Bel abîme de Yamen Manai

Bel abîme de Yamen Manai.

Elyzad (site en cours de maintenance), septembre 2021, 120 pages, 14,50 €, ISBN 978-2-49227-044-4.

Genres : littérature tunisienne, roman.

Yamen Manai naît le 25 mai 1980 à Tunis (Tunisie) dans une famille cultivée (parents professeurs). Dès l’enfance, il aime la lecture et la poésie. Il étudie les nouvelles technologies de l’information à Paris et écrit en français. Ses romans – qui ont reçu plusieurs prix littéraires – sont considérés comme des contes philosophiques qui amènent les lecteurs à réfléchir (dictatures, fanatismes religieux, écologie). Du même auteur, les deux très beaux romans, La marche de l’incertitude (2010) et La sérénade d’Ibrahim Santos (2011) et L’amas ardent (2017) que je n’ai pas lu.

La voix est celle d’un adolescent de 15 ans arrêté pour avoir tiré avec un fusil sur quatre hommes (qu’il a blessés). « Mon avenir était déjà condamné bien avant tout ça. Pourquoi ? Parce que je suis né ici, dans ce pays, parmi ces gens, parmi vous. » (p. 12). En prison, il répond aux questions de son avocat, maître Bakouche. Puis à celle d’un psy, le docteur Latrache. « Qu’on reprenne les choses dans l’ordre ? Quel ordre donnez-vous aux choses ? Dans ce pays sens dessus dessous, vous me semblez bien sûr de vous. » (p. 17).

Comme pratiquement tous les enfants qu’il connaît, il est battu dès l’enfance, par son père, professeur à l ‘université, par sa mère, par son grand frère… « Mais quand Bella est arrivée dans ma vie, je rêvais qu’elle était à mes côtés. » (p. 28). Enfin un peu d’amour dans sa vie.

Ce récit, dur, poignant, c’est « une déferlante de violence » (p. 31-32), « une folie contagieuse » (p. 32) parce que cet ado sensible (à la cause animale et à l’écologie, mais pas que) raconte des scènes de violence vraiment atroces comme ce caméléon jeté vivant dans un feu (p. 33) ou la façon dont les animaux du zoo sont traités (p. 35-36) ou la façon dont les enfants sont maltraités par tous (parents, frères plus grands, professeurs…).

Et malgré toutes ces horreurs, il développe de l’humour. « Vous connaissez Tchekhov, monsieur Bakouche ? […] Non, ce n’est pas la marque d’une vodka, c’est un écrivain russe. » (p. 38).

Mais, le drame… « Bella était mon amie. Bella était mon amour. Bella était tout ce qui a compté et qui ne comptera plus. » (p. 44).

Ce roman raconte la violence de tout un pays, la violence d’humains imbus d’eux-mêmes et de leur petit savoir, la violence que supportent les mal-aimés, ceux qui ne mouftent pas, ceux qui baissent la tête, ceux qui se laissent martyriser parce qu’il n’ont pas d’autres solutions… Bien sûr, tout cela est affreux mais l’auteur et le narrateur ado insistent bien sur Bella, c’est elle l’élément central, l’élément déclencheur, et si j’ai pleuré c’est sur son funeste sort… pas sur les humains.

Cet ado, malheureux comme les pierres, qui n’a pas sa langue dans sa poche, est d’une grande lucidité. « C’est grâce à Bourguiba. […] Mais si c’est un homme qui a libéré toutes ces femmes, c’est qu’elles n’étaient pas prêtes. Il fallait que ces femmes se libèrent elles-mêmes et d’elles-mêmes. » (p. 68-69). « J’espérais que ma mère se libère bien davantage. Ce n’est pas parce qu’elle travaillait qu’elle était libre. Sa vie était une forme d’esclavage. […] J’aurais tant aimé qu’elle se soulève, qu’elle se dresse contre les abus du paternel, pas forcément ceux qu’il commettait à mon égard, mais déjà ceux qu’il lui faisait subir. J’aurais aimé qu’elle lui réclame sa part de bonheur, d’amour […]. » (p. 70).

Bel abîme est le premier roman de cette rentrée littéraire d’automne que je lis. Il est construit comme un monologue puisque l’adolescent (dont on ne connaît pas le (pré)nom) répète les questions qui lui sont posées (par l’avocat ou le psy) avant d’y répondre (sincèrement et en dénonçant la violence et l’injustice). Ce roman court (à peine plus de 100 pages) est d’une rare intensité et suscite une grande émotion tant il est bouleversant.

Une lecture pour Challenge de l’été #2 (Tunisie) et À la découverte de l’Afrique (Tunisie).

Willis from Tunis – 10 ans et toujours vivant ! de Nadia Khiari

Willis from Tunis – 10 ans et toujours vivant ! de Nadia Khiari.

