très peu mais je viens d’en lire un qui m’a beaucoup plu : Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Gerard Way, Gabriel Bá et Dave Stewart. Par contre, il faudra attendre mercredi prochain pour découvrir ma note de lecture !

Je voulais aussi signaler que j’ai suivi en décembre le Mooc BD organisé par la Fondation Orange et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (Angoulême) et que j’ai pris beaucoup de plaisir à le suivre et à réaliser les exercices créatifs (ce qui était totalement nouveau pour moi). J’en ai déjà parlé ici.

Je vous souhaite une agréable fin d’année avec de belles bandes dessinées et retrouvez les autres coups de cœur 2020 chez Stéphie.  Et n’oubliez pas de visiter Mon avent littéraire 2020 pour le jour n° 16.

Mon avent littéraire 2020

Pour lire, cliquez sur l’image !

J’ai repéré Mon avent littéraire 2020 sur la page FB de Nicole – du blog Mots pour mots – et elle organise cet événement avec Delphine – du blog La bibliothèque de Delphine-Olympe. Je n’avais pas vu passer cet avent l’année dernière mais je suis ravie de participer cette année.

Donc, comme pour tout avent, il dure du 1er au 24 décembre et il consiste à se remémorer les lectures de l’année 2020 à raison d’un thème par jour alors revenez tous les jours pour voir la réponse que j’aurai donnée !

Pour lire, cliquez sur l’image !

1. Ma première lecture de l’année. Heureusement qu’il y a mon Journal de bord 1-2020 parce que je ne me rappelais plus quel titre était ma première lecture de l’année ! Heureusement, c’était un très bon roman : Un océan de rouille de C. Robert Cargill (Albin Michel Imaginaire, 2020) que l’éditeur m’avait envoyé avant sa parution.

2. Le livre que j’attendais à tout prix. Un gars et son chien à la fin du monde de C.A. Fletcher (J’ai lu, 2020), repéré sur la page FB de Karine Lhisbei en juillet, le roman ne devait paraître que fin août et je l’ai attendu avec impatience. Banco, un coup de cœur.

3. Un auteur découvert cette année. Parasite de Sylvain Forge (Mazarine, 2019) mais j’ai découvert plusieurs auteurs de romans policiers cette année (entre autres Morgan Audic, Niko Tackian, Kjell Eriksson, Giles Blunt, Lawrence Block, C.J. Box, vous les retrouvez facilement sur le blog).

4. Un livre lu sur les conseils de mon libraire. Watership Down de Richard Adams (Monsieur Toussaint Louverture, 2016), un chef d’œuvre.

5. Le livre dont l’écriture m’a éblouieUne histoire des abeilles de Maja Lunde (Pocket, 2018, Norvège), gros coup de cœur.

6. Mon plus gros flopCora dans la spirale de Vincent Message (Seuil, 2019), il aurait pu être aussi en 14 et j’aurais pu mettre quelques autres titres ici (peut-être quatre ou cinq).

7. La plus belle couvertureDemain les chats de Bernard Werber (Le livre de poche, 2018) pour le magnifique chat évidemment.

8. Le livre que je n’aurais pas lu si… une gentille blogueuse ne me l’avait pas envoyé ! Le rire de 17 personnes, anthologie de nouvelles contemporaines nord-coréennes de collectif (Actes Sud, 2016), instructif et dépaysant.

9. Mon plus gros pavé de l’année. Je pense que c’est Smoke de Dan Vyleta (Le livre de poche, 2019) avec ses 768 pages, un excellent roman fantastique, un peu steampunk.

10. Le livre qui m’a mis des étoiles dans les yeux. Semiosis de Sue Burke (Albin Michel Imaginaire, 2019), qui m’a emmenée au-delà des étoiles sur une étrange planète.

11. Le livre le plus ancré dans l’actualitéContagions de Paolo Giordano (Seuil, 2020), sûrement un des premiers livres sur la pandémie (et très intéressant).

12. Le livre le plus dépaysantDiskø de Mo Malø (La Martinière, 2019) m’a transportée au Groenland mais d’autres livres m’ont dépaysée (Chine, Japon, Liban, Russie, Allemagne, Islande, Canada…).

13. Un prix littéraire lu cet annéeLe livre de M de Peng Shepherd (Albin Michel Imaginaire, 2020), très bon roman post-apocalyptique différent a reçu le Neukom Award (premier roman).

14. Le livre que tout le monde aime sauf moi. Je dirais Mauvaises herbes de Dima Abdallah (Sabine Wespieser, 2020) mais il doit bien y avoir quelques lecteurs qui, comme moi, n’ont pas accroché.

