Hana no Breath de Caly

Hana no Breath de Caly.

H2T, juillet 2017 et août 2018, 204 pages chaque tome, 2 tomes de 7,95 € chacun. Le premier tome est d’abord paru en ligne sur WeeklyComics.fr en août 2016.

Genres : manga… français !, shôjo.

Caly naît dans les années 90. Elle étudie les Arts appliqués et la Communication visuelle. Elle dessine depuis l’enfance et dessine du manga depuis l’âge de 12 ans. Son premier manga (auto-édité) est MaHo-Megumi [lien]. Plus d’infos sur MagiCaly et sur sa page FB.

Azami est une lycéenne de 16 ans ; elle ne comprend pas que ses amies aiment lire du yaoi (*) et du yuri (*)… Elle rêve du grand amour avec un garçon. Mais elle tombe amoureuse de Gwen, un joueur de basket qui, en fait, n’est pas ce qu’il dit être.

Je n’aurais jamais pensé lire ce shôjo (*) si je n’avais pas rencontré Caly ! Elle a une attitude très japonaise et je suis contente pour elle qu’elle ait pu voyager au Japon et j’espère qu’elle pourra y retourner. Hana (*) no Breath est mignon tout plein (la découverte des sentiments et de l’amour à l’adolescence), bien dessiné, et surtout drôle, sobre et intelligent.

Caly, mai 2019, en plein travail (son dessin apparaît sur l’écran à droite)

Caly, mai 2019

(*) Petit lexique : en japonais, hana () signifie fleur ; shôjo (少女) signifie « jeune fille », un manga shôjo est donc un manga pour filles, contrairement au shônen (少年) qui signifie garçon ; yaoi (やおい) ou boys love raconte des relations amoureuses et/ou sexuelles entre garçons mais il est destiné à un lectorat féminin ; yuri (百合) raconte des relations entre filles pas seulement amoureuses et/ou sexuelles mais aussi intimes ou spirituelles (le genre est plus ancien que le yaoi). J’espère que j’aurai éclairé votre lanterne ! Et que je vous aurai peut-être donné envie de lire Hana no Breath.

Je mets ces deux mangas dans La BD de la semaine. Plus de BD de la semaine chez Noukette ; par contre je ne suis pas listée car j’ai oublié de donner mon lien 😥

Et dans le challenge Jeunesse Young Adult #8 (qui cette année, accepte les bandes dessinées).

Publicités

Challenge BD 2019-2020 avec Marjorie

Comme le challenge BD 2018-2019 était terminé depuis juillet, j’ai demandé s’il continuait et la réponse de Marjorie est oui. Donc challenge BD 2019-2020 édition n° 6, de juillet 2019 à juillet 2020. Infos sur le groupe FB. (En attendant le nouveau logo, je mets l’ancien).

Mes lectures pour ce challenge

1. Buck, la nuit des trolls d’Adrien Demont (Soleil, 2016, France)

2. Hana no Breath de Caly (H2T, 2017-2018, 2 tomes, France)

3. La route de Tibilissi de Chauvel, Kosakowski et Lou (Delcourt, 2018, France/États-Unis)

Marathon de lecture de l’été, 19-20-21 juillet 2019

Je n’ai participé à aucune semaine à lire et aucun marathon de lecture depuis le début de l’année… Comme ça me manquait, j’ai cherché et j’ai retrouvé le calendrier des week-ends à 1000 de Lili bouquine (groupe FB). En juillet étaient prévus quatre week-ends à lire estivaux mais j’ai raté les deux premiers (les 5-6-7 et les 12-13-14). Ce week-end, je participe donc au troisième week-end à lire estival (les 19-20-21) et si je peux, je participerai le week-end prochain au quatrième et dernier week-end à lire estival (les 26-27-28).

Mes lectures pour ce marathon

Vendredi et samedi : Le cri de Nicolas Beuglet (XO, octobre 2016, 496 pages), très bon thriller, je vous le conseille.

Dimanche : Hana no Breath de Caly (H2T, juin 2017 pour le tome 1, juillet 2018 pour le tome 2, 204 pages chacun), un joli manga-like (similaire à un manga mais pas japonais, français) genre shôjo sur un amour homosexuel (et le basket !) que je vous conseille aussi d’autant plus que j’ai eu la chance de rencontrer la mangaka (trop mignonne, presque japonaise !).

Total de pages : 496 + 204 + 204 = 904 pages (pas sûre de lire encore ce soir pour arriver aux 1 000 pages car il y a deux épisodes de Grantchester saison 4, hi hi hi !).

The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu.

Kazé, avril 2018, 193 pages, ISBN 978-2-82033-223-3. The Promised Neverland (約束のネバーランド Yakusoku no Nebârando) (2016) est traduit du japonais par Sylvain Chollet.

