Au service secret de Marie Antoinette 2 – Pas de répit pour la reine de Frédéric Lenormand

Au service secret de Marie Antoinette 2 – Pas de répit pour la reine de Frédéric Lenormand.

La Martinière, octobre 2019, 336 pages, 14,90 €, ISBN 978-2-73249-188-2.

Genres : littérature française, roman policier historique.

Frédéric Lenormand naît le 5 septembre 1964 à Paris. Il grandit au milieu de la culture grâce à sa famille (père professeur, mère directrice d’un centre de documentation, grand-père collectionneur d’art japonais). Il est diplômé en langues (anglais, italien et russe) et étudie à l’Institut d’études politiques de Paris puis à la Sorbonne. À 24 ans, il écrit ses cinq premiers romans puis enchaîne avec les séries policières historiques comme Les nouvelles enquêtes du Juge Ti (27 tomes entre 2004-2021), Les mystères de Venise (5 tomes entre 2008-2012, sous le pseudonyme de Loredan), Voltaire mène l’enquête (13 tomes entre 2011-2020), Arsène Lupin (4 tomes entre 2018-2022), Au service secret de Marie Antoinette (7 tomes entre 2019-2022), entre autres, plus des romans, des essais, du théâtre et de la littérature jeunesse. J’ai rencontré Frédéric Lenormand aux Quais du polar (Lyon) le 30 mars 2013 et il m’a dédicacé une des Nouvelles enquêtes du Juge Ti (je ne sais plus quel titre, il faudrait que je le retrouve, il est sûrement encore dans un carton) ; je l’ai trouvé très sérieux mais ce fut agréable de discuter avec lui (photo ci-dessous). Plus d’infos sur sa page FB.

Cliquez !

Après avoir vu cette série chez Sharon, j’ai été tentée et j’ai réservé les deux premiers tomes qui étaient disponibles dans les bibliothèques, malheureusement je n’ai reçu que le tome 2, donc je lirai L’enquête du Barry, le premier tome, plus tard, tant pis…

Avril 1775, Paris. Rose Bertin est couturière, habilleuse attitrée de la reine. Léonard Autier est coiffeur et perruquier, il tient un salon avec ses deux jeunes frères, Jean-François et Pierre, il est coiffeur attitré de la reine.

Les deux ne s’entendent pas (insultes savoureuses à découvrir) mais, après avoir habillé et coiffé la maréchale de Rochambeau, ils achètent ensemble un billet de loterie pour les bonnes œuvres (la farine a augmenté, personne ne sait pourquoi, et le pain est hors de prix). À leur grande surprise, leur billet à dix sous, le n° 326, gagne « Une splendide œuvre d’art traditionnel des Amériques rapportée par nos valeureux navigateurs ! […] Elle représentait un bonhomme grimaçant, au nez crochu, coiffé d’une couronne de plumes. […] pas très haute […] très massive, compacte, et même pesante. » (p. 22-23). Bizarrement plusieurs personnes veulent leur acheter cette statuette noire, allant même jusqu’à proposer quinze livres ! Rose et Léonard s’enfuient et, lorsque Léonard fait tomber la statuette, Rose comprend : le noir n’est que de la peinture, la statuette est en or massif !

Alors qu’ils retournent chacun à leur boutique, Léonard est alpagué par des messieurs de la guilde des perruquiers-barbiers-chirurgiens de Paris (qu’est-ce que les trois métiers ont à voir entre eux ?). S’il veut conserver la mention « Maître Perruquier » sur son enseigne, il doit avoir l’approbation de la guilde et donc savoir couper un membre, recoudre une plaie, saigner un patient… « Votre ignorance est un outrage à la tradition millénaire de notre corporation ! Sans diplôme de chirurgie, point d’agrément ! » (p. 29). Gloups… Dès le lendemain, Léonard se rend au collège Saint-Côme pour suivre les cours de « Timoléon Rainssard, l’éminent spécialiste du squelette et des organes internes » (p. 31) et il va apprendre des choses bien utiles pour mener des enquêtes, « établir la cause d’un décès grâce à l’examen d’ossements, même très anciens. […] identifier les maladies, les épidémies, les maux divers […] et percer à jour, a posteriori, les manigances des assassins – notamment celles des empoisonneurs, qui sont les plus pervers. […] Voilà qui pouvait aider la police, se dit Léonard. Partant, cela pouvait manifestement aussi aider les coiffeurs aux ordres de la reine. » (p. 32).

