Mardy & Ozgo – Le monde d’en dessous de Marie Lenne-Fouquet et Marie Morelle

Mardy & Ozgo – Le monde d’en dessous de Marie Lenne-Fouquet et Marie Morelle.

Sarbacane, collection Pépix, septembre 2020, 224 pages, 10,90 €, ISBN 978-2-37731-468-3.

Genres : littérature jeunesse française, roman mi-fantastique mi-fantasy.

Marie Lenne-Fouquet naît en 1984 dans les Deux-Sèvres. Elle est professeure et autrice pour la jeunesse. Plus d’infos sur son site officiel.

Marie Morelle, Parisienne ayant étudié les Beaux-Arts à Londres, est illustratrice pour la presse et pour la jeunesse. Plus d’infos sur son site officiel.

Mardy et Ozgo sont frères et viennent d’emménager dans une nouvelle maison avec leurs parents et leur sœur, Petite. Mais leur chat, Benjamin, a disparu depuis quatre jours et Mardy s’inquiète… « Maman, c’est vrai, ce qu’on lit dans les journaux ? Que tous les chats du village disparaissent, ces derniers temps ? » (p. 9).

Je ne dévoile rien sur les particularités de Mardy, Ozgo et Petite, vous les découvrirez en lisant ce roman.

Après avoir interrogé tous les voisins, dont certains ont perdu aussi leur chat, Mardy et Ozgo décident d’aller de nuit dans la forêt mais Petite étant réveillée, ils sont obligés de l’emmener avec eux. « Le petit convoi se mit en route et traversa le jardin. » (p. 39).

Mais, lors d’une pause, les deux garçons perdent le bébé, c’est-à-dire Petite. Dans la souche d’un arbre, ils découvrent « un monde […] un vrai monde » (p. 48). C’est le monde des Ploozes, des petites créatures vertes en forme de boules. D’ailleurs, il n’y a pas que Petite qui a disparu, emportée pour aller voir le roi Harold, tous les chats disparus sont là, nourris, choyés, un véritable paradis pour eux. « Non, il ne rêvait pas. Tout cela était bien réel. Et il fallait sauver Petite. » (p. 70).

Mardy et Ozgo vont-ils pouvoir récupérer leur petite sœur ? Ils vont être aidés par Le Bourlingueur. Et je ne vous en dis pas plus même si… « L’ignorance, c’est… c’est… c’est le pire des cauchemars ! » (p. 148).

En tout cas, vous ne regarderez plus les brins d’herbe, les poireaux et les framboises de la même façon après avoir lu ce roman !

Les personnages sont drôles ou inquiétants (j’ai bien aimé le bouledogue ronronnant et la nounou japonaise), l’histoire est très originale, les textes sont parfois accentués (pour que les enfants comprennent qu’un personnage crie par exemple) et les dessins bourrés de détails sont vraiment marrants.

Il y a bien quelques références (le facteur Cheval, princesse Mononoké) que certains enfants ne connaîtront pas mais ce sera l’occasion pour eux de demander ou de faire des recherches. Cependant, il y a un petit côté social et écologique que les enfants comprendront sans problème.

Pour Bingo littéraire d’Hylyirio (n° 14, une histoire d’enlèvement ou de disparition mais il aurait pu aller dans d’autres cases), Challenge lecture 2022 (catégorie 22, un livre dont les personnages principaux sont d’une même fratrie mais il pouvait entrer dans d’autres catégories), Jeunesse Young Adult #11, Littérature de l’imaginaire #10 et Petit Bac 2022 (catégorie Prénom pour Mardy et Ozgo).

Lucie ou la vocation de Maëlle Guillaud

Lucie ou la vocation de Maëlle Guillaud.

Héloïse d’Ormesson, août 2016, 208 pages, 16 €, ISBN 978-2-35087-374-9. Il est paru en poche, Points, septembre 2017, 216 pages, 6,60 €, ISBN 978-2-75786-606-1.

Genres : littérature française, premier roman.

Maëlle Guillaud, née en 1974, est éditrice et Lucie ou la vocation est son premier roman. Son deuxième roman, Une famille très française, est paru en 2018.

Lucie, étudiante, est encouragée par Mathilde à entrer au prieuré. Sa mère et Juliette, sa meilleure amie (ses chapitres sont en italique), essaient de l’en dissuader mais Lucie devenue Marie-Lucie après ses vœux ira jusqu’au bout.

J’ai lu ce roman en entier car le sujet est bien traité mais je ne comprends pas du tout ce besoin d’aliénation soi-disant au nom de la foi que Lucie n’a même pas lorsqu’elle entre au prieuré ! Cette vie en communauté faite de privations et d’obéissance est basée sur un incroyable conditionnement… En plus, Lucie découvre les malversations de certaines sœurs ou de la mère supérieure : malveillances, coups bas, espionnage des sœurs, humiliations, gavage… Pourquoi se mentir à soi-même et aux autres ? Pourquoi avoir tellement peur de la vraie vie qu’on préfère s’en occulter ?

Attention, je n’ai absolument rien contre la foi qui, je pense, est quelque chose de personnel et pas de collectif. Mais chacun fait comme il l’entend du moment qu’il ne dérange pas les autres.

Quelques extraits

« Ici, c’est chacun pour soi et Dieu pour toutes. » (p. 45).

« Mais derrière ces murs clos, mon univers est aussi vaste que l’infini. Ne le vois-tu pas ? » (Lucie à sa mère qui lui rend visite).

« Les mois passent, les saisons défilent, mais le quotidien, lui, est lustré par des journées identiques aux précédentes. » (p. 97).

« Qu’a-t-elle fait d’autre depuis qu’elle est ici sinon écouter et répéter les réponses qu’on lui dictait. Elle a gommé sa personnalité […] A-t-elle progressé dans sa foi ? Elle en doute. Elle est devenue un pantin réglé et formaté à souhait. Qui ne pense plus. N’a plus de désir. Ni de rêves. Ni d’envies. Même son amour du Seigneur lui a été soufflé. » (p. 187-188).

