Le défi du 20 octobre 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril), ma 5e participation (en mai), ma 6e participation (en juin), ma 7e participation (en juillet), ma 8e participation (en août) et ma 9e participation (avec du retard en septembre), voici ma 10e participation à ce Défi du 20.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants). Ce mois-ci, Florence propose univers et utopie.

Êtes-vous, comme moi, fondus de science-fiction ? J’aime ces univers totalement différents qui s’ouvrent non seulement aux lecteurs (de romans, nouvelles, bandes dessinées) mais aussi aux amateurs de films et de séries voire de jeux vidéo. Ces mondes créés entre la science et la fiction, ces récits d’anticipation, ces voyages spatiaux, ces planètes lointaines (souvent peu accueillantes), ces voyages dans le passé ou le futur avec l’uchronie ou l’utopie ou la dystopie, ces robots amicaux ou dangereux, ces visions post-apocalyptiques, tout cela me plaît et me fait réfléchir. Oui, me fait réfléchir à ce que nous sommes, à ce que nous pourrions faire (ou pas !), à ce que pourrait être un futur incroyable. Vous aussi, ça vous fait rêver ? J’espère que oui !

Les billets des autres participantes chez (lien à venir).

Pour les prochaines lettres, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 novembre pour un nouveau texte et bonne semaine !

Le défi du 20 septembre 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril), ma 5e participation (en mai), ma 6e participation (en juin), ma 7e participation (en juillet) et ma 8e participation (en août), voici ma 9e participation à ce Défi du 20.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants). Ce mois-ci, George-Claude (du blog Scrap à Puy) propose télépathie et tomate.

Bon sang, je suis en retard pour publier mon texte… Désolée… C’est que, depuis un mois, je me suis entraînée pour faire de la téléphathie ! Et, pensez-vous que cela fonctionne ? Pas du tout ! J’ai lu qu’il fallait se nourrir de tomates parce qu’elles assimilent le calcium et le fer. Bon, je veux bien mais… Tomates en salade, tomates en tartes salées, sauces tomates, tomates rouges, vertes, etc. Rien ne fonctionne et j’en ai un peu marre des tomates… Allez, bientôt l’automne, vivent les raclettes et les tartiflettes ! Attention, ceci est un texte humoristique pour placer les mots télépathie et tomate, s’il vous plaît ne vous nourrissez pas uniquement de tomates !

Les billets des autres participantes chez Passiflore.

Pour les prochaines lettres, en octobre U (Florence propose univers et utopie), en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 octobre pour un nouveau texte et bonne semaine !

Les Plumes chez Émilie 2021-10

Après une pause estivale, voici la 10e édition des Plumes chez Émilie cette année. Pour ne pas changer, j’ai manqué la collecte des mots lundi sur le thème Caravane et voici la liste des 15 mots à utiliser : chien, musique, pliant, découverte, camper, repasser, dormir, nature, soleil, route, nomade, liberté, feu, forain, froid.

Je tiens à préciser que j’ai des problèmes de wifi depuis deux semaines, pas tout le temps mais régulièrement… Est-ce parce que l’ordi est vieux, plus de 10 ans ou est-ce que ça vient de la box, je ne sais pas… Bref, c’est pourquoi je n’ai pas pu programmer ce billet et qu’il a du retard…

Caravane – Les chiens aboient et la caravane passe. Vous connaissez cette expression ? Elle serait d’origine turque. Je m’imagine en train de camper, eh bien disons sous le soleil d’Anatolie, en pleine nature, assise sur un pliant (si possible confortable, hein !), observant les montagnes au loin et la route sur laquelle des forains ou des nomades épris de liberté s’arrêteraient pour discuter avec moi. Et, la nuit tombant, pour lutter contre le froid, ils feraient un grand feu et partageraient avec moi le dîner. J’ai du bon vin français, voulez-vous le goûter ? Une bonne partie de la nuit passerait sans dormir, à écouter de la musique (vous avez déjà entendu du rock anatolien ? C’est génial !), à chanter, ce serait une magnifique découverte et, plus tard, je me repasserais les images et les sons pour ne jamais oublier ce moment mémorable.

Voici Caravane de Raphaël et Yalnızlar Rıhtımı d’Erkin Koray (apparemment le titre signifie Quai solitaire).

Les autres textes chez Émilie.

