Blue Giant 1 de Shinichi Ishizuka

Blue Giant 1 de Shinichi Ishizuka.

Glénat, juin 2018, 226 pages, 7,60 €, ISBN 978-2-34402-551-2. ブルージャイアント(2013) est traduit du japonais par Anne-Sophie Thévenon.

Genres : manga, seinen.

Shinichi ISHIZUKA 石塚真一 naît en 1971 dans la préfecture d’Ibaraki. Il part étudier la météorologie aux États-Unis pendant 5 ans. Il découvre l’escalade et publie Vertical (18 tomes). Car, de retour au Japon, il devient mangaka.

Dai Miyamoto joue au basket depuis le collège. Il décide tout à coup d’écouter du jazz. « Miles Davis, Charlie Parker et Bill Evans… J’ai pris ceux qui avaient l’air les plus célèbres. » (p. 11). C’est que « Le jazz, c’est une musique rude et brûlante, née de la collision entre les personnalités de chacun. » (p. 19). Son ami Shuhei, qui joue du piano et de la guitare, l’emmène à un concert. Après son entrée au lycée, Dai se met à jouer du saxo sur les berges de la rivière Hirose à Sendai. Mais il ne suit aucun cours et n’a pas de partitions, il y va au feeling, il improvise. Et quand il pleut, il joue sous un tunnel. « Cet écho… est géant ! » (p. 70). « Le jazz, c’est une musique libre et intense ! » (p. 83). Mais les jeunes de son âge ne comprennent pas son engouement… « C’est une musique… grave, puissante et brûlante. » (p. 85). Et il veut devenir « le meilleur jazzman au monde » (p. 137).

Cette série en 10 tomes est pré-publiée au Japon dans Big Comic puis éditée par Shôgakukan (entre 2013 et 2017). Mais attention, Blue Giant n’est pas terminé avec ces 10 tomes ! Suit Blue Giant Supreme (ブルージャイアント シュプリーム) en 11 tomes et Blue Giant Explorer (ブルージャイアント エクスプローラー) prévoit de suivre Dai Miyamoto aux États-Unis (sûrement une dizaine de tomes aussi).

C’est trop pour moi mais j’ai été ravie de découvrir ce premier tome très bien dessiné (époustouflant et vibrant même) et qui raconte une musique que j’écoute peu (je suis plus rock) même si je connais les grands noms du jazz.

Cette série plaira assurément aux amateurs de jazz mais aussi aux amateurs de musique en général et bien sûr aux amoureux de très beaux mangas.

Pour La BD de la semaine et les challenges BD, Lecture 2021 (catégorie 31 = un livre ayant comme thème principal la musique mais il pourrait aller dans les catégories 4, 12, 33, 39 et 40 !) et Petit Bac 2021 (catégorie Couleur pour Blue). Plus de BD de la semaine chez Stéphie.

 

La BD de la semaine 2021

Cinquième année pour moi avec La BD de la semaine et j’en suis ravie parce que ça me permet de publier plus de notes de lectures BD sur le blog : 6 billets en 2017, 19 billets en 2018, 14 billets en 2019 et 47 billets en 2020 soit plus que les trois premières années réunies !

L’objectif est toujours de lire de la bande dessinée (franco-belge, autres européennes, mangas, comics…), classiques ou contemporaines, de tous genres littéraires. Et ça commence demain.

Infos, logo et partages sur le groupe FB.

1. Général Leonardo 1 – Au service du Vatican d’Erik Svane et Dan Greenberg (Paquet, 2006, Danemark & France)

2. Général Leonardo 2 – Croisade vers la Terre Sainte d’Erik Svane et Dan Greenberg (Paquet, 2007, Danemark & France)

La BD de la semaine – bilan et coups de cœur 2020

Pour la dernière session de La BD de la semaine 2020, l’objectif est de publier un genre de bilan avec nos coups de cœur de l’année.

Alors, d’abord un petit bilan. J’ai lu – pour l’instant – cette année soixante-dix bandes dessinées et j’en ai présenté 46 dans La BD de la semaine 2020, ce qui est beaucoup plus que durant les années précédentes (et même que durant les trois années précédentes réunies !). Comme je sais que vous êtes plusieurs à ne pas apprécier les mangas, j’ai parfois publié mes notes de lectures de ces mangas d’autres jours que le mercredi et uniquement dans les challenges BD 2019-2020 (je n’ai compté que 2020 bien sûr) et BD 2020-2021. Et aussi, il y a encore une dizaine de notes de lectures non publiées.