Genres : manga, fantasy, science-fiction.

SHIRAI Kaiu (白井 カイウ) est le scénariste. Il y a très peu d’infos sur lui, il a étudié à l’université, il a travaillé en entreprise et, avant 2016, il n’était pas du tout dans le monde du manga.

DEMIZU Posuka (出水ぽすか), née le 17 janvier 1988, est l’illustratrice. C’est une artiste indépendante qui réside à Tokyo où elle a étudié. Elle est dans le monde de l’illustration depuis 2011 et a reçu plusieurs prix. Plus d’infos sur son site officiel.

Octobre 2045. Grace Field House. C’est un orphelinat avec 38 enfants dont 15 ont moins de 3 ans. Les plus âgés sont Emma qui y vit depuis 10 ans, Norman et Ray, ils ont 11 ans. « Nous ne sommes pas unis par les liens du sang… Mais ça n’a aucune importance. » (p. 11). C’est maman Isabella, 31 ans, qui s’occupe d’eux et, bien qu’orphelins, ils sont bien traités, bien nourris et heureux. Mais ils ont tous un numéro tatoué sur le cou, ils passent des tests spéciaux pour prouver leur intelligence et ils n’ont pas du tout le droit de sortir de l’orphelinat. « Aucun de nous n’avait connu ses parents et nous ne savions rien de nos origines. » (p. 36). Mais le jour du départ pour adoption de Conny, 6 ans, Emma et Norman découvrent une chose horrible. Ils doivent s’enfuir, tous, mais « il faut réfléchir à la meilleure tactique… » (p. 59). « J’ignore ce qui nous attend à l’extérieur, mais si on en fait rien, on est condamnés. » (p. 121).

Pour l’instant, je n’ai lu que le premier tome de The Promised Neverland. Les dessins sont beaux, les personnages sont attachants, le lieu est superbe mais vraiment clos, l’intrigue s’est bien mise en place et le lecteur tremble avec les enfants. C’est à la fois fantasy et science-fiction, il y a une incroyable intensité dramatique. J’ai hâte de lire les tomes suivants ! (12 volumes aux éditions Shûeisha, encore en cours au Japon).

Le manga a été publié à partir de 2016 dans le magazine de prépublication Weekly Shônen Jump. Plus d’infos sur le site dédié de Kazé. En janvier 2019, l’anime est diffusé au Japon sur Fuji TV (12 épisodes réalisés par Mamoru Kanbe, studio CloverWorks). Pour le public français, c’est sur Wakanim (sur abonnement).

Une lecture pour La BD de la semaine qui entre dans les challenges BD et Littérature de l’imaginaire.

Les autres BD de la semaine chez Stéphie.

 

La BD de la semaine 2019

Mercredi sera jour de bande dessinée (franco-belge et manga la plupart du temps, comics peut-être) puisque je continue de participer à La BD de la semaine en 2019. Par contre, je ne sais pas si je pourrai tenir le rythme de façon hebdomadaire, je verrai bien et ça commence mercredi prochain ! Infos sur le groupe FB (que j’ai rejoint en août 2017) et mes « archives » pour 2017 (5 lectures en 4 mois) et 2018 (19 lectures).

1. L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederik Peeters (Delcourt, 2018, France)

2. The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu (Kazé, 2018, Japon)

3. Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher (Glénat, 2017, France)

4. Le reste du monde de Jean-Christophe Chauzy (Casterman, 2015-2018, France)

5. Buck, la nuit des trolls d’Adrien Demont (Soleil, 2016, France)

6. Hana no Breath de Caly (H2T, 2017-2018, 2 tomes, France)

7. La route de Tibilissi de Chauvel, Kosakowski et Lou (Delcourt, 2018, France/États-Unis)

Les montagnes hallucinées, 1 de Gô TANABE

Les montagnes hallucinées, 1 de Gô TANABE.

Ki-oon, collection Les chefs-d’œuvre de Lovecraft, octobre 2018, 310 pages, 15 €, ISBN 979-10-327-0362-5 (extrait de 28 pages sur le site de l’éditeur). Kyoki no sanmyaku nite Lovecraft kessakushu, vol 1 & 2 (Kadokawa, 2016-2017) est traduit du japonais par Sylvain Chollet.

Genres : manga, science-fiction, fantastique, horreur.

TANABE Gô [ça m’énerve que ça soit transcrit Gou… Il y a une différence entre gô et gou !] naît en 1975. Scénariste et dessinateur, il est considéré comme un maître du fantastique horreur avec des adaptations de nouvelles japonaises, américaines ou russes. Parmi ses titres : The Outsider (アウトサイダー) d’après H.P. Lovecraft, Anton Tchekhov et Maxime Gorki (Glénat, 2009), Kasane 累 巻之壱 (2 tomes, Kana, 2010) et Mr Nobody (3 tomes, Doki Doki, 2014).