Le défi du 20 août 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril), ma 5e participation (en mai), ma 6e participation (en juin) et ma 7e participation (en juillet), voici ma 8e participation à ce Défi du 20.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

C’était mon tour de proposer deux mots en S en août et j’ai proposé silence et songe. J’avoue que dans le silence de mon appartement, j’ai pensé au Songe d’une nuit d’été, en anglais A Midsummer Night’s Dream, une comédie baroque, burlesque et fantaisiste de William Shakespeare rédigée entre 1594 et 1595 et publiée en octobre 1600. Un classique que je veux illustrer non pas avec une photo mais avec une vidéo (ci-dessous).

Les billets des autres participantes : Adrienne, Chantal (Un grain de sable ou de sel), Florence (L’œil et la main), Georges-Claude (Scrap à Puy), Ghislaine, Lydia, Mamylor, Marie-Paule (Dame Uranie), Passiflore, Patricia, Soène et Vonnette. J’espère n’avoir oublié personne mais je n’ai pas trouvé de billet chez Catichou.

Pour les prochaines lettres, en septembre T (et Georges-Claude propose télépathie et tomate), en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 septembre pour un nouveau texte et bon week-end !

Le défi du 20 juillet 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril), ma 5e participation (en mai) et ma 6e participation (en juin), voici ma 7e participation à ce Défi du 20. Les deux mots proposés par Lilou avec la lettre R sont regret et raclette.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

Photo prise sur Internet

Allez, pas de regrets, les gars, la saison de la raclette est terminée, oui, mais c’est l’été, les salades, les glaces, et puis les apéritifs, vous pourrez boire du Rosé et des bières !

Pour les prochaines lettres, en août S (c’est mon tour de proposer deux mots alors voici silence et songe), en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 août pour un nouveau texte et bonne semaine !

Les Plumes chez Émilie 2021-9

Bon, eh bien, pour changer, la semaine dernière, j’ai carrément raté toute la session des Plumes chez Émilie ! Mais ça m’embêtait alors je publie mon texte aujourd’hui (au lieu de samedi dernier…). Vous pouvez voir la collecte des mots (de lundi dernier donc) sur le thème fièvre, la récolte des mots et les textes des participants.

Les mots à utiliser sont (étaient) : regard, délire, passion, danser, samedi, nuit, thermomètre, tousser, ombre, fraîcheur, envoûter, enflammer, éventer.

La fièvre du samedi soir

Ce qu’elle aimait le plus au monde, c’était danser. La fièvre du samedi soir, vous connaissez ? Mais si elle en avait l’occasion, elle dansait aussi en semaine. Autant qu’elle pouvait, en fait, car danser était sa passion. Elle avait un regard et un déhanché qui envoûtaient tout le monde, c’était du délire, elle faisait monter le thermomètre toute la nuit, elle s’éventait parfois avec un très bel éventail qui lui apportait un peu de fraîcheur et qui faisait une ombre délicate sur le mur du dancefloor qu’elle enflammait à chaque fois. Et puis, elle s’est mise à tousser, tousser, tousser et elle dut dire adieu à la danse, aux soirées, à la fête… et à ses proches. Elle vient d’être enterrée, elle nous manque, nous ne l’oublierons jamais.

J’espère que ce texte vous a plu et je vous souhaite une bonne semaine (en espérant ne pas manquer la prochaine édition des Plumes).

Le défi du 20 juin 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars), ma 4e participation in extremis (en avril) et ma 5e participation (en mai), voici ma 6e participation à ce Défi du 20. Les deux mots proposés par Marie-Paule (Dame Uranie) avec la lettre Q sont quiétude et quille.

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

Comment ! Je me repose, j’écris en toute quiétude et il vient me déranger comme un chien dans un jeu de quilles ! Bon, ben, j’ai de la visite, je ne peux en écrire plus… Bye !

Pour les prochaines lettres, en juillet R, en août S, en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 juillet pour un nouveau texte et bon dimanche !

Les Plumes chez Émilie 2021-8

Pas de changement, j’ai de nouveau manqué la collecte des mots lundi sur le thème lait. Je participe tout de même à cette 8e édition 2021 des Plumes chez Émilie et les mots à utiliser sont : miel, perle, brebis, crème, sein, velouté, traire, chocolat, poule, berlingot, intolérance, incorporer, instinct.

Allergie au lait ou conversation surréaliste

– Comment ça, tu es allergique au lait ?

– C’est plutôt une intolérance à la protéine du lait.