Maintenant mes coups de cœur.

Mes 5 BD préférées. 1. Gentlemind 1 de Díaz Canales, Valero et Lapone. 2. Un travail comme un autre d’Alex W. Inker. 3. Journaux troublés de Sébastien Perez et Marco Mazzoni. 4. Le Detection Club de Jean Harambat. 5. Le chat qui n’aimait pas les croquettes – Nuits blanches d’Odrade.

Mes 5 mangas préférés. 1. Le vieil homme et son chat n’ont plus peur des chiens (1) de Nekomaki. 2. L’atelier des sorciers 1 de Kamome Shirahama. 3. To your Eternity 1 de Yoshitoki Ôima. 4. Shadows House 1 de Sômatô. 5. Éclat(s) d’âme 1 de Yûki Kamatani.

Quant au manhua (bande dessinée chinoise), je n’en ai lu qu’un mais vraiment très beau alors je le cite : Rêverie de Golo Zhao. Et quant au manwha (bande dessinée coréenne), je n’en ai lu aucun alors que j’avais prévu d’en lire pour le Challenge coréen… mais il dure encore un peu en 2021 alors ce n’est que partie remise.

En ce qui concerne les comics, j’en lis très peu mais je viens d’en lire un qui m’a beaucoup plu : Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Gerard Way, Gabriel Bá et Dave Stewart. Par contre, il faudra attendre mercredi prochain pour découvrir ma note de lecture !

Je voulais aussi signaler que j’ai suivi en décembre le Mooc BD organisé par la Fondation Orange et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (Angoulême) et que j’ai pris beaucoup de plaisir à le suivre et à réaliser les exercices créatifs (ce qui était totalement nouveau pour moi). J’en ai déjà parlé ici.

Je vous souhaite une agréable fin d’année avec de belles bandes dessinées et retrouvez les autres coups de cœur 2020 chez Stéphie.  Et n’oubliez pas de visiter Mon avent littéraire 2020 pour le jour n° 16.

Dodoma (trilogie) de Jun Shiraishi

Dodoma de Jun Shiraishi.

Komikku, c’est le lien FB (il n’y a pas de site alors ce n’est pas évident d’avoir des infos…). ドードーマ (Dôdôma, 2014, Tokuma Shoten) est traduit du japonais par Yohan Leclerc.

Tome 1 : Mana, Tome 2 : Shino, Tome 3 : Mana et Shino

Genres : manga, shônen, science-fiction, fantasy.

SHIRAISHI Jun 白石 純. Pas d’infos sur lui ! Tout ce que je peux dire c’est que c’est un jeune mangaka.

Tome 1, mai 2016, 192 pages, 7,90 €, 978-2-37287-097-9.

« Orbis, pays de l’arbre de vie. » (p. 7). Mana (11 ans) et son frère aîné, Shino (13 ans), vivent dans cette cité de pierres créée, selon la légende, par les dieux après un déluge et où les humains ont pu se réfugier. Ils sont orphelins et vivent avec la famille de leur oncle Yû. Il y a 300 personnes, adultes et enfants. Mais un jour, des visiteuses, Olivia et Chloé, qui parlent une langue incompréhensible viennent « du dehors » : comment est-ce possible, sont-ce des déesses ? Puis la cité est attaquée par des êtres bizarres, géants, masqués, les Dodomas, et de nombreux habitants sont tués, y compris des enfants… Mana fuit avec Shino blessé mais les combats font rage.

Tome 2, juillet 2016, 190 pages, 7,90 €, ISBN 978-2-37287-132-7.

Shino est gravement blessé mais il a fusionné avec le Dodoma contre lequel il s’est battu alors comment le déplacer pour l’emmener à l’Oasis ? Survient, une vieille femme, un genre d’elfe, Agatha, la suivante de Zena Kronos, venue récupérer la princesse Olivia Leonore et elle fera tout pour les empêcher d’atteindre l’Oasis qui est « une zone de non-agression ». « Chloé, accompagne-le ! Il ne doit pas mourir ! » (Olivia, p. 49).

Tome 3, décembre 2016, 187 pages, 7,90 €, ISBN 978-2-37287-133-4.

