Image

Projet 52-2019 #28 et #29

Quel plaisir de ne pas allumer l’ordinateur ! Pendant plusieurs jours (voire semaines). Mais quand il s’allume, aïe, des tonnes de mises à jour… Comme je n’ai pas publié samedi dernier, voici les photos pour les deux thèmes :

Vingt-huitième semaine pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème amusant : pas facile à illustrer, je trouve… Ah, mais si, amusez-vous à retrouver les deux grenouilles amusantes que j’ai prises en photo mercredi !

Vingt-huitième semaine pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème rond : de beaux fruits d’été bien ronds chacun à leur façon… et colorés !

Abricots Lady Cot et pêches plates

Je vous souhaite un bel été et de bonnes vacances si vous êtes en congés (la météo annonce de nouveau caniculaire la semaine prochaine…) et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma !

Publicités

À la ligne : feuillets d’usine de Joseph Ponthus

À la ligne : feuillets d’usine de Joseph Ponthus.

La Table Ronde, collection Vermillon, janvier 2019, 272 pages, 18 €, ISBN 978-2-71038-966-8.

Genres : littérature française, premier roman.

Joseph Ponthus naît à Reims en 1978. Il étudie à Reims puis à Nancy (hypokhâgne, khâgne) puis travaille à Nanterre : éducateur spécialisé auprès d’adolescents en difficulté (paraît Nous, la cité, en 2012 aux éditions La Découverte). Installé à Lorient (Bretagne) après son mariage, il travaille en intérimaire et rédige son vécu professionnel qui deviendra À la ligne : feuillets d’usine.

« L’usine c’est pour les sous / Un boulot alimentaire / Comme on dit » (p. 11). Un homme, bientôt 40 ans, qui a fait des études (littérature à hypokhâgne), mais ne trouve pas de travail, se lance dans l’intérim pour avoir un salaire. « L’usine m’a eu / Je n’en parle plus qu’en disant / Mon usine » (p. 13-14). L’été, pendant trois semaines, pour les vacances, il travaille avec un groupe de handicapés dans le nord (il vit en Bretagne). « Faire la route / C’est presque aussi répétitif / Que trier les caisses les poissons les crevettes » (p. 37). Avant de retourner dans l’agroalimentaire avec les poissons panés et le tofu à égoutter puis les fruits de mer et les crustacés. « Ritournelles obsédantes / Ceux qui taffent / ceux qui cheffent / les cadences de production édictées d’en haut » (p. 90). Puis de travailler au nettoyage dans un abattoir (le sang, le gras…). « Et les collègues sont gentils […] / Et il paraît que l’abattoir paie bien […] / Et puis on s’habitue / Voilà tout » (p. 130). Embauche, débauche, embauche, débauche… « Je me dis qu’il faut avoir une sacrée foi dans la paie qui finira bien par tomber dans l’amour de l’absurde ou dans la littérature / Pour continuer » (p. 49).

Il découvre (et fait découvrir aux lecteurs) l’industrie agroalimentaire avec ses difficultés : horaires, travail de nuit et donc décalage, productivité, bruits, odeurs, précarité, « ambiance de merde (p. 43), etc. Dans ce roman atypique, largement autobiographique, il y a de nombreuses références musicales, littéraires, cinématographiques, même anciennes (par exemple Fernand Raynaud avec son célèbre 22 à Asnières entre autres) : c’est ça qui lui permet de tenir, les souvenirs, la culture.

Mon passage préféré est celui avec Pok Pok, le chiot de six mois (p. 154). Il y a même des passages émouvants dans ce récit (plutôt tragique). Par exemple, l’adieu avec les collègues (p. 167-169) et la lettre qu’il écrit à sa mère (p. 214-219). Et aussi de l’humour comme des jeux de mots, « road tripes » ou « En avant Marx » !

Bref, l’auteur vit grâce à un travail atroce, de la fatigue, des douleurs… Mais il faut « que la tête tienne bon sinon le corps lâche / Et que le corps tienne bon sinon la tête explose » (p. 184).

J’ai noté que « Le sang des bêtes est un documentaire réalisé en 1949 par Georges Franju dans les abattoirs de Vaugirard et de La Villette qui fait passer n’importe quelle vidéo de L.214 pour un épisode gentillet de La petite maison dans la prairie / Le sang des bêtes est insoutenable et c’est pour ça qu’il faut le voir […] » (p. 208). Ainsi, les gens savent ce qui se passe dans les abattoirs, comment sont maltraités les animaux depuis 70 ans… Que vous mangiez de la viande ou non, il faut lire ce livre ! « Hallucination du trop d’animaux morts / Pourquoi / Pour qui » (p. 228).

