The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu.

Kazé, avril 2018, 193 pages, ISBN 978-2-82033-223-3. The Promised Neverland (約束のネバーランド Yakusoku no Nebârando) (2016) est traduit du japonais par Sylvain Chollet.

Genres : manga, fantasy, science-fiction.

SHIRAI Kaiu (白井 カイウ) est le scénariste. Il y a très peu d’infos sur lui, il a étudié à l’université, il a travaillé en entreprise et, avant 2016, il n’était pas du tout dans le monde du manga.

DEMIZU Posuka (出水ぽすか), née le 17 janvier 1988, est l’illustratrice. C’est une artiste indépendante qui réside à Tokyo où elle a étudié. Elle est dans le monde de l’illustration depuis 2011 et a reçu plusieurs prix. Plus d’infos sur son site officiel.

Octobre 2045. Grace Field House. C’est un orphelinat avec 38 enfants dont 15 ont moins de 3 ans. Les plus âgés sont Emma qui y vit depuis 10 ans, Norman et Ray, ils ont 11 ans. « Nous ne sommes pas unis par les liens du sang… Mais ça n’a aucune importance. » (p. 11). C’est maman Isabella, 31 ans, qui s’occupe d’eux et, bien qu’orphelins, ils sont bien traités, bien nourris et heureux. Mais ils ont tous un numéro tatoué sur le cou, ils passent des tests spéciaux pour prouver leur intelligence et ils n’ont pas du tout le droit de sortir de l’orphelinat. « Aucun de nous n’avait connu ses parents et nous ne savions rien de nos origines. » (p. 36). Mais le jour du départ pour adoption de Conny, 6 ans, Emma et Norman découvrent une chose horrible. Ils doivent s’enfuir, tous, mais « il faut réfléchir à la meilleure tactique… » (p. 59). « J’ignore ce qui nous attend à l’extérieur, mais si on en fait rien, on est condamnés. » (p. 121).

Pour l’instant, je n’ai lu que le premier tome de The Promised Neverland. Les dessins sont beaux, les personnages sont attachants, le lieu est superbe mais vraiment clos, l’intrigue s’est bien mise en place et le lecteur tremble avec les enfants. C’est à la fois fantasy et science-fiction, il y a une incroyable intensité dramatique. J’ai hâte de lire les tomes suivants ! (12 volumes aux éditions Shûeisha, encore en cours au Japon).

Le manga a été publié à partir de 2016 dans le magazine de prépublication Weekly Shônen Jump. Plus d’infos sur le site dédié de Kazé. En janvier 2019, l’anime est diffusé au Japon sur Fuji TV (12 épisodes réalisés par Mamoru Kanbe, studio CloverWorks). Pour le public français, c’est sur Wakanim (sur abonnement).

Une lecture pour La BD de la semaine qui entre dans les challenges BD et Littérature de l’imaginaire.

Les autres BD de la semaine chez Stéphie.

 

Publicités

Challenge Littérature de l’imaginaire 2019

Septième édition pour le challenge Littérature de l’imaginaire 2019 (et quatrième édition pour moi sur ce blog). Il se déroule du 1er janvier au 31 décembre 2019 (attention, fin des inscriptions au 1er février 2019).

Premières infos et logo ici plus inscription et autres logos chez Ma Lecturothèque avec la Chrobox obligatoire pour déposer les liens.

L’objectif est toujours de lire de la littérature de l’imaginaire, connue aussi sous le terme de SFFF pour Science-Fiction Fantastique Fantasy, ainsi que tous leurs sous-genres (anticipation, dystopie, horreur, etc.). Sont autorisés « des romans, des nouvelles (anthologie complète), des essais, des mangas, des bandes dessinées, des comics (super-héros ou non, tant que ça reste dans le domaine de l’imaginaire), des magazines spécialisés comme Bifrost qui propose un contenu textuel (par exemple je ne tiendrai pas compte de Neverland qui est plus un magazine de promotion des titres de l’éditeur Bragelonne) ».