Ce roman faisait partie des 68 premières fois 2016 et je remercie Nicole qui me l’avait envoyé. Il entre dans les challenges Bingo littéraire d’Hylyirio (n° 8, un livre dans votre pàl depuis plus de 5 ans), Challenge lecture 2022 (catégorie 21, un livre reçu mais il pouvait aller dans d’autres catégories) et Petit Bac 2022 (catégorie Prénom pour Lucie).

Les confluents d’Anne-Lise Avril

Les confluents d’Anne-Lise Avril.

Julliard, août 2021, 208 pages, 18 €, ISBN 978-2-26005-478-8.

Genres : littérature française, premier roman.

Anne-Lise Avril naît en 1991 en France. Elle aime lire, écrire et étudie le commerce puis se rend à Moscou en Russie. Elle se passionne pour la culture russe, la photographie, le voyage, l’écologie (elle travaille pour la reforestation). Les confluents est son premier roman.

2040. D’un côté la planète est ravagée par la pollution et la sécheresse, d’un autre côté des îles et des pays sont submergés par les eaux. Jaya quitte son île indonésienne. « Elle se préparait à passer d’un monde à l’autre. Ou bien peut-être à entrer dans le monde, pour la première fois. » (p. 11).

Après ce prologue, le roman est construit en 4 parties : le Désert (2009), la Forêt (2011), la Nuit (2013) et l’Île (2014) avec, à chaque fois, une incursion en 2040.

2009. Aqaba, Jordanie, une auberge aux portes du désert. Liouba est née à Moscou d’une mère Russe et d’un père Français. Jeune journaliste, elle a quitté Paris pour son premier reportage pour Terre d’exil. « Elle ne savait pas exactement comment faire. Elle apprenait. Savoir trouver une histoire. Savoir la raconter. Savoir ensuite la vendre à ceux qui seraient susceptibles de la lire. Tel était le métier qu’elle avait choisi et dont elle expérimentait la réalité pour la première fois. Elle pressentait qu’il y avait quelque chose à dire, ici, sans savoir encore précisément quoi, et elle savait que pour pouvoir le dire, il lui faudrait quitter Aqaba, aller à la rencontre du désert qui l’aimantait et comprendre ce que c’était que de vivre avec lui. » (p. 17). Aydin, un bédouin, l’emmène dans son village d’At-Tuweisa dans le désert de Wadi Rum à la recherche de « Une histoire. J’aimerais raconter comment les hommes vivent avec leur écosystème, s’y adaptent et sont marqués par lui. » (p. 24). En devenant journaliste, Liouba se sent proche de sa mère, Elena Azarova, qui était journaliste, et en plantant des arbres et en étudiant les plantes et les fleurs du désert, elle se sent proche de son père, Henri Darcet, qui était botaniste. La voilà son histoire, celle de Babak Majali et des bédouins des environs qui plantent des arbres dans le désert pour les générations futures. Ah, voir le désert en fleurs après la pluie ! Alors qu’elle termine d’écrire son reportage et s’apprête à quitter la Jordanie pour retourner à Paris, Liouba rencontre Talal Sariel. Francophone (son père était Français et sa mère était Turque), il est photographe, et revient de Gaza (il travaille pour un journal allemand). Spécialiste des « mouvements de population » (p. 43), il est « fasciné par l’idée du lieu qu’on va chercher quand on s’en va. Qu’est-ce qui nous motive à partir ? On part toujours vers quelque chose. Un ailleurs qui sera peut-être meilleur, ou peut-être pire, que l’endroit qu’on a quitté. On se met en marche avec espoir. Pour moi, cet espoir, ça pourrait tout à fait être un jardin dans le désert. » (p. 44). Talal explique à Liouba pourquoi les gens lisent des histoires de l’ailleurs (p. 45), je ne peux pas tout recopier, mais c’est très beau, ça me touche (moi qui suis allée voir ailleurs, quand c’était encore possible). Et pour montrer l’ailleurs, certains choisissent l’écriture, comme Liouba, d’autres choisissent la photographie, comme Talal, ils sont ainsi complémentaires et représentent à eux deux la dimension cosmopolite d’un monde en perdition. Mais ils doivent partir chacun de leur côté. « Le voyage noue des liens. Le voyage les déchire brutalement. » (p. 51).

2040. Après le départ des habitants puis de sa sœur, Aslam est seul sur l’île, seul à planter des pousses d’arbres dans la mangrove pour que la mer ne monte pas plus, « seul, dans l’infini silence insulaire, seul face à l’horizon vide. » (p. 58). Chapitre court mais d’une grande intensité dramatique. Est-ce que ce que font les humains pour arranger les choses (que ce soit en 2009 ou en 2040) est utile ?

2011. Monrovia, Liberia, où Talal doit rejoindre Liouba pour photographier « la forêt du mont Nimba, en Guinée » (p. 63) afin de documenter le reportage de la journaliste. Un magnifique voyage avec Issa leur guide et Daouda le porteur mais chacun doit de nouveau rentrer chez lui. « Ils étaient deux voyageurs. Voués à se comprendre. Voués à ne jamais se retrouver. » (p. 93).

2040. Quelques mois après avoir quitté son île natale, Jaya « avait rejoint à Jakarta, un groupe de travail formé par les communautés côtières impactées par la montée des eaux, puis avait été conviée, en tant que témoin et émissaire de l’Indonésie, à un voyage scientifique au cœur de l’Arctique. La mission rassemblait une centaine de chercheurs, de glaciologues et d’ingénieurs, ainsi que des représentants des principaux pays concernés par le sujet. Ultime tentative de préserver les littoraux du monde, à l’aune des dernières prévisions de l’augmentation du niveau des mers. » (p. 97). Jaya arrive donc à Ilulissat au Groenland et découvre la neige, la glace et l’hiver.