Alors que la troupe – qui s’est agrandie – est en route pour la mer afin d’aller au Ciel, trois Dodomas ennemis les attaquent (une sphère, un équidé et un être étrange). Mais Olivia et son peuple ne pensent en fait qu’à une chose, se battre pour le pouvoir alors sauveront-ils les humains ? En tout cas, l’amour entre les deux frères est puissant.

Dodoma, c’est des dessins à la fois plein de poésie et de fulgurance lors des combats. Les dessins sont alors tout en vitesse, c’est assez impressionnant. C’est une histoire intrigante avec des créatures venues d’ailleurs et c’est aussi une histoire de trahison. Dodoma est à la fois de la science-fiction (monde post-apocalyptique, êtres venus d’ailleurs, technologie Dodoma) et de la fantasy (liaison entre les humains et l’arbre de vie, liaison entre l’arbre de vie et la planète). Les tomes sont agrémentés de travaux préparatoires et de yonkomas amusants (strips verticaux de 4 cases).

Lus aujourd’hui et note de lecture de ces 3 tomes rédigée pendant la lecture ; si seulement je pouvais faire comme ça à chaque fois, j’aurais moins de retard dans la rédaction et la publication de mes chroniques !

Une lecture agréable et divertissante pour les challenges BD, Challenge du confinement (case Manga), Jeunesse Young Adult #10 et Littérature de l’imaginaire #8.

Et n’oubliez pas de visiter Mon avent littéraire 2020 pour le jour n° 6.

Perfect World 1 de Rie ARUGA

Perfect World 1 de Rie ARUGA.

Akata, octobre 2016, 162 pages, 6,95 €, ISBN 978-2-36974-148-1. パーフェクトワールド (2014) est traduit du japonais par Chiharu Chujo et Nathalie Bougon.

Genres : manga, josei.

Rie ARUGA 有賀リエ naît à Omachi (préfecture de Nagano, Honshû). Sa carrière démarre en 2011 lorsqu’elle reçoit le prix Gold pour une histoire courte, Tentai Kansoku. Plus d’infos sur son compte Twitter. Ce tome 1 de Perfect World est son premier manga publié en volume et « grâce au très bon accueil des lecteurs », ce qui était prévu comme un one-shot est devenu une série (chez Kôdansha) et il a même été adapté au cinéma en 2018 (bande annonce ci-dessous).

Tôkyô. Lors d’une soirée professionnelle, Tsugumi Kawana retrouve Itsuki Ayukawa qu’elle avait connu au lycée et qui était son premier amour. « On n’a jamais été dans la même classe, ni dans le même club. Mais on aimait bien discuter tous les deux. » Elle travaille maintenant pour une entreprise de décoration d’intérieur, Cranberries. Et lui est architecte pour un cabinet d’architecture, Kodan. Mais Itsuki part tôt et Tsugumi se rend compte qu’il est en fauteuil roulant : il a eu un accident durant ses études. « Mon premier amour… est à présent handicapé. Malgré tout… mes sentiments, eux, n’ont pas changé. » Mais, comment faire, que dire ? Elle ne connaît rien au quotidien d’un handicapé… Alors qu’ils se rendent tous les deux à Nagano, pour retrouver leurs anciens amis de lycée, surgit Miki Yukimura, l’ex d’Itsuki : elle l’aurait quitté après l’accident alors qu’ils étaient ensemble depuis des années.

C’est avec subtilité et tendresse que Rie Aruga traite du handicap, des souffrances invisibles et des relations avec une personne handicapée. En plus, Tsugumi et Itsuki font la connaissance d’un ado, également en fauteuil, Haruto, qui lui aussi pratiquait le basket, mais il n’accepte pas du tout sa situation et refuse de revoir, depuis un an, sa petite amie. Pourtant… « Bravo !! À peine arrivé et tu marques déjà ?! Pas de doute, t’es toujours le boss !! Bravo Haruto !! T’es le meilleur !! ».

Un josei est un manga féminin, un manga pour les femmes, mais franchement les hommes peuvent très bien le lire et l’apprécier (d’autant plus qu’il parle de basket). Mais surtout du handicap et des relations ce qui concerne tout le monde ! Le problème, comme souvent, le nombre de tomes… Déjà 11 parus au Japon (10 en France) et la série est encore en cours.

Pour La BD de la semaine et les challenges BD et Jeunesse Young Adult #10. Plus de BD de la semaine chez Moka. Et n’oubliez pas de visiter Mon avent littéraire 2020 pour le jour n° 2.