Les échelons habituels

Échelon 1 : Atterrissage dans l’irréel – au moins 12 livres

Échelon 2 : Petit pas dans l’ailleurs – au moins 24 livres

Échelon 3 : Plongée dans l’inconnu – au moins 36 livres

Échelon 4 : Immersion dans le vide – au moins 48 livres

Échelon 5 : Absorption dans l’étrange – au moins 60 livres

Échelon 6 : Fusion dans l’utopique – au moins 72 livres

Échelon 7 : Je lis donc je chronique – au moins 100 livres

Échelon 8 : Synchronisation avec la page – au moins 130 livres

Je choisis l’Échelon 1 : Atterrissage dans l’irréel – au moins 12 livres pour assurer mais j’espère faire plus vu mes précédents résultats : 13 lectures en 2016 (premier échelon honoré), 16 lectures en 2017 (premier échelon honoré) et 45 lectures en 2019 (troisième échelon honoré, manque 3 lectures pour honorer le quatrième échelon…).

Les catégories

« Catégorie A : Ange gardien de la simplicité – Le challenge reste comme il était jusque-là, à savoir tous les supports sont acceptés et vous lisez tous les genres des lectures de l’imaginaire.

Catégorie B : Cerbère des mots – On bannit les BDs et les mangas, la place est réservée aux romans uniquement. Tous genres confondus.

Catégorie C : Dragon de la multidisciplinarité – Vous devrez choisir un genre en début de challenge entre la Fantasy et la SF. Ils ont tous deux des sous-genres, dans cette catégorie vous devrez lire un livre par sous-genre. À vous de voir ce que vous lisez pour le reste de la catégorie. Fantasy : Dark fantasy / Heroic fantasy / Fantasy épique (dans laquelle je regroupe volontairement la High fantasy et le Sword & Sorcery) / Light fantasy / Romantic fantasy / Science fantasy. Science-fiction : Anticipation / Cyberpunk / Hard-science ou voyage dans le temps (au choix) / Space opéra / Steampunk / Uchronie.

Catégorie D : Elfe de l’incontournable – Vous lirez ce que vous voudrez durant ce challenge dans le genre que vous voulez MAIS il vous sera obligatoire de lire 3 livres écrits par des auteurs que l’on qualifie de « classiques » de l’imaginaire. Les incontournables quoi. »

Je choisis la Catégorie A : Ange gardien de la simplicité (pour être tranquille, enfin je veux dire libre de mes lectures !) mais il est possible que j’honore la catégorie D car il existe aussi un challenge Classiques 😉

Mes lectures pour ce challenge

1. L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederik Peeters (Delcourt, 2018, France)

2. The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu (Kazé, 2018, Japon)

3. Edgar Allan Poe et nouvelle traduction de ses nouvelles (billet spécial)

4.  Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher (Glénat, 2017, France)

5.

6.

7.

8.

9.

10.

11.

12.

+ ?

Miss Pook et les enfants de la lune de Bertrand Santini

Miss Pook et les enfants de la lune de Bertrand Santini.

Grasset Jeunesse, novembre 2017, 190 pages, 13,90 €, ISBN 978-2-246-86055-6.

Genres : littérature jeunesse, fantastique, fantasy.

Bertrand Santini naît à Aix en Provence et travaille d’abord comme graphiste (affiches de cinéma) puis comme scénariste (séries animées) avant de devenir auteur : plusieurs albums illustrés pour la jeunesse et des romans, Le Yark (2011), Jonas le requin mécanique (2014) et Hugo de la nuit (2016) qui ont reçu des prix littéraires.

La Tour Eiffel construite pour l’Exposition universelle doit être démontée en 1909 mais Gustave Eiffel la veut immortelle. Le 2 décembre 1907, la dame de fer, alors rouge de Venise, est repeinte en jaune-brun, une couleur moins tape-à-l’œil. Le même jour, Hector Dubenpré, riche industriel, achète une automobile et son épouse, Georgette, engage Miss Pook, une gouvernante anglaise, pour leur fille de dix ans, Élise. Miss Pook voyage avec un cerf-volant dragon enchanté, Goldorillon, et emmène la fillette sur la lune où vivent des créatures légendaires. Rêve d’Élise ou réalité ? « Vous êtes la nounou la plus magique de tout l’univers ! s’exclama Élise. » (p. 36).

Mes trois passages préférés

« L’humanité est un îlot de bêtise et de superstition, vois-tu, et les adultes s’évertuent à transmettre leur ignorance à leurs enfants. Cela explique pourquoi cette espèce évolue si lentement. » (p. 60).