2013. Liouba est avec son amie Esya Kaminsky à « Dvinsky […] l’un des derniers bastions de la forêt primaire de la région » (p. 106) protégé par un activiste russe, ancien capitaine de la marine, Irek Babaï, « devenu un semeur de troubles, un élément subversif. Un homme recherché. » (p. 107). Avec son groupe de militants, il lutte contre la déforestation illégale de la forêt boréale. Pendant ce temps, Talal est à Alep en Syrie. Ici j’ai pensé à Le promeneur d’Alep de Niroz Malek (Le Serpent à plumes, 2015).

2014. Forêt de Mazumbai, Tanzanie. « Tous les pays de la Terre semblaient être liés par un métissage éternel. » (p. 168), c’est ma phrase préférée mais tout est très beau dans ce roman (ce que vous pouvez voir avec les extraits ci-dessus).

Un magnifique roman d’amour et d’écologie qui parle de symbiose, non seulement entre les humains mais aussi (et surtout) avec la Nature, en particulier les forêts et les océans (poumons indispensables de la Terre) et qui fait voyager. Très belle écriture, très belle lecture, je vous conseille fortement ce premier roman.

Pour À la découverte de l’Afrique (une partie du roman se déroule au Liberia, en Guinée et en Tanzanie), Bingo littéraire d’Hylyirio (n° 29, un livre sur un thème ou une cause qui vous tient à cœur, ici l’écologie) et Challenge lecture 2022 (catégorie 3, un premier roman) et Littérature de l’imaginaire #10.

Zadig de Voltaire

Zadig de Voltaire.

Lu en numérique, 92 pages. Entre 60 pages (édition de 1747) et 200 pages (éditions contemporaines). Vous pouvez lire Zadig librement et en toute légalité sur Wikisource.

Genres : littérature française, classique, conte philosophique.

Voltaire naît le 21 novembre 1694 à Paris. Il est romancier, poète, dramaturge, philosophe et encyclopédiste. Il aime les arts, les sciences et il est parmi les philosophes les plus connus du siècle des Lumières. Il meurt le 30 mai 1778 à Paris. Je ne veux pas en dire des tonnes (vous pouvez trouver tout sur Voltaire sur Internet ou dans des dictionnaires et encyclopédies). Ses œuvres les plus célèbres sont Lettres philosophiques (1734), Zadig ou la destinée (1748), Micromégas (1752), Candide ou l’optimisme (1759) et L’ingénu (1767).

Le titre complet est Zadig ou la destinée, histoire orientale. Et c’est l’édition de 1747 que j’ai lue : cette édition contient une approbation, une épître dédicatoire (une lettre de Zadig à la sultane Sheraa, extrait ci-dessous) et 21 chapitres ; elle est parue sous le titre Memnon, histoire orientale. L’œuvre est rééditée en 1748. Il faut attendre l’édition de 1775 (que je lirai une prochaine fois) et même l’édition de 1785 pour que d’autres chapitres soient ajoutés.

« Charme des prunelles, tourment des cœurs, lumière de l’esprit, je ne baise point la poussière de vos pieds, parce que vous ne marchez guère, ou que vous marchez sur des tapis d’Iran ou sur des roses. Je vous offre la traduction d’un livre d’un ancien sage qui, ayant le bonheur de n’avoir rien à faire, eut celui de s’amuser à écrire l’histoire de Zadig, ouvrage qui dit plus qu’il ne semble dire. Je vous prie de le lire et d’en juger ; car, quoique vous soyez dans le printemps de votre vie, quoique tous les plaisirs vous cherchent, quoique vous soyez belle, et que vos talents ajoutent à votre beauté ; quoiqu’on vous loue du soir au matin, et que par toutes ces raisons vous soyez en droit de n’avoir pas le sens commun, cependant vous avez l’esprit très sage et le goût très fin, et je vous ai entendue raisonner mieux que de vieux derviches à longue barbe et à bonnet pointu. Vous êtes discrète et vous n’êtes point défiante ; vous êtes douce sans être faible ; vous êtes bienfesante avec discernement ; vous aimez vos amis, et vous ne vous faites point d’ennemis. Votre esprit n’emprunte jamais ses agréments des traits de la médisance ; vous ne dites de mal ni n’en faites, malgré la prodigieuse facilité que vous y auriez. Enfin votre âme m’a toujours paru pure comme votre beauté. Vous avez même un petit fonds de philosophie qui m’a fait croire que vous prendriez plus de goût qu’une autre à cet ouvrage d’un sage. ».

« Du temps du roi Moabdar […] à Babylone un jeune homme nommé Zadig, né avec un beau naturel fortifié par l’éducation. Quoique riche et jeune, il savait modérer ses passions ; il n’affectait rien ; il ne voulait point toujours avoir raison, et savait respecter la faiblesse des hommes. ». C’est qu’il lisait Zoroastre et appliquait ses principes, il était Sage. Mais alors que Zadig doit épouser sa bien-aimée, Sémire, qui l’aime en retour, Orcan, le neveu d’un ministre, jaloux et vaniteux, la fait enlever par deux hommes armés qui la blessent… En défendant Sémire, Zadig est blessé à l’œil gauche et Sémire, refusant d’épouser un borgne, épouse finalement Orcan.

Zadig épouse alors Azora, une citoyenne « la plus sage et la mieux née de la ville ». Mais, au bout de quelques mois, il la répudie car elle est « devenue trop difficile à vivre » et il se lance dans l’étude de la Nature pour nourrir et élever son âme et aussi pour vivre tranquille. Il se retire alors « dans une maison de campagne sur les bords de l’Euphrate ». Mais il ne va pas rester tranquille longtemps ! « […] qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie ! » surtout lorsqu’on doit faire face à des médiocres, des sots, des envieux, des fanatiques et des procéduriers… Malheureusement « L’occasion de faire du mal se trouve cent fois par jour, et celle de faire du bien, une fois dans l’année, comme dit Zoroastre. ».