Comme vous le voyez, dans les extraits ci-dessus, il n’y a pas de ponctuation, pas de virgule, pas de point, et lorsque j’ai mis un « / » entre les groupes de mots c’est parce que l’auteur passe « à la ligne » ; cela donne un rythme particulier au récit et le lecteur est happé par les mots et l’ambiance.

À la ligne : feuillets d’usine est un « livre ouvrier » qui sort vraiment de l’ordinaire ; il a déjà reçu le Grand Prix RTL/Lire 2019 et il est sélectionné pour d’autres prix. Il le mérite amplement car c’est un livre bouleversant, énorme, un coup de cœur de ce début d’année ! Du même genre (roman dans un abattoir) : Les liens du sang d’Errol Henrot (un premier roman également) paru en août 2017.

Je mets cette lecture dans Lire en thème puisque le thème de mars est : auteur français. Et il y a finalement un challenge Rentrée littéraire janvier 2019.

 

Le renard sans le corbeau de Pascale Petit et Gérard DuBois

Le renard sans le corbeau de Pascale Petit et Gérard DuBois.

Notari, collection L’oiseau sur le rhino, octobre 2018, 36 pages, 15 €, ISBN 978-2-940617-27-2.

Genres : recueil de fables.

Pascale Petit naît en 1969 en France, elle vit dans les Yvelines, elle est poétesse et autrice pour la jeunesse.

Gérard DuBois naît le 13 janvier 1968 en France et il étudie les arts graphiques à l’École Estienne à Paris. Il est peintre et illustrateur. Il vit à Montréal au Québec. Plus d’infos sur son site officiel.

Je remercie les éditions Notari pour ce bel album illustré 🙂

Le corbeau échaudé par la fable du fromage avec le renard s’est fait la malle et le renard rencontre d’autres animaux. Le renard, qui rappelons-le est un beau parleur, a beau se montrer diplomate, ça se retourne toujours contre lui ! Une vache pimbêche. Un éléphant perché sur la branche à la place du corbeau. « Écoutez, dit le renard calmement : c’est un truc de ouf, vous êtes trop chelou, zarbi et disons-le : carrément relou ! » (p. 9-10). Une vieille tortue acariâtre. Une fourmi et une cigale qui ont changé le monde. « Je crois, se dit-il, que j’ai déconné. (p. 17). Un opossum perché. Un kakurlacko… Comment ça, vous ne savez pas ce qu’est un kakurlacko ? Mais lisez vite cet album ! Vous rencontrerez aussi des dodos pas si disparus que ça et un zhozhomme.

Depuis Jean de La Fontaine (1621-1695), la vie a évolué et donc les fables et les contes ont changé, pour le plus grand bonheur des lecteurs (petits et grands) mais au grand désespoir du renard. Je suis sûre que La Fontaine, homme brillant et facétieux, aurait apprécié ces nouvelles fables. Les illustrations sont à l’ancienne mais en lisant les extraits ci-dessus, vous avez dû remarquer que le langage est bien actuel, ce qui rend les rencontres de renard vraiment amusantes.

Mais finalement le renard s’ennuie sans le corbeau… (les classiques, c’est bien quand même !).

Une belle lecture pour les challenges Contes et Légendes 2019Jeunesse Young Adult #8 et Littérature de l’imaginaire #7.

Le premier amour de Grand Corbeau de Muriel Bloch

Le premier amour de Grand Corbeau de Muriel Bloch.

Didier Jeunesse, collection Il était une (mini) fois, janvier 2014, 32 pages, 3 €, ISBN 978-2-27807-076-3.

Genres : littérature jeunesse, conte.

Muriel Bloch naît en 1954. Elle passe un DEA de Lettres modernes sur Le flou au cinéma, incertitudes narratives et perceptives dans le cinéma expérimental des années 20 aux années 60. Elle travaille avec les enfants dans le monde de la culture et de l’art. Plus de quarante livres au compteur, la plupart des contes. Plus d’infos sur son site officiel.

Cette histoire est un conte inuit du Groenland d’après Raven and the Whale (2001) de Laura Simms.