Challenge BD 2020-2021

Enfin voici des nouvelles du Challenge BD ! En juillet 2014, Marjorie a créé ce Challenge BD et je le suis depuis cette date (depuis 2016 sur ce blog). C’est en fait la 7e édition (mais comme le dit Marjorie sur le logo, « On ne compte plus le nombre de saisons ») et je pense qu’il démarrait fin juillet (date de fin de l’édition 2019-2020). Je me demande même s’il n’est pas illimité finalement. Marjorie a fait deux beaux nouveaux logos. L’objectif est toujours de lire de la bande dessinée et du roman graphique. Plus d’infos sur le groupe FB.

Mes lectures pour ce challenge (depuis début août 2020)

Sur 2020

1. Le vieil homme et son chat n’ont plus peur des chiens (1) de Nekomaki (Casterman, 2018, Japon)

2. Infection 1 de Tôru Oikawa (Delcourt-Tonkam, 2018, Japon)

3. Le rêve de mon père (trilogie) de Taiyô Matsumoto (Kana, 2018-2019, Japon)

4. Gentlemind 1 de Díaz Canales, Valero et Lapone (Dargaud, 2020, Espagne)

5. Baby-sitters 1 de Hari Tokeino (Glénat, 2014, Japon)

6. Cap Horn 1 – La baie tournée vers l’est de Christian Perrissin et Enea Riboldi (Les Humanoïdes Associés, 2010, France & Italie)

7. Eden – Le visage des Sans-Noms, tome 1 de Fabrice Colin et Carole Maurel (Rue de Sèvres, 2018, France)

8. Eden – L’âme des Inspirés, tome 2 de Fabrice Colin et Carole Maurel (Rue de Sèvres, 2019, France)

9. Chihayafuru 1 de Yuki Suetsugu (Pika, 2013, Japon)

10. Les lumières de l’Aérotrain de Ducoudray et Corgié (Grand Angle, 2018, France)

11. Une enquête de Basil et Victoria (tomes 1 et 2) de Yann et Édith (Les humanoïdes associés, 1990-1993, France)

12. Lac-Mégantic – La dernière nuit de Collectif (Radio Canada, 2020, Québec)

13. Raif Badawi – Rêver de liberté de Collectif (Radio Canada, 2017, Québec)

14. Un travail comme un autre d’Alex W. Inker (Sarbacane, 2020, France)

15. Shadows House 1 de Sômatô (Glénat, 2020, Japon)

16. Les aventures de Spirou et Fantasio, 18 – QRN sur Bretzelburg de Franquin et Greg (Dupuis, 1966, Belgique)

17. Les aventures de Jak et Bil au Gabon – Le secret de l’ivoire de Jacques Ortet et Arnold Berssenbrugge (Bookelis, 2020, France/Pays-Bas)

18. Perfect World 1 de Rie ARUGA (Akata, 2016, Japon)

19. Dodoma (trilogie) de Jun Shiraishi (Komikku, 2016, Japon)

20. Journaux troublés de Sébastien Perez et Marco Mazzoni (Soleil, 2020, France / Italie)

21. Le guide SF à l’usage des lecteurs, 4 : le post-apocalyptique (Delcourt et Soleil, 2020)

22. Le guide SF à l’usage des lecteurs, 5 : l’uchronie (Delcourt et Soleil, 2020)

23. Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Gerard Way, Gabriel Bá et Dave Stewart (Delcourt, 2019, États-Unis/Brésil)

Sur 2021

24. Général Leonardo 1 – Au service du Vatican d’Erik Svane et Dan Greenberg (Paquet, 2006, Danemark/France)

25. Général Leonardo 2 – Croisade vers la Terre Sainte d’Erik Svane et Dan Greenberg (Paquet, 2007, Danemark/France)

Chihayafuru 1 de Yuki Suetsugu

Chihayafuru 1 de Yuki Suetsugu.

Pika, collection Cherry Blush, décembre 2013, 192 pages, 7,50 €, ISBN 978-2-81161-409-6. ちはやふる Chihayafuru (2008, Kôdansha) est traduit du japonais par Fédoua Lamodière.

Genres : manga, shôjo.