Elyzad (site en cours de maintenance… voir la page FB), décembre 2020, 296 pages, 27 €, ISBN 978-9-97358-126-6.

Genre : bande dessinée tunisienne.

Nadia Khiari naît le 21 mai 1973 à Tunis (Tunisie). Elle étudie les arts plastiques à Aix en Provence (France) et devient professeur d’arts plastiques à Tunis. Elle est dessinatrice, peintre et elle crée le chat Willis from Tunis en janvier 2011.

Willis from Tunis est un matou qu’utilise Nadia Khiari pour commenter avec humour la révolution sur les réseaux sociaux. Je n’ai malheureusement pas lu ses précédents tomes auto-édités : Chroniques de la révolution (2011), Willis from Tunis 2 (2012) et Manuel du parfait dictateur (2015). Mais je pense que ce n’est pas gênant pour lire 10 ans et toujours vivant.

Donc je découvre Willis même si j’avais lu quelques articles sur lui et son autrice car ils furent largement plébiscités et récompensés. Nadia Khiari, c’est « une sorte de Louise Michel, porte parole de la société civile tunisienne… Et porte parole des femmes » (Plantu dans sa préface, p. 7). Siné dit que Nadia est « couillue » et que Willis est « anar, mal embouché, alcoolo, volontiers libidineux, révolutionnaire et n’a peur de rien non plus ! » (p. 65). Quant à Nadia Khiari, voici ce qu’elle dit : « La révolution, c’est bon mais c’est long. » (p. 9), eh oui, 10 ans après, Willis et son humour grinçant sont toujours là.

Cette bande dessinée épaisse (presque 300 pages) est un florilège des dessins parus entre le 13 janvier 2011 (le tout premier) et le 23 août 2020, et pour chaque début d’année, l’autrice publie un article qui résume la situation.

Quelques extraits.

2011. « Après l’ivresse de la révolution… La gueule de bois de la révolution… Merde… Merde… Meeeerde… » (18 novembre 2011, p. 35).

2012. « Hé patron, y a un artiste qui nous aime pas ! Faut vite le coffrer !! – Il a atteint au sacré ? – Non. – Il paye ses impôts ? – Oui. – Il picole ? – Non. – Des chèques impayés ? – Non. – Une vie sexuelle débridée ? – Non. – Il fume des pétards ? – Non. – T’es sûr que c’est un artiste ? » (30 juin 2012, p. 53).

2013. « Un cocktail molotov, c’est comme une bouteille à la mer… Mais dans ta gueule !! » (25 juin 2013, p. 81).

2014. « Que peut-on espérer en 2014 ? – Fais un vœu. – Fais pas chier. » (1er janvier 2014, p. 95).

2015. « En cas de crise, trouvez un bouc émissaire. – Les femmes sont la cause de nos problèmes, de la décadence, du chômage ! – Alors, pourquoi on en veut 4 ? » (24 décembre 2015, p. 146).

2016. « Couvre feu en famille… – Pourquoi vous m’avez fait naître dans ce monde de merde ? Hein ? – On t’a fabriqué pendant le couvre feu de janvier 2011… On y croyait encore. » (23 janvier 2016, p. 155).

2017. « Plus de la moitié des jeunes Tunisiens veulent émigrer… Et les autres… – Mais maman, donne moi mon passeport !! – Jamais ! Tu es à moi ! À moi !! » (29 mars 2017, p. 181) mais je ne résiste pas à en mettre un deuxième : « 35 % des jeunes sont au chômage… – Une solution, M. le président ? – Qu’ils vieillissent. Vite. » (5 mai 2017, p. 183).

2018. « ‘Utopie’ = mot inventé par Thomas More, en 1516, dans son livre ‘Utopia’ et signifie ’lieu qui n’est nulle part’. – Je connais, j’y vais tous les ans en vacances. » (5 octobre 2018, p. 2015).

2019. « T’as entendu les révélations sur les tentatives de coup d’État ? – Oui, c’est fou ! On aurait donc un État ?! » (4 septembre 2019, p. 241).

2020. « Aujourd’hui, je vois tout en noir… Fais-moi rire STP. – Il faut faire confiance à l’État. – Hahahahaha » (25 avril 2020, p. 275).

En fait, en lisant, je me suis dit que j’allais choisir un dessin par an mais j’étais limitée car il fallait que le texte soit compréhensible (et amusant) sans le dessin. C’est pourquoi je vous invite à découvrir vous-mêmes cette excellente bande dessinée inspirée et drôle.

Que je mets dans La BD de la semaine et les challenges BD et Des histoires et des bulles (catégorie 19, une BD de plus de 200 pages mais elle aurait pu entrer dans la catégorie 8, une femme scénariste et illustratrice et dans la catégorie 13, des animaux comme personnages). Plus de BD de la semaine chez Stéphie (lien à venir).