Enfin, reconnu à sa juste valeur par le roi Moabdar et la reine Astarté, Zadig pense « Je suis donc enfin heureux ! Mais il se trompait. ».

Il y a un petit côté « roi Salomon » chez Zadig : en appliquant les principes de Zoroastre, il démêle le vrai du faux, le bon du mauvais, et tire de bonnes conclusions avec subtilité et bonté mais qui ne peuvent plaire à tous…

En tout cas, c’est l’amour qui le condamne à mort et, grâce à son ami Cador, il fuit avec un serviteur et deux chameaux vers l’Égypte mais ils se retrouvent tous deux esclaves d’un marchand arabe, Sétoc : « et pourquoi ne le serais−je pas comme un autre, puisque je suis homme comme un autre ? Ce marchand ne sera pas impitoyable ; il faut qu’il traite bien ses esclaves, s’il en veut tirer des services. ».

Zadig est quelque peu poursuivi comme l’était Voltaire par le clergé et l’État : « Zadig marcha du côté de la Syrie, toujours pensant à la malheureuse Astarté, et toujours réfléchissant sur le sort qui s’obstinait à se jouer de lui et à le persécuter. Quoi! disait−il, quatre cents onces d’or pour avoir vu passer une chienne! condamné à être décapité pour quatre mauvais vers à la louange du roi! prêt à être étranglé parceque la reine avait des babouches de la couleur de mon bonnet! réduit en esclavage pour avoir secouru une femme qu’on battait; et sur le point d’être brûlé pour avoir sauvé la vie à toutes les jeunes veuves arabes! ».

Comme Flaubert a déclaré « Madame Bovary, c’est moi ! », Voltaire aurait pu déclarer « Zadig, c’est moi ! » mais il considérait son conte comme une « couillonnerie » (in L’encyclopédie des énigmes de docteur Mops et collectif) alors qu’en fait il utilise la science, le raisonnement et la philosophie de son époque (le siècle des Lumières).

Voltaire crée tout, un Orient imaginaire et fantaisiste inspiré des contes et des récits de voyages qu’il a lus. Il est parfois coquin (par exemple la jeune veuve Almona) mais, en tout cas, toujours philosophe. Et tout est bien qui finit bien, Voltaire créant ainsi une utopie (une des premières utopies littéraires avec La cité du Soleil de Tommaso Campanella écrite en 1602 puis réécrite en 1613 soit plus de 100 ans avant Zadig). Zadig signifie « le véridique » ou « l’ami » en arabe et « le juste » en hébreu et il est tout cela à la fois mais il faut qu’il se libère de ses imperfections et qu’il fasse face à l’adversité et à l’injustice. Sous couvert de récit oriental et d’aventures, Voltaire se moque de certains personnages français (comme Boyer qui devient Yébor) et critique la société et la politique françaises, sans oublier le clergé. Zadig est écouté et respecté pour ses bons avis mais il s’attire la convoitise, la jalousie voire la haine de certains.

À noter, l’ancien français comme fesant, bienfesant, parceque, long-temps.

C’est après avoir vu la série télévisée Les aventures du jeune Voltaire sur France2 (en février) et avoir suivi le MOOC 18e siècle, le combat des Lumières avec FUN MOOC (en mars) que j’ai décidé de relire Voltaire, que j’avais lu par obligation scolaire (au collège) mais aussi pour le plaisir car je trouvais son écriture plaisante, drôle et je sentais le potentiel de la compréhension augmenter lors de relectures. C’est pourquoi j’ai lu Zadig pour le Challenge lecture 2021 de mademoiselle Farfalle (catégorie 45, un livre que vous avez dû lire à l’école).

Je mets aussi cette lecture dans 2021 cette année sera classique (quoi de mieux comme classique pour finir l’année que Voltaire ?), Contes et légendes (comme c’est un « conte philosophique ») et Les textes courts.

L’idiot du village de Patrick Rambaud

L’idiot du village de Patrick Rambaud.

Grasset, janvier 2005, 198 pages, 16 €, ISBN 978-2-24644-891-4.

Genres : littérature française, roman, « fantaisie romanesque ».

Patrick Rambaud naît le 21 avril 1946 à Neuilly sur Seine (Île de France). Il étudie les lettres modernes à Paris, fait son service militaire puis devient correcteur pour une maison d’édition et travaille pour le magazine Actuel. Il écrit des romans, des pastiches, des scénarios, et reçoit le Prix Goncourt en 1997 pour La bataille. Il est membre de l’Académie Goncourt depuis 2008.

Paris, 1995. Le narrateur est en terrasse, il boit une bière et lit le journal Le Monde. Mais les actualités qu’il lit date du… « vendredi 8 mai 1953, dixième année, n° 2576. Pas de panique, cela doit être un fac-similé, un supplément au numéro du jour, un cadeau pour je ne sais quel anniversaire. » (p. 10). Eh bien, non, ce journal « a une odeur fraîche, il sort de l’imprimerie » (p. 11).

Mais, ça ne s’arrête pas là, le narrateur a des hallucinations, des moments qui se déroulent dans les années 50. « Assez ! J’invente, je télescope les époques. Ma bibliothèque envahissante s’y prête. » (p. 24-25). Il est diagnostiqué en surmenage et en arrêt pour un mois.

Les vacances à Trouville et les traitements de son ami Mansart n’y font rien… « Le passé que je revis par instants, dont je ne suis jamais l’acteur principal, s’avère trop précis pour être ma création. » (p. 45).