C’est grâce à un orfèvre, collectionneur d’origine espagnole, Rubino de Bazazia, que Rose et Léonard apprennent l’histoire de la statuette en or et du fabuleux trésor perdu du pirate Henry Morgan qui reçut cinq malédictions. Comme la statuette est maudite, il refuse de l’acheter et les renvoie chez eux.

Quelques jours après, à Versailles. Ayant raconté une partie de l’histoire de Morgan à Marie-Antoinette, la reine charge Rose et Léonard de retrouver le reste du trésor ainsi elle pourra offrir du pain au peuple. On est loin du « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! », phrase que Jean-Jacques Rousseau dit être celle d’une « grande princesse » (sans la citer) dans ses Confessions (écrites en 1765 et publiées en 1782) et attribuée faussement à Marie-Antoinette. Comment les deux larrons vont-ils trouver un trésor perdu au large « de l’île de Saint-Gonâve, dans la grande baie du côté français de Saint-Domingue. » (p. 59) ? Je vous laisse le découvrir en lisant ce roman à la fois historique et divertissant, genre cozy mystery à la française. Car, de la même façon que la reine d’Angleterre ne peut quitter son palais pour enquêter, elle envoie sa secrétaire particulière, Rozie Oshodi (je parle de Sa Majesté mène l’enquête 1 – Bal tragique à Windsor de S.J. Bennett qui m’avait aussi enchantée mais il y a aussi la série Son espionne royale de Rhys Bowen ou la reine anglaise précédente envoie Georgina enquêter), ici Marie-Antoinette prisonnière du palais de Versailles et espionner par tous, a trouvé deux bons enquêteurs qui peuvent aller partout vu leurs métiers, Rose et Léonard.

C’est aussi un roman social qui se déroule entre avril et mai 1875 et qui parle de la guerre des farines, des augmentations exagérées du prix du pain, du peuple en colère qui se révolte, de Turgot qui avec son libéralisme à l’anglaise embobine le roi Louis XVI (plus préoccupé par ses serrures et ses mécanismes d’horlogerie que par le fait de gouverner mais qui aime son peuple et refuse que les soldats tirent), Turgot donc qui reste sur ses décisions au détriment des avis des autres ministres, mais la reine Marie-Antoinette œuvre en secret (avec Rose et Léonard) pour nourrir le peuple ! D’ailleurs, je pense que plusieurs lecteurs ont eu, comme moi, envie de déguster les macarons qui apparaissent sur la couverture, eh bien le roman est comme ces impertinents macarons (en période de disette), coloré et délicieux !

Quelques jeux de mots amusants avec les ossements de Blanquette de Limoux (p. 33) ou l’alcool la prunelle de Meyzieu (p. 100) et des clins d’œils aux événements qui ont secoué la France avant la pandémie (manifestations, gilets jaunes…).

Sharon qui a lu Le coiffeur frise toujours deux fois (tome 6) et L’enquête du Barry (tome 1) a bien raison, cette série est « très plaisante » et j’ai hâte de lire les autres tomes même si je dois les lire dans le désordre !

Ils l’ont lu : Bianca de Des livres, des livres, Catherine de Ballade au fil de l’eau, Froggy, Sharon (citée plus haut), d’autres ?

Pour Polar et thriller 2022-2023 et Vendredi Lecture avec le thème de septembre, polar historique (je n’ai pas compris si on devait publier le(s) billet(s) en septembre et avant le 4 octobre, date sur le logo ou uniquement le 4 octobre, tant pis…).

Publicité

58 réflexions sur “Au service secret de Marie Antoinette 2 – Pas de répit pour la reine de Frédéric Lenormand

  1. Hello PatiVore
    J’avais découvert Rose Bertin et son « fabuleux destin » dans un livre, il y a longtemps, mais lequel ?
    Tu lis beaucoup, j’ai abandonné l’espoir de pouvoir te suivre 😳 😉
    Je n’arrive plus à suivre notre chère coach des challenges !
    Bonne fin de semaine
    Gros bisous

    J’aime

      • Hello PatiVore
        Bien sûr !
        J’ai des amies qui peuvent lire toute la journée et/ou une partie de la nuit. Pas moi.
        Suivant le roman, ma lecture est plus ou moins assidue 😆
        Bon we
        Bises d’O.