Les Inuits pensent que Grand Corbeau, tantôt oiseau, tantôt homme, a créé le monde. Un matin, alors qu’il se promène en barque sur la mer Blanche, il voit une baleine à l’intérieur de laquelle il pénètre. C’est là qu’il rencontre une jeune danseuse et qu’il en tombe amoureux. « Sois le bienvenu. Je t’aurais volontiers suivi mais je ne peux pas m’en aller, je suis l’âme et le cœur de cette baleine. Par contre, toi, tu peux t’asseoir ici et me tenir compagnie, j’en serais ravie. » (p. 14-15). Mais Grand Corbeau va-t-il se contenter de cet amour platonique ?

Un conte dramatique et triste pour comprendre que la vie ne tient qu’à un fil (ou deux !) et qu’il est bon de respecter l’autre pour son bonheur et pour le nôtre sinon le pire peut arriver.

Une lecture émouvante pour les challenges  Contes et Légendes 2019Jeunesse Young Adult #8 et Littérature de l’imaginaire #7.

Le journal de Gurty : Parée pour l’hiver de Bertrand Santini

Le journal de Gurty : Parée pour l’hiver de Bertrand Santini.

Sarbacane, collection Pépix, novembre 2016, 176 pages, 9,90 €, ISBN 978-2-84865-873-5.

Genre : littérature jeunesse.

Bertrand Santini naît à Aix en Provence et travaille d’abord comme graphiste (affiches de cinéma) puis comme scénariste (séries animées) avant de devenir auteur : plusieurs albums illustrés pour la jeunesse et des romans, Le Yark (2011), Jonas le requin mécanique (2014) et Hugo de la nuit (2016) qui ont reçu des prix littéraires.

Après avoir lu – et énormément apprécié – le premier tome de Miss Pook et les enfants de la lune, j’ai voulu lire d’autres romans de Bertrand Santini. Je me suis donc lancée dans la série Le journal de Gurty et j’ai vraiment bien ri avec le premier tome, Vacances en Provence. J’ai enfin lu le deuxième tome, Parée pour l’hiver et je lirai dès que possible les tomes suivants, Marrons à gogo (2017) et Printemps de chien (2018).

C’est l’hiver et la narratrice, Gurty, une petite chienne, est heureuse ! C’est que Gurty, comme tous les chiens, aime être heureuse ! Elle « adore être en vie, comme ça on peut se balader, faire des bises et manger des plats. Dans la vie, le plus génial, ce sont les vacances, car on peut tout le temps se balader, faire des bises et manger des plats. » (p. 7). Ça tombe bien, son humain, Gaspard est en vacances. C’est parti, Paris – Aix en Provence en train (comme pour les vacances d’été) ! Le lecteur suit donc Gurty et Gaspard entre le 4 et le 25 décembre. Gurty retrouve la maison de Provence qui sent bon, la maison de Pépé Narbier avec sa chienne, Fleur, et aussi « le pire chat du monde, Tête de Fesses, mon ennemi préféré » (p. 39) et le vilain écureuil qui fait hi hi.

J’ai bien ri avec les noms de clubs des chats (p. 77) et j’ai aussi beaucoup ri avec les œufs (p. 79) et l’omelette (p. 102-103).

Bref, on s’amuse encore beaucoup dans ce deuxième tome et tout serait parfait si ce n’est les horribles fiancées de Gaspard… Enfin surtout une, une certaine Myrtille… Gurty est alors « rayée de la carte, zappée, biffée, niée, jetée aux oubliettes, dans le trou des toilettes, remisée au placard, tirez la chasse, merci et bonsoir. » (p. 111). Vous l’aurez compris, Gurty est une chienne très intelligente qui, en plus d’écrire son journal chaque jour, a de l’humour, aime les listes et connaît pas mal de vocabulaire !

Vous avez envie d’être heureux, comme Gurty et Fleur, ce qui inclut de manger, jouer, courir, une vie de chien, quoi ! Alors lisez le Journal de Gurty ! Vous passerez un super moment. Et, en fin de volume, il y a un cahier de jeux de 14 pages !

Une lecture pour les challenges Jeunesse Young Adult #8 et Littérature de l’imaginaire 2018.

Et si Laïka était revenue vivante de son voyage dans l’espace ? de Camille Brunel

Et si Laïka était revenue vivante de son voyage dans l’espace ? de Camille Brunel.

Usbek & Rica, août 2016.

Genre : nouvelle, science-fiction, uchronie.