La marche de l’incertitude de Yamen Manai

[Article archivé]

La marche de l’incertitude est un roman de Yamen Manai paru aux éditions Elyzad (Tunisie). D’abord paru en 2008 (Elzévir), ce roman est repris par Elyzad dans une « édition revue par l’auteur » en poche en novembre 2010 (162 pages, 6,70 €, ISBN 978-9973-58-029-0). Il a reçu le Prix Comar d’Or 2009 (Tunisie) et le Prix des Lycéens Coup de cœur de Coup de soleil 2010 (France).

Yamen Manai est né en 1980 à Tunis. Il a fait ses études en France et vit à Paris. Il est ingénieur (nouvelles technologies de l’information) et La marche de l’incertitude est son premier roman. Du même auteur : La sérénade d’Ibrahim Santos (2011).

Marie Rimbaud a 15 ans, elle est amoureuse d’un garçon de son collège qui ne lève pas la tête des livres, elle devient anorexique. « Elle fanait comme une fleur qui perdait chaque jour un nouveau pétale. » (page 11). Sa mère l’emmène consulter un marabout africain qui leur vend un œuf spécial. Mais l’œuf est mangé en omelette par le beau-père de Marie et la mère, désespérée, envoie sa fille dans un internat. Pour conjurer sa peur du surnaturel, de l’irrationnel, l’adolescente se lance à fond dans l’étude des mathématiques au point d’obtenir plusieurs diplômes et de grandes fonctions.

Christian, orphelin adopté par un colonel à la retraite, a fait des études scientifiques. S’il réussit dans ses recherches sur l’antimatière, il sera nobélisable, mais en attendant il a besoin d’aide. Son professeur lui donne le numéro d’une « brillante mathématicienne » qui pourra résoudre son équation.

Ne pensez pas que les mathématiques et les sciences rendent ce roman compliqué et rébarbatif ! Au contraire, tout coule de source ! Et l’auteur, qui se définit comme un humaniste raconte très bien, avec son écriture fine et délicate, l’histoire de chacun et comment elle interfère dans l’histoire des autres. Car si le hasard fait que Marie et Christian se revoient 11 ans après leur première rencontre, il touche aussi d’autres personnes qui leur sont proches ou pas (encore). Il y a le colonel Boblé qui a élevé Christian comme un fils sans savoir d’où il venait ; Marcel un ouvrier d’usine qui part à la retraite et qui va ouvrir un magasin de fleurs ; Rima qui vit seule depuis que Milan Maratka, un peintre tchèque ayant vécu à Paris dans les années 70, l’a abandonnée pour retourner dans son pays ; Moussa qui a 20 ans et quitte subitement Tunis pour Paris.

La marche de l’incertitude est un beau roman sur l’amour. Il met en avant le hasard qui fait les rencontres, les séparations et les retrouvailles. Marie, Christian et les autres vont de l’avant : ils marchent, mais ils ne se connaissent pas et ne connaissent pas leur avenir : ils sont dans une perpétuelle incertitude. Les relations qu’ils vont tisser les uns les autres vont rendre cette incertitude obsolète et l’amour possible.

D’ailleurs, j’aime beaucoup la couverture, avec ce point central bleu (les yeux de Marie) et ces itinéraires, ces vies, qui l’entourent, se croisent, se perdent et se retrouvent, un jour, quelque part, plus loin, ailleurs. « Il repensa longuement au regard bleu de l’amour. Oui, c’est dans un tel regard que la magie les mêle, c’est dans un tel regard que naît l’alchimie des mots. » (page 83).

Ayant pris du retard dans mes lectures et dans la rédaction de mes notes de lecture, je suis à vrai dire en retard pour poster celle-ci… Mais aujourd’hui, ça tombe bien car je peux annoncer un événement lillois (même si je suis très loin de Lille).

Ce soir, donc, à 18 h 30, à l’Auditorium du Palais des Beaux-Arts (Place de la République, Lille), une rencontre Écrire et éditer au Maghreb animée par Christine Marcandier (critique littéraire à Mediapart) en présence d’auteurs édités par Barzakh (Algérie) et Elyzad (Tunisie) dont Yamen Manai avec ses deux romans : La marche de l’incertitude et La sérénade d’Ibrahim Santos (dont je parlerai bientôt). La soirée organisée par Libfly sera retransmise sur Libfly.TV à partir du mercredi 15 février.

Je remercie Libfly pour les deux romans de Yamen Manai que j’ai reçus. Je remercie aussi Yomu pour sa gentillesse et sa patience (c’est que j’ai quand même du retard !). Une dernière chose : Libfly a publié une intéressante interview de l’auteur concernant son deuxième roman, La sérénade d’Ibrahim Santos.

PS : Je rajoute cette note de lecture dans le Défi Premier roman d’Anne.