Paris, 1953. Voilà, ça devait arriver. Le narrateur n’a pas pu rentrer chez lui, l’appartement est occupé par la famille des années 50, avec une adolescente à queue de cheval qu’il a vue en hallucination. Il n’a pas d’argent d’époque, pas de lieu où aller mais il a dans sa sacoche un Polaroïd. Et il rencontre Jambe-de-laine, blessé en Indochine, qui l’emmène Chez la Mère Paul, le restaurant où il travaille « pour un salaire minime, mais logé, mais nourri. » (p. 58). Le narrateur travaille donc avec monsieur et madame Paul, Jambe-de-laine et Louise.

Ses connaissances de l’avenir vont-elles lui être utiles ? Mais il faut faire attention… « Ce serait dangereux d’aller trop loin dans mes visions » (p. 109). Et en plus, « Savoir, quel handicap. » (p. 144). Et pourra-t-il revenir auprès de Marianne, sa compagne, en 1995 ?

Que retient-on de notre histoire et de l’Histoire ? Il y a un petit côté fantastique voire science-fiction dans ce court roman puisque le narrateur est projeté de 1995 à 1953 et se revoit enfant [c’est pourquoi je mets ce roman dans le challenge Littérature de l’imaginaire #9]. Mais l’auteur écrit un récit plutôt ciblé sur les relations entre les humains et la société des années 50 (la nourriture riche et grasse, la guerre d’Indochine, le surprenant gouvernement de Paul Laniel, l’exécution des époux Rosenberg, Berlin séparé en deux zones, les grèves…). Le narrateur (il est le seul personnage dont on ne connaît pas le prénom ou le nom) semble incollable sur les événements mais il est finalement impuissant face à leur déroulement. L’idée est originale, le sujet bien traité, plutôt avec humour et j’ai beaucoup apprécié cette première lecture de Patrick Rambaud que je relirai assurément. Avez-vous déjà lu cet auteur et avez-vous un titre à me conseiller ?

Une petite faute, page 20, « Mais 1953 », en fait c’est le mois de « mai ».

Il reste très peu de temps pour terminer le Challenge lecture 2021 de mademoiselle Farfalle mais ne sont pas encore honorées 5 catégories (sur 60). J’ai lu ce roman exprès pour la catégorie 10, un livre d’un auteur possédant les mêmes initiales que vous. J’aurais pu choisir PV pour PatiVore mais mes initiales sont en fait PR et j’avais peu de choix : selon Wikipédia, il y a Pierre Rabhi (1938-2021), Patrick Rambaud (1946-), Pauline Réage (1907-1998) mais c’est un pseudonyme, Patrick Renou (1954-) et Pierre de Ronsard (1524-1585). J’ai choisi Patrick Rambaud, écrivain français que je n’avais encore jamais lu. Mais je ne voulais pas lire un de ses romans politiques alors je me suis tournée vers L’idiot du village disponible à la bibliothèque (Le maître m’aurait bien plu, j’essaierai de le lire plus tard).

Un colosse de Pascal Dessaint

Un colosse de Pascal Dessaint.

Rivages, collection Littérature, mai 2021, 128 pages, 14 €, ISBN 978-2-7436-5297-5.

Genres : littérature française, roman, Histoire.

Pascal Dessaint naît le 10 juillet 1964 à Dunkerque dans le Nord (France). Issu d’une famille ouvrière, il étudie à Toulouse (DEA d’histoire contemporaine sur la révolution culturelle chinoise). Il est auteur en particulier de romans policiers mais pas seulement (également de nouvelles, de chroniques…) depuis 1992 et reçoit plusieurs prix. Il est cofondateur des éditions Le petit écart (2017). Plus d’infos sur son site officiel.

Village de Montastruc. Deuxième moitié du XIXe siècle. Un homme et un cheval labourent. L’homme, c’est Jean-Pierre Mazas, « plus de sept pieds sous la toise » (p. 11) soit 2,20 mètres, un géant ! Il vit à la métairie de Tifaut (qui dépend de Marc Teulade, le châtelain de Montastruc) avec son épouse et leurs enfants. « […] nous avons affaire à un phénomène, pas de doute. Un phénomène, c’est cela ! » (p. 18). Jean-Pierre naît le 14 février 1847 dans « la petite métairie de Castanet » (p. 22), dans « un village situé entre Albigeois et Languedoc, à la jonction du Tarn, du Lauragais et du Pays Tolosan. » (p. 21), bref dans le Sud-Ouest. Entre 1847 et 1864, « le petit Jean-Pierre » (p. 25-26) grandit puis « Le petit Jean-Pierre n’est plus petit. » (p. 26).

C’est une enquête que mène l’auteur sur les traces de Jean-Pierre Mazas. « Je pense à ce géant depuis des années, depuis qu’au musée du Vieux-Toulouse, j’ai découvert le moulage de son grand pied dans une vitrine, Jean-Pierre Mazas chaussait du 54. » (p. 31). Pourtant il n’a pas grand-chose, un certificat de naissance, un certificat de mariage, un certificat de décès sur lesquels il y a des erreurs, quelques articles de journaux qui se contredisent… Il donne cependant de précieuses informations historiques et les événements furent nombreux durant cette période de changements politiques et sociaux, et même des informations littéraires (Lamartine, Victor Hugo, Alexandre Dumas…).

Jean-Pierre se marie en novembre 1878 avec Marie-Adèle Gérémie (qui a 15 ans et demi). Le couple a deux fils, François et Jacques-Joseph (appelé simplement Joseph) et une fille, Rosalie-Victorine. Joseph dira en 1967 « Papa était un homme débonnaire et affectueux, et il a eu une vie héroïque ! » (p. 44). Jean-Pierre est paysan et métayer mais aussi lutteur.

