Mãn de Kim Thúy

mankimthuyMãn de Kim Thúy.

Liana Levi, mai 2013, 143 pages, 14,50 €, ISBN 978-2-86746-679-3).

Kim Thúy naît à Saïgon en 1968. Boat people à 10 ans, elle arrive à Montréal. Elle exerce différents métiers et publie son premier roman, Ru, en 2010 et À toi, avec Pascal Janovjak, en 2011.

« Maman et moi, nous ne nous ressemblons pas. Elle est petite, et moi je suis grande. Elle a le teint foncé, et moi j’ai la peau des poupées françaises. Elle a un trou dans le mollet, et moi j’ai un trou dans le cœur. » Voici la quatrième de couverture et le premier paragraphe du roman.

quebecnovembre2016Mãn, c’est l’histoire d’une femme. Une femme exilée au Canada, à Montréal, loin de sa patrie d’origine, le Vietnam. Ce sont des souvenirs, avec une grande pudeur et une intense tristesse. Ce sont aussi des rencontres (Julie, H’ông, Luc) après son mariage, des ateliers de cuisine, la naissance de son fils puis de sa fille, les voyages à New York et à Paris, la découverte de l’Art et de la peinture avec Julie, la « marchande de bonheur » (page 73). Mãn s’efface et raconte plutôt l’histoire de H’ông et de sa fille, Mãn parle peu de son mari et de ses enfants, elle s’attardera un peu plus sur Luc parce que c’est une histoire différente de ce qu’elle vit.

RaconteMoiAsie2Au Vietnam, sa maman et elle lisaient Guy de Maupassant mais il a été interdit, comme tous les auteurs occidentaux, et elle n’a pu sauver qu’un livre, Une vie, qu’elle garde précieusement. S’accrocher à un livre pour s’accrocher à sa vie, à son enfance, à son histoire, à son pays, c’est très beau.

Dans la marge, des mots en vietnamien et leur signification en français. En voici quelques-uns : « tranh – peinture » (p. 61), « ma – fantôme » (p. 67), « tim – cœur » (p. 109), « thu – automne » (p. 137), parmi les plus faciles à prononcer (il y a beaucoup d’accents sur les voyelles et des espèces de cédilles aussi).

FeelGood1L’explication de son nom : « […] je m’appelle Mãn, qui veut dire « parfaitement comblée » ou « qu’il ne reste plus rien à désirer » , ou « que tous les vœux ont été exaucés ». Je ne peux rien demander de plus, car mon nom m’impose cet état de satisfaction et d’assouvissement. » (p. 34-35).

Ce livre parle aussi beaucoup de cuisine (Mãn épouse un restaurateur) et j’ai souri avec « un œuf óp la (au plat) » (p. 42).

LettreAuteurAprès Ru, beau, émouvant, voici Mãn, tout aussi beau et émouvant. Kim Thúy est une romancière précieuse que je vais continuer à lire !

Un roman pour les challenges Feel good, Raconte-moi l’Asie, Une lettre pour un auteur (session #37, lette T) que je glisse dans Québec en novembre de Karine et Yueyin 😉 (présentation et récap).

Kuessipan de Naomi Fontaine

KuessipanKuessipan de Naomi Fontaine.

Le Serpent à plumes [lien], août 2015, 112 pages, 15 €, ISBN 979-1-09468-007-0.

Genres : premier roman, littérature québécoise.

Naomi Fontaine est une Innue de Uashat ; elle vit à Québec. Ce premier roman a été publié au Québec aux éditions Mémoire d’encrier [lien] en mars 2011 alors qu’elle avait 23 ans.

Réserve innue de Uashat. Les hommes boivent, les hommes sont violents, les hommes ont des accidents, les hommes meurent. La souffrance des femmes qui se retrouvent veuves, qui ne reçoivent plus d’amour (mais en ont-elles reçu ?), qui doivent élever seules les enfants. « Je déteste le visage des morts. Leurs traits sereins. Leurs yeux fermés. » (p. 13).

Kuessipan – avec une très belle couverture – est une agréable surprise pour le retour du Serpent à plumes [lien]. Un roman triste, avec des chapitres très courts (parfois simplement quelques lignes sur une page). Montagne, bois, rivière, lac : la vie est austère et difficile mais on a l’impression que le lieu est beau et que ce peuple a tout pour être heureux. Pourtant c’est un peuple qui, privé des terres de ses ancêtres et enfermé dans une réserve, a perdu ses racines, son identité… « Nomade : j’aime concevoir cette manière de vivre comme naturelle. » (p. 21) : ainsi se termine la première partie de ce roman.

68-premieres-fois« Une clôture. Plus haute que la tête des hommes. […] La clôture plantée là, un gardien contre les loups, les Innus. Ils s’attardent derrière la barrière. Se tiennent tout près. Cherchent l’issue, trouvent le chemin de leurs propres lois. Ils veulent fuir, là où il n’y a pas de barricades. » (p. 46-47). Voilà la réalité, un peuple enfermé, comme des animaux, comme des sous-hommes… « Tu as vu la réserve, les maisons surpeuplées, la proximité, la clôture défaite, les regards fuyants. » (p. 88).

RentreeLitteraire2015Il y a plein de mots inconnus (comme skidoo, mamu, Nutshimit, Nikuss…) et, avec ces chapitres courts, ces anecdotes qui n’ont pas toujours de lien entre elles, le roman (en est-il vraiment un ?) est décousu mais c’est beau, vraiment, et il y a peut-être un peu d’espoir. « Je n’ai pas le droit. […] Bien sûr que je n’ai pas le droit d’oublier mon instinct de nomade, sans cesse à la recherche d’un état de grâce. » (p. 106).

