Le défi du 20 juillet 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril), ma 5e participation (en mai) et ma 6e participation (en juin), voici ma 7e participation à ce Défi du 20. Les deux mots proposés par Lilou avec la lettre R sont regret et raclette.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

Photo prise sur Internet

Allez, pas de regrets, les gars, la saison de la raclette est terminée, oui, mais c’est l’été, les salades, les glaces, et puis les apéritifs, vous pourrez boire du Rosé et des bières !

Pour les prochaines lettres, en août S (c’est mon tour de proposer deux mots alors voici silence et songe), en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 août pour un nouveau texte et bonne semaine !

Les Plumes chez Émilie 2021-9

Bon, eh bien, pour changer, la semaine dernière, j’ai carrément raté toute la session des Plumes chez Émilie ! Mais ça m’embêtait alors je publie mon texte aujourd’hui (au lieu de samedi dernier…). Vous pouvez voir la collecte des mots (de lundi dernier donc) sur le thème fièvre, la récolte des mots et les textes des participants.

Les mots à utiliser sont (étaient) : regard, délire, passion, danser, samedi, nuit, thermomètre, tousser, ombre, fraîcheur, envoûter, enflammer, éventer.

La fièvre du samedi soir

Ce qu’elle aimait le plus au monde, c’était danser. La fièvre du samedi soir, vous connaissez ? Mais si elle en avait l’occasion, elle dansait aussi en semaine. Autant qu’elle pouvait, en fait, car danser était sa passion. Elle avait un regard et un déhanché qui envoûtaient tout le monde, c’était du délire, elle faisait monter le thermomètre toute la nuit, elle s’éventait parfois avec un très bel éventail qui lui apportait un peu de fraîcheur et qui faisait une ombre délicate sur le mur du dancefloor qu’elle enflammait à chaque fois. Et puis, elle s’est mise à tousser, tousser, tousser et elle dut dire adieu à la danse, aux soirées, à la fête… et à ses proches. Elle vient d’être enterrée, elle nous manque, nous ne l’oublierons jamais.

J’espère que ce texte vous a plu et je vous souhaite une bonne semaine (en espérant ne pas manquer la prochaine édition des Plumes).

Le défi du 20 juin 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril) et ma 5e participation (en mai), voici ma 6e participation à ce Défi du 20. Les deux mots proposés par Marie-Paule (Dame Uranie) avec la lettre Q sont quiétude et quille.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

Comment ! Je me repose, j’écris en toute quiétude et il vient me déranger comme un chien dans un jeu de quilles ! Bon, ben, j’ai de la visite, je ne peux en écrire plus… Bye !

Pour les prochaines lettres, en juillet R, en août S, en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 juillet pour un nouveau texte et bon dimanche !

Les Plumes chez Émilie 2021-8

Pas de changement, j’ai de nouveau manqué la collecte des mots lundi sur le thème lait. Je participe tout de même à cette 8e édition 2021 des Plumes chez Émilie et les mots à utiliser sont : miel, perle, brebis, crème, sein, velouté, traire, chocolat, poule, berlingot, intolérance, incorporer, instinct.

Allergie au lait ou conversation surréaliste

– Comment ça, tu es allergique au lait ?

– C’est plutôt une intolérance à la protéine du lait.

– Mais tu nourris ton fils au sein, il ne risque pas d’être allergique lui aussi ?

– Je ne sais pas, je me fie à mon instinct

– Ton instinct, facile à dire, on n’est pas des vaches ou des brebis qui vont se faire traire !

– Ni des poules !

– Des poules ? Comment ça des poules ?

– Ben, tu m’as dit que j’avais pondu mais je ne suis pas une poule…

– Mouais, c’était façon de parler, ça t’a vexée ?

– Non, c’est bon… C’était pour rester dans ta liste animalière. Mais je fais attention à ce que je mange, je prends du miel, j’évite le chocolat noir…

– Ouah, tu es devenue une perle d’organisation !

– Je note tout pour ne pas oublier… Par exemple, je ne consomme pas de crème mais je peux en incorporer dans mon velouté de pommes de terre.

– Tu m’en diras tant !

– Bon, trève de plaisanterie, tu m’as apporté ce que je t’avais demandé ?

– Quoi ?

– Eh bien, les fameux berlingots de Carpentras !

J’espère que ce texte vous a plu (j’ai eu l’impression que les mots n’avaient rien, ou presque, à voir entre eux !) et je vous souhaite un très bon week-end 🙂 Les autres textes chez Émilie.