La lutte est à la mode et Jean-Pierre participe à des combats entre 1877 (soit avant son mariage) et jusqu’en 1885. « Marie-Adèle aurait-elle été séduite par le géant à l’occasion d’une exhibition ? » (p. 57). Jean-Pierre devient le Colosse mais il continue de travailler la terre. Il est célèbre et prend le train pour Toulouse où il se bat contre le célèbre athlète parisien, Millehomme. « Et ce sera une lutte homérique ! » (p. 71).

Le lecteur découvre la Toulouse du début des années 1880 (en 1875 il y a eu une crue et la ville était ravagée), « On se régale. On va au spectacle. Toulouse bouillonne ! » (p. 67). Et Jean-Pierre ? « Jean-Pierre est devenu riche pour un paysan de l’époque, mais il reste un paysan. Jean-Pierre attire les foules. À l’occasion, on augmente le prix des places. Jean-Pierre gagne tous ses combats. » (p. 77). Mais plus âgé, blessé (son dos a lâché…), Jean-Pierre devient une attraction de foire comme s’il était un monstre… Et c’est à Paris que le célèbre médecin Édouard Brissaud lui demande de « se présenter un matin à la Salpêtrière pour un examen complet » (p. 110). Le rapport médical est publié en 1895, « Des pages et des pages d’observations minutieuses. » (p. 115).

C’est la belle couverture qui m’a d’abord attirée puis le résumé. Je n’avais jamais entendu parler de ce colosse avant ! Et j’ai beaucoup accroché à ce récit mi-fictionnel mi-historique vraiment émouvant et à l’âpre vie rurale du XIXe siècle. De plus, je n’avais jamais lu cet auteur (qui a pourtant publié près de 30 romans, plus de 20 nouvelles…) et j’ai apprécié son style et sa façon de faire des recherches sur cet inconnu qui fut célèbre, ce géant qui a dû souffrir le martyre dans ce corps trop grand… Je vous conseille fortement ce roman ! Si vous voulez consulter d’autres avis, vous les trouverez sur Bibliosurf.

Eh bien, ce titre ne rentre apparemment dans aucun challenge mais je vais tout de même tenter le Petit Bac 2021 (catégorie Être humain pour Colosse).

Lu par d’autres : Alex et + sur Bibliosurf.

Napoli mon amour d’Alessio Forgione

Napoli mon amour d’Alessio Forgione.

Denoël, collection D’ailleurs, janvier 2021, 272 pages, 20 €, ISBN 978-2-20715-962-0. Napoli mon amour (2018) est traduit de l’italien par Lise Caillat.

Genres : littérature italienne, premier roman.

Alessio Forgione naît le 23 février 1986 à Naples (Italie). Du même auteur : Giovanissimi (2020) et Il nostro meglio (2021).

Voici ce que dit l’éditeur : « Ce roman d’une intensité et d’une poésie renversantes entremêle avec grâce pauvreté et tendresse, désespoir et enchantement. » Euh… je n’ai pas lu « ce » roman ! Je n’ai pas aimé et je vous dis pourquoi en quelques mots : c’est répétitif, c’est long, c’est chiant ou plutôt totalement déprimant, et chaque fois qu’il paye quelque chose (à boire, cigarettes…), Amoresano donne le solde de son compte (!). Je ne me suis pas attachée aux personnages, ni à Amoresano, ni à sa copine Nina, ni à son meilleur copain Russo, ni à la ville de Naples… Mais peut-être que vous aimerez parce que je suis peut-être passée à côté d’un chef-d’œuvre puisque l’auteur est considéré comme l’étoile montante de la nouvelle littérature italienne. Vous pouvez lire l’interview de la traductrice sur Actualitté.

Voici un extrait. « J’écrivis en toutes lettres que cette vie que nous menions, lente et fumeuse, elle plaisait à Russo, mais moi je la détestais. J’écrivis que je devais agir. J’écrivis que quand on est insatisfait et qu’on ne fait rien pour changer les choses, on se construit un alibi avec ses propres insatisfactions. J’écrivis qu’on passe tout son temps à espérer devenir quelque chose ou quelqu’un, que moi je n’avais jamais rien espéré et qu’à la fin j’avais réussi à devenir une nullité. J’écrivis que je maudissais l’université, argent gaspillé et années perdues ; que je maudissais la mer, parce qu’elle m’avait expliqué des choses qu’il valait mieux ne pas comprendre. J’écrivis que Nina me faisait me sentir vivant et en danger dans ma vie, et que cette saveur de danger avec la peur qui en dérivait étaient là à me dire qu’à la vie, j’y tenais encore. J’écrivis que je voulais vivre mais que je n’y arrivais pas, parce que vivre signifie aussi accepter d’être ridicule et moi, j’avais honte d’être ridicule. J’écrivis qu’il n’y avait plus le temps parce que le temps, peut-être, n’existait pas. J’écrivis sans jamais relire, parce que prévalut la pudeur. » (p. 221-222).

Pour le Petit Bac 2021 (catégorie Lieu pour Napoli) et Voisins Voisines 2021 (Italie).

Roman de l’au-delà de Matthias Politycki

Roman de l’au-delà de Matthias Politycki.

Jacqueline Chambon, mars 2011, 144 pages, 17,30 €, ISBN 978-2-7427-9671-7. Jenseitsnovelle (2009) est traduit de l’allemand par Alban Lefranc.

Genres : littérature allemande, roman.

Matthias Politycki naît le 20 mai 1955 à Karlsruhe dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne. Après son bac (à Munich) et son service militaire (à Neubourg sur le Danube), il devient objecteur de conscience et « étudie la littérature allemande moderne, la philosophie, le théâtre et la communication aux universités de Munich et de Vienne » (source Wikipédia). Il devient ensuite écrivain freelance, lecteur pour un éditeur puis écrivain avec son premier roman en 1987. Du même auteur (traduit en français) : Samarcande (Jaqueline Chambon, 2015), totalement différent puisque c’est un roman d’anticipation (que j’ai bien envie de lire). Plus d’infos sur son site officiel et ses livres sur le site de l’éditeur allemand, en allemand, natürlich.