15. Le livre qui a vaincu le confinement. La papeterie Tsubaki d’Ito Ogawa (Philippe Picquier, 2018), un peu de tendresse (et de dépaysement) dans ce monde brut !

16. Le livre le plus poétique. Rivages de Gauthier Guillemin (Albin Michel Imaginaire, 2019), un magnifique roman fantasy proche de la nature.

17. Un livre dont le héros a existé. Éloquence de la sardine : incroyables histoires du monde sous-marin de Bill François (Fayard, 2019), vous allez rire mais l’héroïne de ce livre, une sardine, a vraiment existé, l’auteur l’a rencontrée (alors que je n’ai rencontré que des sardines en boîte…).

18. Le livre le plus drôleLe vieil homme et son chat n’ont plus peur des chiens de Nekomaki (Casterman, 2018), c’est une bande dessinée japonaise, drôle et tendre et j’ai très envie de lire les tomes suivants.

19. Le livre le plus émouvantJe ne reverrai plus le monde d’Ahmet Atlan (Actes Sud, 2019) ; l’auteur est toujours en prison…

20. Le livre dont j’aurais aimé rencontrer le hérosRosa Parks, elle a dit non au racisme de Florence Lamy (Scrineo, 2018). L’héroïne de ce roman est Rosa Parks et j’aurais aimé la rencontrer, oui, mais il y a aussi Martin Luther-King, j’aurais aimé les rencontrer les deux.

21. Le plus beau titreDomovoï de Julie Moulin (Alma, 2019), un mot russe dont j’aime la prononciation (j’aime le russe mais je suis nulle pour l’apprendre…).

22. Le livre le plus originalLe monstre de la mémoire de Yishaï Sarid (Actes Sud, 2020), ce roman est en fait une longue lettre sur le devoir de mémoire et la transmission.

23. Joker : le livre inclassableKim Jiyoung, née en 1982 de Cho Nam-joo (NiL, 2020), roman sud-coréen, roman féminin et féministe, roman historique, roman de société, roman presque psy, bref inclassable.

24. Un livre pour finir en beauté ! L’énigme de Saint-Olav (Melchior l’Apothicaire, 1) d’Indrek Hargla (Babel noir, 2014) pour partir dans la Tallin (Estonie) médiévale. Et Le dit du Mistral d’Olivier Mak-Bouchard (Le Tripode, 2020) pour passer Noël en Provence. Eh oui, c’est Noël, je peux bien mettre deux titres !

En fait, je n’aurais pas pu participer à cet avent littéraire l’année dernière parce que je n’avais pas rédigé de Journal de bord mensuel c’est-à-dire de mémoire, de bilan (c’est la première fois en 2020 que je fais ça, c’était dans l’optique de compter le nombre de livres lus et de pages dévorées sur une année mais cette année est spéciale et j’ai beaucoup plus lu que d’habitude).

En cherchant quels titres et auteurs j’allais mettre dans mes réponses, je me suis rendu compte que quelques notes de lectures n’étaient pas encore publiées (en fait, je le savais déjà puisque j’ai publié une photo de ma PàC, Pile à chroniquer, récemment) et je vais faire fissa pour les rédiger et les déposer sur le blog !

Par contre, je suis ravie de la diversité de mes lectures, des pays concernés et surtout de la diversité des éditeurs. Bien sûr j’ai mes lectures de prédilection, j’aime particulièrement la littérature de l’imaginaire et les romans policiers mais je lis plusieurs autres genres littéraires, aussi bien en classiques qu’en contemporains, en francophone qu’en étranger, et j’apprécie aussi l’image avec les bandes dessinées, les albums illustrés et les beaux livres (photographies, illustrations).

J’espère que cet avent vous a plu et que vous continuerez à me suivre en cette fin d’année et l’année prochaine ! Je vous souhaite un beau Noël 🙂

Journal de bord 11-2020

Bonjour à vous,

Après le Journal de bord 1-2020 publié le 31 janvier, le Journal de bord 2-2020 publié le 29 février, le Journal de bord 3-2020 publié le 31 mars, le Journal de bord 4-2020 publié le 30 avril, le Journal de bord 5-2020 publié le 31 mai, le Journal de bord 6-2020 publié le 30 juin, le Journal de bord 7-2020 publié le 31 juillet, le Journal de bord 8-2020 publié le 31 août, le Journal de bord de 9-2020 publié exceptionnellement le 1er octobre, le Journal de bord 10-2020 publié le 30 octobre, voici le Journal de bord de novembre 2020 (publié avec un jour de retard car il y avait déjà 3 billets hier sur le blog).