– Mais tu nourris ton fils au sein, il ne risque pas d’être allergique lui aussi ?

– Je ne sais pas, je me fie à mon instinct

– Ton instinct, facile à dire, on n’est pas des vaches ou des brebis qui vont se faire traire !

– Ni des poules !

– Des poules ? Comment ça des poules ?

– Ben, tu m’as dit que j’avais pondu mais je ne suis pas une poule…

– Mouais, c’était façon de parler, ça t’a vexée ?

– Non, c’est bon… C’était pour rester dans ta liste animalière. Mais je fais attention à ce que je mange, je prends du miel, j’évite le chocolat noir…

– Ouah, tu es devenue une perle d’organisation !

– Je note tout pour ne pas oublier… Par exemple, je ne consomme pas de crème mais je peux en incorporer dans mon velouté de pommes de terre.

– Tu m’en diras tant !

– Bon, trève de plaisanterie, tu m’as apporté ce que je t’avais demandé ?

– Quoi ?

– Eh bien, les fameux berlingots de Carpentras !

J’espère que ce texte vous a plu (j’ai eu l’impression que les mots n’avaient rien, ou presque, à voir entre eux !) et je vous souhaite un très bon week-end 🙂 Les autres textes chez Émilie.

Le défi du 20 mai 2021

Après ma 1ère participation (en janvier), ma 2e participation (en février), ma 3e participation (en mars) et ma 4e participation in extremis (en avril), voici ma 5e participation à ce Défi du 20. Les deux mots proposés par Patricia Fée Main avec la lettre P sont peur et papaye. Je suis désolée du retard mais j’ai oublié de programmer ce billet qui était pourtant prêt !!!…

L’objectif de ce défi est d’écrire le 20 du mois un texte contenant deux mots choisis par un(e) participant(e) différent(e), ces deux mots (un concret, un abstrait) commençant par une lettre dans l’ordre de l’alphabet (voir sous mon texte pour les mois suivants).

La papaye, kézako ? Je vais peut-être vous surprendre car la papaye n’est pas vraiment un fruit mais une baie (ovoïde ou arrondie) et l’arbre sur lequel elle pousse, le papayer, est originaire du Mexique. C’est l’encyclopédie qui le dit. Arrivée en Europe au XVIIe siècle, j’ai l’impression qu’il y a quand même peu de recettes avec la papaye… Peut-être que les graines de son cœur font peur ? D’autant plus que les papayers ont été génétiquement modifiés… Je n’en ai jamais mangé en tant que fruit (baie) mais en tant que parfum dans des yaourts (compotes) ou des glaces ou en jus de fruits (mélange), oui, et je dirais que ce n’est pas mauvais, peut-être un peu trop sucré… Et vous, vous avez déjà goûté ? Vous aimez ?

Les autres textes chez Patricia – Lady DIY. Pour les prochaines lettres, en juin Q, en juillet R, en août S, en septembre T, en octobre U, en novembre V et en décembre W. Alors, rendez-vous le 20 juin pour un nouveau texte et bonne fin de semaine !

Les Plumes chez Émilie 2021-7

Bon, ça devient une habitude, j’ai de nouveau manqué la collecte des mots lundi sur le thème bulle. Mais, comme vous le savez, ça ne m’empêche pas de participer à cette septième édition 2021 des Plumes chez Émilie et les mots à utiliser sont : savon, Champagne, ivre, écrire, éclater, intérieur, envol, linger (ou lingère), léger (ou légère), sécurité, coincer, mousse, air, aiguille, armure.

Titre – Au lavoir

Bulles de Champagne ou bulles de savon ? That is the question ! Non, je vous rassure, je ne vais pas écrire ce texte en anglais (je n’ai pas le niveau). Le choix est difficile parce que les deux sont légères comme l’air, elles prennent leur envol et éclatent joliment mais… Bulles de Champagne veut dire que je serais rapidement ivre, moi la simple lingère et je ne serais pas en sécurité pour mon travail (je n’ai pas envie de me noyer). Bulles de savon, c’est bien gentil mais avec mon travail, c’est plutôt à la mousse que je suis habituée, frotte et frotte par tous les temps… Pas question de porter une armure, je serais vite coincée et ne pourrais pas travailler. J’aurais dû choisir l’aiguille et devenir couturière, j’aurais travaillé à l’intérieur !

J’espère que ce texte vous a plu et je vous souhaite un très bon week-end 🙂