Expédition Miskatonic en Antarctique, janvier 1931. Le camp du Pr Lake ne donne plus de nouvelles… L’équipe qui part à la rescousse est horrifiée : humains et chiens « mutilés d’atroce façon » (p. 18) et au loin, des « montagnes noires sans nom » (p. 21), terrifiantes, hallucinées. « Ça ne peut pas être la tempête… qui a provoqué ces atrocités ! » (p. 255).

Le voyage à bord du voilier l’Arkham, les icebergs, l’Antarctique inexploré, l’installation du camp, l’île de Ross, les technologies plus modernes par rapport aux précédentes expéditions, les premiers forages, la deuxième base reliée par avion, les conditions météorologiques épouvantables, le glacier Beardmore, les fossiles… Tout y est pour le plus grand bonheur des lecteurs ! « Une mer gelée se dévoile ! […] C’est à couper le souffle ! […] Nous abordons enfin ce monde mort depuis des éternités ! » (p. 63).

Êtes-vous prêts à explorer ce monde inconnu avec Lovecraft et Tanabe-san ?

Des dessins réalistes, sombres, voire effrayants, certains en pleine page ou en double page, c’est très impressionnant ! Par exemple, la découverte et la visite de la grotte (chapitre 6 Les Anciens et chapitre 7 Des spécimens complets, pages 138 à 173) sont stupéfiantes.

Ce beau manga de collection – avec sa couverture reliée, effet cuir – plaira autant aux lecteurs fondus de l’univers de Lovecraft (fantastique, science-fiction, horreur) qu’à ceux qui vont le découvrir, du moins j’espère car c’est une très belle adaptation, fidèle à l’œuvre originale. Un deuxième tome est à paraître et, même si je connais la fin de l’histoire, j’ai hâte de le lire, en fait de découvrir les dessins de Gô Tanabe.

Pour les fans de Lovecraft ou pour ceux qui veulent en savoir plus : le challenge Printemps Lovecraft est terminé (il y a lieu en 2017) mais les liens sont toujours valides et le groupe FB fonctionne encore un peu ; Les montagnes hallucinées de H.P. Lovecraft (le roman écrit en 1932), Les montagnes hallucinées de Lovecraft et Culbard (une bande dessinée, anglaise, parue en 2010) et Le guide Lovecraft de Christophe Thill (un essai, d’un spécialiste français, paru en mai 2018).

Pour les challenges BD, Cette année, je (re)lis des classiques, Challenge de l’épouvante et Marathon de l’épouvante – automne 2018, Littérature de l’imaginaire et Un max de BD en 2018. Je suis à la bourre, en ce mercredi soir et je pense que c’est trop tard pour donner mon lien pour La BD de la semaine mais vous pouvez découvrir d’autres bandes dessinées chez Stéphie.

Hanada le garnement #2 de Makoto Isshiki

Hanada le garnement #2 de Makoto Isshiki.

Ki-oon, collection Kizuna, octobre 2017, 224 pages, 7,90 €, ISBN 979-10-327-0144-7. Hanada shônen-shi 花田少年史 (2015) est traduit du japonais par Sébastien Ludmann.

Genres : manga, seinen, fantastique.

ISSHIKI Makoto 一色 まこと est mangaka depuis 1986, elle est connue en France pour Piano Forest (Piano no mori ピアノの森) adapté en film d’animation.

Lien vers Hanada le garnement #1. Le site officiel de Hanada (en japonais). La série est terminée en 5 tomes.

Dans ce tome 2, on retrouve Ichiro Hanada et son copain Sota (ils ont 9-10 ans). Avec leurs camarades, ils préparent le championnat des CE2 de l’école primaire Nakayamada. La maman de Sota, veuve, rencontre avec la marieuse un homme divorcé qui est le papa de Kei, elle aussi en CE2. Mais Kei et Sota ne s’entendent pas du tout et le mariage arrangé est compromis. Quant à Ichiro, il mange toujours autant et voit toujours des fantômes effrayants qui lui demandent l’impossible…

C’est toujours drôle, parfois effrayant, d’autant plus que les fantômes peuvent occuper le corps du garnement. On s’amuse bien avec Ichiro, enfin sauf quand « on » est enfermé dans la remise sans rien à manger et quand « on » risque la mort sur un lit d’hôpital !

Une lecture pour La BD de la semaine et les challenges BD et Un max de BD en 2018, plus le Challenge de l’étéLittérature de l’imaginaire et Raconte-moi l’Asie.

Toutes les BD de la semaine chez Stéphie.