9 au 15 novembre. Semaine à mille pages du 9 au 15 et Week-end à 1000 du 13 au 15 (même billet) avec en tout 10 livres et 1438 pages.

13 novembre. J’ai voté pour l’arbre de l’année 2020. Sur 300 arbres proposés au concours, il reste 14 finalistes de plusieurs régions de France. Ce n’est pas un secret, j’ai voté pour le tilleul de Joncquoy (Hauts de France, je précise que ce n’est pas du tout ma région) car c’est un des arbres les plus vieux et il est trapu et majestueux. Je pense qu’il est encore possible de voter en décembre.

13 au 24 novembre. 6e édition du Festival Corée d’ici, festival franco-coréen de Montpellier, cette année 100 % en ligne. Je vous en parle d’ici quelques jours sur le blog.

18 novembre. J’ai rejoint le groupe FB du challenge de Mademoiselle Farfalle en prévision de ce Challenge lecture 2021 dont je parlerai en décembre.

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite) : Québec en novembre, Challenge du confinement et Les feuilles allemandes #2.

Les livres que j’ai lus : La planète des chats de Bernard Werber (Albin Michel, 432 pages). On s’y fera de Zoyâ Pirzâd (Zulma, nouvelle, 24 pages). Monstrueuse féerie de Laurent Pépin (Flatland, 102 pages). Wily Fox mène l’enquête, 1 – Une ombre au tableau d’Adam Frost (Thomas Jeunesse, 128 pages). Wily Fox mène l’enquête, 2 – Un parfum de mystère d’Adam Frost (Thomas Jeunesse, 128 pages). Audience captive d’Ann Warren Griffith (Le passager clandestin, 50 pages). Éloquence de la sardine, incroyables histoires du monde sous-marin de Bill François (Fayard, 224 pages). L’examen de Richard Matheson (Le passager clandestin, 48 pages). Un Logique nommé Joe de Murray Leinster (Le passager clandestin, 48 pages). Charlock 1 – La disparition des souris de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (Flammarion Jeunesse, 80 pages). Charlock 2 – Le trafic de croquettes de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (Flammarion Jeunesse, 80 pages). Le bruit de la lumière de Katharina Hagena (Le Livre de poche, 288 pages). Angor de Franck Thilliez (Fleuve noir, 624 pages). Rosa Parks, elle a dit non au racisme de Florence Lamy (Scrineo, 128 pages). Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin (La manufacture de livre, 198 pages). Cuisine tatare et descendance d’Alina Bronsky (Actes Sud Babel, 336 pages). L’insondable profondeur de la solitude de Hao Jingfang (Pocket, 384 pages).

Les BD et mangas : Shadows House 1 de Sômatô (Glénat, 160 pages). Les aventures de Spirou et Fantasio, 18 – QRN sur Bretzelburg de Franquin et Greg (Dupuis, 64 pages). Un travail comme un autre d’Alex W. Inker (Sarbacane, 184 pages). Blue Giant 1 de Shinichi Ishizuka (Glénat, 226 pages). Le secret de l’ivoire de Jacques Ortet et Arnold Berssenbrugge (Bookelis, 72 pages).

Soit 22 livres dont 5 BD et 4 008 pages.

Les livres que j’ai achetés : Wily Fox mène l’enquête, 1 – Une ombre au tableau d’Adam Frost (Thomas Jeunesse, 2017). Wily Fox mène l’enquête, 2 – Un parfum de mystère d’Adam Frost (Thomas Jeunesse, 2017). Charlock 1 – La disparition des souris de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (Flammarion Jeunesse, 2020). Charlock 2 – Le trafic de croquettes de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (Flammarion Jeunesse, 2020). Le bruit et la lumière de Katharina Hagena (Le Livre de poche, 2020) pour Les feuilles allemandes #2. Le chat, légendes, mythes & pouvoirs magiques de Christian Doumergue (L’Opportun, 2020) avec le mook Miaou n° 12.