Quebec2015Ce roman est le onzième lu dans le cadre de 68 premières fois et il faut lui donner une note alors je dirais… 15/20. Il entre aussi dans le challenge 1 % de la rentrée littéraire 2015 et Québec en novembre.

Les aurores montréales de Monique Proulx

[Article archivé]

Les aurores montréales de Monique Proulx.

Boréal, avril 1996, 244 pages, 15,50 €, ISBN 978-2-89052752-2.

Genres : littérature québécoise, nouvelles.

Monique Proulx est née le 17 janvier 1952 à Québec mais elle vit à Montréal depuis 1984. Elle est romancière, nouvelliste, scénariste et elle a reçu de nombreux prix littéraires.

Les nouvelles de ce recueil datent un peu (elles ont apparemment été écrites entre 1989 et 1994) mais elles me semblent toujours d’actualité (même si je ne peux pas l’affirmer à 100 % car je ne connais pas du tout la ville de Montréal). Elles parlent en tout cas toutes de Montréal et de la vie à Montréal. « Montréal a changé, c’est la faute de Montréal. » (p. 231).

De l’exil et des difficultés d’adaptation : Gris et blanc (enfant du Costa Rica), Jaune et blanc (jeune femme de Chine), Rose et blanc (fille d’immigrés italiens), Noir et blanc et La classe laborieuse (couple de Haïtiens), Rouge et blanc (Indien, il n’est pas en exil donc mais il ne reconnaît pas sa propre terre), Sans domicile fixe. Le blanc revient souvent !

Des relations entre enfants et parents : Le passage (une jeune fille « même pas majeure » quitte ses parents pour aller vivre à Montréal avec son copain étudiant), Le futile et l’essentiel (une femme très bavarde rend visite à sa fille à Montréal), Noir et blanc (racisme et violence).

Des relations entre hommes et femmes : Léa et Paul, par exemple (intéressant avec plusieurs flashback non chronologiques), Les femmes sont plus fines, Madame Bovary, Dépaysement, Oui or no.

De la relation entre l’humain et l’animal : Gris et blanc (Manu, le chien qui manque à l’enfant), Jouer avec un chat (Pierrot et sa chatte, Grosse Chose).

Des différences dans le comportement ou l’attitude : Allô, Les transports en commun, Tenue de ville, Rue Sainte-Catherine, Baby, L’enfance de l’art (courte et percutante), Les aurores montréales, Fucking bourgeois.

C’est bizarre, en listant ces nouvelles, je me rends compte que ce sont celles-ci que j’ai le moins aimées :

Clin d’œil à la culture et à la littérature québécoises : Leçon d’histoire (au théâtre), Français, Françaises (auteurs québécois).

Une nouvelle inclassable : Ça ; elle ne fait qu’une page et je ne l’ai pas comprise…

Mes nouvelles préférées

Gris et blanc : un enfant écrit à son chien, Manu, resté à Puerto Quepos (Costa Rica) pour lui raconter sa nouvelle vie dans cette ville grise et parfois blanche, et lui dire combien il lui manque.

Le futile et l’essentiel : Fabienne rend visite à sa fille Martine qui pressent que « cette semaine sera infernale » car sa mère est volubile et cancanière. « Et tout ce temps, tandis qu’elle parcourait et dévorait insatiable la ville, les mots s’étaient éjectés de sa bouche à une vitesse sidérale, elle parlait et la réalité se rapetissait comme aspirée de l’intérieur, elle parlait et la vie devenait une anecdote désespérante de laquelle tout sublime était à jamais évacué, à jamais. » (page 47).

Jaune et blanc : une jeune Chinoise écrit à sa grand-mère restée en Chine et lui décrit le foisonnement de cette ville dans laquelle elle était perdue à son arrivée.

Madame Bovary : Diane, mariée et mère de famille, écrit à un journaliste dont elle aime les chroniques afin de le rencontrer (et plus si affinités) mais il la mouche dans une chronique suivante.

Noir et blanc : après avoir vu en famille le film Malcolm X, un chauffeur de taxi haïtien écrit à Malcolm X pour lui dire son mécontentement sur la violence et le racisme qui n’est pas à sens unique. « Les faits parlent d’eux-mêmes, et l’homme est un loup pour l’homme, qu’il soit noir, jaune, ou vert martien… » (page 141).

Français, Françaises : un directeur littéraire français vient à Montréal pour rencontrer des auteurs québécois « uniquement distribués au Québec » (page 181) et ceux-ci espèrent beaucoup des éditeurs français mais l’homme préfère s’installer à Montréal réduisant leurs espoirs à néant.

Drôles ou tristes, tendres ou cruelles, réelles ou imaginaires, émouvantes ou déroutantes, ces 27 histoires ont toutes un intérêt, une manière bien à elles de raconter Montréal, ses habitants et ses différentes couleurs. Ce fut pour moi une belle découverte car je n’avais jamais lu Monique Proulx. Plusieurs de ces nouvelles sont écrites sous forme de lettres : Gris et blanc, Jaune et blanc, Rose et blanc, Noir et blanc, Rouge et blanc, Blanc, et la lettre au journaliste dans Madame Bovary.

Le mot de la fin pour l’Amérindien qui ne reconnaît plus son pays, dans Rouge et blanc. « Cette terre bruyante peuplée de créatures bavardes et ces forêts sans arbres sont tout ce qui nous reste : il faut apprendre à y enfouir de nouvelles racines ou accepter de disparaître. » (p. 195-196).

Une lecture pour Québec en septembre que je mets aussi dans les challenges 1 mois, 1 plume, En toutes lettres, Littérature francophone, Le mélange des genres (nouvelles), Petit Bac 2014 (catégorie Lieu) et Tour du monde en 8 ans.