La fin du monde a du retard de J.M. Erre

[Article archivé]

La fin du monde a du retard est un roman de J.M. Erre paru aux éditions Buchet-Chastel en février 2014 (401 pages, 20 €, ISBN 978-2-283-02731-8).

Genres : roman loufoque mi policier mi science-fiction.

J.M. Erre (je pensais que son prénom était Jean-Michel mais c’est Jean-Marcel) est né en 1971 à Perpignan (Pyrénées Orientales). Du même auteur : Prenez soin du chien (2006), Made in China(2008), Série Z (2010) et Le mystère Sherlock (2012). Suivre J.M. Erre sur sa page Facebook.

Le personnel et les malades de Saint-Charles sont en pleine préparation pour le centenaire de la clinique psychiatrique. Julius, un trentenaire qui croit au complot mondial qu’il explique par la mythologie, publie sur son site, La fin du monde a du retard. Il a prévu de s’évader mais, depuis une semaine, il y a une nouvelle pensionnaire : Alice, 25 ans, qui est restée huit semaines dans le coma. « Julius avait bien fini par se l’avouer : elle lui plaisait beaucoup, cette Alice. Depuis une semaine, il pensait à elle toute la journée, guettait ses allées et venues par son œilleton et n’en dormait plus la nuit. […] Il était amoureux. Et c’était une catastrophe. » (p. 22). Julius est amnésique mais il pense que la fin du monde est pour dans deux jours et il embarque Alice dans sa quête contre Tirésias en espérant qu’elle retrouvera la mémoire et des émotions. Mais attention : « Trop de complots tue le complot. » (p. 42) ! Cinq jours… Dans cinq jours, le commissaire parisien Joseph Gaboriau et le prêtre Jean-Bedel Saint-Freu de l’église Saint-Théodule seront tous deux à la retraite après des décennies de bons et loyaux services.

Ce roman démarre bien, j’abandonne toute logique et j’accepte que Julius m’ouvre les yeux sur le complot mondial ! Suis-je moi aussi enchaînée dans la grotte comme dans l’allégorie de Platon ? Julius est à fond dans la mythologie, antique, médiévale, avec les surhumains prométhéens et les surhumains apocalyptiques, qui correspondent tout bonnement à nos super-héros et super-méchants et donc l’auteur utilise des parallèles avec notre fiction, enfin surtout américaine mais pas que, dans la littérature, le cinéma, pour retrouver la magie d’antan, le surnaturel, l’extraordinaire. C’est donc toujours le Bien contre le Mal, une vision assurément manichéenne mais bien réelle. C’est hyper intéressant, et drôle aussi, avec un humour loufoque à la limite de l’absurde. Mais j’ai quand même moins ri qu’avec Le mystère Sherlock lu au printemps 2012 mais dont je n’ai pas publié de note de lecture (aïe, pas tapé !). Dans Le mystère Sherlock, J.M. Erre rendait hommage à Sherlock Holmes et aux Holmésiens ; dans La fin du monde a du retard, il rend hommage aux mythes et aux super-héros ; en fait dans chacun de ses romans, il met en avant un thème précis qu’il détaille avec érudition et humour.

Il y a donc ici nos deux « héros » et des genres de super-héros (les surhumains prométhéens, les gentils quoi !) : un commissaire flanqué d’un jeune inspecteur aux idées bizarres, un prêtre attendrissant, une mamie complètement décalée (pages 282 et suivantes), un geek fan de Star Wars surnommé Ours, deux espions (?) Raoul et Albert, une secte réfugiée dans les égouts mais bon sang, pourquoi la fin du monde a-t-elle du retard ?, et les super-méchants (les surhumains apocalyptiques, ceux qui veulent détruire le monde) avec l’ordre de Tirésias et leurs Régulateurs, brrr… Tout ça pour un roman déjanté (j’ai survécu avec nos héros à plusieurs explosions et à des courses poursuites effrénées) mais attention « Il n’y a pas de soluces pour franchir les niveaux dans le monde réel ! Pas d’astuces pour avoir toutes les munitions ! Et tu auras une seule vie ! Si tu es game over, c’est vraiment fini ! » (p. 173) : mais, ce n’est pas possible ! Comment va-t-on faire ? « Si cela peut vous rassurer, j’ai des informations qui prouvent que la fin du monde est seulement en retard, précisa Julius. » (p. 226) : ouf ! Me voilà rassurée ! Vous aussi, j’espère. C’est drôle, rocambolesque ; à lire absolument avant la fin du monde !

Ma phrase préférée

« Mon royaume pour une matraque ! » (Gaboriau excédé par le lieutenant Matozzi, p. 334).

Une lecture durant la Reading’s week # 3 que je mets dans les challenges ABC critiques 2013-2014 (lettre E), Geek, Paris, Petit Bac 2014 (catégorie Moment / temps), Rentrée littéraire d’hiver 2014, Thrillers et polars.