Les films que j’ai vus : Bird Box réalisé par Susanne Bier en 2018 est un film américain post-apocalyptique mi-fantastique mi-horreur avec Sandra Bullock d’après le roman éponyme de Josh Malerman paru en 2014 : un très bon film, angoissant, qui donne envie de lire le roman. The Bookshop réalisé par Isabel Coixet en 2017 est un beau film dramatique espagnol – anglais – allemand, adapté du roman éponyme de Penelope Fitzgerald paru en 1978, avec une belle ambiance dans un village côtier de l’Angleterre d’après-guerre (deuxième moitié des années 50) et c’est aussi une ode aux livres et à la lecture. Avis de mistral réalisé par Rose Bosch en 2013 est un film dramatique français qui m’a agréablement surprise (3 enfants parisiens dont les parents viennent de se séparer vont passer l’été en Provence chez leur grand-père qu’ils n’ont jamais vu). Faux semblants réalisé par Akim Isker en 2020, est un polar français intriguant primé au festival de Cognac, diffusé sur France2.

Télévision : comme d’habitude, le journal télévisé du soir d’Arte puis le 28’. Quelques morceaux d’émissions musicales comme Basique ou Taratata (France2) ou de documentaires (Arte) et aussi quelques émissions 6 à la maison sur France2 (en fait, le lundi soir, après la série, émission sincère au niveau humain et culturel, présentée par Anne-Élisabeth Lemoine et Patrick Cohen).

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé Les enquêtes de Murdoch saison 13 (France3), The 100 saison 7 (Syfy) et The rookie, le flic de Los Angeles saison 2 (M6) dont il reste en fait encore un épisode ; je crains que TF1 Séries Films ait arrêté la diffusion de Fear the Walking Dead saison 2… Les nouvelles séries : Bodyguard, série anglaise politique et policière en 6 épisodes sur France2 (rien à voir avec le film sorti en 1992). De Gaulle, l’éclat et le secret, série historique française en 6 épisodes sur France2 (j’ai appris beaucoup de choses et j’ai découvert l’homme qu’il était, peut-être un des seuls hommes politiques français intègres). Les enquêtes de Vera saison 10, série policière anglaise en 4 épisodes (chaque épisode dure 1 h 30) sur France3 (une série que je ne me lasse pas de suivre, Vera malgré son caractère bourru montre qu’un meurtre, c’est toujours triste pour tous). Géométrie de la mort, très bonne série policière polonaise – tchèque – ukrainienne en 10 épisodes sur Arte. Magnus, série norvégienne mi-policière mi-fantastique vraiment décalée en 6 épisodes sur Série Club. Manifest saison 2, série fantastique américaine en 13 épisodes sur TF1, ravie de retrouver les survivants du vol 828. No man’s land, série dramatique française – belge – israélienne en 8 épisodes sur Arte, violente mais sûrement réaliste. J’ai manqué Interrogation, série policière américaine en 10 épisodes, inspirée de faits réels sur 13e rue (peut-être que les replays seront encore disponibles) et j’essaie également de voir les replays de Docteur Who saison 11 sur NRJ12.

J’espère que ce onzième Journal de bord vous a intéressés ; je vous souhaite une bonne continuation et un beau mois de décembre.

< – Journal de bord 1-2020. < – Journal de bord 2-2020. <- Journal de bord 3-2020.< – Journal de bord 4-2020. < – Journal de bord 5-2020. < – Journal de bord 6-2020. < – Journal de bord 7-2020. < – Journal de bord 8-2020. < – Journal de bord 9-2020. < – Journal de bord 10-2020.

Journal de bord 10-2020

Bonsoir à vous,

Après le Journal de bord 1-2020 publié le 31 janvier, le Journal de bord 2-2020 publié le 29 février, le Journal de bord 3-2020 publié le 31 mars, le Journal de bord 4-2020 publié le 30 avril, le Journal de bord 5-2020 publié le 31 mai, le Journal de bord 6-2020 publié le 30 juin, le Journal de bord 7-2020 publié le 31 juillet et le Journal de bord 8-2020 publié le 31 août, le Journal de bord de 9-2020 publié exceptionnellement le 1er octobre, voici le Journal de bord d’octobre 2020.

Mes sorties du mois. Le samedi 17, j’ai assisté à Regarde plutôt la mer de Kamel Zouaoui (environ 1 h 30) au Centre du Patrimoine arménien (CPA) dans le cadre du 7e Festival La cour des contes : j’en ai parlé ici. N’ayant pas remis les pieds dans un bar – restaurant – cinéma – musée – etc. depuis des lustres, ça m’a fait très plaisir d’aller voir ce beau spectacle émouvant avec une copine. Par contre, j’avais vu, en début de mois, une intéressante expo en plein air, Chemin(s) faisant, une histoire des routes du Vercors proposée par les Archives départementales de la Drôme : j’en ai parlé ici.