« Ces aventures ont révélé la force qui est en toi. Les cauchemars ne sont pas aussi malfaisants qu’on croit. Bien au contraire ! Il faut être à leur écoute. Ce sont de précieux alliés. Ils alertent des périls qui rôdent autour de soi, mais aussi en soi ! N’oublie jamais cela : si l’ombre et les ténèbres te font dresser les cheveux sur la tête, c’est pour mieux t’aider à grandir. » (p. 116).

Un passage à lire absolument ! « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs ! L’arrivée des véhicules à moteur peut être saluée comme le plus grand des progrès ! Non seulement la locomotion mécanique bouleversera nos relations avec le temps et l’espace, mais elle nous permettra de respirer à nouveau ! Oui, enfin Paris sera bientôt débarrassé des voitures à chevaux, attelages bruyants qui sèment par nos rues ces déjections nocives pour la respiration ! Voyez ! Sentez ! La fumée des moteurs n’est ni malsaine, ni malodorante, comparée au crottin qui exhale de titanesques tourbillons morbides et suffocants. Rouler en voiture mécanique, c’est servir le futur de l’humanité. Alors, vive l’automobile qui offrira à Paris un air pur et sain, vive l’avenir et gloire au génie du genre humain ! » (discours de Hector Dubenpré, P. 15). Je n’ai qu’un mot à dire : oups !

J’avais repéré ce roman grâce à sa couverture (belle et sombre) à sa parution mais il y a tant et tant de romans qu’il est passé à la trappe… Lorsque j’ai appris mercredi dernier qu’il avait reçu le Prix Elbakin 2018, j’ai eu envie de le lire et coup de chance, il était disponible à la bibliothèque !

Une très belle lecture jeunesse, rythmée, charmante, qui fait réfléchir (voyez avec les trois extraits ci-dessus), nourrie de beaucoup de références et qui enchante, réellement ! J’ai hâte de lire la suite de ce roman magique, initiatique, merveilleux (pour employer l’ancien mot qui était utilisé pour conte, mythe, légende, épopée, fable, surnaturel et finalement fantasy).

Pour les Challenge de l’épouvante (jeunes lecteurs), Challenge de l’été, Jeunesse & Young Adult, Littérature de l’imaginaire et S4F3 #4.

La chute de la Maison aux Flèches d’Argent d’Aliette de Bodard

La chute de la Maison aux Flèches d’Argent d’Aliette de Bodard.

Fleuve, collection Outre-Fleuve, janvier 2017, 512 pages, 21,90 €, ISBN 978-2-26511-633-7. Je l’ai lu en poche : Pocket, collection Imaginaire Fantasy, décembre 2017, 542 pages, 8,60 €, ISBN 978-2-266-28371-7. The House of Shattered Wings (2015) est traduit de l’américain par Emmanuel Chastellière.

Genres : science-fiction, fantasy.

Aliette de Bodard, bien que née à New York aux États-Unis, le 10 novembre 1982, est issue d’une famille noble française ; elle a grandi et étudié en France. Nouvelliste et romancière, elle a reçu de nombreux prix littéraires. Elle écrit en anglais et est traduite en français, ce qui lui permet de toucher les lecteurs anglophones et francophones. La chute de la Maison aux Flèches d’Argent, premier tome de la série Dominion of the Fallen, a reçu le Prix British Science-Fiction 2015. Plus d’infos sur son site officiel, https://aliettedebodard.com/ (en anglais).

En 1914, la Grande Guerre magique a opposé les Grandes Maisons – et leurs subordonnés dans les colonies – et tout est détruit. Les survivants évoluent dans Paris en ruines 60 ans après cette guerre. Philippe, un Annamite, un Immortel de la Cour de l’Empereur de Jade devenu presque mortel, et Ninon, une magicienne vivant dans un gang de rues, les Mambas rouges, cherchent à manger et des produits à revendre dans les décombres d’un grand magasin. Mais c’est une jeune Déchue qu’ils découvrent. « De près, le corps était vraiment dans un état pitoyable : des os cassés, et pas toujours de façon nette ; les mains écartées au-dessus de poignets disloqués ; le torse couvert de fluides inconnus et de sang. » (p. 14). Mais Séléné de la Maison Flèches d’Argent a senti la présence de la jeune Déchue et, récupérant le corps encore en vie malgré la lourde Chute, fait prisonnier Philippe. Séléné nomme la Déchue Isabelle et celle-ci ressent un lien avec Philippe qui, par la magie, est prisonnier dans Notre-Dame. « La Maison […] était une demeure immense et tentaculaire […] s’étirant sur toute l’île de la Cité, en grande partie dévastée. » (p. 52).

