La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald

BibCoeursCabossesLa bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald.

Denoël, Hors collection, janvier 2015, 496 pages, 21,90 €, ISBN 978-2-207-11775-0. Läsarna i Broken Wheel rekommenderar (2013) est traduit du suédois par Carine Bruy.

Genre : littérature suédoise .

Katarina Bivald habite à Älta en Suède. La bibliothèque des cœurs cabossés est son premier roman et son deuxième roman, Uneasy Rider, est sorti en Suède en août 2015. Plus d’infos sur son site officiel, http://katarinabivald.se/en/.

Sara Lindquist, 28 ans, vendeuse dans une librairie de banlieue depuis dix ans, vit à Haninge en Suède. Elle correspond depuis plus de deux ans avec Amy Harris, une Américaine de 65 ans, qui vit à Broken Wheel en Iowa et qui partage sa passion de la lecture. Lorsqu’elle perd son travail, Sara se rend aux États-Unis mais elle ne comprend pas pourquoi Amy ne vient pas la chercher à la gare de Hope comme prévu. « Qu’allez-vous faire là-bas ? – Lire. Il secoua la tête. – Des vacances en quelque sorte, ajouta-t-elle. » (p. 12). Broken Wheel est une ville de 637 habitants, entourée de maïs, poussiéreuse, délabrée et « déprimante » (p. 50). En fait Amy est morte, enterrée le jour de l’arrivée de Sara et ses amis l’installent dans la maison vide parce que c’est ce qu’Amy aurait voulu. Sara n’a pas de vie en dehors de la lecture et elle n’a pas d’amis alors pourquoi ne pas rester un peu ? « Les livres lui avaient servi de remparts, oui, mais pas seulement. Ils l’avaient protégée du monde extérieur en le réduisant à une espèce de vague toile de fond bien moins tangible que les aventures fictives dont elle se délectait. » (p. 30). Pour les habitants, au demeurant charmants, Sara est une distraction mais ils souhaitent aussi la divertir. Comment ? Les seules distractions sont les champs de maïs ou de soja, la forêt de chênes et… Tom le célibataire de la ville !

ChallengeLitteraturePaysFroidsDeux extraits

« Es-tu certaine de vouloir ouvrir une librairie ? demanda Andy. – Je pense que tu devrais plutôt nous laisser organiser un pique-nique sympa, suggéra Jen. Ou pourquoi pas une excursion en forêt. » (p. 117).

« Les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? » (p. 189).

DefiPremierRoman2016Pas de doute, La bibliothèque des cœurs cabossés est un roman aussi charmant que les habitants de Broken Wheel ! Un peu long certes (près de 500 pages) mais finalement, je ne me suis pas ennuyée et je l’ai lu en trois fois. Bien que Sara soit le personnage central de ce roman, la ville, ses habitants et le marasme économique sont extrêmement bien imaginés et décrits. L’auteur aurait-elle séjourné dans une petite ville paumée des États-Unis ? La part belle est bien sûr faite aux livres et à la lecture, comme un acte qui transforme les gens et leur vie banale voire triste. C’est beau et jubilatoire. L’histoire d’amour est VoisinsVoisines2016somme toute classique mais elle fait plaisir et réjouit réellement. En plus, la couverture est vraiment mignonne (même s’il n’y a pas de chat dans le roman). Pas trop de bons sentiments comme je le craignais au vu de certaines critiques négatives. Pas un coup de cœur mais des personnages attachants, une lecture plaisante et parfois amusante.

FeelGood2J’ai vu qu’il existe un challenge Littérature des pays du froid chez Bouquinette, en cours jusqu’au 1er mai 2016. Je ne m’y suis pas inscrite (tant de challenges !) mais je vais signaler ce chouette roman suédois. 😉

De plus, je mets cette agréable lecture dans le Défi premier roman, dans le challenge Voisins Voisines (Suède) et évidemment dans le challenge Feel good !

Publicités

Le chat et moi de Nils Uddenberg

[Article archivé]

Le chat et moi est un roman de Nils Uddenberg paru aux Presses de la Cité en juin 2014 (165 pages, 21 €, ISBN 978-2-258-10915-5). Guben och Katten (2012) est traduit du suédois par Carine Bruy.

Genres : littérature suédoise, roman autobiographique, essai.

Nils Uddenberg est né le 27 juillet 1938 à Lund (Suède). Il a été professeur de psychiatrie et de philosophie empirique. Il a écrit plusieurs ouvrages (psychiatrie, philosophie, sciences humaines, mythes, bonheur) mais Le chat et moi est sa première fiction.

Ce roman est joliment illustré par Ane Gustavsson. Elle est aussi musicienne (altiste) et elle vit à Arvika dans le Värmland (Suède).

En octobre, l’auteur, retraité, et son épouse rentrent d’un voyage en Namibie (Afrique) et retrouvent leur maison à Lund (Suède). Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir un chat dans leur jardin ! « […] j’ai vu un chat assis sur le portail, qui me considérait de ses grands yeux jaunes et ronds. C’était un petit animal tigré brun et gris, sans aucune tache blanche. » (p. 9-10). « Les yeux des chats ont quelque chose de particulier. » (p. 11). L’animal est attendrissant mais l’auteur ne veut pas du tout de chat ! Il pense que son « style de vie est tout simplement incompatible avec le fait d’avoir un chat. » (p. 13). Mais le petit chat ne se formalise pas, il reste là et comme l’hiver approche, il est inconcevable pour le couple de laisser mourir l’animal. « […] nous étions cuits ! Son art de la séduction avait brisé notre résistance. Il avait gagné. Je pense même qu’il n’avait jamais douté de sa victoire finale. Sinon, il n’aurait pas fait preuve d’une détermination si méthodique. » (p. 21). Et voilà Minette, puisque c’est une femelle, installée dans leur maison et dans leur vie ! « Les chats peuvent supporter beaucoup de choses. Mais lorsqu’ils ont le choix entre le bon et le meilleur, ils choisissent le meilleur. » (p. 50). « Minette, elle, est un cadeau de la vie. » (p. 63). « J’ai tellement soif de comprendre Minette […] ». (p. 125).

Déformation professionnelle oblige, l’auteur – qui était médecin psychiatre – analyse son comportement, le comportement de Minette et leurs relations. On humanise nos chats mais nous comprennent-ils ? Sont-ils reconnaissants ? Aimants ? Ont-ils une vie psychique semblable à la nôtre comme le pensait Doris Lessing ? Cet ouvrage, mi-roman (autobiographique) écrit sur un ton humoristique mi-essai se lit avec plaisir (surtout quand on est un amoureux des chats !) mais, même si l’auteur cite Montaigne, T.S. Eliot, Doris Lessing, Jean Cocteau…, je suis un peu restée sur ma faim : il est trop court et se termine d’un coup. Cependant, la lecture est agréable, le propos est à la fois mignon et instructif alors je me suis laissée attendrir moi aussi !

Une lecture pour les challenges ABC critiques 2013-2014 (lettre U), A reading’s week, Le mélange des genres (catégorie Autobiographie et témoignage) et Premier roman. Pour le chat : Animaux du monde, Petit Bac 2014 (catégorie Animal) et Totem. Pour la Suède : Nordique, Tour du monde en 8 ans et Voisins voisines.