Marathon. La Semaine à mille pages – octobre 2020 du lundi 12 au dimanche 18 m’a permis de lire 5 romans et au total 1 368 pages.

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite) : Jeunesse Young Adult #10 (10 édition !) et enfin des nouvelles du challenge BD 2020-2021.

Les livres que j’ai lus : Et toujours en été de Julie Wolkenstein (POL, 224 pages). Dans les yeux du ciel de Rachid Benzine (Seuil, 176 pages). Voix sans issue de Marlène Tissot (Au Diable Vauvert, 272 pages). La fenêtre au sud de Gyrðir Elíasson (La Peuplade, 168 pages). Le lièvre d’Amérique de Mireille Gagné (La Peuplade, 184 pages). Le dit du Mistral d’Olivier Mak-Bouchard (Le Tripode, 360 pages). Les miracles du Bazar Namiya de Keigo Higashino (Actes Sud, 384 pages). Le petit loup de papier de Céline Person et Francesca Dafne Vignaga (Circonflexe, 32 pages). Mauvaises herbes de Dima Abdallah (Sabine Wespieser, 240 pages). La cuillère de Dany Héricourt (Liana Levi, 240 pages). Un câlin pour ma colère de Fifi Kuo (Albin Michel Jeunesse, 32 pages). Encore un peu petite de Mari Kasai et Chiaki Okada (Nobi Nobi, 40 pages).

Les BD et mangas : Une enquête de Basil et Victoria – tome 1 : Sâti de Yann et Édith (Les humanoïdes associés, 48 pages). Une enquête de Basil et Victoria – tome 2 : Jack de Yann et Édith (Les humanoïdes associés, 48 pages). Roudoudou blues de Marion Laurent et Arnaud Le Roux (Futuropolis, 80 pages). Journaux troublés de Sébastien Perez et Marco Mazzoni (Soleil, 104 pages).

Soit 16 livres dont 4 BD et 3 632 pages (un bon score pour un mois travaillé).

Les livres que j’ai achetés : je n’ai pas eu le temps d’aller en librairie… et maintenant elles sont fermées…

Les films que j’ai vus : comme je ne suis pas encore retournée au cinéma, j’ai vu quelques films en DVD ou diffusés à la télévision. Les héritiers réalisé par Marie Castille Mention-Scharr en 2014 est un film français qui raconte l’histoire d’une prof d’histoire du lycée Léon-Blum de Créteil (dans le Val de Marne) et de ses élèves de seconde (une classe chahuteuse et de faible niveau) qui vont présenter un travail collectif au Concours national de la résistance et de la déportation sur le thème « Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi » ; ce n’était pas gagné d’avance mais c’est inspiré d’une histoire vraie et ce film de 105 minutes, diffusé sur France 2, est touchant ; il était suivi de deux intéressants films documentaires : Les Français, c’est les autres réalisé par Mohamed Ulad-Mohand et Isabelle Wekstein-Steig (2015, 60 minutes) et C’est dur d’être aimé par des cons réalisé par Daniel Leconte (2008, 110 minutes) ; une longue soirée (je travaillais le lendemain) mais ça valait le coup de regarder car je n’avais vu aucun de ces trois films. Plus divertissant, quoique angoissant, It comes at night réalisé par Trey Edward Schulls, un film d’horreur américain (2017, 97 minutes), un genre de huis-clos en pleine forêt dans un monde post-apocalyptique. Et enfin, vu en DVD sur les conseils d’un ami, Les étendues imaginaires réalisé par Yeo Siew Hua, un film policier de 95 minutes singapourien-français-néerlandais sorti en août 2018 au Festival international du film de Locarno (où il a obtenu le Léopard d’or) et en France en mars 2019 : une enquête avec une ambiance particulière, onirique, sur des ouvriers chinois disparus à Singapour sur le chantier des terres nouvelles (terres prises sur le littoral).

Télévision : comme d’habitude, le journal télévisé du soir d’Arte puis le 28’.

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé Bull saison 4 (M6), Condor saison 2 (13e rue) et The handmade’s tale saison 3 (TF1 Séries Films) ; il reste 2 épisodes de Les enquêtes de Murdoch saison 13 (France3) et quelques épisodes de The rookie, le flic de Los Angeles saison 2 (M6) ; en ce qui concerne Deputy (13e rue), je n’ai regardé que les 2 premiers épisodes fin septembre (je n’ai pas continué en octobre, j’ai préféré lire). Les nouvelles séries : Kidnapping, très bonne série policière danoise en 8 épisodes et Moloch, série policière franco-belge « enflammée » en 6 épisodes toutes deux sur Arte. J’ai vu revenir avec plaisir The 100 saison 7 (la dernière si j’ai bien compris), série américaine de science-fiction sur Syfy, Fear the Walking Dead saison 2, série américaine horreur en 15 épisodes sur TF1 Séries Films et Les petits meurtres d’Agatha Christie sur France 2 (l’épisode 27 de la saison 2, dernier épisode de cette série attachante).