Parmi les personnages principaux, Séléné, Isabelle, Madeleine, Emmanuelle, Oris, Asmodée…, Philippe est mon préféré. « Il était encore suffisamment Immortel pour que son corps ne vieillisse pas, pour que ses pouvoirs soient toujours là, mais… » (p. 90).

Nous sommes dans un roman bien spécial…

– à la fois de science-fiction post-apocalyptique mais se déroulant dans le passé (1914 pour la Grande Guerre magique, 60 ans plus tard donc années 1970 pour nos personnages ce qui correspond à une uchronie) ;

– à la fois d’urban fantasy, c’est-à-dire fantasy urbaine : fantasy pour la magie et le surnaturel, urbaine pour le récit en centre urbain (Paris).

Et le roman est finalement un mélange de science-fiction, de fantasy et de fantastique !

J’ai eu cette impression étrange que le sort des Anges Déchus (les mêmes que ceux de la Bible) était véritablement lié aux humains et aux créatures vivant sur Terre ou créées comme les héros, les chimères… « Étoile-du-Matin. Lucifer. Le Porteur de Lumière, le Flamboyant, le Premier Déchu. » (p. 65).

Le pouvoir et la religion (une religion différente de celle qu’on connaît) sont les thèmes principaux de ce roman dans une cité en ruines… « C’est une ville fragile. Nous cherchons à éviter une nouvelle guerre des Grandes Maisons tout en guettant le moindre avantage. Personne ne voudrait faire de nouveau la guerre, bien sûr. Mais si nous avons l’occasion, même infime, de faire chuter les autres, si nous pouvons donner une leçon d’humilité à nos rivaux et même à nos alliés… nous la saisirons sans hésiter, et sans un regard en arrière. » (p. 166-167). Et qui va certainement le rester… « Il avait toujours su que les Maisons étaient corrompues, que leur pouvoir était bâti sur la mort et le sang ; mais trahir les siens… » (p. 305).

J’ai dévoré ce roman en un weekend, 10 chapitres le samedi (240 pages) et 14 chapitres le dimanche (300 pages) et j’ai hâte de lire la suite !

Une lecture pour le Challenge de l’été, Chaud Cacao (session 2) et Littérature de l’imaginaire.

La quête onirique de Vellit Boe de Kij Johnson

La quête onirique de Vellit Boe de Kij Johnson.

Le Bélial, février 2018, 200 pages, 17,90 €, ISBN 978-2-84344-929-1. The Dream-Quest of Vellitt Boe (2016) est traduit de l’américain par Florence Dolisi.

Genres : littérature américaine, fantasy.

Kij Johnson naît le 20 janvier 1960 à Harlan dans l’Iowa (États-Unis). Elle est nouvelliste et romancière de fantasy et de science-fiction et a reçu plusieurs prix prestigieux (Hugo, Nebula, Theodore Sturgeon, World Fantasy). La quête onirique de Vellitt Boe a d’ailleurs reçu le World Fantasy Award 2017. Plus d’infos sur son site, http://www.kijjohnson.com/.

Vellitt Boe, 55 ans, est professeure depuis vingt ans au Collège (Université) de femmes d’Ulthar. Mais ce matin-là, branle-bas de combat : Clarie Jurat, la meilleure étudiante, s’est enfuie avec un homme à trois mois des examens ! « Une fille superbe, brillante, volontaire, charismatique, avec de grands yeux rieurs […]. » (p. 12). L’homme s’appellerait Stephan Heller et viendrait du monde de l’éveil. Mais le père de Clarie est l’un des administrateurs du Collège et il peut non seulement fermer le Collège mais aussi « bannir les femmes de l’Université. » (p. 19). Or, Vellitt était une grande voyageuse par le passé et elle a connu un habitant du monde de l’éveil, elle va donc poursuivre les amants pour ramener Clarie. « Elle déterra d’abord tout au fond de son armoire un petit sac de cuir fripé dont émanait un vague parfum de pluies d’antan et de terres lointaines. Ensuite, elle retrouva ses vieilles bottes et son bâton de marche noueux taillé dans du bois noir. » (p. 27). Bizarrement, un chaton noir la suit dans son dangereux périple, un chaton avec des « yeux verts, attentifs et brillants » (p. 45).