Yuki Suetsugu 末次由紀 naît le 8 septembre 1975 dans la préfecture de Fukuoka. Elle dessine depuis l’enfance et sa carrière débute en 1992. Déjà connue de cette mangaka, la série Eden no hana (エデンの花). Plus d’infos sur son Twitter et sur son Instagram.

Le Karuta est un jeu de poèmes basé sur la phonétique. Chihayaburu est un des titres des poèmes et l’héroïne s’appelle Chihaya.

Il y a 6 ans, dernière année dans l’école primaire (ce qui correspond à la 6e de collège chez nous en fait) de Higashi Ôsato à Tôkyô. Dans la classe de Chihaya Ayase, il y a un nouvel élève qui vient de Fukui, Arata Wataya. La classe doit participer à un tournoi de hyakunin isshu mais il faut réciter les 100 poèmes et elle n’arrive à en retenir que 20… C’est grâce à Arata que Chihaya découvre le Karuta : Arata rêve de devenir champion, un maître du Karuta.

Comme le Karuta ne se joue qu’au Japon, « Le meilleur joueur du Japon est forcément le meilleur du monde. » !

Heureusement, Arata devient ami avec Chihaya et Taichi Mashima et ensemble ils vont s’inscrire dans un club.

« Jusqu’à récemment, pour moi, le Karuta… c’était juste un passe-temps… un jeu de société comme un autre… Mais en fait, pas du tout… C’est un sport ! ».

Une autre info importante : Chihaya a une sœur aînée, Chitose, qui rêve de devenir mannequin et qui fait la fierté de leurs parents au détriment de Chihaya.

Bon, encore une série qui se déroule (en partie) dans un établissement scolaire… Arata, en tant que « étranger » pauvre et qui vient de la campagne est le souffre-douleur des autres enfants… J’aime le Japon mais, ça, c’est quelque chose que je ne comprends pas, mais alors pas du tout, pire, ça me révolte et parler toujours de ça dans les mangas pour la jeunesse, ce n’est pas pour dénoncer, ça montre que c’est un fait établi…

Cependant, ce manga est très beau et instructif : je ne connaissais pas le Karuta ! L’ambiance, la compétition et la rapidité avec laquelle il faut récupérer les cartes (bien rendu dans le manga) m’a un peu fait penser à Hikaru no go (que j’ai lu il y a des années et dont j’ai vu l’animé aussi). Il y a de superbes dessins pleine page, bref ce manga est une réussite !

Les personnages sont tous différents (donc faciles à reconnaître !) et j’aime beaucoup les trois jeunes principaux : Chihaya, Arata et Taichi (ce sont leurs prénoms) qui ont 12 ans et le Docteur qui gère le club de Karuta.

En fin de volume, il y a des bonus (strips) et un petit dossier sur le Karuta (c’est un véritable sport avec des compétitions et des dan !).

Mais, que vois-je ? S’il y a 32 tomes déjà parus en France, la série au Japon comporte… 44 tomes et est apparemment encore en cours !!! Il y a de plus une longue série animée, des romans, deux films, c’est tout un business ! Je laisse tomber, c’est dommage… mais plus de 40 tomes, c’est vraiment trop…

Une belle découverte toutefois pour La BD de la semaine, les challenges BD et Jeunesse Young Adult #10.

Plus de BD de la semaine chez Stéphie.

Baby-sitters 1 de Hari Tokeino

Baby-sitters 1 de Hari Tokeino.

Glénat, janvier 2014, 192 pages, 6,90 €, ISBN 978-2-72349-401-4. 学園ベビーシッターズ Gakuen babysitters (2010, Hakusensha) est traduit du japonais par Anne-Sophie Thévenon.

Genres : manga, shôjo.

Hari Tokeino 時計野 はり naît le 21 février 1979 à Chiba. Elle débute sa carrière de mangaka en 2001 et reçoit deux prix. Sa précédente série : Onii-chan to issho (2004-2009, 11 tomes). Plus d’infos sur sa page Twitter.

