La petite galère de Sacha Després

PetiteGalereLa petite galère de Sacha Després.

L’Âge d’Homme [lien], collection Rue Férou, septembre (avril ?) 2015, 195 pages, 16 €, ISBN 978-2-8251-4509-8.

Genre : premier roman.

Sacha Després naît en 1981 dans la région parisienne ; elle vit à Lausanne (Suisse). Elle est peintre (la couverture est une de ses œuvres) et La petite galère est son premier roman. Plus d’infos sur http://www.sachadespres.com/.

Septembre 2003, la rentrée des classes est difficile pour Laura, bientôt 16 ans. Elle « est née dans un monde aux objets variables, là où seule la laideur est certaine. » (p. 13). Les parents ont divorcés mais Caroline la mère, fragile, s’est suicidée dans la nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000, et Charles le père, facho et alcoolo, a abandonné ses filles. « Tu sais ma grande, tu as été une erreur, autant que tu le saches. » (p. 22). Laura vit donc avec Marie, sa sœur de 26 ans. « Les deux filles affrontent, seules, la petite galère dans la Prairie. » (p. 31). Marie, « La Jolie », qui voulait devenir artiste mais qui a dû travailler pour les faire vivre : elle est serveuse dans un saloon, sort avec un mec qu’elle considère « différent » tous les six mois et, pendant son temps libre, fait du théâtre amateur. Laura quant à elle découvre la sexualité.

Marie et Laura (pas Ingalls) ou le désert affectif au XXIe siècle dans une banlieue appelée la Prairie. M’ouais… Pourquoi pas ? « Après les Trente Glorieuses et les Trente Piteuses, ne restent que les affreuses. La laideur est partout, bouffe littéralement l’horizon. » (p. 84). C’est ce que je me suis dit en lisant ce roman : il est plein de laideur et les deux filles n’y échappent pas malgré leur beauté physique !

Le seul qui sort du lot, c’est Bandit, le chat. « Pauvre Bandit ! Toutes ces années à supporter le poids de nos vies. Témoin silencieux de nos joies, de nos chagrins et de nos folies. […] Ses poils dessinent un bandeau noir autour de ses yeux. Bandit est un compagnon irrésistible. Un ami. Un frère – pétri d’amour. » (p. 183).

68-premieres-foisRentreeLitteraire2015Que dire de ce roman tellement incisif qu’il m’a fait grincé les dents sans que je m’attache ni à Marie ni à Laura, trop éloignées de moi aussi bien l’une que l’autre… Cependant ce roman n’est pas inintéressant et il est même bien construit mais il est trop trash pour me plaire.

Ce roman est le cinquième lu dans le cadre de 68 premières fois et il faut lui donner une note alors je dirais… 12/20. Il entre aussi dans le challenge 1 % de la rentrée littéraire 2015.

Publicités

4 réflexions sur “La petite galère de Sacha Després

    • Je comprends qu’il puisse plaire, d’ailleurs il n’est pas nul et je lui donne un bon 12/20, mais j’ai lu plusieurs romans plus ou moins violents : Korzen, Le divan illustré, Djibouti (dont la note de lecture paraîtra demain) entre autres et je sais qu’il y a aussi La petite barbare, La maladroite, etc., alors je trouve que ça fait beaucoup de violence en cette rentrée littéraire…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s