Le monde (irréel ? réel ?) de Vellit Boe est bien planté : il est possible de suivre son voyage sur la jolie carte en couleurs (qui se situe sur les 2e et 3e de couverture) et d’avoir une petite idée supplémentaire grâce aux belles illustrations de Nicolas Fructus (un dessinateur lyonnais né en 1970 et qui a déjà illustré des œuvres de Lovecraft). Attention aux créatures peu amicales (c’est peu de le dire !), gugs, zoogs, goules, ghasts, oiseaux shantaks, sans parler des « monstres innommés » (p. 127). Malgré ces êtres cauchemardesques, la lecture est très agréable, l’aventure est épique et le lecteur palpite avec Vellitt Boe qui retrouve d’anciennes connaissances. Si vous avez envie de quitter le monde des rêves pour découvrir le monde de l’éveil, il faudra vous rendre dans la peu connue et très éloignée cité d’Ilek-Vad et trouver un passage au péril de votre vie vers le monde de l’éveil, bref celui des humains (réel ? irréel ?).

Les lecteurs de H.P. Lovecraft reconnaîtront des noms de lieux (Ilek Vad…) et de personnages (Randolph Carter…) puisque La quête onirique de Vellitt Boe est un pendant féminin à La quête onirique de Kadath l’inconnue ou À la recherche de Kadath (The Dream-Quest of Unknown Kadath, longue nouvelle écrite en 1926-1927 mais publiée en 1943) : Kij Johnson explique ses inspirations et ses motivations dans un très instructif entretien dans lequel elle déchiffre parfaitement bien l’œuvre de Lovecraft (p. 179-191). Dans ce roman miroir, Kij Johnson s’attache à la condition des femmes, elle leur permet de réfléchir, de prendre des décisions, d’étudier, d’enseigner, de voyager (ce qui n’était pas le cas chez Lovecraft, une autre époque…) mais sans tomber dans le féminisme à tout prix. J’ai très envie de lire Un pont sur la brume, son premier titre paru en France, chez Le Bélial en 2016 : attendez-vous à le voir passer sur mon blog cet été car je sais qu’il est à la bibliothèque !

Quelques petites fautes comme « Julat » au lieu de « Jurat » p. 97 ou « surout » au lieu de « surtout » (p. 137), des fautes d’étourderie mais c’est dommage dans une jolie édition illustrée comme celle-ci. Et puis les littératures de genre reçoivent pas mal de critiques négatives alors ce serait bien que leur contenu soit irréprochable.

Ce qui m’a le plus marquée : la transformation du gug en Buick !

Et ma phrase préférée : « Personne ici ne dit aux gens ce que signifie leur existence, et ce que signifie leur monde. » (p. 168).

Une lecture pour le Challenge de l’été, le Challenge Chaud Cacao, Jeunesse Young Adult #7 (pas classé en YA mais il correspond), Littérature de l’imaginaire, Rentrée littéraire janvier 2018 et S4F3 #4.

Challenge Chaud Cacao 2018

Le challenge Chaud Cacao ? … Acte 1 : j’ai vu passer Chaud Cacao sur un blog et je me demandais ce qu’était ce challenge au nom si bizarre. Acte 2 : Audrey a répondu sans le savoir à ma question avec son billet d’inscription à ce challenge. Acte 3 : je m’inscris aussi !

Je ne connaissais pas l’organisatrice de ce challenge, Patatras, une booktubeuse. Chaud Cacao – qui n’a en fait rien à voir avec le chocolat chaud ! – dure du 23 juin au 22 septembre 2018 et concerne les romans de science-fiction, de fantasy et de fantastique, en particulier les finalistes du PLIB (alors le PLIB, c’est le Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktubers) mais pas que.

Plus d’infos sur la vidéo ci-dessous (chaîne YouTube de Patatras) et sur le groupe FB (que je vais demander à rejoindre).

Mes lectures pour les 3 sessions (chacune dure d’un mois)

Session 1 du 23 juin au 22 juillet : c’est pas la taille qui compte = lire le plus de petits romans possible (moins de 300 pages) avec Séoul zone interdite de JUNG Myeong-seop (Decrescenzo, 2018, Corée du Sud) et La quête onirique de Vellit Boe de Kij Johnson (Le Bélial, 2018, États-Unis) et Nous d’Evgueni Zamiatine (Actes Sud, 2017, Russie).