        J’aime

        • Ah oui, j’ai eu cette période moi aussi, surtout durant les weekends et les vacances, lorsqu’il y a plus de temps libre, je me rappelle avoir lu un polar que je n’arrivais pas à lâcher, tu sais ce que c’est (ou pas), « allez, encore un chapitre » et puis je me suis relevée à minuit ou 1 h du matin pour me faire un bon café noir parce que l’enquêteur (je me demande bien si ce n’était pas un Fred Vargas) en buvait dans le roman, j’ai terminé ma lecture avant de dormir. Et puis, durant les weekends de marathon de lecture, je lis aussi tout le samedi et tout le dimanche (mais pas ces derniers weekends parce que je n’ai pas réussi à honorer les Weekends à 1000 de l’été…). Lis à ton rythme, Soène, tu as plein d’autres activités et bon weekend 🙂

          J’aime

          • Je ne supporte pas Fred Vargas ! Je n’arrive pas à la lire 🙄
            Non, je ne me relève pas pour lire, si je me réveille en pleine nuit, je prends mon livre et après quelques pages, je me rendors !
            Jamais fais un readathon , une « épreuve » pour moi 😥
            Oui, de plus en plus, je fais comme je veux ! A mon âge, il est grand temps !
            Bises

            J’aime

          • Eh bien, je n’arrivais pas à la lire non plus au début, et puis un jour j’ai lu L’Homme aux cercles bleus (1991) qui est en fait son 1er roman avec le Commissaire Adamsberg et j’ai bien accroché (depuis, j’ai vu la série télévisée). Ben, tiens, en parlant de marathon, il y en a un sur la semaine qui commence aujourd’hui, billet demain (mardi). Tu as bien raison, fais ce qui te plaît comme il te plaît 😉

            J’aime

          • J’avoue que je n’ai pas beaucoup lu depuis le début du mois… la faute aux médicaments et à la fatigue (aux longues siestes)… et aux séries télévisées ! Je reprends le travail en début d’après-midi. Bonne journée à toi aussi 🙂

            J’aime

          • Une cruralgie et une sciatique, ça ne part pas si vite que ça… J’ai repris mardi en temps partiel thérapeutique, je vais voir si mon corps tient le coup. Bonne fin de semaine ; prête pour samedi ?

            J’aime

          • Bonjour Soène, tant mieux si ton weekend s’est très bien passé 😉 Pas le mien… mon chat adoré est mort dans mes bras samedi soir… Pour le travail et les douleurs, je tiens le coup, du moins j’essaie mais j’ai maintenant une douleur bien plus forte… Bonne semaine et passe un bel automne 🙂

            J’aime

          • Moi non plus, j’étais très confiante, avant.
            Mais, même pour un plein d’essence on peut prendre un mauvais coup 🙄
            Les gens deviennent sauvages 😥
            Bises

            J’aime

          • J’étais confiante durant l’enfance et l’adolescence, périodes plus ou moins insouciantes… Ce n’est pas que je suis méfiante, mais je préfère faire attention et me prémunir… Bonne nouvelle semaine.

            J’aime

          • Un peu aussi, pour moi, de temps en temps.
            Et puisque les romans de Michel Bussi sont dans la catégorie « policiers » je m’y plonge avec délice car je n’aime pas les histoires trop sanglantes 😆
            Bises

            J’aime

          • J’aime bien aussi les romans de Michel Bussi même si je ne les ai pas encore tous lus. Je pense que, comme moi, tu l’as déjà rencontré aux Quais du polar 😉 Bonne nouvelle semaine.

            J’aime

          • Hello PatiVore
            Oui, chaque fois que je le peux, je croise Michel Bussi aux QdP 😆
            J’suis même passée sur FR3, lors d’une mini croisière avec lui 😉
            Je lis ces romans une fois qu’ils sont parus en Poche.
            Bonne semaine
            Bises d’O. fenêtres ouvertes

            J’aime

          • Coucou Soène, ici aussi il fait soleil mais il y a du vent (vallée du Rhône oblige). Je vais partir chez le kiné puis chez le médecin. Quais du polar, France 3, te voici célèbre ! J’emprunte beaucoup à la médiathèque et parfois j’achète en poche aussi. Bonne semaine.

            J’aime

          • Hello PatiVore
            C’est infernal ce vent du Sud 😥
            Je ne vais plus jamais dans les médiathèques, je ne trouve jamais le livre que je veux, il faut y aller, lire vite, les rapporter, ça m’ennuie tout ça 🙄
            Mais pour toi, c’est pratique, j’en conviens, et tu fais des économies 😉
            Bises

            J’aime

          • Dans mon réseau de médiathèques, il est possible d’emprunter 4 semaines et de prolonger 4 semaines supplémentaires (3 fois de suite sauf si quelqu’un a réservé le livre entre temps), ça laisse quand même pas mal de temps ! Renseigne-toi, peut-être que ça a évolué près de chez toi 😉