Le défi du 20 mai 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars) et ma 4e participation in extremis (en avril), voici ma 5e participation à ce Défi du 20. Les deux mots proposés par Patricia Fée Main avec la lettre P sont peur et papaye. Je suis désolée du retard mais j’ai oublié de programmer ce billet qui était pourtant prêt !!!…

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

La papaye, kézako ? Je vais peut-être vous surprendre car la papaye n’est pas vraiment un fruit mais une baie (ovoïde ou arrondie) et l’arbre sur lequel elle pousse, le papayer, est originaire du Mexique. C’est l’encyclopédie qui le dit. Arrivée en Europe au XVIIe siècle, j’ai l’impression qu’il y a quand même peu de recettes avec la papaye… Peut-être que les graines de son cœur font peur ? D’autant plus que les papayers ont été génétiquement modifiés… Je n’en ai jamais mangé en tant que fruit (baie) mais en tant que parfum dans des yaourts (compotes) ou des glaces ou en jus de fruits (mélange), oui, et je dirais que ce n’est pas mauvais, peut-être un peu trop sucré… Et vous, vous avez déjà goûté ? Vous aimez ?

Les autres textes chez Patricia – Lady DIY. Pour les prochaines lettres, en juin Q, en juillet R, en août S, en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 juin pour un nouveau texte et bonne fin de semaine !

Les Plumes chez Émilie 2021-7

Bon, ça devient une habitude, j’ai de nouveau manqué la collecte des mots lundi sur le thème bulle. Mais, comme vous le savez, ça ne m’empêche pas de participer à cette septième édition 2021 des Plumes chez Émilie et les mots à utiliser sont : savon, Champagne, ivre, écrire, éclater, intérieur, envol, linger (ou lingère), léger (ou légère), sécurité, coincer, mousse, air, aiguille, armure.

Titre – Au lavoir

Bulles de Champagne ou bulles de savon ? That is the question ! Non, je vous rassure, je ne vais pas écrire ce texte en anglais (je n’ai pas le niveau). Le choix est difficile parce que les deux sont légères comme l’air, elles prennent leur envol et éclatent joliment mais… Bulles de Champagne veut dire que je serais rapidement ivre, moi la simple lingère et je ne serais pas en sécurité pour mon travail (je n’ai pas envie de me noyer). Bulles de savon, c’est bien gentil mais avec mon travail, c’est plutôt à la mousse que je suis habituée, frotte et frotte par tous les temps… Pas question de porter une armure, je serais vite coincée et ne pourrais pas travailler. J’aurais dû choisir l’aiguille et devenir couturière, j’aurais travaillé à l’intérieur !

J’espère que ce texte vous a plu et je vous souhaite un très bon week-end 🙂

Le défi du 20 avril 2021

Après ma première participation (en janvier), ma deuxième participation (en février) et ma troisième participation (en mars) à ce Défi du 20, j’avais noté les deux mots proposés par Mamylor avec la lettre O : océan et optimisme. Mais, rhaaa, le temps passe si vite et je n’ai pas pensé à écrire le texte et je n’ai même pas fait attention qu’aujourd’hui, c’est le 20… C’est en voyant le billet chez Lydia que j’ai crisé… Alors je vais faire court !

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

Cliquez sur la photo ! Une plage du Médoc.

Les vacances d’été à l’océan ? Vous êtes dans un optimisme résolument… hum… comment dire ? optimiste ! Parce que traverser la France vous sera sûrement impossible…

Voilà, c’est (très) court mais les deux mots y sont. Ah, il faut que je rajoute une photo (j’ai choisi celle-ci parce que c’était la première fois que je voyais l’océan, eh bien non en fait c’était la deuxième fois). Vous pouvez découvrir les autres textes chez Mamylor.

Pour les prochaines lettres, en mai P (Patricia Fée Main propose peur et papaye), en juin Q, en juillet R, en août S, en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 mai pour une nouvelle histoire et bonne fin de semaine !

Les Plumes chez Émilie 2021-6

J’ai de nouveau manqué la collecte des mots sur le thème séparation. Mais ça ne m’empêchera pas de participer à cette sixième édition en 2021 des Plumes chez Émilie avec les mots à utiliser : accompagner, divorcer, cloisonner, maîtrise, milieu, enfant, oubli, rivière, canalisation, barrière, distance, lien, rompre, sourire, partager, ornithorynque, frontière, filer, femme.

Titre : Séparation

Avec un faible sourire, l’adolescente s’adressa à sa meilleure amie qui l’accompagnait.