Camille Brunel naît en 1986 à Châlons sur Marne (devenue Châlons en Champagne en 1997). Elle étudie les Lettres modernes et obtient le CAPES. Du même auteur : Vie imaginaire de Lautréamont, un essai publié chez Gallimard en 2011.

Illustration de Laïka provenant de englishtouringopera (2012).

16 août : parution de La guérilla des animaux aux éditions Alma, premier roman de Camille Brunel que j’ai très envie de lire.

Usbek & Rica n° 16 (été 2016)

25 août : je découvre la nouvelle Et si Laïka était revenue vivante de son voyage dans l’espace ? publiée en août 2016 dans le n° 16 de Usbek & Rica, « le média qui explore le futur. Tous les futurs : ceux qui nous font peur et ceux dont on rêve ».

Et si Laïka était revenue vivante de son voyage dans l’espace ? est une uchronie : le point de départ est la chienne moscovite âgée de trois ans, Laïka, envoyée par les Russes dans l’espace dans le satellite Spoutnik2 le 3 novembre 1957. C’est la première fois que les Russes envoient un être vivant dans l’espace. Mais, dans la nouvelle de Camille Brunel, l’histoire se déroule différemment…

Usbek & Rica n° 6 (été 2013)

Août 2015, Tikaani est un adolescent Inuit qui vit à Iqaluit dans le territoire Inuit du Nunavut au Canada. Grâce à Skype, il communique avec sa sœur aînée, Sakari, qui vit à Paris en France. « Je sais qu’il est tard pour toi mais j’ai un exposé sur les premières heures de la société animaliste à rendre pour demain et je suis à la bourre… ». Tikaani aime beaucoup les animaux et il préférerait ne pas en manger mais il vit dans un des derniers « territoires carnivores » et ses parents chassent le phoque et l’obligent à en manger. « Je n’arrive pas à le croire. Comment a-t-on fait, au départ, pour convaincre des milliards d’individus d’abandonner l’alimentation de leurs ancêtres ? Je veux dire, c’est pas que les gens soient têtus, mais bon… ». Sakari va lui raconter ce qui a tout déclencher : grâce à une séquence d’actions sur la capsule spatiale, Laïka et Spoutnik2 sont retombés au Nouveau-Mexique. Eh oui, la petite chienne des rues est passée à l’Ouest ! À partir de ce moment-là, les animaux ont été considérés comme des êtres vivants, intelligents, et les humains ont modifié rapidement leurs habitudes alimentaires et leurs législations. Enfin presque partout…

Sakari résume donc pour son jeune frère la « révolution animaliste » entre 1957 et 2015. Un dialogue plein d’humour, par exemple Les dents de la mer et Jurassic Park ont bien été tournés mais ont eu un impact totalement différent. Une jolie histoire ; dommage que ça ne se soit pas passé comme ça…

Une lecture pour La bonne nouvelle du lundi et Littérature de l’imaginaire.

En coup de vent…/ 63

Bonsoir, une petite revue de la semaine avant de vous souhaiter un bon weekend 😉

Lundi, j’ai récupéré mes quatre rideaux thermiques : c’est comme des rideaux occultants mais thermiques donc ils protègent de la chaleur en été et du froid en hiver (ça semble fonctionner mais il continue de faire très chaud quand même !).

Mardi j’ai reçu mes nouvelles bibliothèques (heureusement que j’ai pu m’absenter du travail !) : j’étais à la fois contente (de les avoir enfin car ça faisait 40 jours que je les avais commandées) et déçue car il en manque quatre… Trois hautes en 80 cm de large (une pour le salon à côté de celle que vous voyez sur la photo et deux pour la deuxième chambre) et une basse en 40 cm de large (pour mettre au salon entre les deux de 80 cm de large que vous voyez sur la photo).

Mardi soir, une rencontre inattendue : une énorme sauterelle ! Au moins 10 cm de long (plus les antennes) ! C’est plus agréable que l’araignée de hier soir qui tournait comme une folle devant mon frigo et que j’ai dû écraser…

Et, ce soir, je rentre du travail… 33° dans ma cuisine… Pas évident de faire baisser la température avec les nuits caniculaires et le manque d’air frais la nuit…

Mais, bon weekend et bonnes vacances et, si vous n’êtes pas encore en congés ou si vous en revenez : bon courage 🙂

Ah, et j’ai failli oublier : mon fond d’écran d’août, toujours chez paon paon (dommage qu’il manque l’accent circonflexe sur le u…).