J’espère que ce dixième Journal de bord vous a intéressés ; je vous souhaite une bonne continuation, un bon courage dans ce deuxième confinement et tout de même un beau mois de novembre.

< – Journal de bord 1-2020. < – Journal de bord 2-2020. <- Journal de bord 3-2020.< – Journal de bord 4-2020. < – Journal de bord 5-2020. < – Journal de bord 6-2020. < – Journal de bord 7-2020. < – Journal de bord 8-2020. < – Journal de bord 9-2020.

Journal de bord 9-2020

Bonsoir à vous,

Après le Journal de bord 1-2020 publié le 31 janvier, le Journal de bord 2-2020 publié le 29 février, le Journal de bord 3-2020 publié le 31 mars, le Journal de bord 4-2020 publié le 30 avril, le Journal de bord 5-2020 publié le 31 mai, le Journal de bord 6-2020 publié le 30 juin, le Journal de bord 7-2020 publié le 31 juillet et le Journal de bord 8-2020 publié le 31 août, voici le Journal de bord de septembre 2020 (publié exceptionnellement avec un jour de retard).

Mardi 1er septembre : reprise du travail, ça m’a fait plaisir malgré les douleurs atroces dans le dos et le fait que je n’arrive plus à me redresser.

Marathons. Avec la reprise, j’ai beaucoup moins le temps de lire mais j’ai participé à la Semaine à mille pages du 7 au 13 septembre.

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite) : le Mois américain et 1 % rentrée littéraire 2020.

Les livres que j’ai lus : Pacifique de Stéphanie Hochet (Rivages, 112 pages). La main tendue de Poul Anderson (Le passager clandestin, 96 pages). Le courage des autres de Hugo Boris (Grasset, 180 pages). Ce crime est à moi de Philippe Ridet (Équateurs, 208 pages). Beyrouth entre parenthèses de Sabyl Ghoussoub (L’antilope, 144 pages). Le voyage de la femme éléphant de Manuela Salvi et Maurizion A.C. Quarello (Sarbacane, 38 pages). Cyniquetamere n° 1 (24 pages). Un gars et son chien à la fin du monde de C.A. Fletcher (Nouveaux Millénaires, 320 pages). Faites-moi plaisir de Mary Gaitskill (L’Olivier, 104 pages). Le ballet des retardataires de Maïa Aboueleze (Intervalles, 160 pages). Une république lumineuse d’Andrés Barba (Christian Bourgois, 192 pages).

Les BD et mangas : Gentlemind 1 de Díaz Canales, Valero et Lapone (Dargaud, 88 pages). Eden – Le visage des Sans-Noms, tome 1 de Fabrice Colin et Carole Maurel (Rue de Sèvres, 80 pages) et Eden – L’âme des Inspirés, tome 2 de Fabrice Colin et Carole Maurel (Rue de Sèvres, 90 pages). Une enquête de Basil et Victoria – tome 1 : Sâti et tome 2 : Jack de Yann et Édith (Les Humanoïdes Associés, 48 pages chacun).

Soit 16 livres dont 5 BD et 1932 pages.

Les livres que j’ai achetés : le mook Miaou n° 11 (sept.-oct.-nov. 2020) et Bob le chat philosophe de James Bowen (City éditions, 2019). Le livre que j’ai reçu : Le don de Fiona McIntosh (Bragelonne, 2006, un pavé de 502 pages) que j’ai gagné lors du concours du 7e anniversaire de Le bibliocosme (ce qui m’a fait très plaisir).

Les films que j’ai vus : je ne suis pas retournée au cinéma, mais j’ai vu deux bons films. Nicky Larson Private Eyes (劇場版シティーハンター 〈新宿プライベート・アイズ〉, Gekijô-ban Shiti Hantâ: Shinjuku Puraibêto Aizu) réalisé par Kenji Kodama en 2019 est un film d’animation japonais, drôle et divertissant. Edmond réalisé par Alexis Michalik en 2019 est un film dramatique français, qui raconte les débuts d’Edmond Rostand et la création de Cyrano de Bergerac (c’est vraiment drôle, la reconstitution historique est superbe et on y croise Sarah Bernhardt, Georges Feydeau et Georges Méliès entre autres).