– Mes parents viennent de me l’annoncer, ils divorcent

– Merde, tes parents si croyants vont rompre leur serment d’amour éternel, j’y crois pas !

– Eh ouais, je pensais que le lien qui existait entre eux durerait toujours et que leur couple tiendrait la distance mais ma mère a franchi la frontière, elle a rencontré quelqu’un d’autre…

– Un autre homme…

– Non, une femme.

– Une femme, non !?

– Ben si…

– C’est dingue ! Je n’arrive pas à y croire. Tes parents qui fréquentent religieusement l’église… et toi là au milieu… Comment tu te sens ?

– Moyen… Pour eux c’est clairement un oubli qu’ils avaient un enfant, du moins pour ma mère, et que la vie n’était pas une longue rivière tranquille…

– Un fleuve ! Pas une rivière, un fleuve !

– Ouais, bon, tu vas pas t’y mettre, toi aussi ?

– Sinon quoi, tu vas péter une canalisation ?

– Ah ah, une durite, on dit une durite !

Toutes deux éclatent de rire. Elles partagent tout depuis tant d’années et ce moment magique malgré le drame qui se joue montre la maîtrise qu’ont les deux adolescentes face aux aléas de la vie.

– On ferait mieux de filer si on ne veut pas être en retard en cours.

– Tu as raison… (Elles accélèrent le pas). Je vais cloisonner ma vie, d’un côté je continuerai de vivre à la maison avec mon père, d’un autre côté je verrai ma mère, peut-être pas souvent, elle sera sûrement très occupée…

– Oh la la, c’est dur… C’est bon, je vois la barrière du collège, elle est encore ouverte !

– Super, ce matin, je dois présenter mon exposé sur les ornithorynques !

J’espère que ce texte vous a plu (j’ai placé ornithorynque !) et je vous souhaite un très bon week-end 🙂 Vous pouvez lire les textes des autres participants en passant chez Émilie.

Le défi du 20 mars 2021

Après ma première participation (en janvier) et ma deuxième participation (en février) à ce Défi du 20, voici le texte de mars avec les deux mots en N choisis par Lydia : noisette et naïveté.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

Photo prêtée par Géraldine, merci ! https://lescoupsdecoeurdegeraldine.com/

L’écureuil. Bonjour les amis, je suis un écureuil roux. Vous m’avez peut-être déjà vu dans un parc ou sur une branche d’arbre. Comme je suis arboricole, je mange des glands, des châtaignes et des marrons, des noix et des noisettes, des champignons (que je fais même sécher), des graines de pommes de pin, je suis un fin gourmet. Ce que je préfère, ce sont les noisettes, elles ont une bonne taille et un goût excellent. Je n’hiberne pas, c’est pourquoi j’en cache durant l’automne pour avoir de quoi me nourrir en hiver. Je ne les cache pas à un seul endroit, je les dissémine un peu partout. Est-ce que je me rappelle de toutes les cachettes ? Il ne faut pas faire preuve de naïveté, j’en oublie peut-être quelques-unes… Mais si la noisette que je mange a été cachée par un congénère, j’accepte que de son côté, il déguste une bonne noisette que j’ai cachée. Bon, j’ai bien mangé, je vais faire une longue sieste maintenant.

Vous pouvez découvrir les autres textes chez Lydia. Pour les prochaines lettres, en avril O (Mamylor propose océan et optimisme), en mai P, en juin Q, en juillet R, en août S, en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 mars pour une nouvelle histoire et bon week-end !

 

Les Plumes chez Émilie 2021-5

J’ai de nouveau raté la collecte des mots sur le thème vert. Cinquième édition en 2021 pour les Plumes chez Émilie avec les mots à utiliser : tendre, graine, espérance, renouveau, arbres, rayon, peur, émeraude, jardiner, chapeau, danser, soleil, mousse, ménager, mine.

Printemps.

Le printemps est une période tendre. Les rayons du soleil réchauffent doucement les arbres, la mousse, les graines ainsi la nature reverdit comme une belle émeraude et se couvre de fleurs, d’oiseaux et d’insectes de toutes les couleurs. Les jours grandissent ; on n’a plus peur de la nuit ; on a meilleure mine ; ce renouveau est une grande espérance pour toutes les âmes. Dommage que je ne puisse pas jardiner… Mais, ça suffit de ménager la chèvre et le chou, je mets un chapeau de paille et je vais danser ! Vous venez ?

En tout cas, bon week-end… printanier ! Et vous pouvez découvrir les autres textes chez Émilie.