Le professeur Schepp vient de se lever, il se réjouit d’embrasser son épouse, Doro. Elle est justement assise à son bureau ; se serait-elle endormie sur des corrections ? Et puis, il y a une drôle d’odeur (l’eau des fleurs n’aurait-elle pas été changée ?). Mais « […] il recula, ouvrit grand la bouche. S’étouffa, chercha son souffle. » (p. 9). Belle réaction de l’homme : « Je ne comprends pas, comprit Schepp. Ce n’est pas vrai, décida Schepp. Tout va s’arranger, s’assura Schepp et au même moment une certitude étouffante le saisit. […] Comme il aurait aimé prendre Doro dans ses bras, il l’aurait serrée de toutes ses forces jusqu’à ce qu’elle perde haleine et arrête le jeu. Mais il n’y avait plus rien à faire, il le voyait, il le sentait, il le savait. » (p. 10). D’ailleurs « ce n’était pas des tiges pourries qu’il avait senties en entrant, c’était clair à présent. » (p. 10).

Avec les extraits ci-dessus, vous pouvez tout de suite voir le choix des mots, le sens des mots, tout est soigné, maîtrisé, c’est que Matthias Politycki est en fait poète (l’un des plus grands poètes contemporains d’après ce que j’ai lu) mais il a aussi écrit des romans, des nouvelles et des essais.

Schepp lit les corrections apportées par Doro, il lit le message qu’elle lui a laissé, il est abasourdi, « il aurait dû d’abord prévenir les enfants » (le couple a deux filles, Pia et Louisa) et « il aurait dû aller chercher un médecin pour qu’il établît un certificat de décès » (p. 10)… Mais Schepp est plongé dans les souvenirs. Lorsqu’ils se sont rencontrés, « il était encore chargé de cours, elle déjà assistante » (p. 16) et elle lui avait parlé de sa peur de franchir le lac de la mort alors ils s’étaient promis que le premier qui mourrait attendrait l’autre pour franchir le lac et trouver ensemble l’île des morts. Dorothee Wilhelmine Renate, comtesse de Hagelstein, et Hinrich Schepp ont tous deux étudié la Chine ancienne (l’art, l’écriture, le feng shui et surtout le Yi King). Et, alors que tous les hommes la courtisaient, c’est lui qu’elle a épousé.

Mais ce que Doro a écrit est insupportable, elle n’avait sûrement plus toute sa tête, ce n’est pas possible, cette épouse aimante, discrète et douce… « Impossible, Doro n’aurait jamais fait une chose pareille. Ou bien si ? » (p. 32). Schepp se décide à déplacer le corps et à lire à côté de Doro… L’auteur intègre alors une ancienne tentative de roman de Schepp (Marek, le poivrot) dans son roman et les commentaires de Doro rendent Schepp furieux : il va se mettre à la détester ! « S’était-il trompé toute sa vie sur son compte ? Lui avait-elle joué la comédie durant tant d’années ? » (p. 66). Mais, à mon avis, Schepp ne se pose pas les bonnes questions ! A-t-il été un mari aimant et attentionné ? Ou était-il trop occupé par son statut de « premier spécialiste mondial de chinois ancien » (p. 67) ?

À travers l’histoire de Doro et Schepp, à travers le roman inachevé de Schepp – et d’ailleurs les deux histoires ne sont-elles pas finalement inachevées – l’auteur parle du couple, des non-dits, des secrets, du choix que l’on fait en toute connaissance de cause, du deuil auquel on n’est pas préparé et surtout il livre un testament depuis l’au-delà qui va conduire Schepp à la folie. Car c’est incroyable comment ce roman qui se déroule dans un seul lieu, le bureau, et sur une journée, brosse en fait toute une vie. Une vie – et une mort – dérangée par une odeur persistante, une mouche encombrante et l’incompréhension de Schepp vis-à-vis de son épouse, de la femme qu’il pensait connaître et aimer. À noter la place de la Chine ancienne et du Yi King.

Une faute page 22 : « elle avait encore ou les larmes aux yeux » au lieu de « eu ».

Incroyable lecture que je mets dans Les feuilles allemandes et Voisins Voisines 2021 (Allemagne).

Bunker d’Andrea Maria Schenkel

Bunker d’Andrea Maria Schenkel.

Actes Sud, collection Actes noirs, septembre 2010, 112 pages, 13,70 €, ISBN 978-2-7427-9217-7. Bunker (2009) est traduit de l’allemand par Stéphanie Lux. Parution en poche chez Babel Noir, n° 238, janvier 2020, 112 pages, 6,70 €, ISBN 978-2-330-12985-9.

Genres : littérature allemande, roman noir.

Andrea Maria Schenkel naît le 21 mars 1952 à Ratisbonne en Bavière (Allemagne). Ses romans sont courts (moins de 180 pages) et percutants (elle a reçu plusieurs prix littéraires), tous publiés chez Actes Sud. Tannöd (2006) soit La ferme du crime (2008), Kalteis (2007) soit Un tueur à Munich, Josef Kalteis (2009), Bunker (2009) soit Bunker (2010), Finsterau (2012) soit Finsterau (2015), Täuscher (2013) soit Tromperie (2020) et Als die Liebe Endlich War (2016) pas (encore) traduit en français.

Monika travaille chez un concessionnaire automobile. Elle ne sait pas qu’un de ses voisins l’espionne, s’introduit chez elle (il lui vole une photo d’elle jeune avec son petit frère décédé, Joachim) puis il l’enlève et l’enferme pendant cinq jours dans le moulin dans lequel il vivait enfant. Monika pense que cet homme est Hans, le seul ami de Joachim, revenu se venger.