Leurs parents étant morts dans un accident d’avion, Ryuichi Kashima et son petit frère Kotaro vont être hébergés dans une Académie. Mais la vieille femme qui la dirige a perdu son fils et sa belle-fille dans le même accident et elle veut que, jusqu’à sa majorité, Ryuichi travaille. « Si on veut manger, il faut gagner son pain ! […] Tu vas passer tout ton temps, en dehors de tes heures de cours, à travailler comme baby-sitter dans mon Académie. » (p. 14). Sa mission est aussi de créer un club de baby-sitters pour que les collégiens et les lycéens de l’Académie acceptent d’y travailler (pas gagné !). Kotaro vivra à la crèche Morinomiya où travaille Yoshihito Usaida, un ancien élève de l’Académie. Mais, pendant une semaine, Ryuichi doit garder Kirin, une fillette dont la mère travaille à la mise en scène d’une pièce de théâtre. Et si les petits faisaient eux aussi du théâtre ?

Voici ce que dit l’éditeur à propos des enfants : « Le lecteur sera vite conquis par les adorables petits ‘monstres’ de la crèche ! Le timide Kotaro, l’intrépide Taka, la sérieuse Kirin, le joyeux Takuma, le craintif Kazuma et la petite Midori… chaque enfant possède son propre caractère et l’auteur a passé de longs moments à étudier les expressions, attitudes et comportements des enfants pour pouvoir les restituer avec autant de tendresse. ».

Les enfants sont très jeunes et ils sont tout ronds ce qui les rend mignons et marrants. J’ai bien aimé Ryuichi bien sûr (quelle abnégation !) mais aussi Saikawa, l’assistant de la directrice, un peu énigmatique.

C’est une histoire très triste (deuil) mais ce manga est drôle et les tout petits sont mignons et… désobéissants ! J’ai bien aimé ce premier tome mais la série est en 19 tomes !!! C’est beaucoup trop… Il existe une série animée en 13 épisodes, School Babysitters, sortie en 2017.

Pour La BD de la semaine et les challenges BD et Jeunesse Young Adult #9.

Le rêve de mon père (trilogie) de Taiyô Matsumoto

Le rêve de mon père (trilogie) de Taiyô Matsumoto.

Genres : manga, seinen.

Matsumoto Taiyô 松本 大洋 naît le 25 octobre 1967 à Tôkyô. Il est mangaka depuis l’âge de 18 ans. Du même auteur : Amer béton, Gogo Monster, Numéro 5, Ping-pong, Le samouraï bambou entre autres.

Le rêve de mon père est sous-titré en français « Ne rêve pas ta vie, vis-la ! ».

Hana otoko 花男 (publié en feuilleton dans Big Comic Spirits en 1991-1992, est ensuite paru en 3 tomes chez Shôgakukan en 1998) est traduit du japonais par Thibaud Desbief.

Le rêve de mon père 1 de Taiyô Matsumoto.

Kana, collection Made in, septembre 2018, 240 pages, 12,70 €, ISBN ISBN 978-2-50507-219-5. Avec une préface de Stéphane Beaujean (directeur artistique du FIBD Angoulême).

Juillet 1991. Hanada Shigeo est un très bon élève de CE2 mais il est content d’être en vacances. C’est alors que Kaori, sa mère, lui annonce qu’il va aller vivre à Enoshima chez son père, un fanatique de base-ball, qui les a quittés il y a des années pour devenir joueur professionnel. Le rêve de ce père, Hanao, c’est de devenir joueur des Giants mais il a 30 ans… Pour Shigeo « C’est le début de l’été… le pire de tous les étés. » (p. 28). C’est que Shigeo ne connaît pas son père, déteste le base-ball et n’a pas du tout le même rythme de vie et les mêmes idées que son père !

Alors que je n’aime pas le base-ball (en fait, c’est plutôt que je n’y connais rien et que je n’y comprends rien !), ce manga drôle et tendre m’a beaucoup plu, et pas seulement pour les relations entre le père et le fils. Les dessins sont très beaux et il y a plein d’animaux (chats, chiens, cochons, lapins…) et surtout beaucoup d’humour. La cohabitation entre Shigeo et Hanao ne sera pas facile !

Le rêve de mon père 2 de Taiyô Matsumoto.

Kana, collection Made in, novembre 2018, 240 pages, 12,70 €, ISBN 978-2-50507-220-1.

Shigeo est dans sa nouvelle école depuis un mois et les relations avec ses nouveaux camarades ne sont pas évidentes. Et « Hanao n’est entouré que de gens bizarres… » (p. 20). Il est en tout cas sans gêne et a des comportements étranges mais c’est un éternel optimiste ! « C’est moi, Hanao, le batteur génial, spécialiste des coups longue distance !! » (p. 214).

