La malédiction de la Maison Foskett de M.R.C. Kasasian

La malédiction de la Maison Foskett (Les enquêtes de Middleton & Grice, 2) de M.R.C. Kasasian.

City éditions, mars 2017, 448 pages, 18,95 €, ISBN 978-2-8246-0930-0. Existe en City poche, mars 2018, 512 pages, 8,40 €, ISBN 978-2-8246-1181-5. Je l’ai lu chez Piment noir, février 2018, 606 pages, 9,99 €, ISBN 978-2-298-14036-1. The Curse of the House of Foskett (2015) est traduit de l’anglais par Martine Desoille et Francine Tolron.

Genres : littérature anglaise, roman policier.

M.R.C. Kasasian (M, c’est pour Martin d’après ce que j’ai vu mais impossible de savoir pour R et C) a grandi dans le Lancashire (au nord-ouest de l’Angleterre) ; il a exercé plusieurs métiers (ouvrier à l’usine, sommelier, assistant vétérinaire, dentiste…) avant de se consacrer à l’écriture de romans ; il vit entre le comté du Suffolk (Angleterre) et Malte (l’hiver). Du même auteur : Petits meurtres à Mangle Street, en fait le premier tome de Les enquêtes de Middleton & Grice qu’il faudra que je lise.

Sydney Grice, selon les journaux et l’opinion publique, aurait envoyé un innocent à la potence, qui plus est son client… Après la mort de ses parents, la jeune March Middleton est allée vivre chez Sydney Grice, ce parrain et tuteur qu’elle ne connaissait pas. En attendant, il se morfond dans ses appartements. « Il me faut une grosse affaire, déclara-t-il soudainement, si je ne veux pas que mon cerveau devienne aussi inerte que le vôtre. » (p. 16). Charmant…

Et, un matin de septembre, durant le petit-déjeuner, une visite : c’est Horatio Green, « un homme corpulent, entre deux âges, manteau bleu marine et pantalon anthracite » (p. 21) qui demande à Grice d’enquêter sur le décès d’un des sept membres d’une société de legs mutualisé, le Club du dernier survivant. Mais il s’effondre sur le tapis dans le bureau après avoir bu son thé : décidément les clients de Grice meurent les uns après les autres ! « Bon sang de bonsoir ! […] Je viens encore de perdre un client. » (p. 38). Grice et March rendent alors visite à la baronne Lady Foskett que Grice a connu enfant mais qu’il n’a pas vue depuis 30 ans, depuis ce qu’elle appelle « l’époque des grands deuils » (p. 115) et qui est la dernière descendante d’une famille frappée par une malédiction au début du XVe siècle.

La narratrice est March Middleton, peu conventionnelle, elle fume, elle aime bien boire de l’alcool fort, elle dit ce qu’elle a à dire et elle écrit tout dans son journal intime ; elle alterne entre la vie avec Grice (le quotidien, la découverte de cet homme spécial, les enquêtes qu’elle mène avec lui car il a décidé de la former) et les souvenirs en Inde avec ses parents (enfance, adolescence, premier amour). Ce double récit donne une belle ampleur au roman et, pendant toute ma lecture, j’ai toujours eu envie d’en savoir plus alors je lirai le premier tome, Petits meurtres à Mangle Street, dans lequel je découvrirai sûrement l’arrivée de March chez son tuteur et leur première enquête qui s’est si mal terminée pour leur client. J’ai jeté un coup d’œil aux avis sur Babelio, il n’y en que a trois, et les personnes sont déçues car elles se sont ennuyées et ont préféré le tome 1, que je n’ai pas lu donc je ne peux pas comparer mais, de mon côté, je ne me suis pas ennuyée avec ce tome 2 et je n’ai pas trouvé le roman trop long donc…

Grice est imbu de lui-même (autant que Sherlock Holmes, clin d’œil au célèbre détective, peut-être même qu’ils sont contemporains puisque l’action se déroule dans l’Angleterre victorienne !), misogyne, impoli… « N’essayez pas de deviner ou d’interpréter les complexités de mon intellect. » (p. 185) mais il est très attachant et ce roman tout britannique se lit vraiment très bien et avec grand plaisir. Mais, attention : « Je suis un détective personnel. Il n’y a absolument rien de privé dans mon travail. » (p. 305). Eh oui, quand on y réfléchit, il a raison, d’autant plus que les journalistes rôdent pour tout écrire dans les journaux de l’époque !

Une lecture pour les challenges British Mysteries, Mois anglais, Polar et thriller, Rentrée littéraire janvier 2018 (pour l’édition poche dans laquelle j’ai lu ce roman) et Voisins Voisines 2018.

4 réflexions sur “La malédiction de la Maison Foskett de M.R.C. Kasasian

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.