            J’aime

          • Hello PatiVore
            Je préfère quand même acheter mes livres, le plus souvent d’occasion, je les choisis « en très bon état, à offrir » chez Momox.
            A O. il y a une médiathèque qui n’a jamais le livre que je veux et c’est trop compliqué d’aller dans une médiathèque d’arrondissement à Lyon 🙄
            Bises

            J’aime

          • Ah, je comprends, les nouveautés des petites bibliothèques sont vite dévalisées par les habitants de la commune et des communes voisines… Les médiathèques du Grand Lyon sont connues mais si ça te fait trop loin, trop compliqué, c’est dommage. Bises et bonne semaine 🙂

            Aimé par 1 personne

          • Je ne connaissais pas ce verbe, gouliner… J’aurais dû sortir avant la pluie en début d’après-midi pour aller récupérer des livres commandés mais j’ai traîné… Heureusement je n’ai eu que quelques gouttes de pluie et, non, pas de vent fou, peut-être pas encore arrivé ici 😉 Bises et bonne fin de semaine 🙂

            J’aime

          • C’est peut-être lyonnais, « gouliner » PatiVore 😆
            Ben, pourtant, c’est le vent du Sud qui doit passer chez toi avant chez moi 🙄
            Ce matin, c’est déjà dingue comme il souffle 😥
            Je vais encore rester à la maison…
            Bonne fin de semaine à toi aussi et bises d’O.

            J’aime

          • Oh oui, c’est sûrement Lyonnais comme expression 😉 Je t’assure, Soène, il y a un peu de vent mais pas fou 😉 Je suis en congés cette semaine mais, ce matin, je suis allée à une réunion importante et je suis rentrée trempée… Je voulais m’arrêter pour acheter des bananes pour mes petits-déjeuners et quelques bricoles mais j’ai laissé tomber l’idée… Bonne soirée et bon weekend 🙂

            J’aime

          • Ce samedi, pas de vent mais demain ça va souffler fort 😥
            Hier dans la journée, pas de pluie, la météo se trompe tout le temps.
            Ce matin, plein d’étoiles dans le ciel.
            Bon we
            Bises d’O.

            J’aime

          • Ouah, tu te lèves à quelle heure pour voir plein d’étoiles dans le ciel ? Tu as eu un violent orage dans la nuit comme ici ? La météo se trompe souvent, oui, mais la pluie était bien annoncée pour hier et on a été servi… Par contre auj pas de pluie ou… pas encore… et pas de vent… c’est déjà ça. Bon courage pour le weekend avec le vent fort fou…

            J’aime

          • Ben les étoiles brillent jusqu’au lever du jour 😆
            Non, pas d’orage, seulement de la pluie.
            Il faut de l’eau, on ne va pas râler, hein !
            Hier, en effet, belle journée ensoleillée et chaude.
            Le vent s’est levé dans la nuit et m’a réveillée 😥
            Comme j’ai trouvé de l’essence, hier, je vais sortir en voiture faire quelques courses de ravitaillement et pis c’est tout. Après, sieste, télé, tricot et lecture en essayant de ne pas trop grignoter 🙄
            Bonne journée
            Gros bisous

            J’aime

          • Ah oui, c’est que je ne me lève pas à l’aube… Je ne suis pas du matin donc il m’arrive rarement de voir les étoiles du matin et les levers de soleil mais ça peut arriver quand même surtout en hiver lorsqu’on se réveille et qu’il fait encore nuit 😉 Pareil pour ici hier, jolie journée, ensoleillée. Bravo pour l’organisation, Soène, ce n’est pas évident cette pénurie pour ceux qui habitent loin de leurs proches, de leur travail et du ravitaillement ! Ah, ne pas grignoter, tout dépend de ce que tu achètes, si ce sont des fruits ou des fruits secs c’est bien 😉 Bises encore ensoleillées et bon dimanche 🙂

            J’aime

          • Bon courage pour ta semaine à venir.
            On en trouve de l’essence désormais, ceux qui voulaient et veulent partir en ont.
            Quand j’ai faim, je n’ai pas envie de fruits, je mange un peu des amandes.
            Bisous

            J’aime

          • Les amandes, c’est très bien, je les achète non émondées, c’est moins gras que les noix et les noisettes et on peut en manger autant qu’on veut sans prendre du poids 😉

            J’aime

  2. Tiens, Morgan… Justement, j’ai acheté hier (d’occasion) La coupe d’or, de Steinbeck, en pensant au Mois américain 2022 en solitaire! C’est marrant, les coïncidences…
    (s) ta d loi du cine, « squatter » chez dasola

    J’aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.