Session 2 du 23 juillet au 22 août : cocorico = lire le plus d’auteurs francophones avec La chute de la Maison aux Flèches d’Argent d’Aliette de Bodard (Fleuve, 2017, France) et Terminus radieux d’Antoine Volodine (Seuil, 2014, France) et Ann Radcliffe contre les vampires (Ville-Vampire) de Paul Féval (Les Moutons électriques, 2018, France) et Sovok de Cédric Ferrand (Les Moutons électriques, 2015, France) et Le camphrier dans la ville flottante de Nicolas Labarre (Les Moutons électriques, 2018, France) et Le guide Lovecraft de Christophe Thill (ActuSF, 2018) et La 25e heure (première enquête) de Feldrik Rivat (L’homme sans nom, 2015) et Le Chrysanthème noir (seconde enquête de la 25e heure) de Feldrik Rivat (L’homme sans nom, 2016, France).

Session 3 du 23 août au 22 septembre : la suite dans le prochain épisode = lire le plus possible de suites et de fins de sagas (les tomes 1 ne comptent pas) avec Clementine (Le siècle mécanique, 2) de Cherie Priest (Eclipse, 2013, États-Unis). Le tombeau d’Hercule (une aventure de Wilde et Chase, 2) d’Andy McDermott (Bragelonne, 2018, Angleterre). Dreadnought (Le siècle mécanique, 3) de Cherie Priest (Eclipse, 2013, États-Unis).

Je me réjouirais si ce challenge et le S4F3 #4 pouvaient vous donner envie de lire de la littérature de l’imaginaire cet été 🙂

Challenge Summer Short Stories of SFFF #4

Vu chez Tigger Lilly, le Summer Short Stories of SFFF que je ne connaissais pas ou alors j’avais zappé… Ce challenge estival est géré par Lutin du blog Albédo, univers imaginaires (il me semble avoir déjà aperçu ce blog) et il en est à sa quatrième saison. En fait, ce challenge était entre 2015 et 2017 sur Les lectures de Xapur. Le surnom de ce challenge est S4F3 pour Summer Short Stories Science (= 4 S) et Fiction Fantasy Fantastique (= 3 F) donc en 2018, c’est le S4F3 #4 et il se déroule durant l’été, du 21 juin au 23 septembre.

L’objectif est de lire des livres de tous les genres de l’imaginaire : science-fiction, fantasy, fantastique (SFFF), horreur, etc., de moins de 350 pages : romans, recueils de nouvelles et anthologies (ne sont pas pris en compte les nouvelles à l’unité, les novellas de moins de 80 pages, les revues et magazines, les comics et bandes dessinées). Plus d’infos, logo et inscription sur Albédo ici et pour déposer les liens ici.

J’ai très envie de participer !

Mes lectures pour ce challenge

1. Le Club Vesuvius (Une aventure de Lucifer Box, 1) de Mark Gatiss (Bragelonne, 2015, 264 pages, Bragelonne poche, 2018, 300 pages)

2. Le Novelliste #1 – De cuivre et d’ambre de Dominique Warfa1 : c’est un mook, recueil de nouvelles (Flatland, 2017, 208 pages)

3. La quête onirique de Vellit Boe de Kij Johnson (Le Bélial, 2018, 200 pages)

4. Dans la forêt de Jean Hegland (Gallmeister,  2017, 304 pages)

5. Nous d’Evgueni Zamiatine (Actes Sud, 2017, 233 pages)

6. Le Novelliste #1 – les nouvelles anglaises (Flatland, 2017, 208 pages)

7. Ann Radcliffe contre les vampires (Ville-Vampire) de Paul Féval (Les Moutons électriques, 2018, 144 pages)

8. Sovok de Cédric Ferrand (Les Moutons électriques, 2015, 224 pages)

9. Le camphrier dans la ville flottante de Nicolas Labarre (Les Moutons électriques, 2018, 256 pages)

10. Le guide Lovecraft de Christophe Thill (ActuSF, 2018, 216 pages)

11. Apparences de Lydia Le Fur (auto-édition, 2017, 204 pages)

12. Viens, mon beau chat de Gaia Guasti (Thierry Magnier, 2018, 112 pages)

13. Miss Pook et les enfants de la lune de Bertrand Santini (Grasset Jeunesse, 2017, France)