Je ne sais pas pourquoi Matsumoto glisse des animaux partout (éléphants, kangourous, koalas, cochons, lapins, chats, singes, grues…) mais je trouve ça amusant et « La prochaine émission d’Animal Land sera consacrée aux phoques ! » (p. 44) 😛

J’ai bien aimé le vieux Genroku qui fabrique des battes de base-ball artisanales. « C’est l’âge… Avec le froid, j’ai mal aux articulations… Et je fabrique à peine cinq battes par mois… – Pourquoi tu dis ça Genroku ? Tes battes sont excellentes ! – Je crois que tu es le seul à penser ça aujourd’hui… Elles sont chères et plus personne ne s’y intéresse… Elles se vendent mal… – Peut-être, mais tu ne dois pas t’arrêter d’en fabriquer ! » (p. 69).

Pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de lire cette suite ?

Le rêve de mon père 3 de Taiyô Matsumoto.

Kana, collection Made in, janvier 2019, 256 pages, 12,70 €, ISBN 978-2-50507-221-8.

Shigeo a eu 10 ans et avec ses copains de classe, ils ont créé un club de détectives et il se rend compte avec surprise que, dans cette ville, son père est un héros, un génie, un modèle. « Tu sais, en ville, il n’y a que des fans de ton père. » (p. 62).

Au printemps, Hanao et Shigeo font un voyage en moto, déjanté, la mer, une panne… Au restaurant, le père prend le menu enfant et le fils prend le menu du jour ! Bref les deux s’amusent bien mais le base-ball manque à Hanao, il veut jouer.

Et voilà, une année s’achève (et la trilogie) pour Shigeo et Hanao, ils auront finalement beaucoup appris l’un de l’autre. Et je suis un peu triste que cette histoire se termine parce que les personnages sont attachants.

Une incroyable (triple) lecture pour La BD de la semaine que je mets dans le challenge Animaux du monde (il y a plein d’animaux disséminés dans les dessins des trois tomes), dans la nouvelle édition du Challenge BD (on attend des nouvelles) et dans le Challenge Jeunesse Young Adult #9 dans l’option BD/manga.

Infection 1 de Tôru Oikawa

Infection 1 de Tôru Oikawa.

Delcourt-Tonkam, janvier 2018, 192 pages, 7,99 €, ISBN 978-2-7560-9902-6. インフェクション (2016, Kôdansha) est traduit du japonais par Maxime Bonnet.

Genres : manga, seinen, horreur.

Tôru OIKAWA 及川 徹 naît en 1950 dans la province d’Iwate.

Haruki Amamiya, Yuzuru Takagi, Tsuyoshi Kojima, Chika Kisaragi (surnommée Ragi, la grande sœur), Kasumi Masuda (surnommée la déléguée), Satsuki Samidare (dont Amamiya est amoureux) et leurs camarades de classe sont les personnages principaux de ce roman. Ils sont insouciants car « Le lycée c’est de la jeunesse, des activités de club… et du flirt ! ».

À cause d’une blague, Amamiya est enfermé dans la réserve, normalement avec Samidare, mais en fait avec Kirara Isonami qui est insupportable. Mais, longtemps après que ça ait sonné, ils sont toujours enfermés et ils n’entendent aucun bruit alors qu’il y a le terrain de sport… « Mais le jour suivant… personne n’est venu ouvrir la porte non plus. ».

Au bout de trois jours, lorsqu’ils trouvent enfin une sortie (une fenêtre à ras du sol), ils découvrent l’horreur dans le lycée ! Mais il y a quelques survivants qui les emmènent avec eux dans le gymnase. Il y a des morts vivants infestés de vers et qui se nourrissent de chair humaine.

« Sendai a été mise en quarantaine pour empêcher que cette épidémie inconnue se propage. ».

On est dans une histoire de zombies, classique, les vers en plus, et le ecchi (pervers, indécent, lubrique) en plus. Mais si la série en est au tome 8 en France, elle est encore en cours au Japon avec déjà… 18 tomes ! C’est vraiment trop pour moi mais je suis contente d’avoir pu lire ce premier tome, même si le genre ecchi ne m’attire pas du tout. Je conseille ce manga aux jeunes adultes qui aiment les zombies et l’érotisme.

Pour La BD de la semaine (qui est cependant encore en vacances) et les challenges BD (j’attends des infos pour la nouvelle édition) et Littérature de l’imaginaire #8.