Télévision : comme d’habitude, le journal télévisé du soir d’Arte puis le 28’. Lundi 28 septembre, j’ai essayé de regarder Quotidien de Yann Barthès parce que j’avais lu un article élogieux mais je n’aime pas lorsque l’actu est présentée sous forme de show alors je suis retournée sur Arte !

Les séries que j’ai vues : j’ai continué Bull saison 4 (M6) et j’ai terminé Indian Summers saison 2 (Chérie 25). J’ai vu des nouvelles séries de la rentrée : La garçonne, série historique française en 6 épisodes sur France2, qui se déroule dans le Paris des années folles ; Vagrant Queen, série de science-fiction (avec un côté fantasy) américaine en 10 épisodes sur Syfy ; Grand Hôtel, série dramatique française en 8 épisodes sur TF1, inspirée de la série espagnole Gran Hotel que j’ai vue peut-être en 2012 ou 2013 (Pourquoi une adaptation ? Les scénaristes français ne peuvent pas créer des nouvelles histoires ?) et Deputy, série policière américaine en 13 épisodes sur 13e rue avec un shérif et son équipe. J’ai été ravie de voir revenir Les enquêtes de Murdoch saison 13, série policière historique canadienne en 18 épisodes sur France3, Condor saison 2, série d’espionnage américaine en 10 épisodes sur 13e rue, The rookie, le flic de Los Angeles saison 2, série policière américaine en 20 épisodes sur M6, et The handmade’s tale saison 3, série dramatique de science-fiction en 13 épisodes sur TF1 Séries Films. Je n’ai pas regardé Un homme ordinaire (série dramatique française sur M6), Le tueur de l’ombre (série policière danoise sur Arte) et Laëtitia (série dramatique française sur France2), c’était peut-être bien…

J’espère que ce neuvième Journal de bord vous a intéressés ; je vous souhaite une bonne continuation et un beau mois d’octobre.

< – Journal de bord 1-2020. < – Journal de bord 2-2020. <- Journal de bord 3-2020.< – Journal de bord 4-2020. < – Journal de bord 5-2020. < – Journal de bord 6-2020. < – Journal de bord 7-2020. < – Journal de bord 8-2020.

Journal de bord 8-2020

Bonsoir à vous,

Après le Journal de bord 1-2020 publié le 31 janvier, le Journal de bord 2-2020 publié le 29 février, le Journal de bord 3-2020 publié le 31 mars, le Journal de bord 4-2020 publié le 30 avril, le Journal de bord 5-2020 publié le 31 mai, le Journal de bord 6-2020 publié le 30 juin et le Journal de bord 7-2020 publié le 31 juillet, voici le Journal de bord d’août 2020.

Marathons. J’ai encore participé à plusieurs Marathons de l’été [lien vers les billets marathons].

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite) : eh bien, vacances obligent, il n’y a pas de nouveau(x) challenge(s) mais demain commence le Mois américain.

Les livres que j’ai lus : j’ai terminé Octobre de Søren Sveistrup (Le livre de poche, 736 pages, en fait j’ai lu les 346 dernières pages). La goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino (Le livre de poche, 384 pages). Clara et la Pénombre de José Carlos Somoza (Babel noir, 656 pages). Porc braisé d’An Yu (Delcourt, 208 pages). Un quai dans la brume de Louisa Treyborac (auto-édition, 22 pages). Water Knife de Paolo Bacigalupi (Au Diable Vauvert, 378 pages). L’edda poétique (Fayard, 686 pages). Sa majesté des chats de Bernard Werber (Albin Michel, 464 pages). La ronde des innocents de Valentin Musso (Points, 384 pages). Volia Volnaïa de Victor Remizov (Belfond, 464 pages). Les recettes du Globe-Cooker : Inde de Fred Chesneau (Mango, 50 pages). Les recettes du Globe-Cooker : Japon de Fred Chesneau (Mango, 50 pages). Les recettes du Globe-Cooker : Thaïlande de Fred Chesneau (Mango, 50 pages). L’énigme de Saint-Olav (Melchior l’apothicaire, 1) d’Indrek Hargla (Babel noir, 432 pages). La civilisation du poisson rouge de Bruno Patino (Grasset, 184 pages).