« La pièce est plongée dans l’obscurité, la porte du bunker fermée, je suis toujours couché devant la porte sur le sol froid, prisonnier de ce trou. » (p. 12).

« J’ouvre les yeux. Je me redresse dans le lit, regarde autour de moi. Personne. […] Rien n’a changé. […] Je n’ai aucune idée de ce que je fais ici. Qu’est-ce que ce type me veut ? […] Il faut que je sorte d’ici ! […] ça doit bien être possible ! » (p. 33).

Mais, qui de Monika ou de « Hans » enferme l’autre ? Qui est le bourreau, qui est la victime ? Qui est un monstre ? Monika pense que « Hans » est dérangé mais que pense-t-il lui ?

« Je me dis qu’elle est peut-être bien folle. […] Je n’aurais pas dû l’enfermer, certaines personnes deviennent dingues, elles n’assument pas. » (p. 71-72).

En lisant ce roman, vous découvrirez ce que Monika n’assume pas…

Andrea Maria Schenkel analyse l’obscurité et la froideur de l’esprit humain et, oui, ça fait froid dans le dos ! D’autant plus qu’elle traite ça en peu de mots (et en peu de jours aussi). Toutefois ce n’est pas un roman policier, c’est un roman noir avec un petit côté thriller puisque le suspense oppressant et l’angoisse vont en s’amplifiant jusqu’à la fin. Huis-clos presque horrifique avec le point de vue du kidnappeur, le point de vue de Monika et le passé de l’un et de l’autre qui peut expliquer (mais pas excuser) le comportement de chacun.

Par contre, ne lisez pas la quatrième de couverture ! Elle en dit trop ! Elle dévoile ce que je ne dis pas…

J’ai vraiment été emballée et je veux lire d’autres titres d’Andrea Maria Schenkel, d’ailleurs j’ai emprunté Finsterau en même temps que Bunker pour Les feuilles allemandes.

Je le mets aussi dans les challenges Polar et thriller 2021-2022 et Voisins Voisines 2021 (Allemagne).

La jongleuse de Jessica Knossow

La jongleuse de Jessica Knossow.

Denoël, avril 2021, 128 pages, 14 €, ISBN 978-2-20716-100-5.

Genres : littérature française, premier roman.

Jessica Knossow a 35 ans, elle vit à Paris où elle est médecin et La jongleuse est son premier roman.

Ophélie et Vincent forment un jeune couple heureux. Arrive Emma puis trois ans après Manon. « Deux fleurs aux pétales blonds poussent, grandissent comme du lierre sur un mus fissuré. Elles s’entortillent autour du tuteur maternel, modèle parfait qui a déjà atteint le ciel. » (p. 13).

Mais, alors qu’Emma fête ses 6 ans (et donc que Manon en a 3), Ophélie rêve d’un 3e enfant, pire cette idée devient une obsession. « Ophélie vient de fêter ses 35 ans. Les quelques semaines qui ont précédé son anniversaire ont vu germer l’idée d’un 3e enfant. Idée subtile, amusante, passagère. Idée absurde, déraisonnable, extravagante. Idée essentielle, vitale. Idée obsessionnelle. Elle veut un dernier enfant. Elle aura un dernier enfant. Une ultime renaissance. Remonter le temps, encore une fois, jusqu’à l’an zéro de sa dernière vie. » (p. 14).

Au bout de plusieurs mois infructueux, Jules arrive. « Pour Ophélie, l’amour est immédiat, et tellement fort qu’il lui fait mal. » (p. 15).

Au moment où Ophélie reprend le travail, elle prend la parole dans le roman (chapitre en italique).

« Ophélie Mercier reprend ses fonctions de praticien hospitalier dans l’unité de jour de cancérologie de l’hôpital Saint-Louis. » (p. 21). Mais tout a changé dans l’hôpital, des travaux ont été effectués et elle se perd, le professeur va prendre sa retraite et un nouveau collègue, Alexis, risque de récupérer le poste universitaire qu’elle espérait…

Alors que « Vincent vit une paternalité simple, joyeuse. » (p. 27), Ophélie a besoin de repères, de livres, d’avis de professionnels, de concepts, de théories, son obsession étant d’être une bonne mère et de toujours bien faire.

Après Noël (où on apprend des choses sur l’enfance et les parents d’Ophélie), Ophélie demande à sa mère – à la surprise de Vincent : « Maman ? Tu viens habiter chez nous ? Je ne m’en sors pas toute seule. » (p. 43).

Après un prologue, l’histoire se raconte mensuellement, de novembre à mars de l’année suivante, de façon classique (un narrateur extérieur raconte) puis Ophélie prend chaque fois la parole pour donner son ressenti, exprimer l’amour qu’elle ressent pour ses enfants et expliquer les problèmes qu’elle rencontre. C’est qu’il est bien plus compliqué qu’elle ne le pensait de concilier la vie professionnelle en médecine, l’épouse amante et la mère de trois jeunes enfants. « Si elle n’avance pas sur ses projets de recherche, Alexis obtiendra le poste universitaire, et un jour il sera son chef. » (p. 52). Jongler, elle doit jongler mais combien de temps pourra-t-elle tenir le rythme ?

De plus en plus, Ophélie perd pieds, elle ne dort plus, elle ne gère plus. « Jules pleure, je pleure. Manon a faim, j’ai faim. Emma rit, je ris. Mon empathie, condition de leur survie, est absolue. Impossible de la réguler, je ne m’appartient plus. » (p. 87).

La fin est surprenante et, en même temps, tellement évidente ! Pas un coup de cœur mais ce roman m’a bien plu car ce sujet est peu traité en littérature de fiction.

Pour le Challenge lecture 2021 (catégorie 15, un livre féministe, 4e billet).