Les BD et mangas : comme La BD de la semaine est en vacances, j’ai lu peu de bandes dessinées. Isabella Bird, femme exploratrice 3 de Taiga SASSA (Ki-oon, 208 pages). Isabella Bird, femme exploratrice 4 de Taiga SASSA (Ki-oon, 208 pages). Isabella Bird, femme exploratrice 5 de Taiga SASSA (Ki-oon, 208 pages). Le rêve de mon père 2 de Taiyô Matsumoto (Kana, 240 pages). Le rêve de mon père 3 de Taiyô Matsumoto (Kana, 256 pages).

Soit 20 livres (dont 1 qui était commencé) dont 5 BD et 5878 pages.

Les livres que j’ai achetés : pas d’achat pour moi ce mois-ci mais j’ai reçu : Porc braisé d’An Yu, très bon premier roman chinois à paraître le 9 septembre (je publierai ma note de lecture à ce moment-là).

Les films que j’ai vus : Leo Da Vinci : mission Mona Lisa réalisé par Sergio Manfio en 2018, un film d’animation italien, vraiment agréable et amusant avec le jeune Léonard, son meilleur ami Lorenzo et celle qu’il aime Lisa ; de l’aventure, des expériences, des pirates et un trésor ! Glass réalisé par M. Night Shyamalan en 2019, un film américain fantastique, bonne suite et fin des « super héros » (l’homme qui casse, la Bête, l’homme incassable) de Incassable (2000) et Split (2017). C’est la fin (This is the end) réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg en 2013, un film fantastique américain, un film de mecs sur la fin du monde pour les mecs mais qui m’a bien fait rire (depuis que j’ai vu L’interview qui tue, j’aime bien Seth Rogen et James Franco). Colette réalisé par Wash Westmoreland en 2018, très beau film américain inspiré de la vie de la romancière Colette avec (puis sans) son mari Willy. Le poirier sauvage (Ahlat Ağacı) réalisé par Nuri Bilge Ceylan en 2018, un film turc de 3 heures (!), dramatique et somptueux. The Mumbai Murders (Raman Raghav 2.0 ou Psycho Raman) réalisé par Anurag Kashyap en 2016, un film policier indien, plus que violent, brutal, qui met en parallèle deux meurtriers, un psychopathe et un jeune commissaire drogué, on est loin des comédies musicales de Bollywood ! The dead don’t die réalisé par Jim Jarmusch en 2019, un film américain de zombies différent avec humour, clins d’œil et références au rendez-vous et un casting redoutable ! Numéro une réalisé par Tonie Marshall, un film dramatique français sur la place des femmes dans les grandes sociétés et par extension dans le monde du travail (les hommes ne se rendent même pas compte des propos misogynes qu’ils tiennent !) avec des acteurs investis. Les roseaux sauvages réalisé par André Téchiné en 1994, un film dramatique français qui se déroule au printemps 1962 sur fond de guerre d’Algérie, de baccalauréat et de découverte de la sexualité.

Télévision : comme d’habitude, j’ai regardé le journal télévisé d’Arte du soir puis le 28’, quelques émissions musicales (comme le documentaire Kate Bush la sorcière du son sur Arte) et concerts en bruit de fond, et des séries (voir ci-dessous).

Les séries que j’ai vues : j’ai continué Montalbano saison 13 le 2e épisode (France 3), The Inbetween (13e rue) et Indian Summers (Chérie 25). J’ai vu Le silence de l’eau en 8 épisodes (France3), une belle série policière italienne avec des rebondissements et de bons acteurs. Lucky Man (saison 2) en 10 épisodes (France2), série policière anglaise et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Harry et sa chance providentielle mais j’ai raté 2 épisodes… Bull saison 4 en 20 épisodes (M6), un plaisir de retrouver Bull et son équipe. True Detective (saison 3) en DVD, très belle saison, avec trois périodes (1980, 1990 et 2015) donc avec des flashbacks, une histoire passionnante et des acteurs vraiment très bons (peut-être ma saison préférée). Les enquêtes du commissaire Van der Valk en 3 épisodes (France3), une série policière hollandaise adaptée de romans. Moins de séries pour deux raisons : j’ai préféré lire (marathons) et il y a eu beaucoup de séries rediffusées (par contre j’attends les nouvelles séries et les nouvelles saisons de la rentrée !).

J’espère que ce huitième Journal de bord vous a intéressés ; je vous souhaite une bonne continuation et un beau mois de septembre.

< – Journal de bord 1-2020. < – Journal de bord 2-2020. <- Journal de bord 3-2020.< – Journal de bord 4-2020. < – Journal de bord 5-2020. < – Journal de bord 6-2020. < – Journal de bord 7-2020.